AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234071739
Éditeur : Stock (28/03/2012)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Des cailloux dans le ventre est l'histoire d'un petit garçon de huit ans et de l'adulte instable qu'il est devenu. Au cours de son enfance, ses parents choisissent d'être « une famille d'accueil » en dépit du violent sentiment de jalousie que cela provoque en lui. Cette jalousie prend des proportions dramatiques quand l'enfant doit faire de la place à Robert, un jeune garçon auquel sa mère s'attache particulièrement. La relation qui naît entre eux va déclencher un é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  01 novembre 2012
Il était une fois, un petit garçon, fan du Petit Poucet, qui lui, au lieu de semer des cailloux sur son chemin, les avait dans le ventre... Car, ici, l'on est bien loin du conte de Perrault...
C'est l'histoire d'un petit garçon de 8 ans. Il a tout pour être heureux : un papa adorable et protecteur et une maman aimante. Mais, voilà, fils unique, il ne supporte pas le fait que sa maman ait choisi d'être famille d'accueil. Il devient insupportable, fait des bêtises, de plus en plus graves, et devient extrêmement jaloux de l'amour que sa maman porte à Robert, enfant battu par ses parents et nouvellement recueilli chez lui.
C'est l'histoire d'un garçon de 28 ans, devenu instable et psychotique, suite à un événement tragique survenu dans son enfance. Ce garçon revient sur les traces de son passé, au chevet de sa maman, souffrant d'un cancer en phase terminale . Il aimerait lui révéler ses rancoeurs, se soulager du poids qu'il porte en lui. Aura-t-il la force de l'accompagner jusqu'au bout ?
Du passé au présent, l'auteur alterne sensiblement écriture enfantine et réflexions adultes racontant ainsi l'impact de sa vie de petit garçon sur l'homme qu'il est devenu aujourd'hui.
Jon Bauer a réussi à installer une forte tension dramatique. On assiste, impuissant, à la déchéance de ce jeune homme, qui tente de se défaire de l'enfant qu'il était.
Un roman à la fois tendre et brutal qui a su décortiquer la place d'un enfant dans une famille et les relations indestructibles parents/enfants.
Un roman poignant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
sabine59
  06 mai 2017
C'est une histoire dure et poignante, qui prend au coeur et au corps.Dure comme une pierre, poignante comme un chagrin d'enfant inconsolable...
Il y a un chassé-croisé d'un chapitre à l'autre entre le narrateur, à huit ans,et lorsqu'il est devenu adulte, à vingt-huit ans. Il revient alors sur les lieux de son enfance et du drame qui a empoisonné sa vie.
Ses parents étaient famille d'accueil et il ne supportait plus alors le manque d'affection de sa mère, qui consacrait plus de temps et d'amour surtout à tous ces enfants difficiles placés chez eux.Sa jalousie, son vide affectif le conduiront à l'irrémédiable , lorsque Robert viendra loger dans la maison familiale ...
Les cailloux dans le ventre, c'était son mal-être, son angoisse, le sentiment d'abandon qu'il ressentait comme un poids . Sa rédemption d'adulte passera par une confrontation avec sa mère.
J'ai été sensible au parcours douloureux du personnage.Cependant la deuxième partie m'a semblé un peu longue et l'atmosphère est bien noire, pétrifiante, dirais-je ...A ne pas lire si on n'a pas le moral!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
isabelleisapure
  21 janvier 2014
Le narrateur, âgé de 8 ans est fils unique, ou presque, en effet ses parents accueillent régulièrement des enfants placés par les services sociaux.
Ce petit garçon pourtant très aimé est d'une jalousie extrême à l'égard des autres enfants et ne supporte pas l'affection que ses parents leur témoignent.
Les bêtises se succèdent pour attirer l'attention sur lui et bien souvent cela se termine par un câlin, rien de bien grave, jusqu'au jour où il commet l'irréparable.
Sa vie d'adulte en sera irrémédiablement gâchée, il se réfugiera au Canada et reviendra au foyer familial pour assister dans ses derniers instants sa mère atteinte d'une tumeur au cerveau.
Dans des chapitres alternés, l'écrivain Australien John Bauer, met en parallèle la vie d'un enfant malheureux et celle de l'adulte paumé qu'il est devenu.
Un récit tendre et brutal à la fois.
Une lecture que je n'oublierai pas.
Commenter  J’apprécie          160
JeanPierreV
  04 août 2017
Il aurait tout pour être heureux : une maman qui aime les enfants, un papa complice...Oui, mais il y a Robert un autre gamin que sa maman a accueilli, un gamin dont il devient jaloux, il a quelques années de plus que lui, il peut passer devant dans la voiture...un gamin avec lequel sa mère se comporte comme si c'était son gamin, auquel elle porte une attention particulière : ils sont "famille d'accueil" et reçoivent des enfants placés par les services sociaux.
Alors le gamin se sent rejeté...il est le «Le Petit Tout-Seulitaire». Il pisse encore au lit à 8 ans.
Puis l'adulte de 28 ans prend la parole, un adulte tourmenté, mal dans sa peau, qui ne se "trouve toujours pas assez bien", éprouvant des difficultés pour tisser des liens avec les autres adultes, un peu mythomane...au fil des pages les époques se télescopent, on passe du coq à l'âne. le regard et les bêtises de l'enfant qui cherche à attirer l'attention de sa mère, un gamin incapable de réfléchir aux conséquences de ses actes, alternent avec les délires de l'adulte éprouvant des difficultés pour tisser des liens avec les autres, maladroit avec les filles, incapable de s'engager, fuyant des relations et un bonheur possibles..un fils garde-malade qui a accompagné le cancer de sa mère. Mais on n'est jamais perdu
Une mère envers laquelle il a conservé intactes ses rancunes d'enfant. Il ne lui a rien pardonné.
Un adulte et un enfant dont les actes tiennent parfois du délire. Pour être aimé il se mettra la main au feu....Jusqu'à l'accident ! Mais est-ce un accident ?
L'enfant qui avait tout pour être heureux est devenu un adulte instable parfois mythomane, mal dans sa peau, hanté par ce Robert qui a brisé son enfance. Robert dont on apprendra vite qu'il est devenu handicapé, pourquoi, comment. On en perçoit l'intensité dramatique.
On aimerait être plus proche de ce gamin, s'en sentir complice, se faire un ami de l'adulte qu'il est devenu, mais on n'y arrive pas. L'enfant est peu attachant, l'adulte peu sympathique.
Au fil des pages on comprend le titre. La page de garde livre son mystère, tout s'explique dans les dernières pages.
Le thème peut apparaître larmoyant, peu attirant, mais pourtant quel roman ! Quel beau moment de lecture ! L'auteur a su alterner regard d'enfant et mal-être de l'adulte, relevant presque du domaine de la psychiatrie, un mal-être qui l'entrainera sur les chemins du délit, démontrant progressivement comment un enfant s'estimant délaissé, incompris, mal-aimé peut devenir un adulte incapable de s'intégrer dans la société, presque un délinquant irresponsable, s'évadant dans la fumée des pétards, cherchant encore l'amour et le fuyant quand il approche.
Gros coup de coeur, dans lequel alternent sourires, émotions, tendresse, désir d'amour, bêtises d'enfant et drames. Et humour !
"Que ce roman procure nourriture et réconfort à ceux qui portent encore le fardeau de leur enfance"....c'est Jon Bauer qui l'écrit dans ses remerciements
Émotions et plaisirs garantis.

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
didikari
  11 janvier 2013
La relation difficile entre une mère et son fils de l'enfance à l'âge adulte. La mère est mère d'accueil pour enfants placés, elle est également la mère d'un petit garçon mais aussi une femme marquée par un drame personnel. le jeune garçon grandit en pensant ne pas être assez bien pour cette femme qu'est sa mère. Il est jaloux de ces enfants placés pour qui elle a une voix spéciale, des gestes tendres, des exigences moindres. Cette jalousie va conduire à un accident qui marquera toute la famille. le garçon fuira loin de sa mère, il reviendra auprès d'elle sur le tard, trop tard. Elle est atteinte d'un cancer du cerveau et n'est plus qu'une coquille avec de temps en temps l'identité de celle qu'elle fut. L'enfant devenu adulte n'a pas réglé ses problèmes. Quelque part il n'est jamais devenu grand et reste cet enfant peu sur de lui, cet enfant qui pense être mauvais et indigne d'amour.
Le récit alterne entre le quotidien de l'adulte garde-malade, bourreau, victime, mal-aimé et mal-aimant et l'enfant inconscient des enjeux. le petit garçon comme l'adulte ne savent pas prendre la mesure de leurs actes ni en accepter les conséquences.
Ce petit garçon se sent mal-aimé et ne comprends pas le besoin que sa mère a de recevoir chez elle d'autres garçons. Petit à petit on découvre qu'il s'agit pour elle d'un plaisir égoïste et dangereux, car sans cesse elle est mise dans une situation de perte douloureuse. le père cherche à ménager son épouse et son fils. Cherchant à les réconforter , les soutenir mais il échoue, les intérêts étant bien trop opposés.
Robert, le jeune garçon recueilli, est l'élément déclencheur. A l'inverse d'autres il cherche à être gentil, à se faire accepter, à profiter de ce qui lui est offert même si cela reste provisoire. Cette affabilité attise la jalousie du petit, il pense sa place menacée.
Ce jeune garçon, dont on ne sait pas le prénom, est jaloux. Mais comme le sont tous les enfants. Il ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes, vivant dans l'instant. Il cherche à attirer l'attention mais a aussi l'impression de ne pas être à la hauteur. Il entre dans une spirale du pire jusqu'à l'accident. Si l'issue n'avait pas été aussi dramatique, je pense que les choses se seraient tassées d'elles-mêmes. Robert serait retourné dans sa famille, un autre garçon aurait pris sa place, ou la mère aurait fait son deuil. le garçon aurait grandi avec une blessure d'amour mais sans cette culpabilité qui l'a rongé jusqu'à en faire un adulte inabouti.
L'adulte qui revient près de sa mère malade. Il cherche une dernière fois à se faire aimer mais très vite leur relation vire à l'affrontement. Il cherche à régler ses comptes avec une femme qui n'est déjà plus là. Il n'a jamais été puni pour l'accident et a grandi avec ce sentiment de culpabilité, d'autant plus grand qu'il n'a jamais été évoqué. Sa vie d'adulte est un non-engagement perpétuel. Il est resté dans son mode de fonctionnement d'enfant. Il a fini par aimé Robert ce qui a rendu son acte encore plus terrible. En tant qu'adulte il détruit tout, mais surtout lui. Il ne trouve du réconfort qu'auprès d'un vieil inconnu, (il aurait le même âge que son père, coïncidence?). Pour avancer il lui faut certes pardonner à sa mère, mais surtout à lui.
Une histoire pas évidente. le petit garçon comme l'adulte ne sont pas attachants et pourtant... Les enfants peuvent avoir des sentiments irrationnels de jalousie, de mésestime. Ici il s'agit d'un non-dit qui handicape la famille. Cet enfant est conscient du drame qui a touché sa mère sans qu'il soit évoqué. L'adulte (la mère) cherche des solutions pour s'en sortir mais sans voir le mal que cela peut faire à son fils. Car parents comme enfants , chacun vit avec ses problèmes et cherche à les résoudre. J'ai trouvé que c'était bien écrit mais tellement dur. L'enfant est cruel mais aussi fragile. L'adulte est irresponsable mais cherche à être aimé.

Lien : http://livravivre.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Telerama   25 avril 2012
Tout n'est qu'une question de regard. Ouvrir ou fermer les yeux ? Jon Bauer fait les deux, alternant les scènes de rancoeur et de pardon, de retrouvailles et de perdition.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
marina53marina53   27 octobre 2012
On a tous besoin d'un autre pour faire naître l'étincelle qui permet de franchir le gouffre, pour nous retrouver à mi-chemin et nous accorder un moment de répit et de chaleur.
Commenter  J’apprécie          140
marina53marina53   29 octobre 2012
Le soulagement est certainement la plus agréable des émotions. Le bonheur n'est rien d'autre que cela, n'est ce pas? L'apaisement de la tristesse.
Commenter  J’apprécie          90
AskingforlullabyAskingforlullaby   07 juillet 2012
Ce matin, je me réveille tout content sauf qu'après je me souviens que Robert est là. Il me fait le même effet qu'un contrôle de maths, que le dentiste ou les dimanches soir. L'impression d'avoir un serpent dans le ventre. En plus, je les entends tous en bas, ils sont déjà ensemble comme s'ils étaient même pas allés se coucher, qu'ils avaient fait un festin de minuit et joué à des jeux.
Commenter  J’apprécie          20
PetitdejauxlivresPetitdejauxlivres   19 juillet 2012
Sa mère: « Je lui donne des coups de pieds pour de faux dès qu'elle a tourné le dos », son père: « Il sent les carottes bouillies et la bière »
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : famille d'accueilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1065 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..