AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Arthur409


Arthur409
  27 décembre 2020
J'apprécie beaucoup la personnalité et le sens pédagogique d'Aurélien Barrau dans le domaine de la cosmologie, là où j'ai fait sa connaissance. Mais il n'est pas seulement un scientifique rigoureux, il a une vision globale de la pensée humaine : même dans l'analyse de faits scientifiques « objectifs », il sait expliquer notre pensée par l'influence de la civilisation qui nous environne, et des « mythes » qui structurent notre vision du monde.
C'est dans cette optique qu'il traite ici de la crise environnementale dans laquelle nous sommes en train de plonger. Prenant dès le départ la précaution de ne se poser ni en expert du sujet, ni en donneur de leçons, il se contente dans un premier chapitre de redonner les chiffres apocalyptiques que nous connaissons tous, mais que nous refusons d'intégrer à notre quotidien, sur le dérèglement climatique, la disparition de la biodiversité et la destruction des espaces naturels.
Vient ensuite une analyse que je qualifie de « globale », en ce sens qu'elle ramène les différents phénomènes observés à une idée centrale : les désordres que nous observons sont dus à l'activité humaine, et cette activité qui, consciemment ou non, modifie l'équilibre du vivant, finit par menacer l'existence même de notre race.
On ne peut pas considérer l'espèce humaine comme isolée, voire privilégiée, ayant tout pouvoir sur la flore et la faune qui nous entourent. Que nous le voulions ou non, tout impact humain sur notre environnement génère, à plus ou moins long terme, un « impact retour », que ce soit sous forme d'intempéries catastrophiques, de pénurie alimentaire ou de crise sanitaire… Autrement dit, les hommes et toutes les espèces vivantes sont dépendantes les unes des autres, et elles doivent partager un bien commun, la Terre.
Cette idée, je l'ai trouvée exprimée par d'autres personnalités. Par exemple Samuel Challeat, dans son livre « Sauver la nuit », explique que l'obscurité est une ressource à partager avec tous les êtres vivants (vous pouvez vous reporter à ma critique de ce livre). Ou, sous une autre forme, le photographe animalier Vincent Munier (celui de « La panthère des neiges »), dans un très beau documentaire intitulé « Vincent Munier, éternel émerveillé » (à voir sur Ushuaia TV encore en janvier 2021), dit que lorsqu'il est en forêt et qu'il sent la présence d'animaux autour de lui, « il n'est pas chez lui »…
Après cette analyse, Il est clair que si solution il y a, elle ne peut être que globale, c'est-à-dire menée dans tous les pays, et concernant toutes les espèces… Est-ce encore possible ?
Là, Aurélien Barrau est plutôt désabusé concernant les intentions et les actions des hommes politiques de la planète. Assez curieusement, il irait presque jusqu'à prôner une action forte, coercitive, au vu de l'urgence des problèmes, tout en se défendant d'être « liberticide» . Parallèlement, il envisage pour chaque citoyen une action « fractale », c'est-à-dire que si chaque citoyen, à son niveau, adopte une attitude responsable, on pourra (peut-être) infléchir le comportement global de l'humanité.
Pour terminer, Aurélien Barrau, scientifique mais aussi, indissolublement, homme de lettres et philosophe, fait appel à la poésie, source infinie d'invention et de « ré-invention » du monde, pour peut-être nous donner les moyens de construire une civilisation nouvelle.
J'avoue que j'avais commencé ce livre en craignant qu'il ne me démoralise complètement, et qu'en fait il m'a redonné à la fois de l'espoir et l'envie de participer activement à relever « le plus grand défi de l'histoire de l'humanité ».
Commenter  J’apprécie          121



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (10)voir plus