AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Wicke (Traducteur)
EAN : 9782264030221
606 pages
Éditeur : 10-18 (03/01/2001)

Note moyenne : 4/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Rick Bass, géologue et chercheur de pétrole, a trouvé dans l'écriture son plus beau filon. Il confirme qu'il est bien une valeur parmi les plus sûres de l'école du Montana, au même titre qu'un Ford ou un Harrison. Comme aucun auteur avant lui, Rick Bass met en scène des êtres qui sont dans le paysage comme le tenon dans sa mortaise, des personnages tout en flair et en instinct, qui savent percevoir la lointaine odeur d'un feu et écouter battre le sang sous la neige.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bruidelo
  06 janvier 2020
Ensevelis dans la neige du Montana, dans un monde de silence blanc.
Un monde sauvage dans lequel Rick Bass fait planer comme une menace en y introduisant un personnage décapant, le vieux Dudley, manipulateur, dominateur, destructeur - fascinant. Un vieux fou, d'une richesse inestimable, ayant découvert des centaines de nappes de pétrole aux quatre coins du pays; ayant usé, consumé, désintégré une bonne douzaine de géologues.
«son entreprise était une sorte de bête aux dents pointues qui dévorait le monde, dont la mâchoire inférieure s'élevait et avalait tout ce qu'elle rencontrait, pendant que la mâchoire supérieure se refermait sur la proie»
Dudley a du mal à supporter la beauté et la grâce, et c'est justement ce qu'incarne sa fille, Mel, viscéralement attachée à cette vallée de la Swan si préservée que son ogre de père voudrait dévorer.
L'écriture est dense et profonde, il y a une épaisseur dans cet univers, et ça produit des sensations de lecture singulières et fortes, comme un enfouissement dans un monde à part - un peu comme les personnages lorsqu'ils jouent à s'enfouir dans la neige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Corboland78
  30 janvier 2014
Rick Bass, écrivain et écologiste américain engagé, est né en 1958 à Fort Worth (Texas). Fils d'un géologue, il passe lui-même une licence de géologie en 1979 puis jusqu'en 1987, il travaille comme géologue pétrolier à Jackson (Mississippi) où il écrit ses premières nouvelles. En 1987 il déménage avec sa famille dans la vallée du Yaak, à l'extrême nord-ouest du Montana. Là, il oeuvre à la protection de sa région d'adoption, en particulier contre les routes et contre l'exploitation forestière. C'est ainsi que Rick Bass a été l'un des fondateurs de l'Association de sauvegarde des forêts de la vallée du Yaak. Il a également fait partie de plusieurs associations écologistes comme les Round River Conservation Studies, le Sierra Club ou la Montana Wilderness Association. le roman, Là où se trouvait la mer, est paru en 1999.
Dans une vallée du Nord-Ouest du Montana, Swan un petit village perdu où vivent quelques hommes et femmes autour d'un bar et d'une épicerie bazar. le Vieux Dudley, tyrannique géologue qui vit de ses rentes pétrolières au Texas, tient sous sa coupe deux jeunes hommes qu'il forme au métier. Il y a Matthew, le plus ancien et amant de Mel, sa fille qui habite à Swan et Wallis le plus jeune. Depuis plusieurs années, le Vieux espère trouver du pétrole à Swan mais malgré les nombreuses explorations tentées par Matthew, aucune trace du précieux liquide n'a été découverte. Entêtement, brimade, le Vieux Dudley envoie Wallis dresser la carte géologique du côté de Swan ( !) qui permettra enfin de mettre à jour un filon.
Wallis arrive au début de l'hiver dans cette petite bourgade ensevelie sous la neige. Il loge chez Mel où la présence virtuelle de Matthew est prégnante et il fait la connaissance d'Helen qui a élevé le garçon, d'Amy et de son jeune fils Colter, de Danny et Artie qui gèrent le bar devenu place du village. Mel étudie les loups, dressant des cartes signalant leur présence, Wallis étudie le terrain, dressant une carte pour déterminer le lieu où se trouve le pétrole.
Le roman s'étale sur une année, les quatre saisons, durant lesquelles Rick Bass va tisser une oeuvre à plusieurs facettes qui entreront toutes en résonnance. Compte-rendu de l'évolution de ce microcosme humain, les sentiments entre Mel et Wallis bien entendu, les visites courtes mais tonitruantes du Vieux Dudley avec Matthew, la vie, la mort, une naissance ou un départ au loin, le cycle de la vie qui passe. A ces portraits psychologiques forts (Le Vieux Dudley !), s'ajoute en toile de fond, le rythme des saisons, la neige qui coupe le village du reste du monde, la flore et la faune, les ours qui hibernent, les loups qui chassent les daims, le bois qu'il faut couper, la viande dont il faut garnir le saloir si l'on veut survivre à la rude saison. Il y a aussi ces carnets, écrits par Dudley quand il était jeune, cette histoire du monde et de l'origine de la vie, que Wallis découvre et dont le texte vient en contrechant mettre en perspective le récit. Enfin en fil rouge, ce pétrole existe-t-il et si oui, la vallée sera-t-elle détruite par les puits de forage qui viendront en déflorer la virginité ?
