AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211208567
286 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (02/11/2012)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Paohétama est née fille. Un jour, on a fait d'elle un garçon. Pour tous les habitants de l'île de Notre Terre, elle est devenue la fille-garçon, celle qui porte fièrement le crâne rasé et la fronde en bandoulière ; celle qui se mêle aux jeux des garçons et se baigne avec eux dans la rivière. Et chose plus incroyable encore : la première fille de Notre Terre autorisée à pêcher ! La transformation de Paohétama en garçon est une idée de son grand-père. Le maître pêcheu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
c.brijs
  09 novembre 2012
Paohétama vit sur l'ile de Notre Terre. Son grand-père, maitre de la pêche, désire plus que tout au monde lui transmettre son savoir. Aussi, pour contourner le "tapu" qui interdit aux femmes d'occuper cette place, sous peine d'offenser gravement Oana, le dieu requin, la jeune fille devient, aux yeux de tous, un garçon ! Elle ne sait pas que cette métamorphose l'appelle à une grande destinée...

"Aimerez-vous" me demandait l'auteur dans sa dédicace ? La réponse est oui ! A cent pourcents, OUI !

La preuve, la quête de cette enfant au caractère bien trempé et au destin hors du commun m'a émue aux larmes. Un signe qui ne trompe pas !
Dans la première partie de ce titre, intitulée "La fille-garçon", Pahoétama doit faire le sacrifice de sa féminité pour pouvoir accéder au savoir de son grand-père et découvrir toutes les richesses et les dangers de la mer. Cette métamorphose tant physique que morale est radicale. du jour au lendemain, elle perd sa belle chevelure, s'habille comme les garçons du village, se mêle à leurs jeux et son grand-père l'appelle "fils". Ce renoncement à sa vie d'avant n'est pas vain car, très vite, l'élève dépasse le maitre...
Mais, bien évidemment, les choses ne peuvent en rester là ! Dans la deuxième partie, intitulée "L'enfant du monde", elle doit encore aller plus loin. Pour sauver l'âme de son grand-père à qui elle voue un amour profond, la jeune fille n'hésite pas à braver l'océan et à se rendre au Ventre du Monde afin de trouver l'offrande qui apaisera le Dieu Oana. Ce voyage lui permet de découvrir le monde de ses propres yeux mais aussi de se découvrir elle-même...
Outre ce parcours initiatique qu'on suit comme une aventure palpitante, se demandant avec émotion à quel moment la fille-garçon pourra renverser les préjugés et s'affirmer comme femme, on trouve dans ce roman bien d'autres ingrédients...
De l'humour pour commencer. Ipomatomé, le grand-père de Paohétama, fait non seulement preuve de sagesse mais également d'un humour tout en finesse qui lui permet de se sortir des situations les plus périlleuses. C'est par exemple lui qui arrive, par cet étrange subterfuge, à transmettre son savoir à son unique descendance. Il y aussi, ne l'oublions pas, Ui-i, le petit cochon espiègle qui suit l'enfant partout !
De l'amour ensuite. Tout d'abord, un amour inconditionnel entre un grand-père et sa petite fille où se mêlent tendresse, fierté et transmission. L'Amour avec un grand "A" ensuite... Un éveil que l'auteur aborde avec énormément de pudeur...
De la tolérance aussi. En quittant les siens, en découvrant les autres, ceux de l'Autre Terre, les hommes-cochons, Paohétama fait là aussi tomber pas mal d'idées reçues. Leurs ennemis de toujours ne sont guère différents d'eux. En discutant avec les femmes de l'Autre Terre, elle prend également conscience du rôle pacifique que peuvent jouer les femmes.
Et pour finir, "des embruns et du vent" comme l'évoquait encore l'auteur... Cette histoire fait en effet la part belle au monde marin et à ses merveilles. Cette mer nourricière qui peut aussi, parfois, se montrer cruelle...
Le style de l'auteur m'a lui aussi embarquée. L'auteur a beau s'appeler Gilles Barraqué, son écriture est tout en douceur, tout en rondeurs... féminines! Avec des mots simples, empreints de poésie, il nous emporte dès les premiers mots pour une traversée sans encombre vers le Ventre du Monde et ses secrets originels.
En conclusion, même si cette histoire est censée se dérouler sur une ile qui "pourrait être l'une de l'archipel des Marquises, aux temps lointains, bien avant l'arrivée de l'homme blanc", les valeurs qu'elle met en avant sont quant à elles universelles et intemporelles. L'amour peut vaincre de tout !
"Comment expliquer ce qui allait à l'envers de la marche du monde?
Je l'ai su par la suite: c'est la force des rêves. (...)
Ce qui n'empêche pas d'avoir l'esprit pratique, bien au contraire. Les vrais rêveurs sont des bâtisseurs. Ils savent donner un corps à leurs rêves avec une grande énergie, presque un acharnement."
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nadael
  20 novembre 2012
Quelque part sur une île des Marquises, dans des temps immémoriaux vit une enfant, Paohétama. Orpheline, elle est élevée par son grand-père, Ipomatomé, un vieux maître pêcheur respecté de tous. Paohétama mène une existence relativement insouciante, souvent accompagnée d' Ui-i, un petit cochon facétieux. Elle partage ses jeux avec d'autres fillettes de l' île, la bien nommée Notre Terre.
N'ayant pas de descendants masculins, Ipomatomé ne peut pas transmettre ses connaissances sur la mer. Et le vieil homme sent bien que sa force et son habileté s'amenuisent chaque jour davantage. Alors, il décide de faire preuve d'ingéniosité pour contourner le tapu qui interdit aux femmes de pêcher.
C'est ainsi que Paohétama devient une fille-garçon : son abondante chevelure est rasée, ses bijoux ôtés, les traits de son visage se durcissent... Vêtue de vêtements de garçons, elle se rend au village et n'hésite pas à se défendre en usant de ses poings. La métamorphose est réussie. Ipomatomé a donc la possibilité de lui apprendre la mer, sa beauté, ses richesses, les techniques de pêche, les noms et caractéristiques de ses habitants mais aussi ses dangers. Il lui parle des hommes-cochons, le peuple de l'Autre Terre l'île ennemie, mais aussi d'Oana, le dieu qui veille sur les profondeurs, et du Ventre du Monde...
Paohétama est une apprentie appliquée et courageuse. Pour sauver l'âme de son grand-père, elle affrontera ses peurs en se rendant sur l'île des hommes-cochons. Faisant fi des histoires qu'on lui a contées sur eux, c'est en pacificatrice qu'elle leur apparaîtra.
Une conte initiatique magnifique d'une grande poésie. le personnage de Paohétama est particulièment bien dessiné. Au fil de la lecture la petite fille se transforme sous les yeux du lecteur en une jeune femme, on suit son évolution mentale et corporelle à travers les épreuves qu'elle subie, de véritables rites de passage. Et ce Ventre du Monde – un coquillage monumental renfermant la perle des dieux – , quelle sublime allégorie quand il s'ouvre !
Un amour infini entre un grand-père et sa petite-fille, l'histoire d'une transmission, de sublimes descriptions de la mer aussi belle que cruelle, de l'aventure, de l'exotisme, une quête de soi et de ses origines, la découverte de l'autre et de l'amour, la peur de l'étranger, la sagesse, la témérité, la confiance en soi et en autrui, autant de thèmes abordés dans ce roman. L'auteur s'est glissé dans la peau de Paohétama avec élégance et délicatesse. Un énorme coup de coeur.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mmek
  15 février 2013
Orpheline, Paohétama vit sur l'île de Notre Terre, où seuls les hommes sont autorisés à pêcher. Quand son grand-père qui l'élève seul, sent qu'il va mourir, il veut lui transmettre tous ses secrets de pêche, mais impossible si elle reste fille. Avec la bénédiction du chef de village, elle va alors devenir la fille-garçon, première fille autorisée à pêcher, mais uniquement jusqu'à ses premiers sangs. Crâne rasé et fronde en bandoulière, elle peut alors se mêler aux garçons et aux filles de son âge et découvre un univers jusque là réservé aux hommes. Sorte de messagère entre deux mondes, elle se sent investie d'une mission plus grande encore : percer le mystère qui entoure la mort de ses parents et rapporter la plus grosse perle de nacre située au Ventre du Monde, là où tout a commencé.

Très gros coup de coeur pour ce très très beau roman,-ne vous fiez pas à la couverture!- à la fois conte initiatique et philosophique, d'une grande force poétique.On assiste à la métamorphose d'une enfant en jeune fille, avec ses rites de passage et les transmissions familiales. Nombreux thèmes traités ici avec beaucoup de délicatesse :la découverte de l'autre, la confiance en soi, la féminité, les relations hommes-femmes. On se laisse porter et transporter par une belle écriture. A réserver aux bons lecteurs à partir de la sixième (parce que conte, mais pour tout le collège)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilicrapota
  20 août 2018
Va savoir pourquoi, j'ai commencé ce livre et puis je l'ai arrêté, ça ne me plaisait pas, puis je l'ai repris la semaine d'après et j'ai tellement accroché que je l'ai quasi lu d'une traite!
Je pense qu'on peut le conseiller dès la fin du primaire. Il a l'avantage d'explorer les thèmes "traditionnels" du roman jeunesse en les transposant dans un monde imaginaire : une tribu, une île, des gens qui ne sont pas comme nous mais qui pourraient fort bien ressembler à ceux des îles Marquise (par exemple) avant l'arrivée des hommes blancs (c'est ce que nous dit l'auteur).
L'héroïne du livre a vécu ce qu'il faut de souffrances (orpheline) pour être une enfant de "grande qualité" : hyper "humaine" avec de nobles sentiments, une grosse volonté, courageuse etc. L'auteur a réuni là les principaux ressorts exploités dans les dessins animés ou les livres.
La fille, 12 ans, va donc devoir être garçon pour pouvoir seconder son grand-père dans le métier de pêcheur (dans cette tribu, les filles n'ont pas le droit de pêcher) ; elle apprendra le triste sort qui a tué son père, sa mère et fait peser la colère des dieux sur son grand-père. Son but ne sera plus alors que d'apaiser cette colère, que son grand père puisse mourir en paix, et sa quête la mènera à la découverte de ses origines mais surtout d'elle-même et de son avenir.
Le texte est super bien écrit, les personnages bien dessinés bien qu'un peu enfantins, bon c'est très idéaliste bien sûr avec une avalanche de bons sentiments mais c'est en cela que je pense que ça convient bien à du CM2 6ème 5ème. L'écriture est riche avec un très bon équilibre entre descriptions, dialogues, récit... Joli!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lizouzou
  10 avril 2013
Paohétama est une jeune fille vivant avec son grand-père, le pêcheur de la tribu. Sentant la fatigue et la mort approchées, le pêcheur demande au chef de la tribu que sa petite fille soit transformé en garçon pour prendre sa relève. En effet selon la tradition, uniquement les hommes ont le droit d'aller pêcher en mer. Paohétama se coupe alors les cheveux et apprend la pêche. Elle devient alors "la fille-garçon". Elle s'interroge néanmoins sur la disparition de son père. Son grand-père lui révèle alors que son fils avait essayé d'aller pêcher la perle sur la partie spéciale de la mer que l'on appelle "au ventre du monde". Paohétama n'a alors plus qu'une idée en tête : accéder là où personne n'a encore réussi à aller : au ventre du monde !

