AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Vitalyos (Traducteur)
EAN : 9782843043901
183 pages
Éditeur : Zulma (11/01/2007)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Mangalam Shubam! Que le bonheur vous sourie!
C’est ainsi que Basheer ponctue ses histoires, facétieuses et riches d’enseignements. Et pour leur donner une saveur plus épicée, il n’hésite pas à puiser dans sa vie de militant et de nomade.
Dans « Les Murs », par exemple, il profite de son séjour en prison à Trivandrum, capitale du Kerala, pour prendre à son compte une histoire d’amour née de la séparation qu’impose un mur entre les hommes et les femmes. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
mollymon
  13 juin 2019
Cet ouvrage regroupe cinq courts textes. Trois sont extraits de recueils de nouvelles, les deux autres (La lettre d'amour et Les murs) ont fait l'objet d'une publication indépendante .
Au fil de ces cinq histoires poétiques ou fantastiques, Vaikom Muhammad Basheer explore avec autant d'humour que de causticité, les voies parfois inattendues ou tortueuses que peut prendre l'amour pour se manifester.
Une délicieuse immersion dans les coeurs, aux saveurs envoûtantes du Kerala natal de l'auteur, pour que le bonheur puisse vous sourire et vous envoyer de beaux rêves !
Commenter  J’apprécie          160
UntitledMag
  28 février 2020
Basheer, l'un des plus grands écrivains de l'Inde contemporaine, nous offre des nouvelles longues, qui se lisent comme des contes philosophiques écrits à l'intention de chaque lecteur. On y est pris à parti, on est inclus et c'est véritablement à chacun de nous que ce conteur hors pair raconte ses histoires. Et quelles histoires ! Basheer a vécu plusieurs vie en une, tour à tour activiste politique, prisonnier, ascète et voyageur mendiant, mais sans jamais se départir de son optimisme et de son enthousiasme. Et les histoires qui sont rassemblées dans ce recueil sont aussi des histoires d'amour…
Dans Les Murs, Basheer est emprisonné pour ses écrits révolutionnaires et acquiert un statut spécial dans la prison : il offre à tous des roses qu'il fait pousser dans un carré d'herbe devant sa cellule, et se lie d'amitié avec prisonniers et matons. Mais surtout, il ne peut s'empêcher de penser à l'odeur qu'il a senti en entrant dans la prison, une odeur de femme qu'il cherche à retrouver. Nouvelle à la fois optimiste et nostalgique, Les Murs procure une introduction dans la finesse du style de Basheer qui sera confirmée par les nouvelles suivantes.
Pensé comme un hymne à l'amour par Basheer, on ne peut s'empêcher de voir en Les Murs et autres histoires (d'amour) un recueil où l'amour romantique est finalement un amour parfois à sens unique, où la femme est extérieure et peu prise en compte alors qu'elle est mise au centre…
Lien : http://untitledmag.fr/la-poc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
criscat
  10 mai 2019
Un petit tour au pays des Merveilles
c'est un dépaysement complet que de lire ces quelques nouvelles et c'est un reél bonheur trop vite assouvi
Commenter  J’apprécie          10
Lounima
  06 mai 2012
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LounimaLounima   06 mai 2012
"Puis, pour donner un exemple de ce qu’il avançait, il avait raconté l’histoire d’un homme respectable qui avait sept épouses. La septième tomba un jour sur les marches en pierre du seuil et s’ouvrit le crâne. De retour de l’hôpital où il l’avait fait transporter, son mari rendit visite à un de ses bons amis, un célibataire endurci, et lui rapporta ce qui était arrivé.
- En fait, commenta-t-il quand il eut fini, ce n’est pas un accident bien grave.
- Mais tu ne m’as pas dit qu’elle s’est ouvert le crâne ?
- Si, et alors ?
- Est-ce que le cerveau était à nu ?
- Quel cerveau ? avait répondu l’homme aux sept épouses. Même le crâne ouvert, il n’y a rien à voir. C’est une femme, non ?" (Zulma - p.92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LounimaLounima   06 mai 2012
"Je trouvais normal que des hommes condamnés à être pendus aux premières heures du jour puissent boire un verre de thé la nuit qui précédait leur exécution. Un gardien venait me prévenir et repartait avec le thé préparé pour le condamné, plus une ou deux bidis et des allumettes. Je faisais passer au malheureux un message l’exhortant au courage. Il existe deux façons d’aller à la mort, lui écrivais-je, en pleurant, ou en riant. Dans un cas comme dans l’autre, la mort sera au rendez-vous. Alors autant y aller en riant. Haut les cœurs !" (Zulma - p.37).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LounimaLounima   06 mai 2012
"- Mais tais-toi donc ! Il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire ! Combien de millions de femmes ont accouché avant toi ? Je suis bien renseigné sur les douleurs de l’enfantement. Nous, les hommes, nous savons très bien de quoi il s’agit ! Silence ! Concentre-toi !" (Zulma - p.69)
Commenter  J’apprécie          10
LounimaLounima   06 mai 2012
"En vérité, des événements aussi terribles arrivent chaque jour, devant nos yeux. Mais si, mais si. Ce n’est pas d’hier qu’on offre à son ennemi sous couvert d’amitié de la nourriture empoisonnée. Et vous vous demandez encore qui sont les diables ?". (Zulma - p.144)
Commenter  J’apprécie          10
LounimaLounima   06 mai 2012
"Quelle assurance dans mes propos ! Cependant, je ne suis ni brave, ni poltron. J’ai peur comme tout le monde. Donc, tout bien considéré, je suis peut-être un poltron. Qu’auriez-vous fait à ma place ?" (Zulma - p.168)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre