AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de DocIdoine


DocIdoine
  04 février 2019
J'ai eu un professeur... non, pas un professeur d'histoire! J'ai eu un professeur de sport qui, au point de vue intellectuel, valait tous les professeurs d'histoire que j'ai connus. Il était anarcho-syndicaliste, et enregistrait un QI au-dessus de 145 sur l'échelle de Stanford-Binet. Il s'appelait Marc Vouillot. Monsieur Vouillot m'a dit un jour cette phrase mémorable: "Quand tout ce qui est intelligent à dire a été dit, il ne reste plus qu'à inventer des conneries pour se singulariser."

C'est rigoureusement exact, je l'ai vérifié 100 fois. Bien. Maintenant, il faut savoir que chaque génération d'universitaires cherche à se faire remarquer par tous les moyens, et principalement en "tuant le père" comme dit Freud. Il s'agit donc, essentiellement, de montrer que la génération d'avant était stupide et qu'eux, les jeunes, apportent - enfin! - la lumière.

Tout ça ne serait pas très important, et on pourrait le considérer avec philosophie, comme une loi cyclique du monde. le problème, c'est que chaque génération installe sa propre dictature, et qu'on ne peut surtout rien dire contre les concepts dominants. Or, je suis désolé, mais Thomas Bisson ou Dominique Barthélémy n'apportent rien de neuf conceptuellement, même s'ils présentent leurs prédécesseurs comme des ânes bâtés. Leur idée que la féodalité n'existe pas ou que l'anarchie féodale est un oxymore ne tient pas la route une seconde. D'ailleurs, lisez-les attentivement, écoutez-les en conférence, et ils y reviennent fatalement, involontairement, par la simple nécessité des FAITS.

Non, bien sûr, on ne parlait pas de "féodalité" au XIIe siècle. C'est évident. Mais la combinaison de la vassalité et du bénéfice existait bien. Oui, évidemment, on ne parlait pas d'"anarchie" au XIIe siècle. Mais on constatait le sacré bordel causé par les barons sans foi ni loi.

Alors, un jour, dans les années 1980, les "jeunes" (ils ont entre 70 et 90 ans) ont décidé qu'ils soutiendraient qu'à la place de féodalité, il fallait parler de seigneuries ou de châtellenies, qu'à la place d'anarchie, il fallait parler d'"absence de gouvernement social", qu'à la place... bref, tout ça pour décrire exactement la même chose que leurs illustres prédécesseurs qui - non - n'étaient pas plus bêtes qu'eux.

C'est amusant de lire Barthélémy soutenant: "la féodalité est une stupidité éculée de nos vieux maîtres gâteux!" et expliquant plus loin: "la féodalité n'est pas l'anarchie, la féodalité, c'est l'ordre du Moyen Age"!! C'est comique de lire Bisson soutenant que l'anarchie féodale n'existe pas et de constater qu'il la décrit exactement pour aboutir à l'affirmation que la création du "gouvernement" (l'Etat) vers 1160 met fin à... l'anarchie féodale. Mauvaise foi et incohérences...

ADDENDUM: Pour les anars qui d'aventure me suivraient. L'anarchie féodale n'est pas l'Anarchie. C'est l'an-archie féodale, autrement dit: l'activité des seigneurs dont la force brutale n'est pas régulée par l'incorporation à une hiérarchie reliée à l'Etat qui dirait "Halte-là!" s'ils abusaient illégalement de leur pouvoir de domination. Louis VI le Gros a mis au pas la plupart de ces types-là pour "restaurer la justice dans le royaume des Francs" (et s'assurer la suprématie de la domination, bien sûr). Louis VII a fini le travail. Comme le dit Bisson, c'est de lui que date le "gouvernement" qui restructure les rapports sociaux.
Commenter  J’apprécie          150



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (15)voir plus