C'est ma libraire jeunesse préférée qui m'a conseillé ce livre et je dois dire que lorsqu'elle m'en a parlé, j'ai été pour le moins assez réticente. Une fille qui se transforme en garçon parce que sinon elle ne peut pas aller en mer ? Qu'est ce que c'est que cette histoire ??? Finalement, encore un peu perplexe, je me suis laissée convaincre.
En effet, c'est un peu sexiste sur les bords cette tradition de ne pas vouloir laisser aller une fille pêcher en mer ! Et puis petit à petit, on rentre dans l'histoire et l'on comprend que les coutumes de cette tribu sont assez spéciale mais compréhensible. Un lien avec le religieux explique aussi cela.

Passé cet aspect, l'histoire de cette jeune fille, prête à tout pour reprendre la relève de son grand-père et de son père, est d'une beauté sans nom. On reste au côté de Paohétama tout au long de l'histoire, on l'a voit apprendre et grandir en maturité. On s'y attache petit à petit.

J'ai trouvé au final cette histoire émouvante et pleine de sagesse. On part en voyage au bout du monde avec cette tribu très éloignée de notre société. ça fait du bien un peu d'aventure comme cela !

L'image de couverture rouge interpelle à sa manière "totem" mais ne m'aurait pas forcément attiré si on ne me l'avait pas mis dans les mains. Idem pour l'histoire qui ne fait pas forcément partie de mes lectures habituelles, malgré tout je ne regrette en rien cette lecture qui m'a charmé autant par l'histoire que par l'écriture de l'auteur !

Une belle découverte pour ceux et celles qui ont envie d'évasion !

Lien : http://lespetitslivresdelizo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Ricochet   25 janvier 2013
L’ouvrage est copieux, d’une écriture pourtant fluide et d’une intrigue simple quoique fortement symbolique. Le ton est malicieux, à la hauteur de la petite héroïne, quand bien même l’auteur qualifie son œuvre de « chant », avec tout ce que cela peut drainer de poésie ou de lyrisme.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Telerama   28 novembre 2012
Une histoire d'une beauté limpide, sobrement racontée, claire comme un matin d'été.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NadaelNadael   20 novembre 2012
J'ai tiré sur la corde et vite, vite, je suis remontée, en fixant là-haut la silhouette dansante de la pirogue. Le soleil dansait aussi dans une flaque de reflets. Bleu de ce ciel en morceaux, bleu de ma vie, de mon monde d'être humain. J'y ai émergé en lâchant mon souffle. Le coeur tambourinant, je me suis accrochée au balancier. J'aspirais à pleine poitrine l'air neuf. J'avais encore dans les yeux les merveilles des fonds. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NadaelNadael   20 novembre 2012
Les dieux l'avaient décidé, le monde était fait comme ça ; la mer, dans la mer Notre Terre, petit caillou dans son immense étendue, et pas très loin l'Autre Terre. On parlait aussi d'une terre minuscule et sacrée que les vieux nommaient le Ventre du Monde.
Commenter  J’apprécie          70
RhlRhl   11 janvier 2014
Mani aussi se laissait guider par une petite étoile ; la sienne brillait dans le ciel de sa tête.
Ce qui n'empêche pas d'avoir l'esprit pratique, bien au contraire. Les vrais rêveurs sont des bâtisseurs. Ils savent donner un corps à leurs rêves avec une grande énergie, presque un acharnement.
Commenter  J’apprécie          10
NadaelNadael   20 novembre 2012
Le Ventre du Monde était plus petit que dans mes rêves. Pourtant il était immense. La mer, le monde y étaient nés.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Gilles Barraqué (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Barraqué

MPAGE-20130208-1825_0.mp4
Payot - Marque Page - Gilles Barraqué - Au ventre du monde
autres livres classés : conte initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre