AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782869591769
92 pages
Arléa (08/03/1999)
3.82/5   66 notes
Résumé :
En 1787, l'évêque Pigneau de Bréhaine arme deux navires pour sauver le Viêt-nam de la guerre et de l'impiété. Après une longue et périlleuse traversée, soldats et missionnaires débarquent enfin dans l'épaisseur verdoyante et les marécages d'un nouveau monde. Ils ignorent encore qu'au bout de cette splendide quête initiatique surgiront la mort et l'oubli.
Que lire après AnnamVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 66 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le Vietnam au temps de la Révolution française…

Il existe plusieurs façons d'appréhender un fait historique dans un roman. L'auteur peut, par exemple, choisir de développer une épopée pittoresque avec moult rebondissements, ce sera alors un roman d'aventure dans lequel le fait historique est présent en filigrane et sert davantage de contexte à la romance, il peut aussi faire de son livre un roman essentiellement historique avec moult détails et dates bien précises en en romançant le moins possible le déroulé, mais en se tenant aux faits, rien qu'aux faits. Les livres récents « Pour mourir, le monde » de Yann Lespoux, ou encore « Les naufragés du Wager » de David Grann illustrent ses deux façons de traiter du fait historique.

Christophe Bataille choisit une autre voie avec ce court livre, celle de l'épure et celle des sens.

L'auteur ne s'encombre pas vraiment avec l'exactitude des faits, et utilise dates et liens de causes à effet avec parcimonie, voire de façon lapidaire. L'essentiel étant de voir comment un fait historique, en l'occurrence l'aide de religieux français (des Dominicains) au Vietnam peu avant la Révolution française, est parvenu à l'oubli le plus total.

Pour réhabiliter la mémoire de ces hommes et de ces femmes partis à l'aventure en cette terre inconnue, bravant tous les dangers et notamment les maladies, Christophe Bataille tente d'imaginer ce qu'ont vécu ces gens, l'accueil qui leur a été fait en ces contrées exotiques, leur vie là-bas des années durant. Il a choisi, pour ce faire, de mettre au premier plan l'aspect sensoriel de cette aventure.
En moins de cent pages, nous prenons ainsi connaissance d'un fait historique relativement méconnu tout en ayant une vive impression en termes de sensations olfactives et visuelles, ce qui a pour effet de marquer fortement la lecture et de rendre ainsi le fait historique en question marquant. Un procédé bien vu pour retenir un événement historique dans sa globalité.

« Soeur Catherine ne se lassait pas de ces champs inondés aux teintes changeantes. le matin, les pousses vertes étaient rouges du ciel nouveau ; puis le soleil donnait une pureté singulière à ce plat paysage. Les femmes, pourtant, continuaient de repiquer le riz. le jour tombait enfin, irisant les eaux de verts sombres et inquiets. Comme la France étaient loin ; tout y paraissait futile. Au Viêt-Nam, parmi ces paysans qu'elle comprenait mal, devant la nature sauvage, soeur Catherine était humble ».

Sous le règne de Louis XVI, le jeune empereur du Vietnam, Canh, est envoyé à la cour pour demander de l'aide au Roi et échapper aux révoltes de son pays. Son père, le prince Nguyen Anh, chassé de son palais par les paysans en révolte, s'est lui-même réfugié au Siam. La France, dont il a eu vent de la puissance d'antan, pourrait-elle leur prêter main forte ?
Le jeune empereur a seulement sept ans, a fait neuf mois de mer pour parvenir jusque-là et adresser sa demande et, après avoir entraperçu les fastes de la cour, mourra rapidement d'une pneumonie, non sans avoir touché le coeur de l'évêque Pierre Pigneau de Bréhaigne qui décide alors, contrairement à l'avis du roi qui comment à s'inquiéter sérieusement de l'humeur du peuple français, de préparer deux navires pour aller sauver le Viet-Nâm. le but est à la fois d'y envoyer des soldats pour faire la guerre mais aussi des religieux pour lutter contre l'impiété et répandre la bonne parole. Il faut dire aussi que chacun se prend à rêver de ce pays lointain dont la faune et la flore faisaient alors l'objet de multiples rumeurs enchanteresses, faisant oublier un temps les premiers prémisses de la Révolution.

Soldats et dominicains missionnaires débarquent ainsi dans ce pays après un voyage tumultueux. Si les premiers échouent très vite du fait d'un manque de volonté pour comprendre ce pays, du fait des maladies et de leurs manières brutales, les seconds vont être aimés et intégrés car ils s'adaptent, écoutent, respectent les habitants et leurs coutumes. Leur vie cependant sera une vie de dur labeur et leur seule récompense le sourire des gens du pays qui se plient assez volontiers aux rites catholiques tout en conservant leurs croyances.

« Il avait fallu mille ans aux Vietnamiens pour se libérer du joug chinois ; contre les Français, moins de deux semaines suffirent. Ceux-ci étaient courageux et armés, mais la maladie les prit. La chaleur les indisposa. Ils dormaient dans les rizières, parmi les moustiques et les crapauds buffles dont les cris gigantesques troublaient le sommeil. Ils étaient épuisés et inquiets. La végétation silencieuse leur était hostile ; l'eau les tuait lentement. Ils étaient sales et vides comme leurs barriques de vin. La solitude leur devint insupportable. Tous les matins, on retrouvait l'un d'eux tués dans son sommeil ».

Le style adopté alterne entre descriptions poétiques de toute beauté et énumération rapide, on pourrait dire lapidaire, des faits pour mieux passer à la description suivante.
Quant la fin imaginée par Christophe Bataille, elle est particulièrement émouvante, l'auteur s'est laissé aller à une réinterprétation personnelle du mythe d'Adam et Eve, ou, tout du moins, à ce que peut apporter une vie recentrée sur l'essentiel.

Simplement beau, vain et nostalgique.

Un grand merci à Francine -@afriqueah- à qui je dois cette lecture (livre repéré dans la liste « Pépites parmi les récits courts » de Fanny -@Fanny1980-)


Commenter  J’apprécie          8721



Louis XVI n'a pas le temps, il a bien envoyé des missions ( pas des missionnaires) au Brésil, à Ceylan, aux Amériques, en ce qui s'appellera par la suite la Nouvelle Calédonie, ) lorsqu'il reçoit la visite inopinée d'un enfant de sept ans « empereur du Viet Nam ».Il sait à peine parler, ce petit, et encore moins le français, langue étrangère, et encore moins le français de la cour de Versailles et de ses codes.
Louis XVI a d'autres soucis, on est en 1787, le peuple de Paris commence à gronder, et le petit ambassadeur meurt un beau jour de froid dans la galerie des glaces.
Cette histoire vraie, Christophe Bataille nous la raconte dans un court, subtil, lumineux petit livre, ainsi que la mission de dominicains en terre du Vietnam. Leur progression en ces terres humides , faune secrète, bambous abritant des serpents , avec le croassement des crapauds buffles qui vous éloignent de l'idée même de dormir, est une progression vers le meilleur d'eux mêmes, vers ce qu'ils sont. Les jésuites sont massacrés, leurs compagnons dominicains, aussi, la France les as définitivement abandonnés et leur compagnon meurt.

Ils sont deux survivants, un homme et une femme, se retrouvant après les travaux des champs, dans une vie rude, austère. Peu à peu, évangéliser perd son sens, à mesure qu'ils assistent aux fêtes du village, qu'ils côtoient les paysans, qu'ils comprennent leur mystique. Qu'ils se rejoignent dans la vérité de leurs corps..

« Leurs âmes s'étaient dénudées : il leur restait l'essentiel ».

Magnifique petit roman, phrases courtes, incisives, recherche de l'essentiel, d'autant plus puissante que les mots sont choisis et chaque fois justes.
Commenter  J’apprécie          220
1787 –Le petit Canh, empereur du Vietnam alors âgé de 7 ans, vient à Versailles demander l'aide de Louis XVI. Une révolte paysanne l'a chassé de son trône et il en appelle à la grandeur de la France pour. Hélas pour lui le royaume de France n'est plus aussi riche, la grogne monte dans les campagnes et Louis XVI refuse d'engager des dépenses pour une terre si lointaine. Séduit par je jeune empereur l'évêque Pierre Brigneau de Bréhaine arme 2 bateaux qui partent pour le royaume lointain. le petit empereur est mort mais l'évêque entend évangéliser cet empire longtemps dominé par la Chine. Après de longs mois d'un voyage difficile, marins, militaires et religieux arrivent sur place. Mais l'heure de la révolution a sonné en France et rapidement les religieux vont sombrer dans l'oubli.

Dans un très court roman Christophe Bataille nous raconte cette expédition. Un texte trop court, trop rapide et pourtant riche description des tourments politiques qui secouaient l'Europe en opposition avec le calme de ces rizières du Viet-nam. On y découvre un pan de l'histoire que pour ma part j'ignorais (et on ne peut s'empêcher de penser à l'Indochine puis à la guerre entre du Viet-nam menée par les troupes américaines deux siècles après cette expédition). C'est la confrontation entre deux cultures, présentée très sobrement, et le récit de cette évangélisation ratée (doit-on le regretter ?).

On suit le parcours physique et spirituel de ces religieux partis répandre la foi chrétienne et qui se retrouvent seuls, abandonnés de tous et surtout de la France. « le sens de leur présence au Viet-nam s'était noyé dans les drames et les saisons. Mais ils étaient prisonniers de ce pays ». Partis guidés par la foi, ceux qui survécurent au bras vengeur du nouvel empereur trouvèrent la paix de l'âme et le goût simple du vivre en harmonie avec la nature, mais ressentirent également la désillusion générée par l'éloignement de la mère-patrie, l'abandon de la part de celle-ci et la perte progressive de la foi.

Si j'ai apprécié la clarté du propos, la qualité des descriptions des paysages et des états d'esprit, la présentation et le rappel du contexte géopolitique, j'ai regretté que ce premier roman, qui ne manque pas de qualités, soit aussi court et ne prenne pas le temps de développer son propos.
Commenter  J’apprécie          160
Annam est un court roman qui décrit un épisode oublié de l'histoire de la France et du Vietnam : sous le règne de Louis XVI, l'appel à l'aide d'un empereur vietnamien déchu à son alliée la France entrainera l'armement et le départ de plusieurs vaisseaux. Parmi l'équipage, des missionnaires désireux d'aller répandre la bonne parole, leur voyage sera si long et difficile que l'on croira qu'ils ont péri en route et qu'ils finiront oubliés de tous sur la terre vietnamienne qu'ils ont appris à aimer.
Dans ce très court récit (moins de 100 pages pour décrire ce qui aurait pu être une épopée !), Christophe Bataille n'a pas un mot de trop et sait nous faire partager en quelques phrases toute une ambiance et une atmosphère. Les descriptions du terrible voyage en bateau comme celles de la découverte du Vietnam puis de la vie simple et humble des religieux sur places sonnent justes et sont empreintes de poésie. le lecteur revit ces temps difficiles où s'embarquer pour le bout du monde était souvent synonyme d'un voyage sans retour. L'auteur nous touche aussi par l'accent qu'il met sur la vie simple que mèneront sur cette terre étrangère les quelques religieux rescapés : ayant vite compris toute la vanité et la vacuité de leur mission d'évangélisation, ils s'intégreront à la population locale et partageront le quotidien difficile des villageois. Ni tout à fait chez eux ni capables de retrouver leur patrie, ils accepteront leur sort et sauront s'en contenter avec philosophie.
L'air de rien ce roman pose donc quelques questions essentielles sur la place de la religion, la volonté qu'ont eu les Occidentaux de vouloir coloniser et évangéliser des populations qui vivaient très bien sans eux et le rôle de la véritable foi dans tout ça. Un roman que j'ai trouvé un peu court (j'aurais bien aimé partager plus longtemps cette histoire et certains épisodes auraient pu être étoffés) mais qui sonne juste et dont le style poétique résonne en nous. Une jolie découverte !
Commenter  J’apprécie          152
Voici un roman très court qui raconte l'histoire d'une partie de la révolution française que l'on aurait oubliée...

Nous sommes dans les années 1792, la fin de la règne de Louis XVI s'approche. Des missionnaires sont envoyés sur deux bateaux au Vietnam pour évangéliser le peuple là-bas.

Arrivés au Vietnam, les missionnaires sont vite oubliés par la France, néanmoins leur intégration chez les peuples vietnamiens se passe assez bien. Puis le roi du Vietnam décide de les tuer, seuls deux missionnaires survivent. Ils se sentent oubliés par la France et les leurs. Au fur et à mesure ils vont se détacher des leurs valeurs religieuses et ensemble construire une nouvelle vie à Annam où ils se sont bien intégrés.

Découvert par hasard, j'ai bien aimé le style qui est court, mais poétique. Il n'y a pas un mot de trop. J'aurais voulu en savoir plus. Bravo pour un premier roman !

Challenge Multi-défis 2019

Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Le village était désert : les paysans étaient rentrés dans leurs huttes. La pluie s’abattait sur les rizières en terrasses à flanc de montagnes. Les pousses ployaient ; elles étaient enfouies dans le limon qui se déversait. L’eau ruisselante emportait la terre dans sa course. On attendait avec sagesse ; dans leur hutte, Dominique et Catherine commencèrent de voir leurs cheveux se mouiller. La pluie pénétrait les épaisseurs de paille ; une odeur de fermentation se répandit. Leurs visages s’assombrissaient des poussières noires et humides qui tombaient du plafond. Les cheveux blonds de Catherine s’étaient épaissis de sombres caillots. Leurs vêtements s’imbibèrent ; Dominique était torse nu. Leur peau était humide et rouge du froid et de l’irritation ; Catherine portait une robe de coton gris qui lui collait au corps. Ses seins durcis modelaient la toile rêche.
Commenter  J’apprécie          286
Quand l’empereur du Viêt-nam arriva en 1787 à la cour de France, le règne de Louis XVI sombrait dans la mélancolie. Le roi vieillissait ; les critiques étaient acides. La reine le délaissait, ses conseillers étaient impatients : le royaume était en proie à l’agitation. Les lambris du château de Versailles, même, s’écaillaient en fleurs d’or recourbées, comme prêtes à tomber pour l’automne.
(Incipit)
Commenter  J’apprécie          240
Ces paysans qui avaient chassé leur empereur vivaient dans la tranquilité.
Les soldats n'avaient pas cherché à comprendre le Viet-nam : il ne leur fut pas pardonné.
Commenter  J’apprécie          30
Le soir, Dominique et Catherine priaient à peine; ils éprouvaient le besoin de parler.
Commenter  J’apprécie          30
Ne parle qu'avec Dieu ou que de Dieu. Saint Dominique
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Christophe Bataille (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Bataille
L'éditeur et romancier Christophe Bataille publie "La brûlure" chez Grasset. Ce roman raconte la vie d'un élagueur d'arbres soudain attaqué par des centaines de frelons asiatiques. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : viêt-namVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (144) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3244 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..