AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Roy (Autre)Michel Jamet (Éditeur scientifique)
EAN : 9782221502013
1040 pages
Éditeur : Robert Laffont (01/11/1980)
4.83/5   23 notes
Résumé :
Le flamboiement noir des Fleurs du mal, le "frisson nouveau" ressenti par Victor Hugo au passage de cette comète dans son ciel poétique, semblent avoir occulté le reste de l'oeuvre pour la plupart des amoureux de Baudelaire et, avec les Petits Poèmes en prose qui ont ouvert la voie à la poésie de la modernité s'achève, en général, le cycle des curiosités et des admirations.
Pourtant il existe nombre de baudelairiens qui seraient disposés à tout abandonner des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ileautresor
  08 mai 2020
Je ne connais pas trop Baudelaire... ai-je dit à mon amoureux de terminale (littéraire), féru de philosophie....
Celui-ci s'est alors emparé de cet ouvrage, et m'a lu Recueillement.

- Sois sage, ô ma Douleur, et tiens toi plus tranquille.
Tu réclamais Le Soir; il descend; le voici:
Une atmosphère obscure enveloppe la ville, Aux uns portant la paix, aux autres le souci."
Il m'a dit aimer ce format, qu'il pouvait replier et tenir dans sa main...
Aujourd'hui l'amoureux a disparu.
Il ne me reste que ces vers et ce souvenir...
je me souviens en particulier du passage sur les balcons surannés...
"Ma douleur, donne-moi la main; viens par ici,
Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées;
Surgi du fond des eaux le Regret souriant;
Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche."
L'une de mes premières rencontres avec Baudelaire: et son amour du Crépuscule...
avant de l'étudier plus sérieusement en licence de lettres. Plus tard, mais il y a longtemps déjà...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Floyd2408
  12 avril 2013
C 'est ma drogue .....
Commenter  J’apprécie          41


critiques presse (5)
LaLibreBelgique   17 mai 2021
La Foire se termine en beauté en BD. Avec Yslaire et sa quête de la muse de Baudelaire. Et Juan Guarnido, l’auteur de "Blacksad", dont l’œuvre est exposée au Centre belge de la bande dessinée.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Auracan   03 mai 2021
Entretemps, les auteurs nous donnent à réfléchir, mais aussi à sourire, car l'humour n'est jamais absent du scénario qui nous livre, notamment, les portraits de personnages hauts en couleurs.
Lire la critique sur le site : Auracan
LeMonde   21 septembre 2017
Marie-Christine Natta dresse un portrait du grand poète, axé sur l’intime.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Telerama   12 juillet 2017
Un coeur mis à nu.
Lire la critique sur le site : Telerama
Bibliobs   29 août 2011
Au milieu de cette fourmilière, qui permet à Patrick Grainville des morceaux de bravoure hallucinants, faits d'entassements sans fin d'êtres, d'objets, de scènes -listes qui déferlent dans une cataracte d'adjectifs rutilants comme les cuivres des palaces-, s'agitent quelques humains qui ont corps et esprit, portent un nom, pour bref qu'il soit: Shi, An, Lan, Long, Sue, Mei, Shan...
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
sagesse66sagesse66   29 août 2018
L'Albatros

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
NadiamilanNadiamilan   23 novembre 2013
La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse,
Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse,
Nous devrions pourtant lui porter quelques fleurs.
Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs,
Et quand Octobre souffle, émondeur des vieux arbres,
Son vent mélancolique à l'entour de leurs marbres,
Certe, ils doivent trouver les vivants bien ingrats,
À dormir, comme ils font, chaudement dans leurs draps,
Tandis que, dévorés de noires songeries,
Sans compagnon de lit, sans bonnes causeries,
Vieux squelettes gelés travaillés par le ver,
Ils sentent s'égoutter les neiges de l'hiver
Et le siècle couler, sans qu'amis ni famille
Remplacent les lambeaux qui pendent à leur grille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LaMounLaMoun   15 février 2021
La mort des amants

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux ;

Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.


Charles BAUDELAIRE
1821 - 1867
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Herve-LionelHerve-Lionel   30 juillet 2018
ENIVREZ-VOUS

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

(In Les petits poèmes en prose)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
feellynefeellyne   07 mars 2013
"Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.

Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

Un soir fait de roses et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux

Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes."

La Mort des Amants - Les fleurs du Mal - Charles Baudelaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Charles Baudelaire (85) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire (1821-1867), le poète maudit (2020 - Toute une vie / France Culture). Portrait de Charles Baudelaire par Gustave Courbet, 1848. Diffusion sur France Culture le 25 mars 2020. Un documentaire de Christine Lecerf et Jean-Claude Loiseau. Mixage : Rémi Fessard. Archives INA : Émilie Trasente. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France et Juliette Dronne, stagiaire. Nouvelle page web, Sylvia Favre. « Ô fangeuse grandeur ! sublime ignominie ! » : Baudelaire conclut ainsi son poème consacré à une prostituée, "Tu mettrais le monde entier dans ta ruelle". Pour le poète et l'homme, la beauté est dans la dualité, elle balance sans cesse entre perversion et transcendance, entre éphémère et infini. Baudelaire gagne encore aujourd’hui à être redécouvert, tant les images successives et contradictoires du poète - décadent, révolutionnaire, réactionnaire, classique, chrétien, moderne - continuent d’exercer leur effet narcotique. Né dans une "odeur de vieux" (Jean-Baptiste Baronian), auteur d’une œuvre "singulièrement mince" (Pierre Pachet), Baudelaire est encore, à l’image du peintre de la vie moderne, ce solitaire qui va, court et cherche la beauté mystérieuse, "si minime, si légère qu’elle soit". Baudelaire n’a rien d’un flâneur parisien qui s’abandonnerait à la pente de ses rêveries ou de ses obsessions. C’est un rôdeur, un chiffonnier de la ville, que le monde social ne laisse pas en répit. Qu’est-ce qu’être un individu dans une société de masse ? Après avoir épousé la foule, Baudelaire se retire dans ses vers. C’est un Baudelaire de la "pensée vivante" (Pierre Pachet) qui émerge dans l’extraordinaire souplesse de sa phrase poétique, capable de suivre les ondulations du désir comme de restituer les chocs du temps. Mais ce sens de l’oscillation et de l’aléatoire surgit surtout, comme à l’état brut, dans ses "Journaux intimes" et "Carnets", avec la liste de ses projets irréalisés. Dans un monde qui va finir, Baudelaire apparaît alors comme l’auteur de "fusées pensantes" (Pierre Pachet), c'est-à-dire d’idées fulgurantes qui ont donné quelques morceaux de bravoure dont le sens résonne encore pleinement aujourd'hui.
Intervenants :
Pierre Pachet, écrivain et essayiste Jean-Michel Maulpoix, poète Jean-Baptiste Baronian, écrivain
Textes (extraits) lus par Sophie Merceron : "Fusées", "Mon cœur mis à nu", "Épigraphes", "Notices", "Titres et canevas".
Archives INA : Eugène Ionesco, François Mauriac, Pierre Jean Jouve, Eugène Guillevic, Jean Follain.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Baudelaire

Dans quelle ville est né Charles Baudelaire ?

Bordeaux
Paris
Lille
Lyon

12 questions
325 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BaudelaireCréer un quiz sur ce livre