AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203058277
Éditeur : Casterman (21/08/2013)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Gianni et Nouredine ont grandi ensemble à Saint Nazaire. L’un est fils d’immigrés italiens, l’autre a des parents kabyles qui sont arrivés en France plus récemment, après la guerre d’Algérie. Ils sont unis comme les doigts de la main, amis pour la vie. Mais à mesure qu’ils grandissent, et qu’ils deviennent comme leurs aînés ouvriers sur les chantiers navals, Nouredine se radicalise. Éternel révolté dont la colère jamais éteinte se nourrit du silence de son père Loun... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  08 mars 2015
Lounès débarque en France avec toute sa petite famille après la guerre d'Algérie. Grâce à un ouvrier, le papa de Gianni, il trouve du boulot au chantier naval de Saint Nazaire. le sale boulot, mais peu importe. Les deux familles ne se sont plus quittées depuis lors, les deux garçons Gianni et Nouredine ont grandi ensemble dans la banlieue nazairienne. Devenus inséparables. Une fois adultes, à l'instar de leurs parents, ils travaillent sur les chantiers. Mais, la situation est bien différente, la crise économique est là et les menaces de fermeture font rage. Tandis que Gianni se syndicalise très vite, Nouredine, lui, se radicalise. En colère et révolté, il ne supporte plus les blagues racistes et est plus que jamais décidé à ne pas se laisser faire. Mais, surtout, il enrage contre son père, Lounès, qu'il soupçonne d'avoir fui le pays au moment où la guerre éclatait...
Gianni, le fils d'immigré italien, et Nouredine, le kabyle. Deux gamins que tout oppose et pourtant, ils resteront plus que jamais soudés, quels que soient les événements tragiques qui balaieront leurs vies. Unis dans l'adversité dès lors qu'il s'agit de défendre leurs droits et surtout leur travail. Dans cette chronique sociale, Baru démontre à quel point les secrets et les silences peuvent se répercuter sur la famille, notamment en la personne de Nouredine qui a dénigré la lâcheté de son père alors que l'Algérie avait besoin de lui. Dès lors, il ne vivra qu'à travers lui et ne voudra surtout pas faire comme lui et ramper devant les français. Gianni et Nouredine sont deux personnages au fort caractère, ancrés dans leur passé. Pierre Place, au dessin, nous offre de belles planches "industrielles" et est aussi à l'aise au milieu des combats, sous la chaleur, que dans les chantiers navals.
Le silence de Lounès fait écho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
trust_me
  18 décembre 2013
Saint-Nazaire aujourd‘hui. Les chantiers navals. La contestation sociale qui explose. Les ouvriers face aux CRS. Nouredine le kabyle et Gianni le fils d'immigrés italiens jouent les leaders syndicaux. Ces deux-là sont les meilleurs amis du monde. Ils ont grandi ensemble dans cette ville qu'ils connaissent comme leur poche. Gianni a même épousé Samia, la soeur de Nouredine.
Algérie, 1957. La sale guerre. Lounès, le père de Nouredine, est resté planqué pendant le conflit. Son fils devenu adulte ne lui pardonnera jamais sa lâcheté : « Putain, Gianni, tu te rends pas compte que ton père, lui, il a aidé le F.L.N., et le mien il a rien fait. Tout son pays se battait, et lui, il a pas remué le petit doigt. […] On leur a foutu une branlée, on les a mis dehors, et lui, la seule chose qu'il se dépêche de faire, c'est de venir ici continuer à faire l'esclave, et nous à vivre à plat ventre. »
Un récit à double entrée, bourré de flashbacks, qui demande beaucoup d'attention pour ne pas perdre le fil. On navigue constamment entre Saint-Nazaire et l'Algérie des années 50, on suit sans temps mort les protagonistes de l'enfance à l'âge adulte et tout s'enchaîne avec une fluidité qu'il n'est pas évident de déceler à la première lecture. Une narration exigeante mais qui vaut la peine d'être décortiquée avec soin parce qu'au final le scénario de Baru tient sacrément la route.
Pour ce qui est du dessin, je ne connaissais pas du tout Pierre Place mais je trouve son travail bluffant. Aussi à l'aise pour croquer un bistrot ou les grues des chantiers navals que pour ressusciter la lumière de l'Algérie en guerre, il propose de grandes cases où tout est réalisé en couleurs directes, c'est magnifique.
Un album sur la filiation, la transmission, les non-dits et les silences. Un album plein de fureur, de colère et de rage qui met en scène le monde ouvrier et les immigrés sans illusions. Il est ici question de guerres perdues et d'espoirs déçus, d'une forme de reproduction générationnelle de l'échec. C'est beau et tragique, c'est triste et pessimiste, ça remue. Une atmosphère rugueuse, un propos engagé, comme d'habitude avec Baru. Et comme d'habitude, ça me parle et ça me plait.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Ziliz
  19 mars 2014
• 1957 : la guerre fait rage en Algérie.
• 1962, indépendance algérienne : le petit Nouredine arrive en France avec sa soeur et leurs parents d'origine kabyle. le père de Gianni - fils d'émigrés italiens - propose au père de Nouredine de se faire embaucher comme lui aux chantiers navals de Saint-Nazaire.
Nouredine et Gianni, qui ont le même âge, deviennent inséparables.
• 2002 : ces petits ont grandi, ils travaillent aux Chantiers nazairiens, comme leurs pères. L'heure est aux délocalisations, donc à la révolte et aux manifestations ouvrières musclées.
Ces trois cadres alternent dans cet album, de manière souvent confuse pour le lecteur : pas de contraste de couleur, pas de rappel de date pour se situer dans le temps et l'espace. Ce manque de repères nuit à la compréhension du récit, d'autant que les protagonistes se ressemblent beaucoup d'une génération à l'autre.
Mais peu importe (oui, pas grave si j'ai dû lire la BD trois fois - chut !).
Les contextes socio-historiques sont intéressants et subtilement décrits, de même que les sujets évoqués : l'immigration, la guerre, l'amitié, la famille et les non-dits, la révolte sociale, l'extrémisme religieux comme recours en pleine crise identitaire. Et surtout la colère d'un fils contre son père - ou plutôt contre lui-même, contre sa propre inertie ?
Un message important, en tout cas : "Le passé de tes parents, tu ne jugeras point". Car autres temps, autres moeurs. Et parce que tout ne peut pas être formulé, même entre membres d'une même famille...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
clude_stas
  25 janvier 2014
La violence engendre la violence, quel que soit le conflit. Et combien de générations sont-elles nécessaires à l'oubli, à l'amnistie et au pardon ? Si tout le monde campe sur ses positions radicales, rien ne pourra changer. Mais comme le monde n'es pas peuplé d'êtres justes, infaillibles et forts, certaines rancoeurs ne disparaissent pas, elles ne font que se déplacer. Cette bande dessinée est donc une chronique sociale, évoquant aussi bien la guerre d'Algérie vécue par les Kabyles que les grèves de Saint-Nazaire. Mais elle se fait sensible, présente les faits sans aucun jugement manichéen : l'ennemi de l'homme, ce n'est qu'un autre homme. Et la situation du guerrier comme du syndicaliste est bien plus complexe, plus difficile qu'il n'y paraît. La grande qualité de ce récit est sa vraisemblance, bien enracinée dans l'histoire proche de la France.
Mais il faut bien, à un moment ou l'autre, briser la chaîne incessante des actes violents ou cruels. Il faut mettre un terme à tout cela mais cela ne peut se faire sans dommage collatéral.
Le graphisme de Pierre Place n'est pas pleinement naturaliste mais il donne forme à la perfection à ces histoires du monde ouvrier, des petites gens, de ceux qui ne sont rien. Certaines planches muettes sont souvent très éloquentes par leur cadrage, leur rythme. La structure du récit, avec ses nombreux flash-backs, m'a par contre un peu gêné à la première lecture. Peut-être est-ce dû à un non-chapitrage ? Donc il m'a fallu une seconde lecture pour confirmer ce que j'avais d'abord pressenti et ainsi m'attacher un peu plus à des personnages forts et complexes, trop rares dans le monde de la bande dessinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
malaurie
  19 novembre 2014
Un récit complexe mais à la mise en scène impeccable. Une histoire personnelle qui rejoint la grande histoire : les relations tumultueuses entre la France et l'Algérie.
C'est une histoire d'amitié entre Nouredine le kabyle et Gianni, l'immigré italien. Tous les deux travaillent sur les docks à Saint-Nazaire. Nouredine est confronté au racisme ordinaire de son chef. Mais rapidement les difficultés économiques des chantiers navals les projettent dans la lutte sociale. La radicalité de l'engagement de Nouredine le conduit en prison assortie d'une peine d'exclusion du territoire.
Une chance ou une catastrophe pour celui qui a reproché toute sa vie à son père d'avoir fuit son pays pour venir végéter en France. Arrivé en France alors qu'il n'avait que quelques années, sa famille a été accueillie et aidée par le père de Gianni. Les deux enfants ayant grandi ensemble. Gianni épousera la soeur de Nouredine. Mais aucun d'entre eu ne connaît le secret du père, résistant kabyle lors de la guerre d'indépendance.
Ce sont d'habile flash-back, des allers-retours entre l'Algérie et la France qui rythment le récit. le dessin de Pierre Place est très proche de l'univers de Baru. Ce dernier avec cette histoire rend un vibrant hommage aux combattants kabyles et décrit habilement la complexité de ce conflit. Complexité qui a encore des répercussions pour la compréhension de l'Algérie contemporaine… et de la société française dans toute sa diversité. Et c'est la découverte de cette complexité qui peut nous éloigner des jugements à l'emporte pièce et du piège xénophobe. Une bande dessinée qui une fois de plus est une arme contre l'ignorance et la tentation extrémiste…
Lien : http://legenepietlargousier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
Auracan   16 décembre 2013
Aussi âpre que riche, alternant lieux et époques, Le Silence de Lounès demande plusieurs lectures pour être vraiment apprécié, mais ouvre à la réflexion sur la transmission entre générations, l'immigration, l'Algérie aujourd'hui ou même la radicalisation religieuse...
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   13 décembre 2013
Mêlant destinée tragique, histoire contemporaine et réalité économique, Le silence de Lounès se révèle être un album des plus pénétrants.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   09 décembre 2013
Un one-shot pour le moins attendrissant signé par deux artistes en pleine possession de leurs moyens artistiques.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   06 mars 2014
[chantiers navals de Saint-Nazaire, 2002]
- Putain, Nour', des fois tu me gonfles avec ton numéro de bougnoule opprimé. Qu'est-ce que tu crois ? Que vous êtes les premiers à avoir émigré ? Va, va voir mon père ! Il te dira comment son père a été traité en arrivant ici. Il te dira combien de Ritals se sont fait massacrer simplement parce qu'ils étaient Italiens, à Lyon, à Marseille, à Grenoble. Il te dira les familles entières qu'on a entassées dans les trains pour les renvoyer en Italie avant la guerre.
(p. 35-36)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ZilizZiliz   19 mars 2014
[ 2002, fils d'émigrés algériens ]
- C'est de sa faute [à mon père] si on est là, à se faire traiter de bicot à chaque coin de rue, à ramper devant ces salauds de Français ! Putain on leur a foutu une branlée, on les a mis dehors, et lui, la seule chose qu'il se dépêche de faire, c'est de venir ici continuer à faire l'esclave, et nous faire vivre à plat ventre.
(p. 34)
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   05 mars 2014
[guerre d'Algérie]
- Lounès, petit frère, à quoi tu penses ?
- Au soldat blond, celui qui a cassé la gueule à celui qui a tué le vieux... Bon Dieu, qu'est-ce que ça serait plus facile s'il n'y avait que des salauds en face...
(p. 31)
Commenter  J’apprécie          130
michelekastnermichelekastner   28 mai 2014
Qu'est-ce que tu crois, que vous êtes les premiers à avoir émigré ? Va, va voir mon père ! Il te dira comment son père a été traité en arrivant ici. Il te dira combien de ritals se sont fait macrasser simplement parce qu'ils étaient italiens. A Lyon, à Marseille, à Grenoble. Il te dira les familles entières qu'on a entassées dans les trains pour les renvoyer en Italie avant la guerre.
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   18 juin 2017
- Tu me parles sur un autre ton! Et tu caches tes cheveux, t'es sur un sol sacré, ici!!!
- Sacré? Ne me dis pas que tu vas marcher pour de bon dans toutes ces foutaises de la religion. Tu parles même pas arabe!
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Baru (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Baru
Du 20 juin au 31 juillet 2018, la Galerie Gallimard célèbre aussi "40 ans de roman en bande dessinée" et présente une exposition d'originaux des plus grands récits et artistes qui font la fierté de notre catalogue. ? bit.ly/40ansRomanBD
Nous aurons l'honneur de vous présenter une sélection d'?uvres de Zeina Abirached et Mathias Enard, Baru, Enki Bilal, Max Cabanes, Catel BD et Bocquet José-Louis, Jean-Christophe Chauzy, Didier Comès, Nicolas de Crecy et Sylvain Chomet, Ludovic Debeurme, Frantz Duchazeau, Jacques Ferrandez, Vittorio Giardino, André Juillard, Jacques de Loustal et Philippe Paringaux, Lorenzo Mattotti, M?bius, José Muñoz & Carlos Sampayo, Anthony Pastor, Vincent Perriot, Hugo Pratt, Jean-marc Rochette et Jacques Lob, Grzegorz Rosi?ski et Jean van Hamme, Christian Rossi et Géraldine Bindi, David Sala, Francois Schuiten et Benoit Peeters, Jacques TARDI et Jean Claude Forest, Bastien Vives.
+ Lire la suite
autres livres classés : Kabylie (Algérie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
259 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre