AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072902543
112 pages
Gallimard (15/10/2020)
0.5/5   1 notes
Résumé :
Une femme debout à sa fenêtre regarde la ville entrer dans la nuit, et son regard se perd peu à peu dans les reflets de la vitre. Dédoublée, elle s'invente des personnages qui la promènent dans les lieux-souvenirs de sa vie : la Seine devient le Río de la Plata et Paris, Montevideo.
Se disant "en proie aux transformations et sur le point de disparaître", elle a des visions, des révélations qui la font revenir sur les thèmes de ses précédents livres : l'exil,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2021
Il n’est pas conscient d’être un prisonnier, mais plutôt une forme enfermée dans une ombre
qu’il porte sur les épaules et dont il voudrait se libérer. Or, en raison d’une erreur, il a été condamné à une peine d’emprisonnement à vie. Un jour on lui a volé son argent, ses livres, ses photographies, ses papiers d’identité, et il a été mis en prison à la place du voleur. Il a été incarcéré parce qu’il était une victime. Il pense que sa capture n’est pas récente, qu’elle se poursuit et se renouvelle depuis sa naissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2021
Nostalgie du passé ou du présent ? La forme survient d’un pays qui reprend sa pérégrination sur les arbres des quais proches et au ras des champs reculés de la plaine. Elle entend une voix qui reste suspendue à ce mirage qui s’éloigne. À force de résider dans une ombre, elle ne reçoit pas les jours de son enfance, ni les visages de ses parents, ni ses amours heureux et malheureux, ni cette ville de naguère sur un autre fleuve,ni la parole de sa langue inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2021
Il n’a jamais été influencé par un acteur invisible et, à force de le guider, il craint
d’être entraîné dans une direction de laquelle on ne revient pas. Il n’a pas peur
de ne pas revenir mais d’oublier le visage auquel il rêve, qu’il a aimé pour toujours
sans le voir. Il a été accepté par ce visage qui résiste à une situation où les signes
et les formes se prédisposent à mourir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2021
Lorsque j’ai traversé l’Atlantique, j’ai cru avoir changé de langue et de destin. Or nul départ ne change l’âme, ni la perception, ni l’instinct, que l’on soit en éveil ou en sommeil. Rien ne change, malgré des semblants contraires et des couleurs inédites, que l’on reste à l’intérieur ou que l’on sorte et marche loin des pas.


 
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2021
Il est préférable de se rendre au sommeil afin de ne plus ressentir cette face ténébreuse qui revient sur elle-même au crépuscule. Au réveil, quoique différente, on la reconnaît autour du lit et sur la table, les livres, les tableaux.
Elle annonce le jour sur des choses semblables et dissemblables alors qu’elle se libère des nuages et se sépare des murs.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Silvia Baron Supervielle (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silvia Baron Supervielle
L’émission « Poètes en pied », série d’été de « For intérieur », par Olivier Germain-Thomas, diffusée le 27 juillet 1996. Invitée : la poétesse en personne.
autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Moi j'ai joué et j'ai perdu

Elle en a fait un art ( si vous avez lu l'intro du quiz, vous trouverez la bonne réponse)

George Sand
Maggie O'Farrell
Alice Zeniter
Virginia Woolf

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre