AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Culte du Moi tome 1 sur 3
EAN : 978B003OS03VG
Cres/ les maitres du livre (30/11/-1)
3.54/5   14 notes
Résumé :
Sous l’œil des barbares paraît en 1888, l'année même où le général Boulanger est mis d'office à la retraite puis, quelques jours seulement après cette date, est élu député et se rend au Palais-Bourbon à la tête d'une foule qui inquiétera Jules Ferry, lequel ira même jusqu'à appeler à une défense énergique de la République passant par la création d'un comité central socialiste antiboulangiste. C'est en 1889 que Boulanger sera triomphalement élu à Paris puis, menacé d... >Voir plus
Que lire après Le Culte du Moi, tome 1 : Sous l'oeil des barbaresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sous l'oeil des barbares/ Maurice Barrès (1862- 1923) Académie française (1906)
« le culte du moi, je m'y acheminai le jour où mes parents me laissèrent …près des cygnes, au milieu des enfants méchants dans la cour d'honneur de la Malgrange. » Ainsi s'exprime Barrès dans « Les Cahiers », ouvrage dans lequel il se confie. Il souffrit dès lors de la solitude mais il acquit le sens de la vie intérieure et une ombrageuse fierté.
Dans ce roman, il évoque le gamin trop sensible et trop raisonneur qui aime mieux être seul que jouer avec ceux qu'il n'a pas choisis. Il décrit les traits essentiels et permanents de sa personnalité, très vulnérable et très volontaire. Individualiste, il célèbre le Culte du Moi en affirmant assurer lui-même la culture de son âme selon des idéaux personnels où la seule valeur indiscutable et immédiatement perceptible est le Moi, pour vivre un individualisme conscient et concerté. Ce Moi, il faut le défendre chaque jour et chaque jour le créer. Il n'est pas question de s'accepter tout entier sans effort, mais pratiquer une culture qui se fait par élaguements et accroissement. Et surtout défendre ce Moi contre tout ce qui risque de le contrarier, contre les Barbares, c'est à dire contre tout ce qui risque de l'affaiblir dans l'épanouissement de sa propre sensibilité. C'est la solitude qui permet à la pensée d'aller plus haut et plus profond.
Ce premier roman de Barrès est le premier tome d'une trilogie, avec à suivre « Un homme libre » et « le jardin de Bérénice ». Il est paru en 1888.
Dans un style très travaillé, poétique mais grandiloquent, précieux, maniéré et éthéré qui finit parfois par lasser, Barrès nous invite à une lecture assez difficile, demandant une attention soutenue, d'une histoire des années d'apprentissage d'un moi, âme ou esprit d'un jeune homme à l'âme infiniment sensible ayant le goût du plaisir et du vagabondage, en faisant référence à ses rêves et ses casuistiques, à sa fièvre de se connaître en plongeant dans sa vie intérieure. Les premiers temps sont difficiles face à ceux qu'il appelle les barbares. le narrateur s'adressant au jeune homme : « Vous eûtes leur sottise pour compagne, alors que vous grandissiez sous la brutalité des camarades et l'imbécillité des maîtres. »
Méfiance à l'égard de la femme malgré son attrait irrésistible, admirons cependant le style de Barrès : « À l'heure où la lune s'allume, où les bêtes féroces jadis assaillaient nos lointains aïeux, où naguère s'embuscadaient nos pères paraphant des alliances dans la chair des assassinés, à cette heure étoilée qui frissonne du gémissement des fiévreux et du perpétuel soupir des amantes, une langueur nous pénètre, un effroi de la solitude, une élévation mystique et des désirs assez vifs… et s'avance pour triompher la femme… inquiète de ce jeune homme si las, devinant peut-être qu'il contemplait là-bas, plus loin que tout désir, le temple de la sagesse éternelle vers qui les plus nobles s'exaltent. Elle posa sa main délicate sur les yeux du jeune homme… Qu'importe le mot de leur fièvre dévorante! Parmi cette tendresse du soir, sur les gazons onctueux, dans le silence pénétrant et la fraîcheur féconde, la même allégresse, en leurs poitrines allégées d'un même poids, rythmait leurs pensées et leur sang ; et c'est ainsi qu'étendus côte à côte, sans se mouvoir, sans un soupir, yeux perdus dans la nuit d'argent que toujours on regrettera sous la pluie dorée de midi, ils ne furent plus qu'un frissonnement du bonheur impersonnel. »
La ligne de conduite du jeune homme et de s'en tenir à dégager son moi « des alluvions qu'y rejette sans cesse le fleuve immonde des barbares » et voir son âme « remontée dans sa tour d'ivoire qu'assiègent ces mêmes barbares, sous l'assaut de tant d'influences vulgaires. »
Une lecture réservée aux spécialistes de Barrès ou à ceux qui désirent le connaître et à qui je souhaite une grande résolution.
Commenter  J’apprécie          10
Trouver le chemin que l'on décide de suivre, ne pas se laisser détourner de sa voie par l'Autre, c'est à dire les barbares. Voilà l'idée que l'auteur nous propose d'analyser. « Le Moi » c'est ce qui n'est pas l'Autre, c'est ce qu'il faut protéger et faire fleurir.
C'est un roman d'un style initiatique, qui plaira aux plus jeunes si ils arrivent à comprendre l'auteur qui à un style je trouve très fourni pour nous contemporains.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Attachons-nous à l'unique réalité, au moi. — Et moi, alors que j'aurais tort et qu'il serait quelqu'un capable de guérir tous mes mépris, pourquoi l'accueillerai-je ? J'en sais qui aiment leurs tortures et leurs deuils, qui n'ont que faire des charités de leurs frères et de la paix des religions ; leur orgueil se réjouit de reconnaître un monde sans couleurs, sans parfums, sans formes dans les idoles du vulgaire, de repousser comme vaines toutes les dilections qui séduisent les enthousiastes et les faibles ; car ils ont la magnificence de leur âme, ce vaste charnier de l'univers.
Commenter  J’apprécie          80
Le secret des forts est de toujours se contraindre sans répit
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Maurice Barrès (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Barrès
MAURICE BARRÉS - ESTELLE ANGLADE TRUBERT
autres livres classés : introspectionVoir plus


Lecteurs (36) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
430 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}