AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749161150
Éditeur : Le Cherche midi (03/01/2019)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
En finir avec l'amour...
Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
"Ce genre d'amour qui meurt fait un bruit d'hôpital."
Fin de partie ? Effondrement brutal. La mort rôde. Pierre pense mettre fin à ses jours. Il va plutôt venir à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ladybird123
  27 décembre 2018
Le 2 janvier 2018 à 9h37, Pierre reçoit un sms d'Ana lui signalant la fin de leur idylle. Elle n'est pas heureuse lui écrit-elle. Quelques mots sur un clavier et voilà sept ans planqués et jetés à rien, dans toute la froideur misérable d'un smartphone.
Comment surmonter la fin d'un amour ? Entre souvenirs, flashbacks et introspections, Pierre marche, que ce soit dans les sentiers verts d'une forêt ou dans les couloirs de son coeur, il veut guérir, se sevrer de cette belle Ana qui aimait les ciels de nuit, l'hiver, éventrés par les étoiles.
Entre passion, errance amoureuse, reste le réquisitoire d'une société mordue aux communications coupées, aux vies ultra connectées.
Qu'est ce qui pourrait sauver l'amour ? Où est le sauveur ?
« La prochaine fois, je suis persuadé que Google trouvera la solution. Comment sauver un amour qui meurt ?
Google sait tout faire. »
Pierre est un homme désabusé face à l'adieu électronique d'Ana. Il ne comprend pas qu'on puisse balayer sept ans d'amour en pianotant quelques mots sur un téléphone. « La vie, ce ne serait jamais l'éclair d'un message électronique qui vous cingle, dans sa lâcheté et son abandon. le message avait beau clignoter sur mon mobile, il était impuissant à réunir le minimum vital pour un adieu. »
Je t'ai oubliée en chemin est certainement la voix la plus saine pour se reconstruire. La nature a quelque chose de puissant en elle pour ceux et celles qui savent encore lever les yeux de leur écran, le nez dans les étoiles.
Un beau roman avec une belle écriture sur fond de prise de conscience et de reconstruction.
Au fond de lui un reste de lueur
L'espoir de voir enfin un jour
Un monde meilleur
Où est le sauveur 🎶

Merci à NetGalley pour l’envoi de ce beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          892
hcdahlem
  16 janvier 2019
Tout commence par un texto ou plutôt tout finit par un texto, celui que reçoit Pierre le 2 janvier 2018 et par lequel sa compagne Ana l'informe que leur histoire d'amour a pris fin:
« Pierre,
Mon projet à ce jour est de vivre ma vie sans avoir à me justifier. Je n'ai pas changé à ton égard, je suis seulement arrivée au bout de ce que je pouvais supporter. Je ne vivrai plus comme j'ai vécu jusqu'à présent. C'est mon voeu pour 2018. Nous avons tenté avec plus ou moins de conviction, selon les périodes, de construire une vie ensemble; nous avons échoué. À ce jour, je renonce à notre histoire. Je t'aime, te respecte, t'admire, mais je ne suis pas heureuse. Or, si je ne peux pas être heureuse avec celui que j'aime, c'est que cet amour n'est pas supportable. On peut aimer, certes; on peut aussi mal aimer. Je veux être honnête, Pierre: je ne crois plus à notre histoire. Ta vie ne sera jamais la mienne, malgré toute ma bonne volonté, et tu n'as jamais eu envie de faire concrètement partie de la mienne. C'est comme ça. On ne va pas revenir indéfiniment là-dessus. Je suis en train de me reconstruire. Sans toi. C'est vital. Vital que je me retrouve. Vital que je m'occupe de moi. Il y a une seule photo chez moi: celle de mes enfants. Dans d'autres temps, d'autres lieux, avant eux, il n'y en avait pas. Je t'embrasse
Ana »
Sept ans planqués dans un texto, sept ans de passion conclus avec une certaine cruauté, sept ans que l'écrivain-journaliste entend retenir en les couchant sur le papier. Tout avait commencé lors d'une séance de dédicaces. En croisant le regard d'Ana, comédienne et chanteuse, il avait immédiatement été séduit. Mais le vrai coup de foudre arrive deux jours plus tard. Au tribunal de Bobigny, il est victime d'une crise cardiaque qui aurait pu signifier la fin de leur histoire avant même qu'elle ne démarre. Mais c'est le contraire qui va se produire en nourrissant leur amour naissant. C'est cette époque bénie qu'il va revisiter avec Dominique A, Lou Reed, Philippe Léotard en fond sonore et avec la certitude que «les lieux traversés, les villes, les paysages n'en finiront jamais de résister à la disparition de l'être aimé».
Les vacances à l'île aux moines ou à Épidaure, mais aussi leurs escapades à Bernay, en Normandie (sur la ligne de chemin de fer entre Paris et Cherbourg) où ils avaient décidé de s'installer apportent en quelque sorte la confirmation que cet amour était bien réel, et rend par la même occasion cette rupture d'autant plus incompréhensible et douloureuse. Suivra-t-il l'avis de Louis, son ami peintre, quand il lui explique que toute tentative de regagner le coeur d'Ana sera vaine. Il a vécu le même abandon et c'est que c'est perdu d'avance.
Ana s'inscrira alors à la suite de Véronique, à laquelle il doit ses premiers émois amoureux à quinze ans, et de Lucille, qu'il a fortuitement recroisé un jour à Paris.
Sensible et mélancolique, ce roman arrive en librairie en même temps que Rompre de Yann Moix et que Lettres à Joséphine de Nicolas Rey. Après #metoo voilà les hommes fragiles, les hommes meurtris, les hommes en mal d'amour.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Verdure35
  18 décembre 2018
Un bien joli titre pour un joli roman. J.Louis Basse est un écrivain prolifique et atypique ; d'une écriture classique, il conte l'histoire d'une rupture amoureuse et comment grâce à ses promenades dans la nature, l'homme abandonné a pu oublier son chagrin.
Sont détaillés la rencontre avec Ana, femme sensuelle mère de 2 enfants, l'amour fou du début, les hauts les bas, un baiser de nouvelle année un peu froid, et la cata, une rupture par SMS . Et là ; ce pauvre homme délaissé par cette femme plus jeune que lui,est effondré certes, mais le plus savoureux m'a t-il semblé se trouve dans dans cette histoire de SMS qui le désarçonne, quelques pages sur cette misère d'internet qui ne permet plus aux amants de se quitter comme il le faudrait, lentement, avec des paroles qui blessent ou expliquent.
Il entame très justement un bras de fer entre espoir et désespoir, et de multiples randonnées aux alentours de Bernay, les copains de toujours, la nature qu'il observe intensément, un joli « écureuil roux comme une irlandaise » qu'il croise régulièrement, vont le sortir de cette étreinte malheureuse. Sans cependant quelques hoquets sur ce fameux SMS, Google qui sait tout… J'ai beaucoup aimé l'ambiance sylvestre de ce court roman.
Merci aux Edts du Cherche-Midi et à NetGalley pour cette lecture à paraître en janvier 19.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
syboulette21
  04 janvier 2019
« Je t'ai oubliée en chemin » est un roman de notre société actuelle avec l'amour et ses ruptures, la technologie et ses dérives, la joie et ses peines. le narrateur, Pierre, est quitté par un simple SMS sans possibilité de se parler, de s'expliquer, de comprendre. Voilà, un texte sur un écran de téléphone met fin brutalement à une histoire d'amour de sept ans, comme ça, sans plus d'explications… Qui mérite ce type de rupture? Personne… Mais pourtant combien quitte de cette manière l'autre? Beaucoup… de nos jours, tout doit aller vite: ça nous plaît plus, ben on jette et on passe à autre chose. C'est ce qu'a subit Pierre avec ce SMS.
Après cette rupture, il faut se reconstruire, combattre la peine, avancer coûte que coûte. Mais comment faire quand son monde s'écroule, quand plus rien n'a de sens? Pierre va trouver sa solution: il va marcher, marcher des heures et des heures afin d'évacuer toute cette peine, afin de se repasser son histoire d'amour, afin d'oublier ce texto, sa peine. le lecteur va accompagner Pierre dans cette démarche: il va marcher avec lui, à la rencontre de cette nature qui est bien souvent oubliée, et que chacun va redécouvrir. En fait, cette marche permet de fuir le désespoir pour regagner de l'espoir. Durant ses randonnées, le narrateur pense à ces sept ans écoulés pour pouvoir les mettre derrière lui. La nature est salvateur pour lui ainsi que la présence de ses amis, qui le soutiennent dans ces moments là. L'auteur nous livre une jolie façon de panser ses plaies, d'oublier sa tristesse, de faire table rase du passé pour pouvoir affronter son avenir.
Évidemment, Pierre-Louis Basse m'a fait réfléchir sur justement toute cette technologie et la nature accessible à tous. Selon son usage, la technologie (textos, internet, photos) peut être néfaste, perverse, dangereuse, douloureuse. Alors que la nature, la réflexion sur soi, ne peut être que bénéfique. Il ne faudrait pas l'oublier, s'oublier dans la facilité que nous offrent nos téléphones portables. « Je t'ai oubliée en chemin » permet à son lecteur de se recentrer sur l'essentiel, c'est-à-dire soi et ce qui l'entoure, ce qui est palpable. N'allons pas trop vite et prenons le temps pour les autres et pour soi!
Lien : https://unbrindesyboulette.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   16 janvier 2019
Pierre,
Mon projet à ce jour est de vivre ma vie sans avoir à me justifier. Je n’ai pas changé à ton égard, je suis seulement arrivée au bout de ce que je pouvais supporter. Je ne vivrai plus comme j’ai vécu jusqu’à présent. C’est mon vœu pour 2018. Nous avons tenté avec plus ou moins de conviction, selon les périodes, de construire une vie ensemble ; nous avons échoué. À ce jour, je renonce à notre histoire. Je t’aime, te respecte, t’admire, mais je ne suis pas heureuse. Or, si je ne peux pas être heureuse avec celui que j’aime, c’est que cet amour n’est pas supportable. On peut aimer, certes ; on peut aussi mal aimer. Je veux être honnête, Pierre : je ne crois plus à notre histoire. Ta vie ne sera jamais la mienne, malgré toute ma bonne volonté, et tu n’as jamais eu envie de faire concrètement partie de la mienne. C’est comme ça. On ne va pas revenir indéfiniment là-dessus. Je suis en train de me reconstruire. Sans toi. C’est vital. Vital que je me retrouve. Vital que je m’occupe de moi. Il y a une seule photo chez moi : celle de mes enfants. Dans d’autres temps, d’autres lieux, avant eux, il n'y en avait pas.
Je t’embrasse
Ana
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
hcdahlemhcdahlem   16 janvier 2019
INCIPIT
Avant-propos
Un soir de brume et de pluie – en Normandie, la pluie est toujours promesse de soleil –, je tombai nez à nez avec mon double : le récit d’une terrible dépression, sorte de plongée dans le trou de sa vie, racontée par un célèbre romancier américain. Ce temps de la jeunesse qui ne revient jamais. Observant la dédicace, je m’aperçus – mi-surpris, mi-effrayé – que ce court roman était offert à une femme dont le prénom était le parfait homonyme de mon amour perdu. J’y voyais un signe : plutôt qu’être vaincu par mes ténèbres, je décidai, la nuit même, de raconter ce qui peut sauver un homme. Le tirer d’une boue sur le point de l’engloutir. Ni plainte, ni ressentiment. Il me fallait simplement trouver la réponse à cette question simple, sans fioritures : écrire au rythme de la nature, du monde, de ceux que nous aimons, peut-il sauver du pire ?
Une passion qui s’effondre a nourri tant de chansons, de livres, de films, de peintures. Je voudrais que ce livre ressemble à une guitare andalouse dans un café de banlieue. Une chanson de Mano Solo. Un poème de René Guy Cadou : le chant est parfois un peu triste, mais la lumière est toujours présente. Elle cogne à la vitre et insiste pour que la partie continue. Ce joli bras de fer entre espoir et désespoir.
Ce livre est l’histoire de ce bras de fer.
Un SMS, puis plus rien.
Ce genre d’amour qui meurt fait un bruit d’hôpital. Une mort privée de cercueil. Dans la déchéance qui vient, on ne parvient que difficilement à cerner la réalité de l’infini. Hier, la solitude avait un sens. Ana m’aimait. Cette passion donnait une épaisseur aux objets les plus simples et familiers de cet amour.
Un texto, puis plus rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   16 janvier 2019
« Pierre,
Mon projet à ce jour est de vivre ma vie sans avoir à me justifier. Je ne vivrai plus comme j’ai vécu jusqu’à présent. C’est mon vœu pour 2018. À ce jour je renonce à notre histoire. Je ne crois plus à notre histoire. C’est comme ça. On ne va pas revenir indéfiniment là-dessus.
Je suis en train de me reconstruire. Sans toi. C’est vital. Vital que je me retrouve. Vital que je m’occupe de moi.
Je t’embrasse.
Ana »
La disparition a plusieurs visages.
Juste après le texto, j’ai pensé à mon père, mort au mois de juillet 2001. Je m’étais retrouvé devant ses vêtements, rangés dans un placard de notre maison au bord de la mer. Je suis resté longtemps devant tout un tas de survêtements, anoraks, haltères, témoins d’une vie de sportif. Dans l’instant même de son départ, tout ce qui lui avait appartenu ressemblait à un lot d’objets absurdes. Sans queue ni tête. La vie d’un homme ne parvenait plus à circuler jusque dans ces zones habituées au grand calme. Le sentiment que tous ces objets que j’avais connus en sa présence venaient d’être saignés, comme vidés de leur substance. Ils avaient emporté, loin des cintres sur lesquels ils terminaient leur vie, tous les souvenirs, les beaux jours que nous avions partagés en famille.
Chose étrange, et qui alourdissait mon malaise, mes premiers vertiges : la perte de cet amour était plus scandaleuse. La sanction électronique. Elle possédait cette cruauté, ce triste talent – dans mon esprit fragile – de réunir le passé et le futur. Le simple message électronique avait le pouvoir fulgurant de faire exploser tous les temps d’une vie. Toutes ces questions sans réponses. Pour le reste de toute ma vie.
Le présent, avec sa caravane d’humeur, de légèreté ou d’arrogance, avait remporté une victoire à plates coutures. En amour comme avec une retransmission de sport, il suffisait d’un léger clignotement, un clic, court ralenti, pour siffler le hors-jeu. Un message sur l’écran de mon dernier Samsung. Il n’y avait plus à discuter. Se revoir n’avait aucun sens. « C’est comme ça. » On aurait dit que la réalité des hommes avait cessé d’être à la mode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   16 janvier 2019
Bernay, où je me suis installé, est une petite ville de Normandie, tranquille et douce. Endormeuse. Un écrin du pays d’Ouche.
Les jours de marché, on voudrait saisir à bras-le-corps toutes les saucisses de la Manche, qui vous regardent du coin de l’œil. Je les aperçois qui ruissellent au milieu des frites. Saucisses, andouillettes au foin, terrines de canard font comme une immense guirlande le long des étals. Louis, mon ami, ne peut pas s’empêcher, chaque samedi que Dieu fait, de glisser une jolie saucisse dans un morceau de pain. Comme elle est douce et juteuse à la fois. « C’est tout de même autre chose que leur kebab de merde », nous crie dans l’oreille un boucher de passage, avec son fanion tricolore planté dans l’essuie-glace de sa camionnette. L’hiver surtout, tôt le matin, on dirait que c’est la dernière France du terroir qui nous envoie des signes de détresse. Ce fumet qui s’échappe des jarrets. Les poulets qui tournent. Mon Dieu. Toute cette bonne charcuterie, cela ressemble à un merveilleux adieu de nos provinces. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ladybird123Ladybird123   27 décembre 2018
Décidément, il faudra revenir aux lettres parfumées, aux départs sur les quais de gare. À la lenteur des amants qui ne sauront jamais se quitter. Aux conversations sous la lampe.
Commenter  J’apprécie          352
Videos de Pierre-Louis Basse (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre-Louis Basse
SMEP 2016 - Pierre Louis Basse
autres livres classés : joggingVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3099 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre