AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Denis Hollier (Préfacier, etc.)Jean-François Louette (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070115984
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Rassembler, pour la première fois, les œuvres narratives de Bataille en un volume, c'est leur donner une nouvelle chance d'exercer toute leur force - de scandale, de libération, de désorientation. Mais ranger, avec ce que cela suppose d'ordre et de clarté, les écrits de Bataille dans des catégories "conventionnelles" n'est pas un exercice innocent. Ses textes échappent aux genres traditionnels. Bataille, pourtant, emploie lui-même ces termes, roman, récit, et il s'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ericbo
  11 janvier 2017
Difficile de faire une critique de ce recueil. La plupart des romans ou récits qu'il contient ont déjà plusieurs critiques sur Babelio.
En revanche, ce qui me semble intéressant dans la collection de la Pleiade, c'est la lecture de ces oeuvres successives, parfois dans leurs différentes éditions, avec leurs variantes et corrections de l'auteur. On se retrouve alors immergé dans le monde de l'auteur. Concernant Bataille, je suis fasciné par cette plongée dans son univers : érotisme, sexe, déchéance, déviances, souillure, mort, souffrance, folie... à travers les déboires de ses différents personnages, et de leurs interrogations existentielles. Personnages qui me paraissent interchangeables d'une oeuvre à l'autre.
Bien évidemment, on ne fait pas le tour de l'univers de Bataille en une seule lecture. C'est donc un livre que je vais relire et relire, et qui constitue déjà un de mes livres de chevet.
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ericboericbo   15 décembre 2016
Madame Edwarda
Je tiens d'abord à préciser à quel point sont vaines ces affirmations banales, selon lesquelles l'interdit sexuel est un préjugé, dont il est temps de se défaire. La honte, la pudeur qui accompagnent le sentiment fort du plaisir, ne seraient elles-même que des preuves d'inintelligence. Autant dire que nous devrions faire enfin table rase et revenir au temps de l'animalité, de la libre dévoration et de l'indifférence aux immondices. Comme si l'humanité entière ne résultait pas de violents mouvements d'horreur suivie d'attrait, auxquels se lient la sensibilité et l'intelligence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ericboericbo   15 décembre 2016
Julie
Le coup de feu du désespéré, dans le calme plat, tire à lui l'attention des foules éprises de futilité. Dans la dépression, la fourmillère écarte d'elle au contraire, comme évidemment déplacés, des soucis résultant d'une erreur banale. La détresse générale et la peur indéfinie, l'attente d'un monde neuf, à naître dans l'horreur, réduisaient le suicide d'Henri à des proportions puériles.
Commenter  J’apprécie          20
ericboericbo   15 décembre 2016
Le Mort
Edouard retomba mort.
Un vide se fit en elle, qui l'éleva comme un ange. Ses seins nus se dressèrent : un lugubre frisson la porta dans l'église de rêve où l'épuisement, le silence et le sentiment de l'irrémédiable l'achevèrent.
En extase, au-dessus de l'horreur de la maison, Marie désespéra.
elle se repris soudain, se jouant de son désespoir.
Edouard en mourant l'avait suppliée de se dénuder.
Elle était pâle, échevelée, les seins fermes jaillis de la robe déchirée.
L'horreur disposait d'elle absolument comme l'assassin de la nuit noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ericboericbo   15 décembre 2016
Le Petit
Je dors et je rêve. Nu à côté d'une fille dont j'ai tiré dans une débauche des joies déchirantes : Telles que je les sais, maintenant, hors d'accès, ce dont un rêve pénible est la conscience. Mon rêve répond à l'état d'étoile morte où je suis, l'étoile morte au loin rayonne encore, perd ses rayons dans une immensité vivante : je me raconte mort...
Commenter  J’apprécie          10
ericboericbo   15 décembre 2016
Le Petit
En ce qu'elle a d'intime, de doux, de désintéressé, la société repose sur le mal : elle est comme la nuit, faite d'angoisse.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Georges Bataille (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bataille
Documentaire Bataille Georges Un siècle d'écrivains
autres livres classés : fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est mon quiz, mon Bataille, fallait pas qu'il s'en aille !

Ce qui est écrit est écrit, mais je ne comprendrai jamais pourquoi Georges en a fait toute une histoire :

L'oeil
Le sang

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BatailleCréer un quiz sur ce livre