AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782251410241
272 pages
Éditeur : Les Belles Lettres (10/05/2004)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Les peuples précolombiens nous semblent étranges et originaux parce qu'ils se sont développés indépendamment des influences de l'Ancien Monde. Les Mayas sont l'un des plus brillants. La diversité des témoignagesarchéologiques enchante le voyageur, sollicite la curiosité de l'historien et passionne les amateurs d'art. Certes, nombre d'aspects de ce monde complexe demeurent obscurs, mais ce guide se propose d'aid... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  11 avril 2018
Grâce aux deux lectures possibles qu'offre ce nouveau guide des Belles-Lettres, le lecteur satisfera comme il le voudra sa curiosité au sujet des Mayas : une table des matières, un index des thèmes permettent de voyager dans ce court ouvrage pour obtenir les renseignements désirés. On peut aussi suivre le propos de l'auteur selon sa progression. Dans la limite de nos connaissances, il brosse un tableau de l'essentiel de cette civilisation, depuis son cadre géographique, plus varié qu'on ne pense, à son découpage chronologique proposé par les historiens ; viennent ensuite l'histoire, la société, l'économie, puis en second lieu "L'homme maya" dans ses aspects religieux, artistique et sa vie quotidienne. Les climats régnant dans le pays maya restreignent à peu de chose l'archéologie des éléments périssables, à savoir, ce qui donne les plus précieux renseignements sur la vie des gens. Ce petit livre est d'autant plus précieux que tout ce qui a été publié d'intéressant, ou presque, l'a été en anglais et en espagnol. Le format maniable et la modicité du prix interdisent tout luxe iconographique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   11 avril 2018
Mais l'architecture et la sculpture ne s'adressent pas seulement aux hommes. On retrouve partout exprimé le souci de recréer sur terre une image, même déformée et miniaturisée, de l'univers. Cela permet de se sentir en harmonie avec le cosmos et d'agir sur lui... L'édifice en dur et la sculpture sur pierre sont des créations qui existent pour elles-mêmes et qui ont leur vie propre. Les dépôts de fondation donnent vie au bâtiment comme à la stèle. Ne nous étonnons pas que certains d'entre eux impliquent dans leur cérémoniel la création de l'univers. L'édifice est créé comme l'univers le fut. La sculpture du sarcophage du roi Pacal de Palenque et de la dalle qui lui sert de couvercle était comprise comme un acte de foi, expression de croyances profondes dans l'harmonie du cosmos et du cycle mort et renaissance ; le seul fait de sculpter ces scènes actualisait, donnait vie et pouvoir à ces croyances. Par comparaison, la contemplation de la sculpture par une dizaine de personnes au moment de l'inhumation apparaît d'importance mineure.

p. 177
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   11 avril 2018
Cependant, on peut estimer que l'écriture maya a été bridée par son emploi hiératique et officiel. Les récits historiques sont solennels et impersonnels, presque toujours écrits à la troisième personne du singulier. Rares ou inconnus sont les formes plurielles, les déclarations autobiographiques, les exhortations, les impératifs, sans parler des lettres d'amour ou des recettes de cuisine. Beaucoup de mots du langage courant n'ont sans doute été jamais écrits. Les adjectifs sont rares, et le texte est loin d'exprimer la richesse de la langue parlée. A l'instar des autres écritures mésoaméricaines, il est probable que le texte écrit fournissait des faits bruts que le discours oral devait amplifier et enjoliver.

p. 175
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   11 avril 2018
Sur les monuments comme sur les codex, l'écriture n'a pas éliminé l'image. Parfois les deux domaines (écriture et image) parlent de la même chose ; ainsi le linteau 8 de Yaxchilan raconte par le texte et par l'image la capture de deux ennemis par le roi et son capitaine. Le texte court se limite strictement aux faits : date, action, noms et titres. L'image nous montre les protagonistes que leur posture, leur importance dans le décor, leur costume et leurs bijoux caractérisent, et donne ainsi une masse d'informations complémentaires. Même quand les messages paraissent se répéter, ils se complètent plus qu'ils ne se doublent. S'ils se recoupent, ils ont cependant des domaines de prédilection : l'écriture est parfaitement adaptée à l'événementiel, aux calculs de temps, à la mise en corrélation des divers cycles astraux et du cycle dynastique. De son côté, l'image permet d'exprimer la simultanéité, l'ambigüité, la contradiction ; par exemple, la richesse du message transmis par la seule coiffure du roi est considérable.

p. 175
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : mayasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1992 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre