AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782709636339
Éditeur : J.-C. Lattès (01/01/2011)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Arnaud débarque en pleine nuit chez ses parents qu’il n’a pas vus depuis longtemps. Le lendemain, son père, Gabriel, un romancier qui n’écrit plus, découvre qu’Arnaud est recherché par la police. Aussitôt, plein d’angoisse et d’accablement, il part à la recherche de son fils. Il va devoir apprendre à redécouvrir cet enfant qu’il pensait connaître.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pommesucre
  14 novembre 2011
Je vais tout de même évoquer la raison du choix du livre. J'ai deux frères, tous les deux ont ou ont eu des difficultés relationnelles avec mon père, l'un comme Arnaud n'a pas toujours été droit. Ce livre qui parle de cette relation fragile entre un père et son fils n'a pu que me parler et me toucher. D'autant que le package du bouquin est joli, j'avoue que c'est un de mes critère de sélection, il faut qu'il m'accroche. La maison d'édition a donc fait ici quelque chose de simple mais d'efficace ! Après l'admiration du bouquin sur mon étagère, vient le moment de la lecture. Car c'est le deal, tu reçois, tu remplis ton contrat, et jusqu'au bout le sourire aux lèvre d'avoir cette chance.
Ce bouquin m'a plu, car de la première à la dernière ligne, la valse des sentiments entre chaque personnage est présente et vivante. Dès les premières lignes, l'auteur a su planter le décor indispensable aux personnages. L'atmosphère évoque un passé sentimental assez lourd entre chacun des trois personnages principaux, chacun des personnages mène sa barque à sa guise sans vraiment se soucier de l'autre. Pourtant bien que les sentiments soient bien distincts et propres à chacun, ils sont malgré tout tous liés. le caractère et la description du personnage m'a attirée, ce jeune homme en proie au manque d'amour et d'affection de son père, fait tout ce qui lui est possible pour attirer son attention. Malheureusement, pour une très bonne raison Gabriel, son père, refuse de lui accorder ne fusse qu'un peu de cette attention, ce romancier s'est muré dans son silence, son monde qui fait vivre ses personnages à qui il voue un amour démesuré. Quant à Ester, sa mère, elle s'est fait à l'idée de l'égoïsme sentimental de son mari et s'en accommode tant bien que mal. Comme Arnaud ne vient visiter ses parents que de manière sporadique, ceux-ci ne le connaissent pas ou peu. Attisé par la curiosité, Gabriel se permet, un matin, de lire un message adressé à son fils. C'est à ce moment là que tout bascule.
Le roman qui m'a été offert est donc l'histoire de cette famille qui éclate en silence, où les membres vivant chacun de leur côté vont devoir se retrouver sans vraiment l'avoir un jour espéré. Tout du long, on ne sait pas vraiment où l'ont va car certains détails sont volontairement omis, mais dévoilés à la fin . On se laisse emporter par les chapitres, les paragraphes et les pages. L'histoire est belle, bien écrite, elle n'est pas trop courte, pas trop longue.
Au fil des pages, l'auteur illustre à merveille la maîtrise des sentiments. Chaque personnage entrant a finalement un rôle prédéfini et indispensable au bon déroulement et à la cohérence de l'histoire.
J'ai vraiment beaucoup aimé, je me suis un peu retrouvée dans chaque personnage, que ce soit pour leur côté brouillon, maladroit, enfermé, triste, en colère, rêveur, artistique. Chacun de ces traits et sentiments me parlent, certains de ces sentiments ont fait ou font partie de ma vie, ils ne pouvaient que me parler. L'histoire est rondement menée, on y retrouve l'amour, les relations familiales souvent délicates, l'amitié, du suspens ainsi qu'une belle chute.
Donc même si le sujet du livre est loin d'être léger, l'écriture est soyeuse et agréable, on glisse de page en page avec un plaisir non dissimulé car on s'attache, l'air de rien, à chacun des personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Kathy27
  26 mai 2011
Cette collection offre un format et une qualité de livre vraiment super agréable au toucher. C'est un plaisir de tourner les pages, de caresser la couverture. Pour Dos à Dos, de Sophie Bassignac, c'est 233 pages d'une écriture extrêmement douce. Je ne sais pas si c'est vraiment le mot adéquat, mais c'est ce que j'ai ressenti. J'ai eu beaucoup de coup de coeur pour certaines phrases comme celle-ci par exemple : « Fumiko lui avait appris que rien ne couvrait mieux le silence de l'un que le silence de l'autre, dans une histoire au jour le jour où chaque matin on se souriait aussi timidement que des amants de la veille. » Je viens de le terminer et la lecture en a été très rapide. La longueur de chaque chapitre est parfaite, ni trop longue, ni trop courte, juste ce qu'il faut pour ne pas se lasser et continuer à chaque fois encore un peu plus loin. Dos à dos, ca parle d'une famille pas tout à fait comme les autres, rongée par une relation compliquée entre le fils, Arnaud, et ses parents Gabriel et Ester qui eux même ne vivent pas l'amour fou. Arnaud débarque un jour chez ses parents sans prévenir et repars quelques jours plus tard d'une manière tout aussi imprévue. Entre temps, son père a eu le temps de découvrir que son fils est un cambrioleur poursuivi par la police. Gabriel est un écrivain qui a décidé d'arrêter d'écrire mais qui regarde toujours le monde et ses multiples facettes à travers ses yeux d'auteur. S'en suit des histoires de filatures, d'adultère, de vie d'artistes tels qu'écrivain et photographe, tout cela enfoui dans un quotidien naturel et réaliste. Les descriptions sont simples et envoutantes. Ce qui m'a beaucoup marqué dès les premiers paragraphes c'est l'utilisation de métaphores et de comparaisons si justes, si douces… qui se lisent toutes seules et nous transportent. le récit porte de la première à la dernière page un léger mystère continu qui nous tient en haleine. Les personnages sont tous dotés de caractéristiques bien personnelles et on s'amuse à les cerner un par un. On est emporté dans leurs troubles, leurs problèmes, leur incroyable mélancolie. J'aime beaucoup ce côté narrateur omniscient qui sait et dit ce que les uns ignorent sur les autres. le réalisme des dialogues est un pur bonheur et il nous rapproche encore davantage des personnages. C'est vraiment ce point de vue tourné vers les personnages qui est fascinant, on les suit dans leurs réflexions, on réfléchit avec eux, on pense avec eux, et on essaye d'imaginer ces vies dans le monde réel. L'ensemble du roman glisse tout seul pour arriver jusqu'au dernier chapitre que j'ai trouvé réellement poignant ! J'en ai eu les larmes aux yeux jusqu'au dernier mot. C'est le personnage de Gabriel qu'on voit le plus évoluer, qu'on suit le plus profondément et dans ce dernier chapitre, il nous titille le coeur. On ressort de ce roman avec un sentiment étrange, difficile à identifier.
Peut être une impression que ce livre a servi à quelque chose tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Skorpionnan
  23 février 2011
Lecture
Un couple que l'on imagine cinquantenaire est en vacances sur la côte d'azur. Lui, Gabriel, est un écrivain qui a plutôt bien réussi mais qui a décidé de ne plus écrire, elle ,Ester, est une belle femme, comme son amie Pamela qui les accompagne. Si Pamela se perd dans la boisson, ce couple se regarde tranquillement bien que souvent en chiens de faïence.
L'arrivée d'Arnaud , leur fils, jeune homme superbe mais hors de contrôle va bouleverser leur routine. Surtout lorsqu'ils découvrent qu'il est recherché par la police. Après sa fuite, il vont chercher à connaître ses activités et découvrir ce à quoi ils ne s'attendaient pas.
Avis
Le début du livre est très intéressant. On voit se couple survoler sa vie sans jamais la vivre réellement. C'est aussi une manière de se protéger puisque leurs relations sont extrêmement tendues. Jouer un rôle, chacun le sien, est un bon moyen d'éviter de s'impliquer. Les sentiments sont ici très bien peints et la langue de l'auteur, classique et riche, sert merveilleusement bien cette atmosphère de représentation théâtrale permanente. Seule l'amie Pamela, bien que veuve éplorée et alcoolique assumée semble totalement vivante dans ce tableau.
Mais l'arrivée du fils, à la fois aimé et détesté, et surtout sa fuite vont obliger ces deux parents et leur amie à quitter leurs costumes. Pour le retrouver et surtout pour comprendre ses motivations, ils vont devoir enquêter sur sa vie et se remettre en question.
Ce couple se complaisant dans ses égoïsmes solitaires se retrouve mis face à face par le fils. Il agit comme un miroir à double face. Son image s'insérant entre eux deux, renvoie à chacun l'image de ce qu'il est vraiment et non plus celle qu'il essaie d'émettre. Malheureusement, cela se transforme en un étalage complaisant des psychoses de ces deux névrosés. Lui, écrivain incapable de dire l'amour et qui a arrêté d'écrire; Elle, à la fois hystérie et concentré de peurs rentrées, incapable de confiance en elle ou dans les autres. Ils passent tous deux leur temps à contempler leurs nombrils en se réjouissant de la vacuité des autres. de personnages touchants, ils deviennent des raseurs ronflants et condescendants (pour rester poli ...) morfondus dans les tracas qu'ils jubilent à se créer eux-mêmes. Arrive également une faune de personnages annexes assez inintéressants et plutôt caricaturaux. le style qui était riche devient lourd, les phrases s'écoutent parler. A ce point du livre, j'ai failli l'abandonner tant l'ennui s'installait.
Puis tout d'un coup, la vie reprend. On retrouve un style plus frais de l'auteur. Les acteurs acceptentinconsciemment suite à une exposition sur les horreurs de la vie de reprendre part à la réalité. L'histoire s'active, les personnages s'humanisent à nouveau et l'on suit la fin de ce livre avec plaisir.
Pour voir autre choses que leurs reflets, ils devront briser le miroir.
Conclusion:
Si le début et la fin du livre sont très plaisants à lire, les remplissages dépressifs de sa partie centrale sont vraiment difficiles à supporter.
Lien : http://www.atelierdantec.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claraetlesmots
  28 janvier 2011
Fin août, une nuit du côté de Saint-Tropez. Dans la Villa des Roses, tout le monde dort lorsqu'Arnaud débarque sans prévenir chez ses parents qu'il n'a pas vus depuis longtemps. Arnaud, un beau gosse qui commet des vols. Quand ses parents, Gabriel et Esther, l'apprennent, chacun réagit différemment. Esther, comme d'habitude, en protégeant son fils. Et Gabriel tourmenté mais aussi furieux, cherche à comprendre pourquoi.
On pourrait penser aux premiers abords que le personnage central est Arnaud. D'une certaine façon, oui et l'histoire gravite autour de lui. Arnaud est un fils de bonne famille : le père, Gabriel, romancier de son état a décidé de ne plus écrire mais sa mère Esther et ses livres de cuisine assurent une tranquillité financière. Cette dernière est flanquée en permanence de son amie Pamela, une veuve qui noie sa solitude dans l'alcool. Mais quand Arnaud commet des vols et s'attire la police sur le dos, la crise éclate. Esther, mère protectrice, cherche à aider son fils alors que Gabriel se lance à sa poursuite. Arnaud est un peu gentleman cambrioleur, insouciant en apparence. En voulant savoir qui est son fils, ce sera l'heure des doutes et des remises en question pour Gabriel. Aurait-il délaissé sa famille pour ses livres? La fin est dure mais apparaît comme inévitable.
Les réflexions de Gabriel sur l'écriture émoustillent d'abord l'esprit. Puis, on y réfléchit à ces phrases percutantes et justes. J'ai trouvé qu'il y avait certains clichés : le détective qui voudrait écrire, les "méchants" Russes. Beaucoup de personnages secondaires avec des histoires propres et j'ai eu l'impression que ce roman s'essoufflait. Mais l'écriture de Sophie Bassignac m'a accrochée ! Un style vif, une précision des mots, un sens de la formulation qui ne m'ont pas laissée indifférente.

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lexpress   05 juillet 2012
Sophie Bassignac orchestre [ce duel] avec grâce et gravité, dans un style précis jamais précieux.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   11 décembre 2016
Gabriel prit la mesure de la situation dans la lumière glauque du plafonnier qui leur dessinait des bleus injustes sous les yeux. Trois insectes étaient alignés sur le ruban colle-mouches jaunasse qui pendant de l’abat-jour. Il annonça son départ, marcha seul et sonné jusqu’à la porte de la cuisine. Guinevere ne se retourna pas. Il se dit en humant l’air chaud de la nuit que cette femme-là était de celles qu’il devait absolument fuir, une égérie, un cas d’école, un vrai problème d’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CsylCsyl   07 juin 2015
Le vent s'était levé et le laurier remuait comme s'il portait mille oiseaux cachés. Elle avait appris à reconnaître les vents, ceux qui restent dehors et ceux qui entrent dans la maison. Elle se dit en frissonnant que celui-là entrait même dans les corps.
Commenter  J’apprécie          20
CsylCsyl   07 juin 2015
Il pensa à cet enfant qui dédiait à ses parents chaque souffle de son existence et ne recevait en échange qu'un quotidien maussade, sans grandeur et sans beauté.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Sophie Bassignac (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Bassignac
http://www.librairiedialogues.fr/ Karine de la librairie Dialogues nous propose ses coups de c?ur du rayon Poches : "No Home" de Yaa Gyasi (Le livre de poche), "L'insouciance" de Karine Tuil (Folio) et "Séduire Isabelle A." de Sophie Bassignac (Le livre de poche). Réalisation : Ronan Loup. Questions posées par : Delphine le Borgne.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2012 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre