AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707300256
225 pages
Editions de Minuit (01/03/1964)
3.41/5   34 notes
Résumé :
Les chants de l'orgue se turent, et mon frères se retourna lentement, dans la solennité de ce silence. Je savais qu'il devait alors crier, d'une voix geignante, prolongée et venant de mondes lointains, un simple et bref "dominus vobiscum", -- et sensiblement, il fit, pour chanter, un long effort, -- mais la voix ne sortit pas: il eut un sourire à peine visible, il sembla s'éveiller, mais au même instant se fermer à une sorte d'enfantillage. Puis il jeta les yeux sur... >Voir plus
Que lire après L'Abbé CVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
« L'abbé C. » Georges Bataille (folio, 185p)
Mon premier livre de Bataille, un auteur à la réputation sulfureuse ; le dernier aussi ?
Un livre à tiroirs, à strates, dont je n'ai guère pu ouvrir (et saisir) que le premier niveau ; le reste, c'est-à-dire près de la moitié, m'est passé complètement par-dessus la tête, incompréhensible. Est-ce l'ABC (ou l'abaissé) de l'érotisme pervers ? En tous cas pas dans la description de scènes particulièrement crues, ni dans le vocabulaire, même le mot « cul » est pudiquement éludé. Mais c'est fondamentalement un livre où se mêlent inextricablement toute notion du bien et du mal, l'une se fondant dans l'autre. Ce roman est, me semble-t-il ( ?), un tableau de ce que la perversité, comme jouissance du mal, (ou comme modèle du bien ?) peut produire, en même temps qu'une prétention à une réflexion philosophique d'un niveau et d'une expression qui me dépassent.
Dans une construction pour le moins baroque, faite pour perdre le lecteur, on découvre un récit (le premier tiroir que j'ai à peu près compris) enchâssé entre une préface (d'un éditeur fictif), et une sorte de postface (du même éditeur) où s'intercalent des notes additives d'un des personnages et des commentaires plus qu'obscurs d'un autre (oui, il faut suivre…)
Robert donc, abbé, est le frère jumeau de Charles, celui-ci étant le narrateur du livre qu'il a donné à l'éditeur. Charles raconte le piège qu'avec sa maîtresse Eponine, fille de très petite vertu (mais quel sens a ce mot ?) il tend à son frère le curé. Eponine, obsessionnellement désirante depuis toujours du jumeau en soutane, veut par-dessus tout, avec la complicité active de son amant, faire craquer le puceau ecclésiaste. Le dit curé qui résiste jusqu'à l'indécence (l'indécence du serment d'abstinence), mais qui en même temps jouit de sa mortifère chasteté… Qui est le plus tordu des deux frères ? Jusqu'à ce que la situation se complique, que le drame se noue, et qu'on découvre, dans les différents appendices de fin du livre, qu'on est en pleine seconde guerre mondiale, que la Gestapo et ses méthodes barbares ne sont pas loin…à pervers, pervers et demi.
Ecriture léchée, ici ou là une belle trouvaille d'écriture. Mais parfois des formulations emberlificotées, voire totalement absconses (je cite : « De même, le plus souvent, nos plus grands malheurs sont frivoles : seule les fonde la pesanteur, qui empêche d'y voir la même imposture que dans la mort. Même, en principe, nous n'avons rien de désespéré, sinon les phrases auxquelles l'improbité nous lie… » Etc...) Obscurité du langage qui renvoie à des sentiments, ou des positionnements intimes tout aussi cul-par-dessus-tête, des désirs contradictoires, un embrouillamini de l'Eros et de Thanatos qui veut tout et son contraire.
Sur Babélio, 3 critiques pour 80 lecteurs, c'est un ratio assez réduit, qui dit sans doute le nombre de personnes dubitatives. Bon, je suis allé au bout. C'était… une expérience… sans jouissance… Je n'ai décidément pas le niveau…
Commenter  J’apprécie          40
En 2019, je crois que ce livre ne choque plus... (Sauf les personnes coincées dans un extrémisme maladif.)
Un curé pas si pur que ça, avec un jumeau pas si impur que ça, et des femmes...
Bon, il faut dépasser le jeu de mot l'Abbé C (l'ABC, si vous n'avez pas...) et le nom d'un personnage : Madame Hanusse. Et si on le dépasse (pas si difficile, rassurez-vous), on a là une histoire construite sous forme de pages d'un journal, préfacé et postfacé par un éditeur extérieur à la relation. Un texte écrit par le frère de l'abbé. Et quelques notes de l'abbé. La construction est intelligente, la langue est bien tournée. (des mots écrits choisis en tournant ladite langue 7 fois dans la b... ?)
Je ne peux pas en dire plus, j'ai l'impression déjà d'en avoir trop dit. Ou bien, Bataille est une évidence, et ne surprend plus beaucoup. No sé. Lisez si vous trouvez ce livre, ne le cherchez pas à tout prix.
Commenter  J’apprécie          70
Lire l'ABbé C est un DEFi.

c'est un livre déroutant, un patchwork d'aphorismes, d'élucubrations sur le bien et la mal, le vice et la vertu, le courage et la lâcheté. Régulièrement interchangeable, ces binômes apparaissent au travers de deux frères jumeaux, Charles le pousse-au-pêché et Robert, L Abbé luttant contre la tentation du pêché de chaire.

L'idée de combiner préface et postface d'un pseudo éditeur, d'attacher un manuscrit de Charles et des notes De Robert est très agréable et permet de lier histoire du livre et histoire des événements qui se déroulent dans le livre. Cela fait un peu penser au Village de l'Allemand de Sansal.

Le contenu est très souvent cryptique, incompréhensible malgré des lectures et relectures de certains passages. J'en suis arrivé à me demander si Charles et Robert n'étaient pas le même homme. Très vite, j'ai eu l'impression de trouver une structure narrative me faisant penser à Fight Club, où Eponine, (la maîtresse de Charles, prostituée, femme de "petite vertu" et amie d'enfance ) serait le point de liaison entre ces deux frères, ces deux amis, ces deux personnalités?
Ainsi Charles paie à la mère d'Eponine chaque relation sexuelle quand Eponine cherche à défroquer Robert à l'aide de son frère. Ne pourrait-on pas y voir une réinterprétation d'Esmeralda et Frollo, du Moine de Lewis ou encore de Thais d'Anatole France. et si l'Abbé Robert n'était finalement qu'un fanstasme de couple Eponine-Charles pour échapper aux vices des leur relation sexuelle?

Bien entendu, de nombreux faits matériels dans le livre prouveraient l'existence de l'abbé. Néanmoins, l'écriture par moment lunaire me fait divaguer et me fait m'éloigner d'un esprit cartésien. Je doute comme l'abbé donc je suis. et si je doute de son existence, ne serait-ce pas la preuve qu'il existe? comme le chat de Schrodinger, il est à la fois mort et vivant, une impossibilité physiologique? Peut-être l'abbé C est D. un Dieu évanescent que Charles et Eponine testent pour le faire sombrer et y parvenir.

Ce Dieu, lâché par les êtres qu'il aime le plus au monde, ne finira-t-il pas par les dénoncer sous les griffes des pires bourreaux?

Un livre âpre vite lu (heureusement, sinon je ne serai pas arrivé au bout) mais qui a l'immense mérite de nous bousculer dans nos conforts de lecture . Si par moment on a l'impression que Bataille se moque du lecteur rendant cette lecture horripilante, le livre induit une quête de sens qui est celle que le lecteur souhaite lui donner.

Commenter  J’apprécie          00
Récit en six parties avec trois narrateurs, l'Abbé C est un des livres les plus difficiles que j'ai jamais lus. On pourrait un peu vite résumer le thème comme l'histoire d'une prostituée et d'un curé, mais c'est à la fois bien plus profond et incertain que ça. C'est le genre de livre pour lesquels il faut être omniscientes, avoir en permanence en tête tout ce qui a été écrit précédemment ... et peut-être même tout ce qui sera écrit ensuite ! Peut-être faut-il absolument lire ce livre deux fois tant les choses semblent dissimulées par de la fausse pudeur (des personnages) et des faux scrupules. Ce flou bénéficie de phrases volontairement complexes et elliptiques qui empêchent de s'accrocher aux faits. Qui plus est, sans faire d'angélisme, il n'y a aucun bon sentiment dans cette histoire ; tous les personnages sont plus viciés que vicieux (et sexuellement pas tant que ça, ce qui est plutôt inattendu chez Georges Bataille). Chacun fait semblant de n'avoir pas le choix d'être tel qu'il est, au risque de s'autodétruire. Georges Bataille semble, dans ce livre, traiter d'une sorte de cas théorique plutôt marginal, une exception, comme si la littérature, cantonnée dans un cas très particulier, ne résonnait presque dans aucune autre vie.
Un roman sombre et pessimiste sur l'humanité, si tant est que cette histoire concerne toute l'humanité, ce dont je doute.
Commenter  J’apprécie          30
Si je me souviens (et pas bien!), c'est un roman sombre, d'un prêtre qui hésite sur sa vocation, sur ses pulsions, ses désirs et qui réfléchit, pense et souffre de sa condition. Bataille a pourtant écrit de bonnes choses, en réfléchissant à la condition humaine à travers son existence sexuelle. Ce n'est pas toujours facile à lire et ce n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Je n'avais pas à craindre de mourir mais de n'avoir plus le cœur à vivre, du moins de la seule vie qui m'importât. Je n'avais plus devant moi que le lit de douleur de mon frère : il gémissait, il criait, mais ne parlait plus, et toutes choses, à l'approche de la mort, étaient vide de sens. Le mal au cœur et la fatigue consécutive à l'insomnie ajoutaient à ce sentiment une puissance à le dominer. Mon frère ne m'avait parlé que pour mettre fin à la possibilité de me parler.
Commenter  J’apprécie          110
La chaleur du corps, d'éponge, de méduse : déception, dans ma chambre, d'être moins gros qu'une baleine. Mais il suffit, j'ai le mal, l'angoisse de la baleine qui se noie, surtout la douceur, la douceur sucrée de la mort. J'aimerais mourir, lentement et attentivement, de la même façon que tète un enfant.
Commenter  J’apprécie          30
J'accédai à l'air libre, étourdi par le vent. Une large lueur claire, au couchant, était barrée de nuages noires. Le ciel était déjà sombre. L'abbé C. devant moi, la mine décomposée et décoiffé, me parlait, mais je n'entendais dans le bruit du vent que des mots inintelligibles. Je vis derrière lui sourire Eponine : elle avait l'air aux anges, elle était dépassée.
Commenter  J’apprécie          20
Je pénétrai rarement à ce point les replis les plus sales de l'âme, et dans l'escalier où, sans hâte, je montai rejoindre Robert, je ris tristement à l'idée de l'horreur dont ils sont l'objet.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Georges Bataille (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille
Yannick Haenel et son invitée, Linda Tuloup, lecture par Emmanuel Noblet.
Depuis plus de deux décennies, Yannick Haenel éclaire le paysage littéraire français de ses romans singuliers, où se concentrent les désirs multiples et où nous côtoyons, souvent avec jubilation, l'univers de personnages en quête d'absolu. Au cours de ce grand entretien, un format qui lui sied particulièrement, l'écrivain reviendra sur ses passions. La peinture d'abord (il a écrit sur le Caravage un essai inoubliable), mais aussi le théâtre (son Jan Karski a été adapté sur scène par Arthur Nauzyciel), la photographie (Linda Tuloup sera à ses côtés), l'histoire… On parlera aussi de littérature, de celle qui l'aide à vivre depuis toujours, d'écriture et de ce qu'en disait Marguerite Duras dont l'oeuvre l'intéresse de plus en plus, et de cinéma, vaste territoire fictionnel dont il s'est emparé dans Tiens ferme ta couronne, où son narrateur se met en tête d'adapter pour l'écran la vie de Hermann Melville, croisant tout à la fois Isabelle Huppert et Michaël Cimino…
Écrivain engagé, il a couvert pour Charlie Hebdo le procès des attentats de janvier 2015, en a fait un album avec les dessins de François Boucq, et continue de tenir des chroniques dans l'hebdomadaire. Son dernier roman, le Trésorier-payeur, nous entraîne à Béthune dans une succursale de la Banque de France, sur les traces d'un certain Georges Bataille, philosophe de formation et désormais banquier de son état, à la fois sage et complètement fou, qui revisite la notion de dépense et veut effacer la dette des plus démunis. Mais comment être anarchiste et travailler dans une banque ? Seuls l'amour et ses pulsions, le débordement et le transport des sens peuvent encore échapper à l'économie capitaliste et productiviste…
Une heure et demie en compagnie d'un écrivain passionnant, érudit et curieux de tout, pour voyager dans son oeuvre et découvrir les mondes invisibles qui la façonnent.
À lire (bibliographie sélective) — « le Trésorier-payeur », Gallimard, 2022. — Yannick Haenel, avec des illustrations de François Boucq, « Janvier 2015. le Procès », Les Échappés, 2021. — « Tiens ferme ta couronne, Gallimard, 2017 (prix Médicis 2017). — « Les Renards pâles, Gallimard, 2013. — « Jan Karski, Gallimard, 2009 (prix du roman Fnac 2009 et prix Interallié 2009) — « Cercle, Gallimard, 2007 (prix Décembre 2007 et prix Roger-Nimier 2008). — Linda Tuloup, avec un texte de Yannick Haenel, « Vénus. Où nous mènent les étreintes », Bergger, 2019.
Un grand entretien animé par Olivia Gesbert, avec des lectures par Emmanuel Noblet, et enregistré en public le 28 mai 2023 au conservatoire Pierre Barbizet, à Marseille, lors de la 7e édition du festival Oh les beaux jours !
Podcasts & replay sur http://ohlesbeauxjours.fr #OhLesBeauxJours #OLBJ2023
+ Lire la suite
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (122) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre

{* *}