AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de beberoots


beberoots
  25 avril 2017
Pierre est journaliste politique, bien sous tout rapport, issu d'une famille bourgeoise, seine et bien ordonnée, limite ennuyeuse. Il a rencontré Isabelle il y a six mois, elle est un peu fofolle et bordélique mais il en est convaincu, c'est la femme de sa vie. Pourquoi attendre ? il la demande en mariage. Chose étonnante, elle ne lui répond pas. Elle lui propose plutôt de rencontrer sa famille. Et oui quand on épouse Isabelle, on épouse aussi toute sa famille. Ce sont de joyeux lurons angevins, qui aiment le bon vin, la bonne bouffe (agrémentée d'un petit on ne sait quoi), le sexe, l'art, la littérature et surtout ils s'aiment tous. C'est donc parti pour une semaine de folie dans la grande maison provinciale de ses grand-parents où tout le monde est rassemblé comme tous les étés. Il ne va pas être dessus du voyage ! le pauvre homme coincé découvre qu'ils sont tous déconnectés de la réalité, tous atypiques, entre la folie des uns et le mysticisme des autres, il y a de quoi devenir chèvre (ou taureau, ou poule !!).

C'était une lecture bien agréable. le foisonnement des personnages et leur loufoquerie rend cette semaine de vacances en Anjou franchement fatigante, même pour le lecteur ! Mais j'ai aimé tous les découvrir et me demander ce qu'ils ont bien pu inventer encore ! Je ne me suis attachée à aucun d'eux vraiment, je me suis même demander ce que pouvait trouver Pierre à cette frivole Isabelle. Mais l'ambiance m'a happée, un bon verre de Layon en compagnie de cette famille, et je me sens comme à la maison avec leurs poules ! L'auteur écrit bien, pas de chi-chi, c'est parfois mordant, drôle et cru, en somme une longue conversation entre amis qui ne font pas attention à leur vocabulaire. Ce qui rend la lecture fluide et légère.
Lien : https://lesmotschocolat.word..
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox