AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2720201774
Éditeur : Pauvert (03/01/1977)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Georges Bataille n'a pas songé à blanchir Gilles de Rais. Il l'aimait noir, abominable, fastueux et sot. Monstrueux? Oui, mais en cela, justement, proche.
Pierre Descargues, La Tribune de Lausanne

Le monstre véritable, c'est donc ce temps même: un monde, une société, une classe. Cet élargissement du procès et de l'acte d'accusation, les analyses socio-psychologiques qu'il comporte, forment la partie la plus neuve de l'étude, et celle qui provoq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
finitysend
  28 juillet 2016
Gilles de Rais , dont le père est décédé sur le champ de bataille D Azincourt en 1415 , fut Marechal de France et le compagnon de Jeanne d'Arc , le Duc d'Anjou et aussi seigneur en Bretagne , comme ailleurs en France .
Grand seigneur de l'ouest donc.
Pour résumer , il fut ainsi détenteur de fiefs stratégiques , car finalement au voisinage de trois puissances , Bretagne , Domaine royal et roi de France et enfin de l'Angleterre .
Cette histoire du procès de Gilles de Rais par un historien compétant est à mon humble avis le seul texte qui permet d'approcher de façons méticuleuses toutes les problématiques qui se croisent autour de Gilles de Rais ( ce n'est pas une biographie ).
Ce seigneur fut un grand personnage public et il fut aussi le véritable Barbe Bleue de la légende .
C'est le procès des agissements d'un seigneur que ce livre et c'est donc de fait , une histoire politique ( au sens large ) , qui va de Azincourt en 1415 , jusque le décès de ce personnage de premier plan en 1440 .
On appréciera au passage le regard que porte l'auteur sur le moyen-âge .
Un regard cru , loin des clichés , où le lecteur découvrira intimement à quoi tient le statut de noble et le rapport qu'il entretient avec la terre en bénéfice avec les droits et les devoirs qui découlent de ce statut du point de vue local de la seigneurie banale , comme de celui de la haute politique .
A cette époque la noblesse est encore un acteur indépendant et majeur , à côté des rois et de l'église catholique .
Le lecteur arpentera donc ici les allées des crimes et des impunités dues au pouvoir et les exigences morales qui obligeront l'église et son bras séculier , le pouvoir royal , à agir contre le seigneur de Retz .
Gilles de Rais fut un seigneur flamboyant et bien titré , toujours volontaire pour chevaucher , mais largement désargenté . Ce seigneur et Duc , s'employa obsessionnellement à l'alchimie pour renflouer ses caisses , mais les éléments étaient véritablement obstinés à ne pas devenir autrement que ce qu'ils étaient de prime abord , et ainsi l'or n'apparut pas , malgré des invocations aussi ardentes que les méthodes de recherche employées étaient aussi élaborées et que la démarche devenait de plus en plus obsessionnelle .
Il fut , n'en déplaise à des tentatives de révisionnisme , un assassin d'enfants en grand nombre , un véritable meurtrier affamé de meurtres .
Un meurtrier dont la position sociale retarda le moment de la punition , en autorisant le crime et en nourrissant de surcroit abondamment la légende .
L'histoire est en effet ici à la hauteur de la légende ( de Barbe Bleue ) , comme en atteste crument les archives qui sont terriblement abondantes et éloquentes .
Le procès fut rondement mené , le brutal et rapide dénouement de cette lancinante et douloureuse affaire , est aussi étonnant que bien approché par l'auteur .
C'est un peu une biographie très teintée d'histoire politique que cet ouvrage , qui de surcroit livre énormément de paroles et de matière directement issue des acteurs de ces drames et tragédies .
C'est principalement aussi et c'est fascinant , de l'ethno-criminologie qui décevra forcément ceux qui serait à la recherche d'une biographie plus générale sur la vie de ce meurtrier en série .
C'est incontestablement un ouvrage de qualité donné par un juriste , un criminologue et un historien qui reprend l'histoire de Gilles de Rais, selon l'angle de la criminologie ainsi que selon celui de la justice médiévale , selon celui de l'histoire ecclésiastique , et enfin selon celui de l'histoire des mentalités également . C'est un ouvrage qui va au-delà de son sujet , qui permet de saisir l'âme d'une époque , dans ce qu'elle peut avoir de plus confidentielle et d'intime , c'est à dire de ce qui se tient dans les rouages de la pensée des individus , quasiment saisis en instantanés par les documents.
Sincèrement , si vous souhaitez accompagner le légiste et criminologue dans les méandres de la pensée et des agissements de Gilles de Rais , munissez-vous de patience , de beaucoup d'endurance , c'est très difficile d'aborder le sujet de front . Même sans entrer dans la description détaillée de l'insipide , ainsi que malgré les temps lointains où se déroule la tragédie : il est difficile de se frotter au sujet tant il est affectivement éprouvant car alimenté constamment par une véritable horreur hallucinante .
Ce naufrage sanglant est évoqué par des éléments assez bien documentés , intimes et méticuleux , sachez , que le seigneur de Retz fut un pédéraste forcené , qui est allé très loin dans le délire et qui a tué des enfants en grand nombre à l'ombre de la folie la plus sordide et dans la plus grande souffrance aussi , et selon des modalités tristement sophistiquées .
C'est pire qu'un roman d'horreur et en même temps c'est toute une époque qui s'exprime .
Ambiguës nécessairement comme impressions de lectures .
Ce texte existe en grand format et en poche , je le souligne pour conclure .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6512
calicles30
  26 octobre 2017
Gilles de Rais : de Jeanne D'arc à Barbe Bleue

Sources : Georges Bataille le Procès de Gilles de Rais (1965)
Distribution : Pascal Gregory, Mathieu Amalric, Vincent Cassel (France) Ewan Mc Gregor, Jon Malkovitch, Jude Law (UK) Robert Downey Junior (USA)

Les grands sadiques criminels sont particulièrement dangereux et peuvent aller jusqu'au crime, accompagné le cas échéant de tortures et de mutilations ; ils sont généralement chastes. Ces sujets à sexualité génitale habituellement défaillante et souvent teinté d'oralité (vampirisme) dont Gilles de Rais et Jack L'Éventreur fournissent des exemples célèbres relèvent sans doute davantage de la psychopathologie des criminels que de l'approche psychanalytique (Encyclopedia Universalis)

I. le crime et la nuit
Gilles de Rais doit sa gloire à ses crimes. le crime est le fait de l'espèce humaine, et de lui seul. Il en est surtout son aspect le plus secret, le plus impénétrable et dérobé – le crime se cache. Dans la nuit qu'il propose à notre peur, nous sommes tenus d'imaginer le pire. En effet, le crime appelle la nuit ; le crime sans la nuit ne serait pas le crime : l'horreur de la nuit aspire à l'éclat du soleil. Par comparaison, il manque aux sacrifices aztèques, qui avaient lieu dans le même temps que les meurtres de Gilles de Rais, la consécration qui tient à la haine du jour, au désir de la nuit. le pire est toujours possible et même du crime, le pire est le sens dernier. Devant les crimes de Gilles de Rais, nous avons le sentiment curieux d'un sommet, d'une apothéose. Si le principe de la tragédie réside dans le crime, Gilles de Rais, plus que tout autre est un personnage tragique.
II. le sexe et le sang
La tragédie est nécessairement impure, elle est d'autant plus vraie qu'elle est impure. Gilles de Rais est un homme ivre de sang. Il aimait voir le sang, voir la mort à l'oeuvre. Philippe II, roi d'Espagne, vomissait à cheval au pillage de Saint Quentin. Loin de vomir devant le spectacle de la guerre, Gilles, lui, tuait par goût de la cruauté. Ses victimes privilégiées étaient des enfants âgés de sept à vingt ans, qui avaient l'imprudence d'attendre l'aumône au portail des demeures libidineuses de Machecoul et Tiffauges. le pédéraste préférait sans nul doute les garçons. Au départ, un étranglement : réduits à des râles, le monstre voulait prévenir leurs cris. Mais la volupté n'était pas l'essentiel. Sans doute, il s'asseyait sur le ventre de la victime et, se maniant, il frottait son membre viril, l'érigeait, l'introduisait entre les cuisses de la victime, s'échauffait tellement que, criminellement, le sperme se répandait sur le mourant. C'est alors que Gilles incisait la veine, le sang jaillissait et qu'il jouissait. La jouissance se mêlait à la mort des enfants. Ses complices et lui séparaient la tête du corps avec des dagues, des poignards et des couteaux. Après la décapitation, Gilles se délectait à regarder les têtes coupés, il les embrassait et souvent baisait celle qui lui plaisait davantage. Il riait de voir les sauts et les contorsions des enfants la gorge ouverte – destinée à servir la volonté d'un seul, la cérémonie s'était déroulée sans angoisse.
III. le Diable et le Christianisme
Les goûts, les fantaisies, les caprices, les préférences sexuelles du monstre ont été dûment notées avec une minutie qui brave la pudeur. le Moyen Age distinguait avec profondeur deux sortes de diabolismes, ou deux perversions fondamentales : l'une par possession, l'autre par pacte d'alliance. La possession est propre au sadisme, le pacte celle du masochisme. Dans le pacte dont' il offrit au diable, Gilles réservait son âme et sa vie. Par le crime, dans sa piété superstitieuse, le maître eut le sentiment d'appartenir au monde sacré. Devant le Diable, personnage surnaturel, Gilles de Rais tremblait. le diable le fascinait, un diable grimaçant, régnant sur l'éternel effroi de l'enfer. En fait, devant les crimes de l'ogre, le christianisme le plus vrai est toujours prêt à pardonner. Peut-être le christianisme ne veut pas d'un monde sans violence. Il fait la part à la violence. Aussi est-il exigence du crime, exigence d'une horreur. Finalement, les contradictions de Gilles résument la situation chrétienne : dévoué au démon, il égorgea un maximum d'enfants pour enfin réserver le salut de son âme à la légende.
IV. Tragédie de la noblesse
Gilles de Rais, arrière petit-neveu du connétable du Guesclin, petit-fils de Jean de Craon, fils de Guy de Laval compte au nombre des plus nobles, des plus riches et des plus influentes maisons féodales de son temps. Cet homme de guerre, cet ogre est d'abord et avant tout un privilégié. Son existence elle-même est fascinante et la noblesse de Rais annonce le monstre. le monde féodal, en effet, ne peut être séparé de la démesure, qui est le principe des guerres. Au temps de Gilles de Rais la guerre est toujours le jeu des seigneurs. Elle exalte les privilégiés. L'intérêt de la guerre est la guerre elle-même, qui fascine et qui terrifie. Tous ses proches sont de puissants féodaux, propriétaires de vastes campagnes que dominent de massives et luxuriantes forteresses, sanctuaires dont les seigneurs étaient encore les dieux. Charité, terreur religieuse, ambition, vaniteux plaisirs, intérêts sordides se partagent une vie opulente et fragile. Dans la société du XVe siècle, la féodalité réserve à ces grands seigneurs qui rient, qui chassent et qui font la guerre, qui ne cessent de songer à l'ennemi, au rival, mais qui rarement s'ennuient et jamais ne travaillent, le privilège, suprême de se dévorer entre eux. Gilles de Rais appartient d'abord à son temps, dont il partage les plaisirs de l'égoïsme, l'oisiveté et les désordres. Les crimes de Gilles de Rais sont ceux du monde où il les commit. Ce sont les mouvements convulsifs de ce monde qu'exposent ces gorges tranchées.
V. La mort spectaculaire
Autant que la tragédie, la mort du supplicié était au Moyen Age un moment exaltant et significatif de la vie humaine destiné en premier lieu à la foule. Gilles de Rais n'était qu'un homme de guerre brutal, un grand seigneur sans retenue et sans scrupule. Rien ne le désignait à la sympathie finale de la foule. Au moment de sa mort, c'est un monstre qui pleure, et c'est le repentir d'un monstre. Tel un acteur, le criminel ne jouit qu'enfin démasqué. Dans un faste théâtral, Gilles de Rais tira de ses turpitudes, de ses larmes et de ses remords le moment pathétique de l'exécution. À l'exhibitionnisme violent de Gilles de Rais, qui porte le fondement de la superbe féodale, de l'insolence et de l'exploitation essentielle à la noblesse répond le sens spasmodique de sa mort et de ses aveux : étranglé, pendu, il apparut devant la foule dans le brasier qu'enflamme le bourreau. Ce qui étreint dans la mort de Gilles de Rais, c'est la compassion de ceux qui le regardent pleurer, qui pleurent avec lui, dans une sympathie terrifiée et transie par le pardon. le voilà enfin devenu « monstre sacré ».
Les Personnages
Gilles de Rais et Jeanne d'Arc
Tout au cours du Moyen Age se développe en France, plus que dans n'importe quel autre pays de la Chrétienté, un sentiment sinon « national », du moins « patriotique ». En effet, dès la fin du XIIIe siècle, beaucoup de Français estiment qu'il est louable de « mourir pour la patrie », et cette patrie, c'est de moins en moins la petite patrie locale ou régionale mais la grande patrie : La France. Ce mouvement produira Jeanne d'Arc, et ce sentiment se développera autour de la monarchie vécue comme un Etat symbolisé par la « couronne ». C'est le grand siècle du triomphe de la centralisation monarchique. Durant son épopée (1429-1431), Jeanne d'Arc donnera un coup de fouet à la reconquête du pouvoir par Charles VII notamment lors de la fameuse victoire de Troyes. Tombée aux mains des Bourguignons puis vendue aux Anglais qui la déclarent sorcière, elle sera brûlée vive le 30 mai 1431 à Rouen après son procès pour hérésie dans lequel elle se défendit avec autant d'habileté que de courage. Jeanne D'arc a inspiré beaucoup d'oeuvres, entre autres:
- Ditié de Jeanne d'Arc, poème de Christine de Pisan (1429)
- La Pucelle d'Orléans, tragédie de Schiller (1801)
- Sainte Jeanne, pièce de G.B Shaw (1923)
- La Passion de Jeanne d'Arc, film de Carl Dreyer (1928)
Après la mort d'Amaury, fils de Jean de Craon, à la bataille D Azincourt, Gilles devient, à onze ans, l'un des plus riches héritiers du royaume. Dès 20 ans, il aura dès lors une place importante dans la lutte contre les Anglais. À la folle richesse de Gilles s'ajoute une bravoure, une résolution et une valeur militaire indéniables. Lagny et les Tourelles sont les deux grands faits d'armes qui valurent au maréchal de France de 25 ans sa réputation.
Chronologie
1429
6 mars – Gilles de Rais est à Chinon quand Jeanne y rencontre le roi. Elle veut chasser les Anglais du royaume de France et délivrer d'abord Orléans pour mener Charles VII à Reims.
8 mars – Gilles est chargé d'une mission privilégiée :c'est lui qui conduira les troupes confiées à Jeanne d'Arc par le roi !
28 avril – Départ de Gilles et Jeanne de Blois pour Orléans, accompagnés du Duc d'Alençon et Ambroise de Loré. 10-12 mille hommes
7 mai – Combat décisif des Tourelles
8 mai – Orléans est libérée
12 juin – Prise de Jargeau
10 juillet – Prise de Troyes
18 juin – Victoire de Patay
17 juillet – Sacre de Charles VII à la cathédrale de Reims. Parce qu'il rapporte de l'abbaye de Saint Rémy l'ampoule du Saint Chrême qui sert à l'onction royale, Gilles est fait Maréchal de France à 25 ans.
10 août – L'armée royale entre à Compiègne.
23 août – Jeanne d'Arc part pour Paris. le 26 elle est à Saint-Denis.
8 septembre – Sous les murs de Paris, Jeanne d'Arc et Gille de Rais donnent l'assaut ensemble. Jeanne est blessée. Un ordre de retraite est lancé. Mais Jeanne n'a pas non plus que des amis à la cour du dauphin. Gilles est lié, par le sceau du serment, au favori du roi La Trémoille. Il doit servir les intérêts de son féal. Yolande d'Aragon, ennemie de la Trémoille, est la seule à s'intéresser au sort de Jeanne dans l'indifférence générale autour de Charles VII. En effet, le prestige extraordinaire que la prise de Paris, qui paraît alors probable, aurait donné à la Pucelle aurait porté ombrage à La Trémoille. Sans doute l'abandon du siège de Paris lui incombe entièrement. Charles VII, fatigué, doit approuver. Ainsi, après la capture de Jeanne, le roi n'a rien fait pour délivrer celle à laquelle il devait son royaume. Jeanne d'Arc ne fut pas immédiatement abandonnée, mais les dirigeants ne voulaient plus lui laisser le premier rôle.
Gilles de Rais et La Trémoille
1425 – Yolande d'Aragon, mère de Marie d'Anjou, femme de Charles VII, veut la défaite des Anglais. À cet effet, elle tente de rapprocher la France et la Bretagne. Elle obtient de son gendre qu'il nomme Arthur de Richemont, frère du duc Jean V de Bretagne, connétable de France. C'était sans compter Georges de la Trémoille, son ennemi juré. L'intrigant gagne assez vite à ses vues le nouveau roi, et réduit ainsi Charles de Richemont à l'impuissance. C'est alors que La Trémoille, après la défaite des armées françaises à St James-de-Beuvron, décide de la carrière militaire de Gilles de Rais, son cousin par les Craon. Il servira sans efficacité les calculs de ce grand politique sans les comprendre jamais. En avril 1429, il se lie par un serment à ce fourbe devenu le favori de Charles VII ; La Trémoille a besoin d'un homme dont la volonté lui appartienne. Son influence est désastreuse : La Trémoille s'opposera à la fougue de Jeanne d'Arc. Ce n'est qu'en 1433, après la « disgrâce que la France pourra définitivement se libérer des Anglais. La Pucelle aura donné la victoire à la France, mais seul Arthur de Richemont saura l'organiser. L'éloignement de ce dernier marque la fin de la carrière de Gilles de Rais à la cour.
Gilles de Rais et Jean de Craon
La mère de Gilles, Marie de Craon, et le père, Guy de Laval, meurent jeunes, et l'un après l'autre au cours de l'année 1415. A onze ans, Gilles passe dans les mains de son grand-père maternel, Jean de Craon, dont il s'attribue seul la charge de l'élever. Les Craon étaient alors les plus grands feudataires d'Anjou. Violent et sans scrupules, il abandonne Gilles à des passions que rien ne freine. Il sera responsable pour une part importante de cette éducation pleinement relâchée et désastreuse à l'origine de sa monstruosité.
Gilles de Rais et Barbe-Bleue
Les légendes bretonnes prêtent au maréchal démoniaque les traits d'un diable bleu azur, au rire sinistre, "tu appartiens maintenant à l'enfer, tu ne seras plus à l'avenir Gilles de Laval, tu seras la Barbe-Bleue, le plus affreux des hommes, un épouvantail pour les petits enfants. Ton nom sera maudit pour toute l'éternité et tes cendres, après ta mort, seront livrées aux vents, tandis que ta vilaine âme descendra dans les profondeurs de l'enfer."
La postérité de Gilles de Rais
Voir J-K Huysmans Là-Bas « Quand le monde semble une prison et l'existence une impasse, quand la conscience se révolte contre le lieu qu'elle occupe, ou qu'elle erre désorientée comme dans les pièges d'un labyrinthe, cela s'appèle la mélancolie.(...)Nul ne peut aller bien loin s'il ne se dirige vers l'abîme ; c'est l'antique secret de tous les grands mélancoliques.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
markko31markko31   25 février 2015
Gilles de Rais avait la passion du théâtre : il tira de l’aveu de sa turpitude, de ses larmes et de ses remords le moment pathétique de l’exécution. La foule assemblée pour le voir mourir semble avoir été transie par ce remords, par ce pardon, qu’humblement le grand seigneur, en pleurant, demandait aux parents de ses victimes.
Commenter  J’apprécie          30
markko31markko31   25 février 2015
Le crime, évidemment, appelle la nuit ; le crime, sans la nuit, ne serait pas le crime, mais, fût-elle profonde, l’horreur de la nuit aspire à l’ éclat du soleil.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Georges Bataille (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille
Documentaire Bataille Georges Un siècle d'écrivains
autres livres classés : criminelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre