AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754811699
Éditeur : Futuropolis (16/09/2020)
3.49/5   53 notes
Résumé :
«Bella ciao, c’est un chant de révolte, devenu un hymne à la résistance dans le monde entier…
En s’appropriant le titre de ce chant pour en faire celui de son récit, en mêlant saga familiale et fiction, réalité factuelle et historique, tragédie et comédie, Baru nous raconte une histoire populaire de l’immigration italienne.
Bella ciao, c’est pour lui une tentative de répondre à la question brûlante de notre temps : celle du prix que doit payer un étran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 53 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

supernana77
  17 septembre 2021

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge mademoiselle farfalle 2021.
Catégorie  14 : un roman graphique.
Una mattina mi sono svegliato
O bella ciao, O bella ciao
O Bella ciao, ciao, ciao
Una mattina mi sono svegliato
E ho trovato l'invasor
O partigiano, portami via
O bella ciao, O bella ciao
O Bella ciao ciao ciao
O partigiano portami via
Che mi sento di morir
E se io muoio, da partigiano
O bella ciao, O bella ciao
O Bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir
Voici ce que ça m'inspirait  le livre  même  avant  de l'avoir lu. Qui n'a pas eu de frissons quand un certain professeur et un certain Berlin ont chanté cela a capella dans une certaine série ?
Bref....
C'est la 1ère  fois que je lisais un roman graphique pour moi ce n'est pas une lecture mais plus une galerie d'image  qui s'étalent devant moi. Il est donc impossible de faire un  résumé. 
Les travailleurs  italiens se font exclure des chantiers  suite à la crise de l'emploi qui polluent la France. Entre travailleurs  Italiens et Français les tensions  sont fortes et des émeutes éclatent  10 italiens perdront la vie dans l'indifférence française la plus totale. Pire les français deviennent racistes devant cette colonisation, racistes envers leurs frères  du Sud.
Les passages noirs et blancs, avec les couleurs sont très  agréables. Les textes  historiques  amènent  de la polyvalence  aux côtés monotones et assez vulgaire de la BD.
3/5 un genre que je n' affectionne quand même  pas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Francinemv
  23 septembre 2020
« Questa mattina mi sono alzato... » ou « Alla mattina appena alzata... »?
Bella Ciao, chant des partisans italiens ou complainte des mondine, ces ouvrières saisonnières des rizières des plaines du Pô  ? Les deux, en réalité. Quant à savoir lequel est apparu le premier … Une chose est sûre cependant, c'est que Bella Ciao est le titre du dernier ouvrage de Baru qui vient de paraître aux éditions Futuropolis. 20 ans de gestation. On aurait pu penser que cette histoire de l'immigration italienne vue à travers le prisme d'une saga familiale allait être l'Arlésienne du bédéiste. Pour notre plus grand bonheur, il n'en est rien, Et ce premier opus ou s'entrecroisent tragédies de l'histoire et comédie à l'italienne est un récit captivant et extrêmement émouvant. J'ai adoré !
Aigues-Mortes, 17 août 1893, le prix du sang
Gros plan sur un cheval apeuré. « Visez les chevaux! » Et nous voilà directement plongés au coeur de l'action. Course poursuite dans les rues d'Aigues-Mortes où va se déchaîner une violence inouïe qui se soldera par le massacre de dix saisonniers italiens. Sur la trentaine de planches réalisées en lavis de gris de ce qu'on pourrait qualifier de prologue, de la tuerie en elle-même, nous ne verrons que trois cases encadrées par une reproduction du Balcon de Manet, la seconde mouture évoquant l'horreur de la scène dans le mouvement de rejet et les yeux horrifiés des personnages. S'en suivra une double page muette où le cadrage et l'attitude des personnages faisant référence à « Il était une fois dans l'ouest » laissent présager de la violence à venir : Rupture dans le récit, retour en arrière. On reprend l'histoire au tout début et on va suivre l'enchaînement des évènements jusqu'à une planche entière qui va décomposer l'action de la toute première case du récit (celle du cheval). Magistral ! La boucle est bouclée. Puis, sans transition aucune, nous nous retrouvons face aux dix victimes dont les portraits envahissent la page. Pour l'auteur, il était nécessaire non seulement de leur rendre leur identité mais aussi de les incarner à travers la puissance émotionnelle de l'image et c'est extrêmement poignant. En vis-à-vis de cette page muette, un texte va nous révéler leur identité et les suites de cette sombre affaire.
Séquence choc dans laquelle on retrouve toute la puissance et l'énergie du trait du Baru de  L'autoroute du soleil ainsi que son sens du mouvement, cette scène d'ouverture est un véritable morceau d'anthologie, tant par la forme que par le fond.
« Quel prix doit payer un étranger pour cesser de l'être et devenir transparent ? »
Cette question est le fil conducteur de Bella Ciao. Et c'est à travers l'histoire de l'immigration italienne que l'auteur va tenter de répondre à cette question universelle toujours d'actualité. Il entre directement dans le coeur du sujet en commençant par le prix du sang. Cet épisode d'Aigues-Mortes, tout comme la page qui suit et reprend un article de journal de 1905 extrêmement virulent à l'encontre des Italiens sont là pour rappeler que si aujourd'hui on vante l'intégration des Italiens, on a oublié la violence qui leur a été faite.
La suite de la chronique sur L'accro des bulles
Lien : https://laccrodesbulles.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MediathequeMonaco
  28 décembre 2020
Voici la dernière magnifique bd du dessinateur BARU qui raconte l'histoire de l'immigration italienne à travers sa propre histoire familiale de fils d'émigré.
L'album s'ouvre sur le massacre des italiens d'Aigues mortes du 17 août 1893. Ces émeutes racistes avaient entraîné la mort de 10 travailleurs italiens embauchés comme saisonniers dans les Salines du Midi. L'auteur cite d'ailleurs l'ouvrage d'Enzo Barnaba que nous avions reçu à la Médiathèque de Monaco pour la présentation de son livre sur le sujet.
Baru réussit cet exercice toujours périlleux, de mêler documentaire et fiction, grâce à un savant découpage, une l'utilisation judicieuse de la couleur et du noir et blanc, la force du dessin. Il reproduit en fac-similé l'acte de naturalisation de son père. Cette bd est vraiment très émouvante.
Ses recherches l'amènent à nous raconter la véritable origine de la chanson Bella Ciao, aujourd'hui hymne de toutes les résistances, mais au départ chant des Mondines, ces femmes pauvres qui travaillaient durement dans les rizières de la plaine du Pô.
Baru a reçu en 2010 le Grand Prix de la ville d'Angoulême pour l'ensemble de son oeuvre. Cet album ne démérite pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
oree
  05 octobre 2020
Un livre qui parle à tous les fils et filles d'immigrés italiens, nombreux dans le nord du département de Meurthe et Moselle, venus souvent à Nancy faire leurs études. Une tranche particulière de notre histoire qui a vu s'assimiler les jeunes obligés de parler français bien qu'ayant des parents peu instruits eux-mêmes mais désireux de donner à leurs enfants un avenir meilleur loin des mines et des usines où ils travaillaient durement. C'est le pari de Baru de faire connaître cette génération de son grand-père dont il se sent redevable et qu'il prolonge dans ses combats à partir de la chanson "Bella Ciao"véritable totem des "Macaronis' qui ont apporté leur art de vivre ici avec leur cuisine haute en couleur et saveur, leurs langue qui chante la vie et le sens de la famille.
Pas très experte en BD, je me contenterai de dire que le dessin de Baru est nerveux, précis, avec des visages et des corps expressifs, que des styles et genres différents alternent avec des documents réels pour un rendu très original, mi-témoignage, mi-reconstitution historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ana59
  18 septembre 2020
Fan de Baru, j'ai tout d'abord été surprise par cette bd, en fait une série de nouvelles aux dessins très différents, qui retracent l'histoire de l'immigration italienne en France au 20ème siècle. Un mélange de fiction sur des faits historiques réels et d'histoire familiale, Baru étant descendant d'immigrés italiens.
Cela commence par un massacre, celui de travailleurs italiens dans le midi de la France. On enchaîne ensuite sur l'histoire de la chanson Bella Ciao, titre de la bd, chant de partisans ou hymne au travail des femmes. Les histoires suivantes sont plus personnelles. J'ai été finalement totalement sous le charme de cette BD, qui mélange biographie familiale, Histoire et situation des immigrés. Entre tragédies et comédie, c'est la situation de l'étranger et de son intégration qui est posée. A découvrir en attendant les deux autres volumes à paraître.
Le traitement visuel est aussi intéressant mêlant noir et blanc, documents couleurs, esquisses... donnant un aperçu complet de la palette de Baru.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
Sceneario   10 novembre 2020
Bella ciao se présente comme une trilogie en devenir, une pièce majeure dans l'œuvre de l'artiste, un témoignage vibrant et fin. Le temps a passé, la mémoire reste vivante, plus que jamais !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   16 septembre 2020
Prenant, drôle, dramatique et tendre, Bella Ciao s’avère être une lecture passionnante, dessinée avec grâce et d’une intelligence remarquable.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   01 mai 2021
****** BELLA CIAO **********

Una mattina mi sono alzato
O bella ciao , bella ciao , bella ciao , bella ciao
Una mattina mi sono alzato
He o trovato l'invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao , bella ciao , bella ciao , bella
ciao
O partigiano porta mi via
Ché mi sento di morir.......
Commenter  J’apprécie          30
supernana77supernana77   17 septembre 2021
Putain, Antonio, tu te rends compte, une chanson de résistance, qui a fait mille fois le tour de la terre, qui est chantée par la moitié de la planète, et toi, tu m'annonces que c'est une imposture !
Commenter  J’apprécie          50
Ana59Ana59   18 septembre 2020
Mais pas ton grand-père, ni la moitié des Italiens des cités ! Eux, il leur fallait la belle chaussure basse, en cuir souple, avec la semelle fine...
Et ils étaient tellement fiers de leurs souliers tout neufs, qu'ils se sont mis à couper le bas de leur pantalon pour que tout le monde les voie bien, et qu'on voie bien aussi que eux n'étaient plus des paysans.
Commenter  J’apprécie          20
AxelinouAxelinou   26 juin 2021
Toute cette cuisine diabolique passe encore sous le ciel bleu de l’Italie, et fait d’ailleurs partie de la « couleur locale » des quartiers pauvres de Naples. Mais il en est tout autrement en Lorraine, où la saleté chronique et la façon de vivre déplorables des Italiens font courir de sérieux dangers de contamination à la population indigène.
‘L’étoile de l’Est’, 24 juillet 1905
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Baru (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Baru
Avec sa trilogie Bella Ciao, Baru publie la clé de voute de toute son oeuvre, des souvenirs personnels, des anecdotes qui traversent des décennies d'immigration italienne. Au festival Quai des Bulles de St Malo, il nous parle de son travail, de la fierté des origines, et de tiramisú.
autres livres classés : immigration italienneVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4176 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..