Le roman a failli être excellent, il n'est que bon. Rick Bass sait être sublime quand il évoque la Nature, on sent alors que sa plume puise dans ses croyances profondes, ce que j'avais déjà apprécié dans son Journal des cinq saisons. Ou quand il évoque sous nos yeux des scènes inoubliables, les caribous à la fenêtre du bar, le massacre de l'ours par des ouvriers venus construire une route, le canot emportant au fil de l'eau un cadavre comme dans un rite primitif… Par contre, je l'ai trouvé moins bon quand il multiplie les invraisemblances, si certaines sont acceptables sous couvert de licence poétique, d'autres agacent comme par exemple cette scène où deux personnages cherchent un sapin pour Noël, à minuit, dans la forêt qui disparait sous les averses de neige ! Ou le Vieux Dudley qui mange des poignées de farine parce qu'il a faim… Ces invraisemblances de situation contrastent avec la précision des détails pratiques liés à la vie dans ces rudes contrées que l'auteur connait bien. Et puis, le roman est un peu trop long (six cents pages). Un bon roman donc, mais loin de ce qu'il aurait pu/dû être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lucyole
  08 avril 2015
Ce livre m'a fait voyager complètement, transportée dans un univers extrême où l'homme doit se battre pour dominer le froid et la neige, chasser en raquettes ou à ski dans d'immenses forêts pour se nourrir, partager la chaleur humaine dans un unique bar de village perdu, allumer de grosses flambées dans des chalets de bois...l'aventure humaine à l'état pur.
Commenter  J’apprécie          10
Corbusier
  13 mars 2020
Un livre qui peut sembler aride dans ces premières pages, mais qui se révèle d'une beauté absolu. Un voyage extraordinaire, tant dans ses descriptions grandioses de paysages que dans l'acuité de ses personnages. Un livre puissant, vraiment
Commenter  J’apprécie          00
Jraf
  01 février 2017
Le meilleur roman de Rick Bass
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BruideloBruidelo   07 janvier 2020
De manière générale, aux yeux du Vieux Dudley, la lecture, c’était un peu le baiser de la mort pour le genre de géologue qu’il recherchait. Il avait plus besoin de quelqu’un qui fût capable et désireux de faire le grand saut au-dessus des gouffres déchiquetés - désireux de convertir l’imaginaire en réel, en concret. Les grands lecteurs, il le savait, ne voulaient jamais faire ce saut - ils préféraient maintenir le monde à distance, gentiment, confortablement, dans la sécurité de l’imaginaire. Mieux valait engager un cheval de labour ou une mule qu’un féru de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Corboland78Corboland78   30 janvier 2014
Une pleine lune planait très bas à l’est et, alors qu’ils la regardaient, ils virent qu’une éclipse lunaire était en train de se produire. Ils crurent tout d’abord qu’il s’agissait d’une série de nuages noirs qui s’avançait en contrebas et ils n’y firent pas attention. Ils se dirent, en revanche, qu’il était bien étrange d’entendre les loups hurler de manière aussi plaintive, et que les coyotes et les chouettes faisaient un drôle de raffut. Puis ils remarquèrent cette masse sombre qui gagnait du terrain, la beauté de cette vue leur donna le frisson, de même qu’un étrange choc, à voir une des choses les plus essentielles de leur vie en train de disparaître aussi régulièrement. Ils avaient beau savoir ce qui était en train de se passer, ils n’en ressentirent pas moins une accélération inexplicable des battements de leur cœur, ainsi qu’une grande solitude. Ils ne pouvaient se détacher du spectacle, qu’ils regardaient avec un étonnement profond : comment une chose pouvait-elle être à la fois aussi effrayante et aussi belle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BruideloBruidelo   08 janvier 2020
Il vit comment les longs moments endormis de la vie peuvent reposer en de calmes étirements et remous, que nous persistons à considérer comme des moments sereins et paisibles - rien de plus que de lents passages du temps -, alors qu’ils ne sont en fait que des replis profonds préparant les vagues, les poursuites soudaines et frénétiques - la montée des désirs.
Commenter  J’apprécie          130
BruideloBruidelo   09 janvier 2020
Il était fatigué. Le fait d’absorber ce que les gens ressentaient et ce qu’ils désiraient vraiment - le sens et le contenu de leurs phrases jouaient le rôle de leurres, si bien que leurs intentions réelles restaient enfouies par en dessous -, cet effort était épuisant.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Rick Bass (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rick Bass
La Fête du Livre de Bron propose chaque année une journée de réflexion sur des enjeux majeurs de la littérature contemporaine. le vendredi 8 mars 2019, nous proposions un focus sur les liens entre littérature, nature sauvage, grands espaces, sciences humaines et environnement. Lors de cette 33ème édition, nous avions la chance d'accueillir Oliver Gallmeister, éditeur spécialisé dans la littérature des grands espaces, pour un grand entretien exceptionnel, animé par Thierry Guichard, à revivre ici en intégralité.
De Henry David Thoreau à Jim Harrison ou Rick Bass, la littérature américaine est depuis un siècle et demi étroitement liée à la nature sauvage et aux grands espaces. Regard sur cette tradition du « nature writing » en compagnie d'Oliver Gallmeister, fondateur des éditions du même nom, l'un des passeurs d'une littérature américaine contemporaine ancrée dans son environnement avec un catalogue comptant notamment des auteurs comme Pete Fromm, Jean Hegland ou David Vann.
En partenariat avec l'Université Lyon 2, la Médiathèque Départementale du Rhône et Médiat Rhône-Alpes.
©Garage Productions.
Un grand merci à Stéphane Cayrol, Julien Prudent et David Mamousse.
+ Lire la suite
autres livres classés : grands espacesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

les pilotes de chasse 14-18

FONCK René, pilote français, combien de victoires homologuées ?

75
60
65
70

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre