AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355261431
Éditeur : Nouvelles Editions Lignes (08/04/2015)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Unique débat public, resté inédit, entre deux des intellectuels français les plus importants de la fin du siècle dernier, en février 2003, à la veille de l’intervention américaine en Irak. Opposant les moyens de la pensée à cette guerre-là, qui s’exceptait de tout droit international ; pensant la guerre contemporaine en général et les guerres à venir. Un DVD de l’enregistrement du débat est joint au livre.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
26 mai 2016
Impossible de regarder le débat : manque de dynamisme, nos deux protagonistes au bord de la mort ne trouvant plus assez de matière vive pour régénérer les cellules au moment de l'entrevue.
Impossible d'écouter le débat : Derrick même provoquerait une plus importante décharge d'adrénaline chez l'auditeur.
Autant lire le bouquin. Ça se passe en 2003. L'atmosphère est encore toute chaude des attentats du 11 septembre. (Voyez, on ne se sent même plus obligés de préciser l'année). Grosse claque infligée aux puissances dominantes occidentales. C'est pourquoi les doctorants ici réunis nous disent que la guerre ne pourra plus avoir lieu. Pas que plus personne ne va mourir, ni finir blessé, ni finir morflé, frappé, buté, violé, niqué, mais que la guerre, telle que nous l'avons connue, genre sachant pour quoi elle se bat (si toutefois elle l'a jamais su), ne pourra plus exister : toute guerre à venir sera dirigée uniquement dans l'objectif de corriger l'humiliation symbolique du 11 septembre. Mais Jacquot la fripouille l'a dit : le symbolique, ce n'est pas le réel. Voilà ce qu'en dit Baudrillard : « [La guerre] est un évènement second, c'est-à-dire un événement de substitution, de rachat, de ravalement, du seul événement fondamental qui a été fait le 11 septembre. »

Bon, on comprendra que ça le fait pas trop d'affirmer ça quand pendant ce temps y a de vrais gens qui perdent leurs os, leur gras de phoque et leur sang pour des causes symboliques. L'indécence ne disparaît pas à la seule force des gentilles prétentions intellectuelles. Derrida, d'ailleurs, est un peu moins chaud : « […] Les signes que ces guerres ont eu lieu, comme le 11 septembre, ce sont d'abord les morts indéniables, les milliers de morts, et encore les milliers et milliers de malades, non seulement du côté des populations irakiennes mais du côté même des soldats qui se sont engagés dans la guerre du Golfe. Donc j'aurai toujours du mal à dire simplement que cette guerre n'a pas eu lieu ». le même creuse la question vers le sens qui nous intéresse aujourd'hui : « L'enjeu aujourd'hui de part et d'autre, c'est le Conseil de sécurité, ce que va devenir le Conseil de sécurité, au sortir de cette crise. Et ce que va devenir par conséquent l'ONU, le Conseil de sécurité étant l'instance souveraine et efficace –relativement efficace- de l'ONU. ».

Rappelons-nous que le débat a eu lieu en 2003. Ça peut être utile de brasser les événements à chaud mais le manque de recul aboutit rarement à des analyses pertinentes. René Major, un autre doctorant, intervient dix ans plus tard pour jeter un petit regard rétrospectif sur ce débat, alors que Baudrillard et Derrida ont crevé comme des rats sans peau. En vue de l'évolution de la situation géopolitique, il veut nous faire croire que les deux vieux schnoques avaient bien compris que le truc qui allait devenir le plus problématique, avec le temps, c'était ce monolithisme du Conseil de sécurité, de l'ONU, de l'OTAN et de tous ces autres jouets qui amusent surtout les Etats-Unis. Bref, nous tombons un peu au fond d'un cul de sac qui nous empêche de réagir face à une situation de plus en plus incontrôlable dans les pays du Moyen-Orient, et c'est la merde. Alors, que fait-on ? On ne saura pas. Peut-être bien faire tout éclater, comme Kofi Annan l'avait diplomatiquement suggéré avant de se faire gommer.

René Major, avec sa petite voix de grand-mère, essaie de nous faire croire que Baudrillard et Derrida avaient été presque dissidents lors de leur intervention. On peut essayer d'y croire. En vrai, ça ne donnera que quelques idées de bon sens pour essayer de maintenir la tête hors de l'eau médiatiquement correcte. Grosse faille du débat : les intervenants abordent la civilisation occidentale comme si elle baignait dans une aura de pureté immaculée. Jamais ils n'évoqueront leurs antécédents violents et leurs interventions schizophréniques dans les pays orientaux pour tenter de comprendre (comprendre n'est pas pardonner, rappelons-le pour les courts d'esprit) les réactions terroristes de leurs victimes. Complétons donc cette analyse par celle de Michel Collon, et le compte est bon : https://youtu.be/WabuB6gXwq4
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson04 juin 2016
Le crime n’a pas eu lieu mais la répression, elle, a bien lieu ; le crime est absent, en quelque sorte, mais il nous laisse sa répression. […]
Donc, on aurait affaire à un principe de précaution, mais ce n’est pas seulement un principe, ça deviendrait une sorte de réalité totalitaire et sécuritaire, qui n’est plus exactement de l’ordre de la dissuasion de la Guerre Froide.

[Baudrillard]
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson31 mai 2016
Ce qui arrive aujourd’hui, selon vous, c’est le passage de l’universel au mondial. Les valeurs universelles réussissaient plus ou moins bien jusqu’à présent à intégrer une singularité comme différence, dans une culture universelle des différences. L’universel est aujourd’hui confronté à un ordre mondial sans alternative et à la dérive, ou à l’insurrection des singularités.

(René Major)
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson06 juin 2016
[…] Qu’entre l’Europe et les Etats-Unis se produise l’affrontement en cours, c’est une nouveauté considérable. Et je crois que la question irakienne peut en effet, si grave qu’elle soit en elle-même […], dissimuler que l’enjeu, le tournant est là : le tournant est dans le droit international, dans la structure du Conseil de sécurité.

[Derrida]
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson29 mai 2016
Plus le pouvoir tend à s’exercer de manière souveraine, absolue, plus il est hanté par une violence interne autodestructrice.
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson26 mai 2016
Alors que la commission d’enquête des Nations unies ne parvient pas à trouver trace en Irak d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires, le département d’État américain s’évertue à tenter de convaincre, aussi bien le peuple que les représentants des États membres des Nations Unies, du réel danger que représenterait l’Irak même pour la plus grande puissance mondiale et pour les pays du monde libre dont elle prétend assurer la protection.

(René Major)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean Baudrillard (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Baudrillard
Elisabeth Levy face Jean Baudrillard 1 4
autres livres classés : 11 septembreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
465 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre