AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Nelja


Nelja
  20 août 2014
Ce roman raconte le point de vue d'Icare sur son histoire. Enfin, c'est censé être le point de vue d'un des tributs de l'année de Thésée, Andros, qui est devenu proche d'Icare et veut lui rendre justice, et l'a assez connu pour donner son point de vue. Sauf que c'est la théorie, vers la fin c'est oublié, et on a plein de détails qu'il n'aurait pas pu savoir. Donc pour moi cela reste vraiment le point de vue d'Icare. Il n'y a pas trop de surprises, puisqu'on connaît déjà l'histoire, mais pour ce qui est des motivations des personnages l'auteur réussit quand même à en réserver quelques-unes.

C'est fait en sorte que le destin d'Icare soit la suite d'une continuité ; que dès bien avant les faits ils soit associé au ciel, à la légèreté, au vol. le début surtout est très symbolique et plutôt joli. Ca répond ausi à des questions bien légitimes sur les pensées d'Icare quand Dédale a tué son cousin Talos (rebaptisé ici Kalos parce que Talos le gardien de la Crète est aussi un personnage et les enfants auraient été confus, sans doute), et sur le tribut que la Crète impose à la Grèce... et globalement, même si sa personnalité n'est pas très marquée, il acquiert peu à peu une profondeur.

La situation politique est aussi un des sujets, même si je n'ai pas l'impression qu'il y ait de message clair. Dédale est un personnage déplaisant mais complexe, avec la double casquette de l'inventeur passionné et de l'ambitieux politique, qui aime son fils mais est déçu par lui... Thésée est trop idéalisé à mon goût (et Zeus aussi, dans les quelques lignes où il est mentionné). Ariane est touchante quand elle explique comment elle a pardonné aux grecs la mort de son frère (ce n'est pas juste pour Thésée !), mais mériterait d'être plus exploitée. En général, les persos féminins passent à la trappe. Sur les six jeunes hommes et les sept jeunes filles qui sont venus comme tributs avec Thésée, les deux qui ont une personnalité sont deux hommes, et seulement deux des filles sont nommées (dont la seule qui meurt). Phèdre ne semble pas exister, Pasiphae est toujours absente... A côté de ça, Talos est un personnage très important, mais j'ai l'impression qu'il a un rôle symbolique que je n'arrive pas à saisir, c'est un peu frustrant.

Parfois les personnages racontent des légendes qu'ils connaissent déjà sans raison apparente, pour l'exposition, et parce que l'auteur semble avoir envie de partager sa passion pour les mythes grecs.

En général, c'était une lecture agréable, mais rien ne m'a marquée profondément.
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (3)voir plus