AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2372730266
Éditeur : Les Editions des Eléphants (15/09/2016)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Du haut de son palais, le Sultan jubile. Les livres de son royaume brûlent à ses pieds. Bientôt, toutes les traces du passé auront disparu. Ne restera que sa propre histoire.
Un jour, un enfant recueille une page qui a échappé au brasier. Malgré sa peur, il se met à recopier sur les murailles du palais les mots qui y sont écrits.
Petit à petit, la foule l'imite et ensemble, ils réécrivent des pans entiers de leur culture, de leur histoire, avant que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nadael
  16 septembre 2016
Quelque part dans le désert, sous un ciel immense, azuré le jour, étoilé la nuit, se dresse un palais haut et blanc, habité par un sultan. Plus loin, de modestes maisons, et devant, des hommes, des femmes des enfants affairés à leur besogne. Une fois le soleil couché, une fenêtre demeure éclairée ; un petit garçon ne parvient pas à s'endormir. Malgré le labeur des heures passées, son corps est épuisé mais son esprit veille. Vide est sa tête et tristes sont ses pensées. Il est en manque de mots, en mal de livres, depuis leurs disparitions.
Un matin, alors que le vent soulève le sable alentour, le petit garçon reçoit sur le visage une page. Une page brûlée. En levant les yeux, il voit le ciel s'assombrir peu à peu. Cette noirceur semble venir de l'autre côté de la montagne. Alors, il se met à la gravir pour voir ce qu'il y a derrière. Au faîte, il surplombe la cité d'où s'élève un grand feu, propageant une fumée sombre. En bas, les flammes envahissent une partie de la place, attisées par les livres que lui lancent les soldats. Et les gens assistent, impuissants à ce grand incendie. Sous leurs yeux, se consument des pages et des pages de leur passé, de leur Histoire, de leur culture, de leurs rêves. Envolée, la connaissance. Partie en fumée, la civilisation.
Les jours passent et le feu finit par s'éteindre. le petit garçon s'avance et s'enfonce dans les cendres. Il ramasse une page déchirée, échappée du brasier... et très distinctement il peut y lire ces mots : « ô merveille un jardin parmi les flammes ». Il saisit alors un bout de charbon et marche jusqu'au mur du palais. Et se met à recopier les mots précieux qu'il vient de lire.
Le sultan, qui croyait avoir entre les mains le pouvoir sur tout humain et sur toute chose voit le mur de son palais recouvert de témoignages du passé. C'est qu'il avait sous-estimé la puissance des mots et la ferveur des hommes.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sandram47
  23 mars 2017
Un beau texte sur l'ignorance et le pouvoir des mots, sur la tristesse d'un monde qui ne peut se souvenir du passé, ni d'où il vient.
Un texte aussi sur l'espoir qui naît ici grâce à un petit bout d'homme et qui assemblé à d'autres peut faire des miracles parce que de l'obscur(antisme) peut aussi naître la lumière. Chacun peut agir, il suffit de savoir ce que l'on veut faire du temps qui nous ait imparti (dixit un magicien gris).
Les illustrations et les couleurs sont fortes et pénétrantes
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  30 mars 2017
Un sultan impose son diktat. Il efface toutes les traces de l'histoire, toutes les histoires. Les écrits doivent bruler, ses soldats s'affairent à cette tâche. C'est leur unique but.
-
Superbe album illustré qui nous plonge dans une société privée de livres, privée d'accès à la culture… privée de sa mémoire. A la tête de cet état, un despote qui n'aspire qu'à une chose : agrandir toujours et encore son pouvoir, son aura, sa domination sur ses sujets. Il les avilit par la peur, leur impose l'ignorance et attend d'eux un respect total à l'égard de sa personne.
Le narrateur est un enfant et décrit son quotidien à hauteur d'enfant. Un texte qui interpelle et qui saisit le jeune lecteur avide de connaître le dénouement, curieux de tout, questionnant et critiquant cette société absurde à ses yeux et pourtant… lui expliquer que c'est la réalité d'autres enfants, ailleurs… bien trop nombreux.
Gilles Baum propose un récit optimiste, plein de vie, porté par les couleurs de Barroux. Les illustrations s'étalent en double page et laissent tout loisir de savourer le coup de pinceaux magistral de l'artiste.
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DolceBib
  29 mars 2018
Dans un royaume, le sultan jubile car en brûlant tous les livres de son royaume, il pense effacer le passé et asseoir son pouvoir. Mais il sous-estime la force des mots...
Un conte fort abordant l'autodafé, la censure mais surtout qui questionne sur la liberté et le poids des livres.
Commenter  J’apprécie          00
Loucy
  12 avril 2017
En bref le Grand incendie c'est …
Le grand incendie est un album très réussi, un coup de coeur pour aborder l'importance de la liberté d'expression. Il permet de réfléchir aux autodafés, à la censure. Un album nécessaire à faire découvrir sans attendre au plus grand nombre à partir de 7 ans.
Lien : http://loulitla.com/2017/01/..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   09 novembre 2016
Malgré la grande qualité du texte et celle de l’illustration, le récit a un peu des allures d’histoire pieuse. On a envie d’y croire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NadaelNadael   16 septembre 2016
« Je n'ai rien. Ni rêve ni chien. La nuit, je m'endors la tête vide, dans les bras silencieux de maman. Les mots me manquent. Cela fait si longtemps que les livres ont disparu, nous n'avons plus la moindre histoire à partager. Le jour, il nous faut travailler, nous courber, prier et obéir. Puis attendre le jour suivant. Un matin pourtant, tout a changé, quand elle est tombée du ciel. »
Commenter  J’apprécie          10
DolceBibDolceBib   16 décembre 2017
Toute la ville est là, penchée sur le mur,
A écrire fiévreusement.
A écraser du charbon.
A faire revivre les éléphants et les rois de jadis en habits de lumière.
Toute la ville est là, à pousser dans le même sens,
si bien que le mur finit par s'écrouler.
Commenter  J’apprécie          10
alouettalouett   30 mars 2017
Le sultan jubile. Encore quelques livres et son règne sera infini. Une seule allumette a suffi à effacer toute l’histoire de notre peuple.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : autodaféVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'étranger D'Albert Camus

Qui est le personnage principal

Meursault
Marie Cardona
Raymond Sintes

11 questions
69 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre