AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Arnaud (Autre)Dominique Fernandez (Autre)
ISBN : 2070373940
Éditeur : Gallimard (16/07/1982)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Dans Ferrare silencieuse et endormie, le bruit court que le docteur Fadigati, praticien respectable et aisé, estimé des " gens bien ", est homosexuel.
Rien de précis ne semble tout d'abord accréditer cette rumeur, et la " bonne société ", reconnaissant à Fadigati une conduite irréprochable en apparence, ferme les yeux. Mais, un jour d'été, le scandale éclate : l'honorable médecin est surpris en pleine idylle avec un jeune étudiant de la ville.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
ChezVolodia
  16 septembre 2018
La première partie du livre campe le décor : Ferrare, ville de province italienne, à l'avènement du facisme. le Docteur Fadigati, praticien renommé, discret, apprécié de tous, généreux, entre-deux âges n'est toujours pas marié. Sa vie est rythmée entre ses aller-retour à l'hôpital et sa clinique privée en ville. Ses soirées sont toujours les mêmes bien qu'un peu mystérieuse. On peut l'apercevoir sortir de chez lui aux environ de 8h, 8h30 et se promener parmi la foule des rues commerçantes et bondées de la ville. Toujours seul, il fait une apparition au cinéma à 10h du soir et se mèle au "petit peuple" du parterre au lieu de réserver une place au balcon comme le voudrait son statut de notable.
Son célibat étonne la bonne bourgeoisie de la ville, d'autant qu'il est déjà âgé d'une quarantaire d'année, et qu'il a une situation financière plus que confortable. Comment se fait-il qu'il ne songe pas à fonder un foyer, et chacun d'y aller de ses suppositions allant jusqu'à le suspecter d'avoir une liaison inavouable avec une femme de condition sociale inférieure. Il n'en faut pas plus pour que les Ferrarais se mettent en chasse d'une fille susceptible de lui convenir.
Puis, un jour, on ne sait d'où vint la rumeur, des bruits commencèrent à courir comme quoi le Docteur n'aimait pas les femmes. Les Ferrarais sont surpris mais satisfait d'avoir découvert le secret de Fadigati. On s'étonne, car depuis 10 ans qu'il exerce dans la ville, on ne s'est aperçu de rien. On lui pardonne, en raison de sa réserve, de son style. Toutefois, on finit par se comporter différemment lui : On le salue brièvement le jour, et on fait semblant de ne pas le reconnaître la nuit. Car ce n'était pas un secret que l'on avait surpris, mais un terrible vice. On le disait en "affaire", avec un agent de police, un huissier de mairie marié, un ancien footballeur, rapports soigneusement clandestins. de fait, le secret de Fadigati commence à ne pas plaire du tout.
Au fur et à mesure du récit interviennent d'autres personnage dont le narrateur - on ne sais pas bien qui il est, ni son nom, hormis qu'il est juif ce qui dans l'Italie faciste aura des répercussions - qui fait partie d'un groupe d'étudiants faisant chaque jour le trajet de Ferrare à Bologne et que le Docteur Fadigati ne tardera pas à rejoindre dans leur wagon de 3ème classe. On fait leur connaissance, notamment celle d'un certain Deliliers qui le qualifie de "vieille tante". le Docteur essaye d'entrer dans leur groupe et se montre bienveillant envers eux, sauf Deliliers qui se montre agressif et grossier alors que les autres étudiants nouent avec lui une relation amicale. Puis, avec le temps, le groupe commençe à lui manquer de respect. Tension et disputes éclatent.
Dans la seconde partie du livre : on retrouve la famille du narrateur qui passe ses vacances à Riccione sur la côte de l'Adriatique et ce, comme tous les étés précédents. Station balnéaire fréquentée par la haute bourgeoisie Ferraraise. A peine arrivé, il entend parler de l'amitié scandaleuse que le Docteur Fadigati entretien avec Deliliers - le couple improbable. On ne sait pas vraiment ce qui les unit et/oui ce qui les a rapprochés - qui s'affiche d'hôtel en hôtel sur la côte. Deliliers se pavane dans une voiture de sport rouge offerte par Fadigati, qui n'est plus le Docteur Fadigati, ni même Fadigati, ni même Docteur, mais un amoureux transi, un simple pantin qu'on peut humilier à volonté. le soir, il passe ses soirées à boire pendant que Deliliers s'affiche avec les jeunes filles, les femmes les plus élégantes et les plus en vue, les faisant danser et les raccompagnant au volant de la voiture rouge.
Le scandale finit par éclater, lors d'un dîner dans la salle du restaurant de l'hôtel, alors que Fadigati reprochait à son jeune ami sa conduite, celui-ci lui assèna son poing en pleine figure pour finir par partir avec l'argent et divers biens du docteur, en quête d'une autre vieille femme ou homme à plumer.
Parallèlement à ces évènements d'autres tous aussi tragiques se jouent. Mussolini calquant sa politique raciale sur celle d'Hitler fait promulguer ses premières lois raciales sous l'indifférence de la haute bourgeoisie et des juifs de la bonne société tous adhérants de la première heure au parti et qui croient que cela n'ira pas plus loin...
A la fin de l'été, au retour à Ferrare le narrateur comme Fadigati se retrouve dans un destin commun, fait de relégation, d'humiliation, d'opprobre, de dégoût et de solitude. Ils se revoient un soir, par hasard, il apprend que le poste que le docteur occupait à l'hôpital lui a été retiré. Il lui propose de partir, mais Fadigatti répond qu'il ne sert à rien de fuir. Les deux hommes se retrouvent en quelque sorte dans la même situation. L'un homosexuel avec le risque d'être déporté, l'autre juif avec le même avenir. Tout deux dénigrés. Fadigatti désabusé et épuisé trouvera une porte de sortie....
J'ai bien aimé ce livre, malgré que la première moitié soit assez lente, beaucoup de descriptions pas vraiment nécessaires, ce livre n'étant pas historique, mais un roman qui se déroule à une période donnée de l'histoire, celle-ci, en étant la toile de fond. La seconde moitié du livre était plus captivante, plus dynamique, dans le sens ou on entrait dans le vif du sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ManonReal
  13 mars 2018
Le docteur Fadigatti est un médecin réputé dans sa belle ville de Ferrare. Il renvoie une bonne image, fait son travail correctement et rentre dans les bonnes moeurs de la société de l'époque: l'entre-deux guerres. Mais un beau jour, des bruits courent à son sujet: le docteur serait homosexuel et aurait des relations avec un étudiant. On crie au scandale, les regards deviennent insistants, les lois raciales apparaissent également. le docteur tente de continuer sa vie, jusqu'à sa mort où il est retrouvé dans les eaux du Pô, sans que l'on sache si c'est un accident, un meurtre ou un suicide. Giorgio Bassani, issu de la bougeoisie juive ferraraise retranscrit tout le trouble de la société prise dans l'engrenage du fascisme, des préjugés et de la moindre gêne. Un livre qu'il faut lire absolument!
Commenter  J’apprécie          144
isabellelemest
  01 février 2013
Le roman met en scène un respectable médecin de Ferrare, le Dr Fadigati, cultivé et membre de la communauté juive, mais aussi soupçonné d'homosexualité. Dans le train qu'il prend pour enseigner à Bologne, il rencontre des étudiants, dont un jeune voyou à la beauté du diable, Deliliers, qui lui fait perdre la tête. Durant l'été, quand tout Ferrare va en "villegiatura" dans la même station balnéaire, il s'affiche avec le jeune homme, avec qui il a une scène orageuse en public, scandale qui le déshonore à jamais et le contraint au suicide.
Le récit douloureux, par la voix d'un tiers, de la fin de la respectabilité et de la chute d'un homme honorable dans une société conformiste, qui ne tolère qu'hypocritement l'homosexualité. le thème n'est pas sans rappeler Mort à Venise de Th. Mann, mais il s'agit là davantage de la peinture d'une société repliée sur ses certitudes et les convenances, et qui n'admet pas la différence.
Lu en V.O.
Commenter  J’apprécie          90
zizza
  15 janvier 2017
En 1937, un étudiant juif qui vit à Ferrare raconte son quotidien avec ses compagnons d'université et sa famille. Parmi les personnages qu'il côtoie on trouve également le docteur Fadigati, un homme d'un certain âge, bien inséré dans la société grâce à son métier,
Sur le fond on perçoit aussi l'ombre du régime fasciste, avec l'arrivée des lois raciales à l'horizon.
Un très beau livre, qui met en scène l'exclusion progressive de deux catégories de personnages, l'une de fait , et l'autre par le regard .
Commenter  J’apprécie          20
mireille.lefustec
  29 avril 2012
Biographie
Giorgio Bassani est né à Bologne en 1916, dans une riche famille dont le père était un chirurgien réputé.,de confession juive.
Après une scolarité à Ferrara,il s'inscrit,en 1934, à la Fac de lettres de Bologna
Malheureusement,les lois raciales de 1938 ont déchaîné une série de persécutions et la destruction d'une vie heureuse.
En 39,il obtient sa maîtrise et de consacre à l'enseignement.
Parallèlement,il se rapproche des idées libérales socialistes et déploie une activité de propagande antifascistes au sein d'un groupe d'intellectuels qui adhèrera ensuite au Parti d'Action ,reformé.
Arrêté en 42,il demeure un an en prison,jusqu'à la fin du fascisme.
Il se réfugie à Florence sous un faux nom,puis à Rome où il rejoint la Résistance.
Ses parents,demeurés à Ferrara, seront exterminés au camp de Buchenwald.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec   21 mars 2013
Le sentiment de solitude qui m'avait toujours accompagné durant ces deux derniers mois,devenait,si possible,juste maintenant,encore plus atroce: total et définitif. de mon exil,je ne reviendrai jamais,moi. Plus jamais.
Commenter  J’apprécie          40
mireille.lefustecmireille.lefustec   21 mars 2013
incipit
Le temps a commencé à les disperser et pourtant on ne peut pas encore dire qu'ils soient peu ,à Ferrara ,ceux qui se souviennent du docteur Fadigati , sûr qu'ils évoquent l'oto-rhino-laryngologiste qui avait son cabinet et son habitation rue Gorgadello ,à deux pas de la place des Herbes ,et qui finit si mal,pauvre homme , si,tragiquement, lui qui, justement, quand il vint s'établir dans notre ville ,venant de sa Venise natale,avait semblé destiné à la plus régulière,la plus tranquille et,pour cela, la plus enviable des carrières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hugoduv05hugoduv05   22 juin 2015
la gente non mi laciava vivre non avevo piu il diritto di essere un questo mondo , per loro sono comme un mostro . e per questo che non puo stare qui .
Commenter  J’apprécie          20
mireille.lefustecmireille.lefustec   21 mars 2013
Il n'est rien de plus que le légitime vouloir maintenir séparés, dans sa propre vie,ce qui est public de ce qui est privé, qui excite la curiosité indiscrète des petites sociétés bien pensantes.
Commenter  J’apprécie          10
zizzazizza   15 janvier 2017
Il tempo ha cominciato a diradarli, eppure non si può ancora dire che siano pochi, a Ferrara, quelli che ricordano il dottor Fadigati.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Giorgio Bassani (2) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : ferrareVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
517 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre