AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité (44)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
TCHITAT92
  16 septembre 2019
Découvert par hasard en visionnant une vidéo sur internet, j'ai immédiatement souhaité lire l'ouvrage (plutôt court) d'Aurélien Barrau. Ce que j'y ai découvert correspond à ce que j'en attendait : un pamphlet contre nos yeux fermés devant le désastre climatique à venir, et déjà en cours. le style est accessible, les idées finalement assez prévisibles, mais les faits sont là, et de les lire, assénés sur le papier, a un impact plus efficace sur notre esprit qu'une simple conversation entre voisins, connaissances, sur le sujet.
Nous voilà mis face au mur, il n'est plus temps d'ignorer la réalité. Pas de culpabilisation dans cet écrit, y est énoncée plutôt une autre manière de penser le monde, de penser sa vie quotidienne, son avenir. D'ores et déjà je n'ai pu que modifier mon regard sur mon vécu quotidien, et les petits gestes pronatures sont devenus plus fréquents, plus naturels. Je parviens aussi peu à peu à envisager un avenir, si aucune "découverte miraculeuse" n'intervient, ce qui devrait être le cas selon A. Barrau, sans grand voyage (ou très peu) à l'étranger, l'idée de ne pas pouvoir "voir en vrai" des sites mythiques trop éloignés imprègne mon esprit... C'est un pas bien plus douloureux que celui du "manger plus naturellement", baisser sa consommation superficielle et non-indispensable, favoriser les produits d'hygiène/maison naturels.... mais je crains qu'il ne devienne inéluctable.
Ce livre n'est pas à lire le soir, car oui, il est propice à la réflexion, mais s'avère aussi très anxiogène, on se sent tellement impuissant face à tous ces "grands" du monde, politiques comme industriels, financiers, ou simples "people richissimes", qui initient tellement de dégâts irréversibles contre les animaux, la faune, et l'humain demain, sans que l'on puisse rien y faire, nous les "petits" lambdas...
Mais ce n'est pas une raison pour les imiter, en citoyen du monde fatalistes ("il vaut mieux prendre tout ce qu'on peut prendre tant qu'on le peut" !!!) : sachons leur montrer l'exemple, et les pousser à renoncer à leur façon d'être, par des boycotts ou autres ; nous aussi avons un certain pouvoir, celui du nombre !!!
Lecture indispensable, à faire circuler autour de vous !!! Foncez !!!
Oui, il y a quelques longueurs, quelques redites, mais il faut bien marteler les faits pour qu'ils rentrent dans nos têtes de manière pérenne et efficace !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
Mimimelie
  21 décembre 2019
Le père Noël est une ordure !
De toute façon ça m'est égal, je ne l'aime pas. C'est rien que des mensonges.

D'abord, depuis qu'il descend dans les cheminées, il sait bien que le feu ça fait des cendres ! Pourquoi il n'en parle jamais des cendres… S'il aimait vraiment les petits enfants il leur ferait cadeau de petits mots et de plein d'astuces... pour sauver leur avenir, comme le fait Aurélien :

« les temps sont décisifs »

« On ne combat pas des bombes atomiques avec des épées de bois, on ne combat pas une crise d'ampleur planétaire par des mesures d'ajustement. »

« Il n'est pas question de revenir à l'âge de pierre, mais au contraire d'inventer un devenir radicalement autre qui s'extrait de la logique de domination et d'appropriation."

« Nous souhaitons éradiquer la pauvreté. La solution évidente est à la portée d'un enfant de cinq ans : le partage."

« le poète est celui qui sait entrevoir ce qui n'avait pas encore été imaginé, qui sait que l'existant s'invente en même temps qu'il se découvre, ton avenir sera poétique ou ne sera pas."

Bon Noël les enfants. Hop ! Hop ! Hop !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Pavlik
  17 juin 2020
Le 03 septembre 2018, Aurélien Barrau (avec l'actrice Juliette Binoche) était à l'origine de la publication, dans le journal le Monde, d'une tribune appelant le gouvernement à une action "ferme et immédiate" pour faire face au danger du réchauffement climatique. Elle fut signée par 200 personnalités.

De cette action découla la publication, en 2019, de cet ouvrage, qui a été l'objet cette année d'une deuxième édition augmentée. D'emblée il faut dire que ce texte d'Aurélien Barrau est fort bien construit, argumenté et qu'il oscille entre l'essai et le pamphlet en s'appuyant sur les qualités des deux catégories, sans en adopter les lourdeurs éventuelles.

Pour mémoire, rappelons qu'Aurélien Barrau n'est pas écologue ou climatologue de formation, mais astrophysicien et philosophe. Il n'invoque que sa légitimité de "vivant" et de citoyen pour prendre la plume et mettre en lumière l'effroyable constat de l'état de notre planète : effondrement des espèces animales et végétales, réchauffement climatique accéléré, pillage des ressources naturelles, pollution massive...et toutes les conséquences sanitaires et sociales, en cours ou à venir, pour l'humanité.

Puis il propose une méthodologie d'action, en appliquant à l'activisme nécessaire et urgent, en ces temps de fin du monde, la notion de "fractalité". La puissance de raisonnement et la sincérité d'Aurélien Barrau ne sont pas à remettre en question, selon moi. Si certains pourraient se sentir jugés, à la lecture de ce texte, c'est que, d'une part, la vérité fait mal (vision triviale des choses) et que, plus sérieusement, comme le disait si bien Bourdieu : "s'il y a une vérité, c'est que la vérité est un enjeu de lutte".

L'auteur, donc, ne saurait conclure autrement que par la nécessité d'un changement profond de paradigme (donc de catégories de pensée) sans lequel la mise en acte ne saurait advenir.

PS : j'ai vu certaines critiques qui reprochaient à Aurélien Barrau de ne pas citer suffisamment ses sources : c'est vrai. Mais je voulais attirer l'attention sur le fait que ça n'enlève en rien la justesse de son raisonnement, et qu'il ne prétend absolument pas être spécialiste de ces questions (cf préface). Il n'écrit qu'en tant que citoyen engagé, et non en tant que chercheur voulant se faire publier dans Nature. Je terminerais en disant que celui qui veut vraiment avoir accès aux données des chercheurs n'aura guère de mal à les trouver, à l'heure du web globalisé. Je suis prêt à parier qu'elles corroboreront les affirmations d'Aurélien Barrau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
odin062
  21 janvier 2020
Aurélien Barrau, scientifique philosophe, nous offre ici un essai concernant l'écologie et l'avenir de l'humanité sur Terre. A vrai dire, je suis toujours curieux de lire ces livres médiatisés en sachant très bien, que cela ne m'avancera ) rien, étrange...

Entre constats et (heureusement) solutions, Aurélien Barrau nous alerte sur les enjeux planétaires d'aujourd'hui et de demain... Il est ludice : il est trop tard, mais pas trop tard pour tout. Alors sauvons ce qui peut être sauvé.

J'ai beaucoup aimé la partie "FAQ" ou Aurélien répond aux questions qui lui sont le plus souvent posées. C'est un bon moyen d'exposer ses idées même si, bien souvent, il y a des redites.

bref, un bouquin à mettre dans les mains des néophytes, pour les autres... Rien de nouveau malheureusement!
Commenter  J’apprécie          130
oree
  09 juin 2020
Un livre choc pour prendre conscience de l'état de la planète et des conséquences de nos actions et comportements sur le climat, la disparition de la biodiversité des espèces végétales et animales. C'est très pessimiste et cela sonne comme une dernière alerte avant le désastre. Aurélien Barrau livre ses analyses élaborées sur plusieurs niveaux de complexité qui nous donnent des pistes pour agir chacun à notre niveau de petite ou grande façon pour être efficace s'il est encore temps. J'ai eu l'occasion d'apprécier ce savant aux multiples facettes lors de l'émission de François Busnel "la grande librairie" et son propos me paraît essentiel à l'heure des choix de nos pays après la pandémie et pour nous ici avant la remise du rapport de la Convention Citoyenne sur le climat.
Commenter  J’apprécie          120
Arthemyce
  27 juin 2019
On m'a prêté ce livre connaissant mon intérêt légitime pour le thème et pour être honnête je partais un avec un léger a priori négatif.
Non pas que je n'apprécie pas Aurélien BARRAU, d'autant que je le suivais déjà sur ses travaux scientifiques (1), mais par peur d'un ouvrage plutôt aseptisé, peut-être un peu trop doux et donc forcément en deçà de que le sujet mérite : on parle bien ici de la destruction de la vie par l'humain - principalement occidental, faut-il le rappeler?

Le livre démarre sur le constat implacable de l'écocide en cours. Nous consommons littéralement notre droit à la vie sur Terre en surexploitant ses ressources, qu'elles soient fossiles, minérales, végétales ou animales (humains inclus). Le foisonnement de chiffres (2) pour témoigner de l'ampleur de la catastrophe met un sacré coup au moral - soyons honnêtes. Il faut bien ça - et il s'agit de toute façon de la réalité - pour appréhender l'urgence de la situation.

Face au défi éminemment vital avéré, que faire?
Barrau pose un tour d'horizon non exhaustif des différentes évolutions envisageables en distinguant l'échelle individuelle et politique, mettant en exergue leurs forces et faiblesses pour conclure à l'évidence d'un changement global. A voir le bilan mondial de consommation, il est clair qu'au moins le gaspillage pourrait être endigué en bien des domaines - par exemple. C'est à la fois le pouvoir du consommateur en tant qu'individu et des Politiques en tant que Législateur de tracer la voix vers un monde plus responsable; mais surtout : vivable.

Hors ce changement ne peut advenir dans notre société occidentale droguée à la croissance. C'est une évidence que - désolé d'être franc - seuls les idiots peuvent nier. Aurélien BARRAU et certes Physicien mais un enfant comprendrait qu'une société basée sur la nécessaire croissance - et donc infinie - n'a aucune réalité possible dans un monde fini tel que l'est la Terre.
Un changement de paradigme vers un Ecologisme qui serait une règle d'or - sans être une dictature verte ! - passe nécessairement par un changement de paradigme sociétal. La concurrence entre les peuples et à l'intérieur même des peuples est une hérésie à bien des égards (lègue putréfié des premiers Utilitaristes, adoubé par une interprétation erronée du Darwinisme).
Non. On ne sauvera pas la vie sur Terre à l'aide du Capitalisme Néolibéral, principale forme d'oppression. On ne sauvera pas la vie sur Terre et les sociétés humaines sans une (r)évolution profonde, sans retrouver les racines du vivre-ensemble : le partage.

Le livre termine sur un petit chapitre de Questions/Réponses très pertinent qui permet à Barrau d'approfondir son point de vue sur certains sujets mais surtout de répliquer aux objections courantes le concernant directement (notamment, récemment, sa Rolex...) ou indirectement, aussi bien qu’infirmer tous les doutes les plus optimistes au sujet de l'effondrement en cours; Suit un petit "épilogue presque philosophique".

La pensée d'Aurélien BARRAU se rapproche à bien des égards de la pensée Libertaire, tel qu'il le mentionne lui-même dans le chapitre évoqué précédemment, mais aussi de la "Pensée Complexe" d'Edgar MORIN (sans toutefois le mentionner), ce qui confère à l'ouvrage une bienveillance et une profondeur particulièrement agréable.

Avec un peu moins de 140 pages - et "écrit gros" - c'est un ouvrage très accessible à un prix de 8€ (et sur papier recyclé histoire d'être le plus consistent possible avec ses principes) que je vous recommande non seulement de lire, mais surtout de faire lire - comme je m'apprête à le faire.

En espérant vous avoir donné envie.

(1) : https://www.youtube.com/channel/UCwgqYNmYaij2_8hq_tOFyZw
(2) : on regrettera tout de même l’absence de toute référence malgré la quantité de chiffres évoqués
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Arthur409
  27 décembre 2020
J'apprécie beaucoup la personnalité et le sens pédagogique d'Aurélien Barrau dans le domaine de la cosmologie, là où j'ai fait sa connaissance. Mais il n'est pas seulement un scientifique rigoureux, il a une vision globale de la pensée humaine : même dans l'analyse de faits scientifiques « objectifs », il sait expliquer notre pensée par l'influence de la civilisation qui nous environne, et des « mythes » qui structurent notre vision du monde.
C'est dans cette optique qu'il traite ici de la crise environnementale dans laquelle nous sommes en train de plonger. Prenant dès le départ la précaution de ne se poser ni en expert du sujet, ni en donneur de leçons, il se contente dans un premier chapitre de redonner les chiffres apocalyptiques que nous connaissons tous, mais que nous refusons d'intégrer à notre quotidien, sur le dérèglement climatique, la disparition de la biodiversité et la destruction des espaces naturels.
Vient ensuite une analyse que je qualifie de « globale », en ce sens qu'elle ramène les différents phénomènes observés à une idée centrale : les désordres que nous observons sont dus à l'activité humaine, et cette activité qui, consciemment ou non, modifie l'équilibre du vivant, finit par menacer l'existence même de notre race.
On ne peut pas considérer l'espèce humaine comme isolée, voire privilégiée, ayant tout pouvoir sur la flore et la faune qui nous entourent. Que nous le voulions ou non, tout impact humain sur notre environnement génère, à plus ou moins long terme, un « impact retour », que ce soit sous forme d'intempéries catastrophiques, de pénurie alimentaire ou de crise sanitaire… Autrement dit, les hommes et toutes les espèces vivantes sont dépendantes les unes des autres, et elles doivent partager un bien commun, la Terre.
Cette idée, je l'ai trouvée exprimée par d'autres personnalités. Par exemple Samuel Challeat, dans son livre « Sauver la nuit », explique que l'obscurité est une ressource à partager avec tous les êtres vivants (vous pouvez vous reporter à ma critique de ce livre). Ou, sous une autre forme, le photographe animalier Vincent Munier (celui de « La panthère des neiges »), dans un très beau documentaire intitulé « Vincent Munier, éternel émerveillé » (à voir sur Ushuaia TV encore en janvier 2021), dit que lorsqu'il est en forêt et qu'il sent la présence d'animaux autour de lui, « il n'est pas chez lui »…
Après cette analyse, Il est clair que si solution il y a, elle ne peut être que globale, c'est-à-dire menée dans tous les pays, et concernant toutes les espèces… Est-ce encore possible ?
Là, Aurélien Barrau est plutôt désabusé concernant les intentions et les actions des hommes politiques de la planète. Assez curieusement, il irait presque jusqu'à prôner une action forte, coercitive, au vu de l'urgence des problèmes, tout en se défendant d'être « liberticide» . Parallèlement, il envisage pour chaque citoyen une action « fractale », c'est-à-dire que si chaque citoyen, à son niveau, adopte une attitude responsable, on pourra (peut-être) infléchir le comportement global de l'humanité.
Pour terminer, Aurélien Barrau, scientifique mais aussi, indissolublement, homme de lettres et philosophe, fait appel à la poésie, source infinie d'invention et de « ré-invention » du monde, pour peut-être nous donner les moyens de construire une civilisation nouvelle.
J'avoue que j'avais commencé ce livre en craignant qu'il ne me démoralise complètement, et qu'en fait il m'a redonné à la fois de l'espoir et l'envie de participer activement à relever « le plus grand défi de l'histoire de l'humanité ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
reve2003
  12 janvier 2020
A lire et à faire lire autour de soi, pour éveiller les consciences et se rendre compte de l'urgence à œuvrer en faveur de notre planète. J'ai apprécié le côté humain des propos de cet astrophysicien. Le sauvetage de notre planète passera par une révolution de la société de consommation ou ne se fera pas.
Commenter  J’apprécie          71
caro8711
  06 juin 2019
Un essai passionnant et passionné qui ne laissera personne indifférent face à ce «génocide environnemental prévu». L'astrophysicien Aurélien Barrau dresse ici un état des lieux alarmant de la situation écologique actuelle, étayé par de nombreux chiffres et statistiques, qui fond littéralement froid dans le dos. Il propose également des pistes concrètes à mettre immédiatement en place au quotidien pour faire avancer les choses dans le bon sens, tout en précisant néanmoins que cela ne sera pas suffisant : un changement collectif d'ampleur planétaire est désormais vital car le pire est avenir…

Je n'ai pas l'habitude de lire ce genre d'essai, mais je dois dire que le choc des propos d'Aurélien Barrau m'a interpellé dès les premières lignes. La planète se meurt et ne survivra pas si l'on continue à foncer droit dans le mur.

Le ton n'est cependant absolument pas moralisateur, ce n'est pas nécessaire puisque les faits parlent d'eux-mêmes : la situation de notre planète est désespérée.

Grâce à des propos très clairs, l'ouvrage est aisément compréhensible et accessible, mettant le lecteur devant l'insoutenable paradoxe de notre monde moderne : « il ne s'agit que de décider si nous préférons sauver des biens ou des vies, des espèces ou un système, un avenir ou un instant ».

Il donne également à voir qu'en modifiant quelque peu nos habitudes, il est possible de migrer vers un mode de vie et de consommation plus juste et équitable, mais il y'a urgence. Me reste une envie de révolte en refermant ce petit livre, l'envie de m'indigner, pour qu'enfin nous cessions de nous voiler la face face à l'imminence et à la certitude du désastre à venir. Une lecture inspirante qui éveille les consciences.
Lien : https://unlivredanslapoche.h..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sophronie
  20 août 2020
Le point de vue et l'analyse de l'astro-physicien Aurélien Barrau sur l'avenir de la planète et l'urgence à agir pour la survie des êtres vivants.

Il part d'un constat, pour finir par 24 propositions et une réflexion philosophique.

Niveau de langage un peu soutenu.

Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

littérateurs du XIXème siècle

Joyce a reconnu sa dette envers cet écrivain oublié pour l’utilisation du monologue intérieur dans l’écriture romanesque

Edouard Dujardin
Homère
Henry Céard

10 questions
131 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , 19ème siècle , Écrivains françaisCréer un quiz sur ce livre