AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Maillet (Traducteur)
EAN : 9782253023081
410 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1988)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Dans un avenir lointain, des trillions de Néchiffes à quatre orteils habitent des fourmilières souterraines où il mènent une existence programmée d'hommes-insectes. Les agrimachines cultivent pour eux les champs et ont éliminé toute forme de vie inutile. Les ratisseurs de plancton ont fait de même à la surface des océans jusqu'à ce que les mers elles aussi deviennent stériles.

Mais les humains sauvages et les renégats des cités s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
finitysend
  15 janvier 2013
Le Dieu Baleine est la suite de Humanité et Demie de T. J. Bass .
Un scientifique créateur de dystopies envoutantes, assez « merveilleuses « et horribles aussi , à leurs façons !
Des dystopies , sises dans un lointain futur avec une humanité aussi lointaines dans le futur , que divergente avec nos critères moraux , du point de vue des valeurs et des fonctionnements institutionnels .
Un texte de hard science ( biologie – sciences du vivant ) , « soft « , aussi et sans l'ombre d'un doute .
Dans un futur sympathique , Larry a un accident de voiture et il sera placé en hibernation pour se réveiller ultimement dans la société des Neffiches , véritablement et littéralement une fourmilière humaine , qui est infiniment moins sympa que sa société d'origine . Il s'enfuira par nécessité de ce monde où il n'a pas sa place et où on veut le détruire pour exploiter vraisemblablement les calories qu'il représente , la seule chose qu'il ait à offrir finalement .
Une fois dehors il découvrira un autre univers sur la marge des fourmilières . Apres avoir erré dans leurs dangereux jardins et dans leurs dangereux champs agricoles ..
Ce personnage est extérieur à cet univers comme le lecteur , il nous fait découvrir ce monde révulsant et défiguré .
Que dire ? :
l'auteur a souhaité tendre au maximum les tensions qui pourraient naitre dans une société , du fait du rapport entre un monde en pénurie chronique de ressources naturelles et autres , car en surexploitation absolue des ressources des milieux ambiants , alors même que cette société serait forcée de s'adapter à cette pénurie structurelle , au prix d'une dénaturation de l'espèce humaine et d'une dénaturation des espèces animales et végétales , des écosystèmes en fait et plus simplement .
Cette pénurie structurelle et cette avidité non moins structurelle , a façonné cette société qui repose sur une gestion scientifique d'un grand nombre de paramètres sociaux et biologiques .
C'est un univers high-tech globalement pour ce qui est de ses arcanes , mais les habitants de cet univers font des travaux qui sont sous qualifiés et on peut parler sans retenue de régression culturelle globale de l'ensemble de l'espèce humaine .
Certaines machines ont accédées a une forme de conscience et elles rendent service aux humains qui survivent à l'extérieur sur les plateaux continentaux des océans à faible profondeur . Elles ont leur propre agenda , et à ce sujet pensez au titre . Elles ont aussi un certain humour ...
Comme le roman précédent nous avons ici un univers à la saveur incomparable et à l'identité très forte .
Cette description intime des fourmilières est une sorte « d'exempla « , dont le sens pénètre le lecteur à mesure qu'il prend conscience des bases qui conditionnent le fonctionnement de cette société alors même qu'il devient le témoin sidéré de ce fonctionnement .
La caractérisation est excellente , il y a une profusion de détails , et , l'intrigue se déroule sur un mode assez surprenant pour le lecteur qui ne sait pas trop où il va.
Ce qui a le plus de sel , c'est que nos valeurs , nos principes , ne sont pas réellement directement interrogés dans ce roman , car , très vite cet univers tellement autre brise le cadre de référence du lecteur .
Par exemple , dans les mots clefs je mettrais ; guerre , mais en fait , c'est forcément inepte , car ce concept n'est pas signifiant dans cet univers .
Le bien le mal , le juste , l'injuste , il faudra fournir aux habitants de ce monde le mode d'emploi de ces notions , car c'est certain , ils s'en font une idée assez déroutante pour un habitant de notre univers .
On peut lire ce second roman indépendamment du précédent .
Un texte pour les amateurs de ce véritable langage que sont les univers dystopiques .
C'est dans ce type de littérature et très anciennement d'ailleurs , que sont nées les littératures de l'imaginaire en général et la science-fiction en particulier.
Enfin , et pour rasséréner le lecteur , je lui dirais qu'il ne passera pas tout son temps dans les corridors du monde souterrain et infernal , il voguera aussi sur l'océan sous le ciel bleu en bonne compagnie – sourires -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Arieste
  25 novembre 2012
Nous découvrons ce monde futuriste à travers différents points de vue dont celui de Larry, survivant de l'époque pré-fourmilière, handicapé il y a très longtemps et dont le corps avait été mis en sommeil. Il y a aussi Har, gargouille malformée rejetée par la fourmillière et survivant dans les égouts et le Batteur, retraité de la fourmilière. Cette multiplicité des points de vue fait que l'on peut appréhender le système et l'époque dans sa globalité, ce qui m'a beaucoup plu. En effet, lorsqu'on découvre dans un livre un monde dystopique, j'aime bien connaître les détails du système et non pas juste en avoir des bribes. Ici, l'auteur a créé un système effrayant de cohérence où l'homme a anéanti toutes les espèces inutiles, où rien n'est fertile y compris l'homme lui-même puisque les humains sont créés en laboratoires. Ces humains, qui ne connaissent pas la lumière du jour, vivent entassés dans des villes souterraines durant leur courte vie d'une trentaine d'années. Cependant, l'espoir subsiste puisque d'autres humains « primitifs » existent toujours, luttant contre ce système. Espoir vain ou non, je vous en laisse la surprise.
J'ai également apprécié le rôle que joue les machines (appelées maches) dans ce livre. Alors qu'habituellement, leur rôle est assez négatif, ici elles sont dotées de sentiments et sont complètement dévouées à l'homme. Rorqual Maru, vaisseau doté d'un cerveau, devient ainsi un allié de poids pour les rebelles.
Je terminerais par la présence de notions de biologie et de technologie très intéressantes, sans être pour autant trop compliquées à suivre. L'auteur, qui est aussi biologiste, a réussi le pari de parler de son travail tout en faisant une belle histoire très originale, qui vous tiendra en haleine tout le long de la lecture.
Lien : http://arieste.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jjjjjjjj
  10 juillet 2020
Un excellent livre à conseiller à tous les amateurs de SF. J'aime beaucoup le fait que l'histoire soit donné par plusieurs personnages, par plusieurs points de vues différents. Dans ce monde post-apocalyptique, la nourriture se fait rare, et l'humanité s'est divisée en deux : les Océanides, qui vivent dans l'eau; et les Néchiffes, qui vivent dans la Fourmilières.
Le concept du dieu-baleine, un robot-bateau, est original et appréciable.
Le roman fut nominé pour le prix Hugo, mais ne l'a pas obtenu.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BlackBullBlackBull   28 juin 2018
- Vous devriez avoir honte, vieillard ! cracha-t-elle.
- Je suis désolé, je...
- Encombrer le plancher avec votre vieux corps infirme est un manque d'égards total envers les autres. Vous rendez-vous compte que votre laideur m'a gâché ma journée ? On ne peut même plus se promener dans les couloirs sans avoir la nausée, maintenant.

Les mots étaient durs, mais le visage inexpressif.

- Vous sentez horriblement mauvais, dit un autre Citoyen, un adolescent. Ne voyez-vous pas que vous être en train de mourir d'urémie ? Tenez, prenez ce flacon de Paix Rouge. Vous ne devriez pas continuer à traîner comme ça et à souffrir ainsi. Votre vue nous fait tous souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de T. J. Bass (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3339 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre