AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954832835
Éditeur : Éditions Luciférines (01/05/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Prix Masterton 2017

Animal vénéré, adoré ou craint, compagnon des sorcières ou incarnation d’un démon sur Terre, le chat entretient dans l’esprit des Hommes l’image d’une créature de l’entre-deux. Depuis le célèbre Chat Noir d’Edgar Poe, et la rhétorique trouble du chat de Cheshire sous la plume de Lewis Caroll, le petit félin domestique est un familier des récits fantastiques, légendes urbaines et croyances ésotériques.
À une époque où ils env... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
joedi
25 novembre 2016
Je remercie les Éditions Luciférines pour l'envoi de ce livre dont la couverture est particulièrement réussie ainsi que Babelio pour l'organisation de cette Masse critique.
Dix-neuf sombres nouvelles tantôt démoniaques tantôt extraordinaires composent cette anthologie particulière dont les chats sont les maîtres incontestés.
Une présentation de chaque auteur et des trois illustrateurs en fin de livre apportent des renseignements utiles sur leur biographie et leur bibliographie.
Les histoires ayant chacune leur style se suivent et ne se ressemblent pas et donc, le lecteur n'éprouve pas de lassitude à les lire. Toutefois je n'ai pu lire L'Enfer, je ne l'ai que survolé car pour moi la lecture doit être un plaisir et non un cauchemar, cette histoire trop gore à mon goût peut avoir ses adeptes dont je ne fais pas partie.
Dans l'ensemble, j'ai apprécié la lecture de l'Anthologie Sombres Félins.
Commenter  J’apprécie          469
TheWind
05 décembre 2016
"Avec un humour mêlé de cruauté, les textes de Sombres Félins vous feront voir votre ami à quatre pattes sous un autre jour. Sera-t-il toujours le bienvenu sur vos genoux ?"
C'est la question posée par la quatrième page de couverture de ce recueil de nouvelles édité par les éditions Luciférines - que je remercie au passage- et à laquelle je répondrai sans hésiter :
Bien évidemment que mon chat restera sur mes genoux et que je continuerai à le couver de mon regard attendri et amoureux... Ce n'est pas quelques nouvelles, aussi féroces soient elles, qui me feront douter de mes félins chéris !
Et pourtant...il y a du lourd ! Dans ce recueil, rien ne sera épargné au lecteur ! On ne peut pas dire que les auteurs se soient retenus. du macabre, du gore, du morbide...en veux-tu en voilà ! Avec une bonne dose de fantastique et même de sf par moments qui adoucit un peu le ton et qui permet de souffler un peu...Mais, il faut bien le dire, ce recueil laisse un mauvais goût de fer dans la bouche.
Ces pauvres minets ! Les auteurs ne se sont pas gênés pour leur prêter bien des attentions sordides, glauques et impitoyables !
Niveau qualité, c'est assez inégal. Certaines fins m'ont laissée sur ma... faim. Certaines nouvelles m'ont laissée de glace, d'autres m'ont amusée, d'autres m'ont énervée et d'autres m'ont littéralement révulsée !
Un petit coup de coeur néanmoins pour La Quête , sordide certes mais à l'humour noir délicieux !
Il m'a fallu deux bonnes semaines pour terminer ce livre. Il était bien trop difficile d'enchaîner les nouvelles les unes après les autres. (pour toutes les raisons citées plus haut)

Une lecture somme toute intéressante dans le sens où n'affectionnant pas ce genre de littérature cauchemardesque, j'ai pu découvrir de nouveaux horizons...
Merci donc à Babelio pour sa formidable Masse Critique et aux éditions Luciférines pour l'ouvrage envoyé. Un très beau livre, d'ailleurs, doté d'illustrations en noir et blanc dont certaines m'ont vraiment tapé dans l'oeil ! (Notamment celles de Caprices et La cage aux fioles)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Sofifi
07 juin 2016
Ma première critique sur babelio. J'ai acheté cette anthologie à la Japan Addict parce que j'adore les chats. Je n'ai pas été déçue ! D'emblé, la 1ere nouvelle (Caprices de F. Barrier) m'a scotché ! Une belle entrée en matière, pour ce recueil. L'auteure joue sur plsuieurs tableaux (c'est le cas de le dire puisque l'élément central est un tableau qui, en plus j'ai vérifié existe en vrai ! flippant !) : d'abord humoristique, très drôle, et léger, le ton devient peu à peu pesant et angoissant, jusqu'à la terrible fin ! une fin qui m'a obligé à relire toute l'histoire du début. j'y ai retrouvé tous les éléments clés naturellemnt insérés depuis les premières lignes, mais l'art de 'auteure est de tout nous mettre sous le nez et de détouorner notre attention. du grand art, on n'y voit que du feu, l'auteure joue avec le lecteur pour mieux le retourner comme une crèpe ! Je suis en train de lire la suite mais cette 1ere histoire va etre difficile à égaler. Merci pour l'accueil sur le stand Luciférines Editions, où j'ai aussi acheté Maisons Hantées, que je commenterais une fois fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
JeanneSelene
31 mai 2016
Je vais essayer de vous dire un petit mot sur chaque nouvelle !
1 – Caprices – Florence Barrier nous propose une réécriture d'Alice au Pays des Merveilles. Une nouvelle pleine d'humour, une entrée en matière fort réussie.
2 – Meow – Aaron Judas nous fait découvrir une nouvelle drogue aux effets surprenants. Les apparences ne seront désormais plus trompeuses pour certains... J'ai beaucoup aimé la chute de cette nouvelle et la présentation fouillée du personnage central.
3 – le pré aux trembles – David Baquaise : quand un père cherche à protéger son fils de son ignorance... Troublant.
4 – L'Enfer – Mahaut Davenel nous offre un texte aussi poétique qu'horrible. J'y ai vu une dénonciation du marché de la pornographie. Cela m'a beaucoup fait penser à l'article d'Isabelle Sorente sur les dessous du X.
5 – La Quête – Patrick Godard nous propose sa vision des neuf vies du chat. Quel faux-cul ce chat !!! Très réussi à mon goût.
6 – Sacha – Pierre Brulhet nous fait mener une enquête de voisinage. Que se passe-t-il d'étrange avec la vieille dame au chat ? J'ai trouvé la chute de cette histoire parfaite !
7 – Blanc Comme Neige – Jeanne Sélène (alias "moi"). Je vous parle en quelques mots de ma nouvelle : venant juste d'échapper à un mari violent et manipulateur, une jeune mère accepte d'adopter un chaton à la demande de son fils de cinq ans...
8 – Etincelle dans la nuit – David Elbe nous propose une rencontre nocturne bien singulière. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle avec sa tendre bienveillance surmontée d'horreur.
9 – Hachés menus comme chair à pâté – quand Vyl Vortex réinvente le chat botté, ça déchire !
10 – Moi, le chat – avec cette très courte nouvelle, Morgane réussit à nous plonger dans les pensées d'un adorable petit affamé... J'ai vraiment beaucoup aimé.
11 – Chatertton Blues – Mickaël Feugray écrit un dialogue intérieur fort malsain. du "Luciférines" le plus impur qui soit !
12 – Heil Kitler – Aude Cenga imagine Hitler réincarné en chaton. Une nouvelle poilante, je me suis bien amusée avec cet humour à la fois noir et désopilant.
13 – La Femme aux chats – Henri Bé. Un jeune amoureux offre, un peu à contre-coeur, un chat à sa femme. Mina la minette se révèle le catalyseur d'étranges comportements...
14- Les chats du Tard – François Fieroboe a choisi un style journalistique pour cette nouvelle. Mais quel est le secret de cette ville aux chats ? Une histoire ouverte qui donne envie d'inventer mille possibilités !
15 – Ronronnements Infernaux – les chats de Bruno Pochesci sont joueurs, très joueurs... pour le malheur des candidats désignés d'office ! J'ai beaucoup aimé cette nouvelle. Au bout du compte, il fait bon avoir un brin d'empathie pour les félins !
16 – Peau de chat – le personnage central de Noémie Wiorek est taxidermiste. Pour remplir sa bourse, il délaisse ses rêves d'artiste et vend en quelque sorte son âme aux chats. Une nouvelle qui fait frissonner !
17 – La Cage aux fioles – cette nouvelle d'Eric Vial-Bonacc est dans la pure lignée du fantastique d'autrefois. J'ai beaucoup aimé le ton, légèrement primesautier, en décalage total avec le contenu très sombre.
18 – Les petits chéris – Emmanuel Delporte campe un personnage très original dans un monde en perdition. J'ai adoré cette nouvelle, c'est un véritable coup de coeur pour moi !
19 – Addiction – Marthe Machorowski donne une petite touche d'Égypte antique à notre monde capitaliste et hypersexualisé. Les chats sont joueurs décidément !
En résumé, une anthologie vraiment très réussie, pour moi, avec des styles et des sujets très variés autour de ce thème central qu'est le chat. Et, comme pour Maisons Hantées, le petit plus vraiment chouette : le fait que chaque nouvelle soit illustrée.
Lien : http://jeanneselene.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LiliGalipette
26 novembre 2016
Recueil de nouvelles. Illustrations de Stéphane Maillard Peretti, Arnaud S. Manick et Nejma El Gouzmilli.
Le chat, objet de tant de fantasmes, de légendes et de superstitions. Avec sa fourrure douce qui dissimule des griffes dangereuses et son regard à la fois pénétrant et réfléchissant, il nourrit les peurs et les angoisses. C'est ce que les auteurs de cette anthologie ont tenté de mettre en mots. de célèbres figures de chats sont retravaillées, d'autres pourraient devenir votre futur pire cauchemar.
« Tu ne risques rien, comment peux-tu flipper avec un truc qui s'appelle miaou ! » (p. 40)
Hélas, quelle déception que cette lecture ! Outre la très grande inégalité de qualité des textes, certains moins mauvais que d'autres parce qu'ils abusent moins des clichés et proposent un style moins scolaire, il y a des textes glauques à l'excès, inutilement sanglants et racoleurs. J'ai abandonné à la moitié du recueil, lassée par la répétition des mêmes images et le manque de finesse dans l'horreur.
Amateurs de chats, lisez plutôt Éloge du chat de Stéphanie Hochet ou le petit dictionnaire amoureux des chats de Frédéric Vitoux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
EmniaEmnia24 mai 2016
Aujourd’hui, il aurait préféré qu'Alice ne se soit pas entichée de cet horrible tableau. Avec son paysage désolé et ses ruines lugubres, ce qu'il lui avait trouvé de paisible devenait soudain oppressant. Sous la menace des arbres aux troncs tourmentés, toute vie avait déserté la clairière, même l'herbe lui paraissait soudain jaunâtre, sèche, loin du paysage verdoyant et bucolique qu'il avait pu voir au premier abord. Certainement pas une image à mettre sous les yeux d'un enfant. Et ce monstrueux serpent... Fallait-il être complètement dérangé pour peindre ça !
Il l'expédierait à Violet et tout le monde serait content.
Ce jour-là, Lewis préféra laisser sa fille croire qu'un chat se cachait dans le tableau. Elle avait tout le temps pour grandir.

Florence Barrier, "Caprices"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
joedijoedi21 novembre 2016
La nuit, tous les chats sont gris.
...
Méfiance, quand la queue du chat balance, il ne supporte pas d'alliance.
...
Ne faites pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu.
...
Il ne faut pas réveiller le chat qui dort.
...
Il faut appeler un chat un chat.


La Quête ou La délicate moisson de Raminagrobis - Patrick Godard
Commenter  J’apprécie          284
EmniaEmnia02 juin 2016
Après avoir bondi de sa cachette, dans laquelle il jouait tranquillement avec la laine d'un lama fluorescent arraché des mains d'un chupacabra par Sir Winston de La Rue lors de l'expédition avortée de mai 1829, Weefee s'est mis à courir sur tous les murs, à renverser les éprouvettes, les vitrines, ignorant les morceaux de verre qui lacéraient dans de lugubres craquements les minuscules coussinets de ses pattes affolées. Une terreur que nous ne saurions nommer semblait le poursuivre. La seule issue respectable pour lui fut de se propulser à l'intérieur du trou d'air responsable de son incompréhensible comportement.

Comme s'il n'avait jamais existé, le trou se referma sans un bruit à l'instant où le dernier poil de la queue de Weefee disparaissait.
Ce saut décisif fut le point de départ de l'horreur qui devait s'abattre sur nous et faire la une de la presse londonienne pendant les mois.

Eric Vial-Bonacci, "La Cage aux fioles"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RubinowyRubinowy22 mai 2016
" "Tu n'es qu'un putain de junky, ta vie ne se résume qu'à ça, mais à chaque génération il y a un raté qui consacre sa vie à la détruire. Je crois qu'on à trouvé le champion ..." Mes narines étaient en feu, dans l'impatience d’être anesthésié, je ne pouvais laisser des phrases vagabondes et sentencieuses venir détruire ce moment. J'avais chaud et l'illusion qu'on appelle " père" ne pouvait venir me ramener vers cet autre moi que je fuyais.
Mon rituel de réveil était toujours le même : 15h du matin, j'allumais la télévision pour créer un fond sonore propice à me lancer dans l'effervescence sociale qui m'attendait dehors puis je coupais le volume. Le monde m’intéressait que lorsqu'il souffrait et s'éclairait dans le feu sublime de la douleur. L'ordinateur prenait alors le relais, passant d'un vide à l'autre, de l’absence de vie à la vie simulée. Ce jour-là il y eu cette image au milieu du magma d'informations infécondes, une femme avec des yeux de chats. Le texte placé en dessous était écrit en gras et en capitales: OVERDOSE, MEOW, LES DANGERS DE LA NOUVELLE DROGUE EN PROVENANCE DU MEXIQUE. ........"
Extrait de" Meow " de Aaron Judas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EmniaEmnia28 mai 2016
Voilà à quoi ressemblaient les mégalopoles après quelques mois de ce régime : des tours grises à perte de vue crevaient les abcès du ciel malade. Dans les rues, les chats, les chiens et les recalés se disputaient un territoire en état de guerre, délavé par les pluies acides. Brûlure au deuxième degré pour le poivrot qui s'était endormi sur un seuil d'immeuble. A son réveil, il se trouvait dépouillé, parfois amputé de quelques doigts. Bouffé par les clébards ou par les bandes de chats. Parfois, il avait les yeux crevés par des gamins qui s'ennuyaient. Les gamins étaient les pires. Cinglés. Fils de recalés, c'est-à-dire fils de personne et de tout le monde.

Emmanuel Delporte, "Les Petits Chéris"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
395 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre