AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253118602
412 pages
Le Livre de Poche (14/02/2007)
3.73/5   150 notes
Résumé :
Il y a un siècle, ceux qui savaient lire savaient aussi se situer dans l'espace et dans le temps. Il n'en est plus ainsi. Les Français, et d'ailleurs tous les Occidentaux, sont devenus, pour la plupart, des hommes sans passé, des « immémorants ». Par un paradoxe ironique, on n'a jamais autant parlé du « devoir de mémoire » qu'en ces temps d'oubli, car il est bien connu que l'on insiste sur une qualité seulement quand elle est oubliée. Ajoutez à cela un mépris boursi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 150 notes
5
7 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
2 avis

jipeg
  14 août 2012
En réaction à certaines critiques à propos de l'ouvrage, je trouve que justement l'ouvrage ne verse pas dans l' "européo-centrisme" ; pour moi, il n'est pas une "fresque à la gloire inconditionnelle de l'Europe" , et sous une apparente simplicité, il est tout en nuance . J'ai moi-même fait de longues études en histoire (et je continue aujourd'hui par passion !) et pourtant j'ai lu cet ouvrage avec émerveillement. Les auteurs ne se laissent pas aller au travers qui consisterait à considérer la civilisation moderne comme décadente ; il ose des rapprochements, des analogies... Il est à la fois un précis de l'histoire et un ensemble de prises de position intelligentes et solidement argumentées... Il fait une place à toutes les civilisations, même si c'est vrai qu'il se concentre surtout sur l'Europe. Une raison à cela : les programmes scolaires , encore trop axés sur l'Occident, et desquels le livre repart pour donner d'autres pistes , tout en remettant à l'honneur la bonne vieille chronologie ! La lecture de ce livre a attisé ma curiosité, elle m'a conduit à en lire d'autres plus spécialisés ; elle ne dispense pas non plus de lire les précis d'histoire écrit par Mallet et Isaac (deux noms qui font référence). Ou d'aller farfouiller dans l'histoire de l'Afrique, de la Chine, de l'Inde, des Amériques... en tout temps... d'ailleurs l'ouvrage TOUTE LA GEOGRAPHIE DU MONDE est lui aussi à lire, car il replace de manière originale chaque continent et chaque pays dans un ensemble !!! Bref, ce livre (ces livres) sont un bon point de départ pour qui désire combler ses lacunes, ou simplement pour qui souhaite savoir d'où il vient...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Wandrille
  04 janvier 2015
L'histoire par le nuls, pour les nuls, pour qu'on devienne tous nuls.
Un livre effroyable, dangereux, plein d'approximations, voir d'erreur historiques et d'anachronismes (la comparaison avec Hitler au chapitre Napoléon est un must du genre).
Ce n'est pas de la vulgarisation, c'est de l'approximation vulgaire.
Historiquement, on est dans un point de vue tellement franco-français qu'on comprendra vite que ce livre est destiné pour les français pour leur donner conscience de leur importance.
"toute l'histoire du monde", vraiment ? Il suffit d'ouvrir le livre en son milieu (le milieu de l'histoire du monde) pour s'apercevoir que c'est même pas le moyen-âge (qui serait déjà un point de vue bien biaisé de l'histoire) mais non, c'est... Naopléon, encore une fois.
Le pompon étant atteint avec les considérations de géopolitique torché à la diable... Avec les auteurs qui osent le concept de "guerre légale" (ah ah ah, génial, personne ne l'avait tenté avant, mais les cons, ça ose tout)... garantit par le fait que "d'ailleurs la France y participa".
Vous avez compris ? La France est impliquée donc la guerre est légale... N'importe quoi.
Quand on voit que certains ont aimé ce livre et prétendent s'intéresser à l'histoire, c'est à pleurer...
Pour les vraies incultes qui veulent croire qu'ils s'instuisent, allez y les yeux fermés, c'est pas encombrés de concepts compliqués, ni de dates (c'est fachiste, les dates).
Ce livre est une honte et leurs auteurs qui osent revendiquer la qualité d'enseignant sont des escrocs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
titrit
  13 juin 2011
moi j'ai pas aimé ce livre j'ai cru que je vais lire un livre globale sur l'histoire du monde comme l'indique le titre, mais je suis déçue que ce livre est consacré a l'histoire de l'Europe et l'histoire de la France et le grande rôle de christianisme
un livre qu'est loin d'être objective il n'ignore pleins de peuples, les arabes, les turques, l'Afrique, il minimise l'islam pour ne pas dire qu'il le méprise
il favorise même la colonisation !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
bref un livre sans intérêt pour moi
Commenter  J’apprécie          140
ecceom
  15 janvier 2022
Des historiens abusés par les mythes
Quel programme et quel curieux livre.
A priori sympathique, il repose sur une bonne idée devenue de plus en plus rare : raconter l'histoire de manière chronologique.
Mais une bonne idée ne suffit pas et les postulats ou affirmations à l'emporte pièce, les opinions personnelles douteuses ou peu étayées, sans compter les erreurs historiques grossières, ternissent grandement ce tableau.
Il faut dire que le ver est dans le fruit dès l'introduction : "les Français, et d'ailleurs tous les Occidentaux, sont devenus, pour la plupart des hommes sans passé, des immémorants".
Vous voulez des preuves de notre ignorance collective ? Passez votre chemin ! Ici, on affirme, on ne démontre pas.
Les perles défilent à un tel rythme qu'on peine à reprendre son souffle : les tigres sont bêtes ; les éléphants ? Pas mieux ! Les mâles sont plus beaux que les femelles, il n'y a pas de différence de nature entre l'invention du feu et celle de la bombe atomique (l'idée que le feu n'a pas été inventé mais découvert est sans doute une notion trop complexe pour nous autres décérébrés), les Egyptiens ont créé le Pharaon pour veiller à la répartition équitable de l'eau, la durée de la vie humaine n'a pas augmenté, c'est juste qu'il y a plus de vieillards qu'avant (!!), d'une certaine manière, le suicide est l'idéal bouddhiste, les Grecs étaient homos, leurs femmes courtisanes.
Certains passages sont pourtant intéressants sur l'évolution des civilisations notamment, comme l'idée selon laquelle la pensée d'un avenir (le temps n'est plus une roue, mais une flèche) est facteur de progrès, ou sur les origines des limites entre religions, leur forces d'attraction faible ou forte, le contournement du monde sahélien des musulmans quand les occidentaux ont tourné le dos à l'Orient classique, certaines étymologies.
Mais à côté de ça, que de bêtises (Henri III était homosexuel, la conception de la laïcité française est née en 1598, il n'y a pas de légende autour de Jeanne d'Arc), de jugements approximatifs et gratuits (les classes dirigeantes n'ont aucun sentiment national, la faillite des élites est choses assez fréquente, l'extraordinaire féminisme du Moyen-Age - mais la guerre de 100 ans est née de l'application de la loi salique, allez comprendre ! La mort "glorieuse"( ?!) de Constantin XI, le règne de Louis XIV qui a bien plu aux paysans (qui l'ont quand même trouvé un peu trop long !), il n'y a plus de valeurs spirituelles aujourd'hui...
Tout cela prêterait à rire s'il n'y avait au delà de ces éléments fantaisistes, une véritable ignominie : les Juifs et les Nazis se sont massacrés.
Hein, quoi, ils ont vraiment écrit ça ? !
Non, mais presque : "au Rwanda, les Hutus et les Tutsis se sont massacrés".
Rappelons donc les faits, c'est à dire ce sur quoi l'histoire doit s'appuyer : en quelques mois de 1994, une grande partie des Hutus Rwandais a découpé entre 800 000 et 900 000 Tutsis. Cela s'appelle un génocide et il a été commis par les uns, contre les autres, sans vice-versa. S'il est permis de songer à "des" génocides au Burundi ou au Congo, au Rwanda, l'équivoque n'est pas possible.
C'est pour moi, le clou final au cercueil de ce livre.
Si vous voulez un ouvrage plus digne, pourquoi ne pas tenter "L'Histoire de France pour les Nuls" ? Titre particulièrement adapté aux 2 auteurs de ce magma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JehanneDD
  31 juillet 2017
C'est tout dabord un livre qui permet de remettre les connaissances accumulées pendant toutes nos années d'école en contexte, dans l'ordre, de faire le tri, et d'en avoir une autre approche.
Bien sûr, il ne faut pas perdre de vue que c'est SUBJECTIF (comme l'est de toute façon l'Histoire). L'auteur peut se permettre les comparaisons qu'il souhaite, du moment qu'il les étaye. Rien n'empêche le lecteur méfiant, indigné ou peu convaincu d'aller vérifier avec d'autres sources ! Ensuite, ce sont des auteurs français, rien d'étonnant donc à ce qu'ouvrage soit centré sur la France et sur l'Europe. J'ai trouvé particulièrement intéressant qu'il étudie la seconde guerre mondiale en France d'abord, puis à l'échelle mondiale dans le chapitre suivant.
Une chose sur laquelle je ne suis pas d'accord avec les auteurs (mais qui ne m'empêchent pas de trouver le livre et ses ambitions très pertinents) : lorsque l'auteur de la préface critique l'histoire thématique, soi disant à la mode, et peu justifiée pour les besoins actuels de la société… Je trouve que l'histoire thématique est de plus en plus justifiée au contraire. Certes, avant d'étudier l'histoire de la sorcellerie, par exemple (un des thèmes que j'ai étudiés en prépa, mon préféré), il est conseillé d'avoir de solides notions d'histoire « classique ». Mais l'histoire thématique permet de varier les approches, empêche de s'ennuyer, renouvelle la disciplines, et mêle les domaines d'étude, les références…. Donc vive l'histoire thématique.
Et pour finir… attention messieurs les auteurs, la philosophe Simone Weil, morte en 1943, s'écrit avec un W, à ne pas confondre avec Mme Simone Veil, femme politique, déportée, et morte en 2017 ! Cette faute est grave, et la relecture alors ?
Allez, ceci étant dit, courez lire ce livre, avec la distance nécessaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
amigoamigo   27 mars 2010
Page 86 - L'impérialisme romain inaugura une idée très originale : l'assimilation.
Rome était impérialiste (le mot vient d'elle), mais pas raciste. Elle pratiqua très tôt l'assimilation complète des peuples conquis - tout au moins de leur élites. Tous les notables indigènes pouvaient espérer acquérir la citoyenneté romaine (l'apôtre Paul, ce rabbin juif, était romain de naissance par son père), et même gouverner : il y aura des empereurs gaulois, espagnols et arabes.
Les romains avaient compris que la force seule ne garantit pas la durée. Talleyrand le redira : on peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s'asseoir dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
said1964said1964   11 août 2010
c'est à son entourage qu'on reconnait un dirigeant:les petits chefs ne supportent pas le talent des autres et choisissent des incapables ;les grands chefs savent que la gloire de leur conseillers ne leur porte pas ombrage,mais rejaillit sur eux.
Commenter  J’apprécie          130
FranzXGuntherFranzXGunther   09 janvier 2015
« Ce livre n’est pas un livre de savants. Il se veut une espèce de résumé de l’histoire de l’humanité; rudimentaire, mais plein de rapprochements surprenants et de questions impertinentes; conte vrai où le lecteur pourra trouver des interprétations discutables de faits qui ne le sont pas. Il est destiné à tous, à l’exception des historiens de métiers. » Page 10.
Commenter  J’apprécie          70
penotpascalpenotpascal   05 juin 2013
Un livre intéressant, mais il me paraissait assez osé de résumer l'histoire du monde en si peu de pages. C'est un ouvrage de vulgarisation, et en l'état, c'est un livre qui peut servir d'introduction et qui peut intéresser certains lecteurs ne souhaitant pas avoir une connaissance approfondie de tel ou tel sujet.
Il peut servir à s'ouvrir à d'autres sujets.
En tout cas, je salue l'initiative, et l'ouverture que ce livre peut apporter à de nombreux lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jipegjipeg   15 août 2012
Lorsque les duchesses trouvaient Rousseau "tellement spirituel", qu'elle riaient de ses saillies "à gorge déployée", elle n'imaginaient pas qu'elle allaient un jour y laisser leurs jolies têtes. Il est intéressant de constater à quel point l'on peut être dépassé par l'application de ses idées. Rousseau pouvait-il imaginer Roberspierre ?
Commenter  J’apprécie          50

Video de Jean-Claude Barreau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Barreau
Jean-Claude Barreau sur l'immigration
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire : généralités>Histoire générale du monde (357)
autres livres classés : histoireVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2714 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre