AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 270730025X
Éditeur : Editions de Minuit (01/03/1964)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Les chants de l'orgue se turent, et mon frères se retourna lentement, dans la solennité de ce silence. Je savais qu'il devait alors crier, d'une voix geignante, prolongée et venant de mondes lointains, un simple et bref "dominus vobiscum", -- et sensiblement, il fit, pour chanter, un long effort, -- mais la voix ne sortit pas: il eut un sourire à peine visible, il sembla s'éveiller, mais au même instant se fermer à une sorte d'enfantillage. Puis il jeta les yeux sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  25 mai 2019
En 2019, je crois que ce livre ne choque plus... (Sauf les personnes coincées dans un extrémisme maladif.)
Un curé pas si pur que ça, avec un jumeau pas si impur que ça, et des femmes...
Bon, il faut dépasser le jeu de mot l'Abbé C (l'ABC, si vous n'avez pas...) et le nom d'un personnage : Madame Hanusse. Et si on le dépasse (pas si difficile, rassurez-vous), on a là une histoire construite sous forme de pages d'un journal, préfacé et postfacé par un éditeur extérieur à la relation. Un texte écrit par le frère de l'abbé. Et quelques notes de l'abbé. La construction est intelligente, la langue est bien tournée. (des mots écrits choisis en tournant ladite langue 7 fois dans la b... ?)
Je ne peux pas en dire plus, j'ai l'impression déjà d'en avoir trop dit. Ou bien, Bataille est une évidence, et ne surprend plus beaucoup. No sé. Lisez si vous trouvez ce livre, ne le cherchez pas à tout prix.
Commenter  J’apprécie          60
helhiv
  27 janvier 2017
Récit en six parties avec trois narrateurs, l'Abbé C est un des livres les plus difficiles que j'ai jamais lus. On pourrait un peu vite résumer le thème comme l'histoire d'une prostituée et d'un curé, mais c'est à la fois bien plus profond et incertain que ça. C'est le genre de livre pour lesquels il faut être omniscientes, avoir en permanence en tête tout ce qui a été écrit précédemment ... et peut-être même tout ce qui sera écrit ensuite ! Peut-être faut-il absolument lire ce livre deux fois tant les choses semblent dissimulées par de la fausse pudeur (des personnages) et des faux scrupules. Ce flou bénéficie de phrases volontairement complexes et elliptiques qui empêchent de s'accrocher aux faits. Qui plus est, sans faire d'angélisme, il n'y a aucun bon sentiment dans cette histoire ; tous les personnages sont plus viciés que vicieux (et sexuellement pas tant que ça, ce qui est plutôt inattendu chez Georges Bataille). Chacun fait semblant de n'avoir pas le choix d'être tel qu'il est, au risque de s'autodétruire. Georges Bataille semble, dans ce livre, traiter d'une sorte de cas théorique plutôt marginal, une exception, comme si la littérature, cantonnée dans un cas très particulier, ne résonnait presque dans aucune autre vie.
Un roman sombre et pessimiste sur l'humanité, si tant est que cette histoire concerne toute l'humanité, ce dont je doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
olivberne
  21 juin 2012
Si je me souviens (et pas bien!), c'est un roman sombre, d'un prêtre qui hésite sur sa vocation, sur ses pulsions, ses désirs et qui réfléchit, pense et souffre de sa condition. Bataille a pourtant écrit de bonnes choses, en réfléchissant à la condition humaine à travers son existence sexuelle. Ce n'est pas toujours facile à lire et ce n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   10 août 2017
Je n'avais pas à craindre de mourir mais de n'avoir plus le cœur à vivre, du moins de la seule vie qui m'importât. Je n'avais plus devant moi que le lit de douleur de mon frère : il gémissait, il criait, mais ne parlait plus, et toutes choses, à l'approche de la mort, étaient vide de sens. Le mal au cœur et la fatigue consécutive à l'insomnie ajoutaient à ce sentiment une puissance à le dominer. Mon frère ne m'avait parlé que pour mettre fin à la possibilité de me parler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Bruno_CmBruno_Cm   25 mai 2019
La chaleur du corps, d'éponge, de méduse : déception, dans ma chambre, d'être moins gros qu'une baleine. Mais il suffit, j'ai le mal, l'angoisse de la baleine qui se noie, surtout la douceur, la douceur sucrée de la mort. J'aimerais mourir, lentement et attentivement, de la même façon que tète un enfant.
Commenter  J’apprécie          30
stekasteka   15 avril 2013
J'accédai à l'air libre, étourdi par le vent. Une large lueur claire, au couchant, était barrée de nuages noires. Le ciel était déjà sombre. L'abbé C. devant moi, la mine décomposée et décoiffé, me parlait, mais je n'entendais dans le bruit du vent que des mots inintelligibles. Je vis derrière lui sourire Eponine : elle avait l'air aux anges, elle était dépassée.
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   25 mai 2019
Je pénétrai rarement à ce point les replis les plus sales de l'âme, et dans l'escalier où, sans hâte, je montai rejoindre Robert, je ris tristement à l'idée de l'horreur dont ils sont l'objet.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Georges Bataille (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille
Documentaire Bataille Georges Un siècle d'écrivains
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre