AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Citations sur À la table du sultan (15)

rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Et que valaient les conseils d’un père face aux charmes d’une jeune fille ? L’appel des corps était parfois si puissant que la raison n’avait plus voix au chapitre.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Dans ce pays, les femmes ne sortent que pour aller aux bains, et ce en nombreuse compagnie. Le reste du temps, elles sont enfermées à double tour, ce qui me semble la plus horrible des coutumes.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Était-ce l’impossibilité pour les hommes et les femmes de se rencontrer qui exacerbait ainsi les sentiments ?
— Ce doit être une terrible épreuve d’être ainsi séparés et de ne pouvoir rêver à un avenir commun.
— Jamais je ne partirai sans Fleurette. C’est l’être le plus délicieux, le plus délicat que je connaisse. Jamais je ne pourrai l’abandonner.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
« Quel terrible destin ! » Qu’un homme ait un commerce charnel avec un autre homme était assez courant pour qu’il ne s’en offusque pas. Son vieil ami Léonard de Vinci ne faisait pas mystère de ses amours au masculin. Et il était de notoriété publique qu’en pays ottoman c’était une pratique commune
Commenter  J’apprécie          00

rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Les filles les plus recherchées sont les Circassiennes. Ce sont les Tatars, les alliés des Ottomans, qui vont les razzier. Les Occidentales sont jugées trop dures. On nous fait asseoir sur des bancs, et les acheteurs nous examinent, nous font faire des exercices. Les filles sont emmenées dans les petites chambres où on les fait se mettre nues. Les plus belles sont achetées pour le harem du sultan.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Les filles sont des esclaves achetées au marché, ou bien des prisonnières de guerre, ou encore des cadeaux envoyés au sultan par des pirates. Elles sont toutes chrétiennes et étrangères. Il faut donc les convertir à l’islam, leur apprendre la langue turque et toutes les tâches qu’elles devront accomplir. Lire, écrire, chanter, danser, jouer de divers instruments, dire de la poésie. Elles doivent connaître parfaitement les gestes du protocole : saluer et s’adresser au sultan, lui présenter l’aiguière, le bassin à ablutions, les serviettes, servir les pâtisseries et les boissons.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Que ce soit en Orient ou en Occident, les luttes dynastiques sont au cœur du pouvoir. Vous savez comme moi que nos rois n’ont jamais hésité à occire un rival gênant. Nous en avons des dizaines d’exemples. La différence ici est que les sultans disposent d’une loi, dite « loi du fratricide », qui les autorise à tuer fils, frères et neveux susceptibles de représenter un danger.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Les femmes ottomanes ont peu de liberté, mais cela n’empêche pas certaines de prendre des amants ou de fomenter des complots.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
Il n’y a pas de mendiants. Les Turcs sont très charitables et les pauvres sont nourris par les mosquées. Ce sont près de quinze imâret qui, dit-on, distribuent plus de dix mille repas par jour et encore plus de pain. On leur sert des soupes, de la viande bouillie, et le vendredi du riz pilaf, du riz cuit dans du jus de viande sans qu’il reste de bouillon.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   09 août 2017
La ville est habitée depuis trois siècles par des Génois. Vous y rencontrerez des Grecs, des Arméniens, des Juifs, des Vénitiens, des Florentins. On y parle surtout italien, la langue du commerce. On l’appelle aussi Péra, qui signifie « de l’autre côté ». Vous n’y verrez que peu de mosquées. Il y a bien un couvent de derviches, mais la ville est essentiellement peuplée d’infidèles. On y fête le carnaval, et le sultan Mehmet en aimait tant l’ambiance qu’il est entré un jour dans une église pour assister à la messe. Et c’est le seul endroit où l’on trouve des cabarets. Attention ! Autant Stamboul est calme la nuit, autant Galata peut se révéler dangereuse. Les janissaires, qui pourtant ont interdiction de boire du vin, y viennent bien souvent s’enivrer et les rixes ne sont pas rares.
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura





    Quiz Voir plus

    Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

    Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

    Emile Zola
    Marcel Proust
    Gustave Flaubert
    Balzac

    10 questions
    415 lecteurs ont répondu
    Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre