AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,88

sur 328 notes
TCHITAT92
  16 septembre 2019
Découvert par hasard en visionnant une vidéo sur internet, j'ai immédiatement souhaité lire l'ouvrage (plutôt court) d'Aurélien Barrau. Ce que j'y ai découvert correspond à ce que j'en attendait : un pamphlet contre nos yeux fermés devant le désastre climatique à venir, et déjà en cours. le style est accessible, les idées finalement assez prévisibles, mais les faits sont là, et de les lire, assénés sur le papier, a un impact plus efficace sur notre esprit qu'une simple conversation entre voisins, connaissances, sur le sujet.
Nous voilà mis face au mur, il n'est plus temps d'ignorer la réalité. Pas de culpabilisation dans cet écrit, y est énoncée plutôt une autre manière de penser le monde, de penser sa vie quotidienne, son avenir. D'ores et déjà je n'ai pu que modifier mon regard sur mon vécu quotidien, et les petits gestes pronatures sont devenus plus fréquents, plus naturels. Je parviens aussi peu à peu à envisager un avenir, si aucune "découverte miraculeuse" n'intervient, ce qui devrait être le cas selon A. Barrau, sans grand voyage (ou très peu) à l'étranger, l'idée de ne pas pouvoir "voir en vrai" des sites mythiques trop éloignés imprègne mon esprit... C'est un pas bien plus douloureux que celui du "manger plus naturellement", baisser sa consommation superficielle et non-indispensable, favoriser les produits d'hygiène/maison naturels.... mais je crains qu'il ne devienne inéluctable.
Ce livre n'est pas à lire le soir, car oui, il est propice à la réflexion, mais s'avère aussi très anxiogène, on se sent tellement impuissant face à tous ces "grands" du monde, politiques comme industriels, financiers, ou simples "people richissimes", qui initient tellement de dégâts irréversibles contre les animaux, la faune, et l'humain demain, sans que l'on puisse rien y faire, nous les "petits" lambdas...
Mais ce n'est pas une raison pour les imiter, en citoyen du monde fatalistes ("il vaut mieux prendre tout ce qu'on peut prendre tant qu'on le peut" !!!) : sachons leur montrer l'exemple, et les pousser à renoncer à leur façon d'être, par des boycotts ou autres ; nous aussi avons un certain pouvoir, celui du nombre !!!
Lecture indispensable, à faire circuler autour de vous !!! Foncez !!!
Oui, il y a quelques longueurs, quelques redites, mais il faut bien marteler les faits pour qu'ils rentrent dans nos têtes de manière pérenne et efficace !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          713
Snail11
  02 mai 2021
Nous sommes sous « une menace existentielle directe » selon l'ONU. Notre civilisation est prévenue. Sera-t-elle capable de réagir et de se transformer ou va-t-elle s'effondrer ?
Aurélien Barrau dresse dans cet essai le constat affligeant et l'urgence de la situation, le plus grand défi de l'histoire de l'humanité...
Nous devons repenser notre manière d'habiter le monde, consommer moins, respecter le vivant pour « éviter le « crash » du système « planète Terre » ».La vie se meurt. Principalement à cause de nous.
« Nous sommes devenu notre propre menace. le plus grand danger pour l'humanité est aujourd'hui l'humanité ».
Aurélien Barrau dénonce l'hypocrisie des termes et souligne la nécessité d'actions plus radicales dans certains cas. Ce n'est plus une érosion de la biodiversité qui a lieu mais un « crime de masse », une « extermination orchestrée ».
Pour espérer nous en sortir, il faut une action fractale englobant des engagements à tous les niveaux. Malheureusement nous ne pouvons pas vraiment faire confiance aux politiciens et aux industriels...
« La tâche est immense et le temps presse. Si le génie humain existe, c'est ici et maintenant qu'il doit se manifester. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
Pavlik
  17 juin 2020
Le 03 septembre 2018, Aurélien Barrau (avec l'actrice Juliette Binoche) était à l'origine de la publication, dans le journal le Monde, d'une tribune appelant le gouvernement à une action "ferme et immédiate" pour faire face au danger du réchauffement climatique. Elle fut signée par 200 personnalités.

De cette action découla la publication, en 2019, de cet ouvrage, qui a été l'objet cette année d'une deuxième édition augmentée. D'emblée il faut dire que ce texte d'Aurélien Barrau est fort bien construit, argumenté et qu'il oscille entre l'essai et le pamphlet en s'appuyant sur les qualités des deux catégories, sans en adopter les lourdeurs éventuelles.

Pour mémoire, rappelons qu'Aurélien Barrau n'est pas écologue ou climatologue de formation, mais astrophysicien et philosophe. Il n'invoque que sa légitimité de "vivant" et de citoyen pour prendre la plume et mettre en lumière l'effroyable constat de l'état de notre planète : effondrement des espèces animales et végétales, réchauffement climatique accéléré, pillage des ressources naturelles, pollution massive...et toutes les conséquences sanitaires et sociales, en cours ou à venir, pour l'humanité.

Puis il propose une méthodologie d'action, en appliquant à l'activisme nécessaire et urgent, en ces temps de fin du monde, la notion de "fractalité". La puissance de raisonnement et la sincérité d'Aurélien Barrau ne sont pas à remettre en question, selon moi. Si certains pourraient se sentir jugés, à la lecture de ce texte, c'est que, d'une part, la vérité fait mal (vision triviale des choses) et que, plus sérieusement, comme le disait si bien Bourdieu : "s'il y a une vérité, c'est que la vérité est un enjeu de lutte".

L'auteur, donc, ne saurait conclure autrement que par la nécessité d'un changement profond de paradigme (donc de catégories de pensée) sans lequel la mise en acte ne saurait advenir.

PS : j'ai vu certaines critiques qui reprochaient à Aurélien Barrau de ne pas citer suffisamment ses sources : c'est vrai. Mais je voulais attirer l'attention sur le fait que ça n'enlève en rien la justesse de son raisonnement, et qu'il ne prétend absolument pas être spécialiste de ces questions (cf préface). Il n'écrit qu'en tant que citoyen engagé, et non en tant que chercheur voulant se faire publier dans Nature. Je terminerais en disant que celui qui veut vraiment avoir accès aux données des chercheurs n'aura guère de mal à les trouver, à l'heure du web globalisé. Je suis prêt à parier qu'elles corroboreront les affirmations d'Aurélien Barrau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Arthemyce
  27 juin 2019
On m'a prêté ce livre connaissant mon intérêt légitime pour le thème et pour être honnête je partais un avec un léger a priori négatif.
Non pas que je n'apprécie pas Aurélien BARRAU, d'autant que je le suivais déjà sur ses travaux scientifiques (1), mais par peur d'un ouvrage plutôt aseptisé, peut-être un peu trop doux et donc forcément en deçà de que le sujet mérite : on parle bien ici de la destruction de la vie par l'humain - principalement occidental, faut-il le rappeler?

Le livre démarre sur le constat implacable de l'écocide en cours. Nous consommons littéralement notre droit à la vie sur Terre en surexploitant ses ressources, qu'elles soient fossiles, minérales, végétales ou animales (humains inclus). le foisonnement de chiffres (2) pour témoigner de l'ampleur de la catastrophe met un sacré coup au moral - soyons honnêtes. Il faut bien ça - et il s'agit de toute façon de la réalité - pour appréhender l'urgence de la situation.

Face au défi éminemment vital avéré, que faire?
Barrau pose un tour d'horizon non exhaustif des différentes évolutions envisageables en distinguant l'échelle individuelle et politique, mettant en exergue leurs forces et faiblesses pour conclure à l'évidence d'un changement global. A voir le bilan mondial de consommation, il est clair qu'au moins le gaspillage pourrait être endigué en bien des domaines - par exemple. C'est à la fois le pouvoir du consommateur en tant qu'individu et des Politiques en tant que Législateur de tracer la voix vers un monde plus responsable; mais surtout : vivable.

Or ce changement ne peut advenir dans notre société occidentale droguée à la croissance. C'est une évidence que - désolé d'être franc - seuls les idiots peuvent nier. Aurélien BARRAU et certes Physicien mais un enfant comprendrait qu'une société basée sur la nécessaire croissance - et donc infinie - n'a aucune réalité possible dans un monde fini tel que l'est la Terre.
Un changement de paradigme vers un Ecologisme qui serait une règle d'or - sans être une dictature verte ! - passe nécessairement par un changement de paradigme sociétal. La concurrence entre les peuples et à l'intérieur même des peuples est une hérésie à bien des égards (lègue putréfié des premiers Utilitaristes, adoubé par une interprétation erronée du Darwinisme).
Non. On ne sauvera pas la vie sur Terre à l'aide du Capitalisme Néolibéral, principale forme d'oppression. On ne sauvera pas la vie sur Terre et les sociétés humaines sans une (r)évolution profonde, sans retrouver les racines du vivre-ensemble : le partage.

Le livre termine sur un petit chapitre de Questions/Réponses très pertinent qui permet à Barrau d'approfondir son point de vue sur certains sujets mais surtout de répliquer aux objections courantes le concernant directement (notamment, récemment, sa Rolex...) ou indirectement, aussi bien qu'infirmer tous les doutes les plus optimistes au sujet de l'effondrement en cours; Suit un petit "épilogue presque philosophique".

La pensée d'Aurélien BARRAU se rapproche à bien des égards de la pensée Libertaire, tel qu'il le mentionne lui-même dans le chapitre évoqué précédemment, mais aussi de la "Pensée Complexe" d'Edgar MORIN (sans toutefois le mentionner), ce qui confère à l'ouvrage une bienveillance et une profondeur particulièrement agréable.

Avec un peu moins de 140 pages - et "écrit gros" - c'est un ouvrage très accessible à un prix de 8€ (et sur papier recyclé histoire d'être le plus consistent possible avec ses principes) que je vous recommande non seulement de lire, mais surtout de faire lire - comme je m'apprête à le faire.

En espérant vous avoir donné envie.

(1) : https://www.youtube.com/channel/UCwgqYNmYaij2_8hq_tOFyZw
(2) : on regrettera tout de même l'absence de toute référence malgré la quantité de chiffres évoqués
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201


Mimimelie
  21 décembre 2019
Le père Noël est une ordure !
De toute façon ça m'est égal, je ne l'aime pas. C'est rien que des mensonges.

D'abord, depuis qu'il descend dans les cheminées, il sait bien que le feu ça fait des cendres ! Pourquoi il n'en parle jamais des cendres… S'il aimait vraiment les petits enfants il leur ferait cadeau de petits mots et de plein d'astuces... pour sauver leur avenir, comme le fait Aurélien :

« les temps sont décisifs »

« On ne combat pas des bombes atomiques avec des épées de bois, on ne combat pas une crise d'ampleur planétaire par des mesures d'ajustement. »

« Il n'est pas question de revenir à l'âge de pierre, mais au contraire d'inventer un devenir radicalement autre qui s'extrait de la logique de domination et d'appropriation."

« Nous souhaitons éradiquer la pauvreté. La solution évidente est à la portée d'un enfant de cinq ans : le partage."

« le poète est celui qui sait entrevoir ce qui n'avait pas encore été imaginé, qui sait que l'existant s'invente en même temps qu'il se découvre, ton avenir sera poétique ou ne sera pas."

Bon Noël les enfants. Hop ! Hop ! Hop !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
jullius
  02 novembre 2021
Un diagnostic clair et accablant de la situation actuelle et à venir. Des propositions pratiques pour agir tout de suite chacun à son niveau. Voilà ce que donne à lire ce petit ouvrage, volontairement petit et consciemment dépolitisé.

Il n'a peut-être pas tout à fait tort, Frédéric Lordon, de railler Aurélien Barrau quand celui-ci n'ancre pas son combat dans un combat politique au sens « classique » (Marx était d'ailleurs, lui aussi, un économiste classique) du terme. Oui il faut parler de capitalocène plutôt que d'anthropocène. Oui il faut bien mettre le doigt sur les mécanismes qui sont à l'origine des dérèglements environnementaux, climatiques, mais aussi sociaux et même moraux de notre monde : et ces mécanismes sont incontestablement liés à l'appropriation violente par une classe de... tout ! Moyens de production, Richesses naturelles, espaces, temps, déplacements et imaginaires des femmes et des hommes qu'ils considèrent à leur service.
Mais il a peut-être aussi tort, Lordon, quand il raille Barrau et en fait un crétin scientifique incapable d'une conscience politique. D'abord parce que le chemin que Barrau a parcouru depuis l'astrophysique jusqu'à l'écologie est sans doute tout aussi admirable que celui que Lordon a parcouru pour passer de la science économique à la philosophie. Ensuite parce que Barrau a peut-être plus de chance de toucher un public large en descendant de son piédestal de savant et en donnant dans un style simple et pratique, appropriable en somme, que Lordon qui ne cesse de vouloir surélever sa statut à grand renfort de formules adroites et de bons mots (beaucoup d'intelligence, certes, mais au service de sa cause autant que de la cause). Je suis pourtant admiratif de Lordon, mais il est possible qu'il n'ait pas saisi l'importance des postures, la leçon de certains mouvements sociaux, l'écart qui existe entre certaines consciences et d'autres.
Et lorsqu'à la question qui lui est posé par un journaliste « si chacun devait commencer par un engagement, ce serait lequel ? », Barrau répond « ça serait d'oser interroger tout ce qui nous semble si évident. Plutôt que de se battre pour le « pouvoir d'achat », ne devrait-on pas se mobiliser pour le ‘‘devoir d'aimer'' ? » a-t-on raison de se gausser ?

La maison brule comme dit la formule désormais célèbre et reprise par tous. Or, si Lénine disait qu'il n'y a pas de révolution sans théorie révolutionnaire, c'est-à-dire sans analyse des causes de la situations et proposition, Barrau a sans doute raison de penser que nos cultures, notre civilisation, nos habitudes et visions du monde sont gangrénées par 500 ans de philosophie individualiste ou l'homme est posé au sommet de la création et peut en disposer à sa guise. IL a sans doute raison de penser que les uns et les autres avons aussi notre chemin à parcourir pour consentir à la rupture révolutionnaire. Sans briser ce credo-là (formé, entre autre, des croyances dans le consumérisme comme moyen d'être heureux, dans la fuite en avant technologique comme progrès, dans la croissance économique comme horizon civilisationnel), sans comprendre que nous faisons partie d'un tout et ne sommes pas un archipel dans un océan du vivant, on pourra toujours chercher à se réapproprier les moyens de production, à nationaliser les grands secteurs industriels, et réguler les échanges, etc., on risque bien de ne pas rompre suffisamment avec le modèle de pensée qui aujourd'hui nous domine et qui ne fait pas qu'épuiser les hommes et les femmes, mais aussi la nature (c'est Marx lui-même qui le disait). Ce modèle n'est pas seulement celui du mode d'appropriation, il est celui-là même de la légitimité de s'approprier.

Lordon est par ailleurs malhonnête de réduire le combat de Barrau à celui de la fin des touillettes en plastic. Et il dit même des choses très intéressantes : la nécessité de décroitre ! Et à l'heure où le grand soir risque bien plus d'être catastrophique que révolutionnaire, à l'heure où la désaffection pour les programmes politiques et plus encore les leader, autoproclamés ou adoubés est au plus fort, proposer à chacun (comme le fait Barrau) de devenir acteur dans son quotidien et d'agir en adoptant des gestes qui participeront, à grande échelle, à sauver le monde et à petite échelle à se repositionner dans ce monde pour en devenir un sujet responsable (le fameux principe de responsabilité cher à Hans Jonas) et, ce faisant, à redéfinir ce que c'est qu'un vie digne d'être vécue, ce n'est pas nécessairement l'idée la plus sotte que l'on ait proposée.

En somme, si je suis bien d'accord avec l'analyse de Lordon sur les causes de la misère et de la mort inévitable du Monde qui est le notre, dans toutes ses dimensions (sociale, civilisationnel, écologique...) mais non seulement je pense que Barrau n'est pas loin de partager la même analyse, mais il est même possible qu'il fasse un pas de plus : philosophiquement, en prônant un radicalisme que Lordon ne me semble pas encore atteindre, et stratégiquement en donnant tout de suite les clés d'un agir, certes individuel mais à portée collective potentiellement très puissant.
« Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'en achètent plus pour que ça ne se vende pas » comme disait Coluche. On peut se battre pour effacer la dette et redonner du pouvoir collectif à la classe des dominés ET on peut se battre pour lui donner les moyens d'exercer tout de suite un pouvoir qui est loin d'être sans effet. Changer nos habitudes de vie et reprendre le contrôle de nos envies, de nos besoins, réels, re-travailler sur le sens de l'existence est loin d'être idiot et inutile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Arthur409
  27 décembre 2020
J'apprécie beaucoup la personnalité et le sens pédagogique d'Aurélien Barrau dans le domaine de la cosmologie, là où j'ai fait sa connaissance. Mais il n'est pas seulement un scientifique rigoureux, il a une vision globale de la pensée humaine : même dans l'analyse de faits scientifiques « objectifs », il sait expliquer notre pensée par l'influence de la civilisation qui nous environne, et des « mythes » qui structurent notre vision du monde.
C'est dans cette optique qu'il traite ici de la crise environnementale dans laquelle nous sommes en train de plonger. Prenant dès le départ la précaution de ne se poser ni en expert du sujet, ni en donneur de leçons, il se contente dans un premier chapitre de redonner les chiffres apocalyptiques que nous connaissons tous, mais que nous refusons d'intégrer à notre quotidien, sur le dérèglement climatique, la disparition de la biodiversité et la destruction des espaces naturels.
Vient ensuite une analyse que je qualifie de « globale », en ce sens qu'elle ramène les différents phénomènes observés à une idée centrale : les désordres que nous observons sont dus à l'activité humaine, et cette activité qui, consciemment ou non, modifie l'équilibre du vivant, finit par menacer l'existence même de notre race.
On ne peut pas considérer l'espèce humaine comme isolée, voire privilégiée, ayant tout pouvoir sur la flore et la faune qui nous entourent. Que nous le voulions ou non, tout impact humain sur notre environnement génère, à plus ou moins long terme, un « impact retour », que ce soit sous forme d'intempéries catastrophiques, de pénurie alimentaire ou de crise sanitaire… Autrement dit, les hommes et toutes les espèces vivantes sont dépendantes les unes des autres, et elles doivent partager un bien commun, la Terre.
Cette idée, je l'ai trouvée exprimée par d'autres personnalités. Par exemple Samuel Challeat, dans son livre « Sauver la nuit », explique que l'obscurité est une ressource à partager avec tous les êtres vivants (vous pouvez vous reporter à ma critique de ce livre). Ou, sous une autre forme, le photographe animalier Vincent Munier (celui de « La panthère des neiges »), dans un très beau documentaire intitulé « Vincent Munier, éternel émerveillé » (à voir sur Ushuaia TV encore en janvier 2021), dit que lorsqu'il est en forêt et qu'il sent la présence d'animaux autour de lui, « il n'est pas chez lui »…
Après cette analyse, Il est clair que si solution il y a, elle ne peut être que globale, c'est-à-dire menée dans tous les pays, et concernant toutes les espèces… Est-ce encore possible ?
Là, Aurélien Barrau est plutôt désabusé concernant les intentions et les actions des hommes politiques de la planète. Assez curieusement, il irait presque jusqu'à prôner une action forte, coercitive, au vu de l'urgence des problèmes, tout en se défendant d'être « liberticide» . Parallèlement, il envisage pour chaque citoyen une action « fractale », c'est-à-dire que si chaque citoyen, à son niveau, adopte une attitude responsable, on pourra (peut-être) infléchir le comportement global de l'humanité.
Pour terminer, Aurélien Barrau, scientifique mais aussi, indissolublement, homme de lettres et philosophe, fait appel à la poésie, source infinie d'invention et de « ré-invention » du monde, pour peut-être nous donner les moyens de construire une civilisation nouvelle.
J'avoue que j'avais commencé ce livre en craignant qu'il ne me démoralise complètement, et qu'en fait il m'a redonné à la fois de l'espoir et l'envie de participer activement à relever « le plus grand défi de l'histoire de l'humanité ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
odin062
  21 janvier 2020
Aurélien Barrau, scientifique philosophe, nous offre ici un essai concernant l'écologie et l'avenir de l'humanité sur Terre. A vrai dire, je suis toujours curieux de lire ces livres médiatisés en sachant très bien, que cela ne m'avancera ) rien, étrange...

Entre constats et (heureusement) solutions, Aurélien Barrau nous alerte sur les enjeux planétaires d'aujourd'hui et de demain... Il est ludice : il est trop tard, mais pas trop tard pour tout. Alors sauvons ce qui peut être sauvé.

J'ai beaucoup aimé la partie "FAQ" ou Aurélien répond aux questions qui lui sont le plus souvent posées. C'est un bon moyen d'exposer ses idées même si, bien souvent, il y a des redites.

bref, un bouquin à mettre dans les mains des néophytes, pour les autres... Rien de nouveau malheureusement!
Commenter  J’apprécie          140
oree
  09 juin 2020
Un livre choc pour prendre conscience de l'état de la planète et des conséquences de nos actions et comportements sur le climat, la disparition de la biodiversité des espèces végétales et animales. C'est très pessimiste et cela sonne comme une dernière alerte avant le désastre. Aurélien Barrau livre ses analyses élaborées sur plusieurs niveaux de complexité qui nous donnent des pistes pour agir chacun à notre niveau de petite ou grande façon pour être efficace s'il est encore temps. J'ai eu l'occasion d'apprécier ce savant aux multiples facettes lors de l'émission de François Busnel "la grande librairie" et son propos me paraît essentiel à l'heure des choix de nos pays après la pandémie et pour nous ici avant la remise du rapport de la Convention Citoyenne sur le climat.
Commenter  J’apprécie          130
PhilOche
  29 septembre 2021
J'ai découvert Aurélien Barrau en visionnant une longue interview de lui sur la chaîne youtube +Thinkerview”, il parlait de son domaine de recherche, physique, trous noirs, diversité du réel, mais aussi dans une première partie étendue de la chute de la biodiversité, de l'effondrement des espèces et du dérèglement climatique, ceci non en tant qu'expert du sujet, mais en simple ressortissant de notre planète, soucieux de notre avenir. Son petit livre, très accessible, rappelle le constat de gaspillage, de destruction et de pollution et propose également une revue des (r)évolutions envisageables pour concrétiser une déconstructions de nos évidences sur le monde et apporter un changement indispensable. Éloquent en interview, il est aussi captivant lors de la lecture de son ouvrage.
Commenter  J’apprécie          110


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
681 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre