AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005O3VM7S
Éditeur : Payot et Rivages (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
281 pages. Hommage de l'auteur sur la page de garde.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Woland
  11 novembre 2015
Edition revue et corrigée par l'auteur
Préface : Frédéric Pottecher
Iconographie réunie par Nicolas Bouvier
ISBN : ?
Edité au Club du Livre dans la série "Les Causes Célèbres", cet ouvrage s'attache à la grandeur et à la décadence d'un personnage pourtant peu connu de la "grande" Histoire mais dont l'éviction de l'entourage de Guillaume II, dont il fut l'intime, par la camarilla belliciste, a certainement joué un rôle - à retardement peut-être mais bien réel - dans le déclenchement de la Grande guerre. Ce personnage, c'est Philippe-Frédéric-Charles-Alexandre-Botho, comte, puis prince d'Eulenburg, mieux connu de ses familiers sous le surnom de "Fili". le Kaiser lui-même l'appelait ainsi.
Par ses ancêtres, il pouvait aisément se targuer de croiser les Hohenzollern dans leur arbre généalogique, voire de les précéder. C'est dire qu'il appartenait à une famille depuis longtemps en cour et dont les membres avaient servi la Prusse, puis l'Empire allemand, de façon exemplaire. Fili lui-même, après son temps réglementaire dans l'armée, entra dans la Carrière et fut ambassadeur dans nombre de capitales européennes. Mais, rien à faire, il préféra toujours Vienne, qui charmait ses goûts d'esthète pétri de culture. Quand éclatera "l'incident de Sarajevo", alors qu'il avait dû se retirer depuis longtemps de la vie publique mais était encore régulièrement poursuivi dans des procès qui, en fait, ne regardaient que ses préférences sexuelles et n'avaient aucun lien avec une quelconque trahison professionnelle, il trouvera encore le courage d'écrire à l'un de ses correspondants - je cite de mémoire : "Je me dis parfois que si j'avais encore été ambassadeur à Vienne à ce moment-là, j'aurais peut-être pu intervenir pour éviter ce drame immense ..."
Car Philippe d'Eulenburg était un pacifiste convaincu. S'il tenait - ce qui était bien naturel - à l'honneur de son pays, il ne vit jamais d'un bon oeil l'obligation belliciste que des courtisans et militaires de plus en plus nombreux tentèrent d'imposer à Guillaume II dès 1905 avec "l'Affaire d'Algésiras" et le discours furieux et tonitruant du Kaiser au Maroc. le fils de l'éphémère Frédéric III et de son épouse, Victoria du Royaume-Uni, le petit-fils par conséquent de la reine Victoria d'Angleterre et le neveu d'un Edward VII qu'il passa sa vie à exaspérer, était une personnalité histrionique non dépourvue d'intelligence mais d'une impulsivité, d'une fragilité de girouette que l'on peut, à bon droit, imputer en partie à la relation amour-haine qui l'unissait à sa mère. le futur Guillaume II aurait été un nourrisson en parfaite santé et même un fort beau bébé si les médecins qui avaient accouché sa mère ne l'avaient fait "à l'allemande" (alors que la princesse Vicky, comme on la surnommait alors, eût préféré un obstétricien britannique), ce qui démit complètement le bras droit de l'enfant. de surcroît - on se demande de nos jours comment la chose fut possible, surtout à l'égard de l'héritier du trône - la Faculté germanique mit quelques jours à s'en apercevoir (!!!) et quand elle le fit, il était trop tard : le bras de l'enfant devait rester atrophié à vie. Cette infirmité qu'on lui imposa eut sans nul doute nombre de conséquences sur le caractère et l'évolution du futur Kaiser mais le pire, pour lui, fut que sa mère la regardât avec mépris et même dégoût, tout à fait comme s'il était seul responsable de son handicap. down
Philippe d'Eulenburg compta très vite parmi les intimes du prince-héritier, puis du Kaiser. de santé assez fragile (et assez hypocondre lorsqu'il s'y mettait), il avait l'esprit plus fin que la moyenne de ceux qui entouraient Guillaume II, savait le faire rire, bien sûr mais aussi s'imposait à lui par son art pour la composition de vers gentillets et de mélodies qui charmaient le prince. Pendant des années et des années, Fili fut considéré par les envieux comme l'"éminence grise" de Guillaume II, mieux, comme celui qui tirait les ficelles de cette marionnette tonitruante à la moustache soigneusement effilée. Comme il était ami du Kaiser, Bismark, renvoyé dans ses foyers dès l'accession au trône du nouvel empereur, et toute sa famille, se défiaient de lui. Ce rêveur qui, il faut bien le dire, ne rechercha jamais les feux de la scène, se fit beaucoup d'ennemis dans le milieu courtisan, notamment chez les militaires qui redoutaient, à tort ou à raison, qu'il parvînt à détourner Guillaume II de l'idée de "la Grande Allemagne", forcément guerroyante et affamée de territoires nouveaux.
Nous le répétons, les militaires prussiens n'avaient pas tout à fait tort : Eulenburg était loin d'être lâche physiquement et moralement mais il n'était pas partisan d'une guerre avec, par exemple, la France. L'Entente cordiale, que le rusé Edward VII avait réussi à établir entre sa monarchie et la république française, n'y faisait rien, le recul du cousin Nicolas II, empereur de Russie, à Björkö non plus. Eulenburg se doutait bien qu'une guerre en Europe serait désastreuse et d'un modèle jamais vu jusque là. Et puis, déclarer une guerre, c'est facile. Faire la paix s'avère beaucoup moins aisé. Les événements d'ailleurs devaient donner raison à celui que, sur la fin de leur amitié, Guillaume II avait fait prince d'Eulenburg.
La camarilla militaro-belliciste attaqua par la presse - non, ça vous étonne ? - et l'intermédaire d'un chroniqueur incisif et brillant, Maximilian Harden, connu pour n'avoir jamais fait de cadeau au pouvoir, quel qu'il fût. D'origine juive - de son vrai nom, il se nommait Felix Witkowski - Harden était né pour la plume et l'article qui tue. Il est à la fois remarquable et consternant de constater que, dans sa vieillesse, il en vint à comprendre et reconnaître le tort que les principes guerriers qu'il avait si longtemps défendus avaient fait bien du tort à cette Allemagne qu'il vénérait tant. A sa décharge, on doit préciser que le paranoïaque Fritz von Holstein, ancienne éminence grise de Bismark et mis plus ou moins au rebut après le départ du vieux chancelier, se chargea d'exaspérer sa hargne contre Eulenburg en lui rapportant sur celui-ci des informations peu flatteuses. (Disons, grosso modo, que Holstein, avec sa tendance à croire que la terre entière complotait à son encontre, pensait qu'Eulenburg avait influé sur son renvoi. D'où désir profond de vengeance, qu'il mènera jusqu'au bout mais par personnes interposées.)
Comme, sur le plan de son service, on ne trouvait pas grand chose à reprocher à Fili, on l'attaqua sur ses moeurs. Certes, il était marié et avait au moins deux fils et, bien entendu, sa femme le soutint jusqu'au bout dans l'épreuve, ceci avec une grande dignité. N'empêche que Maurice Baumont, qui élude plus ou moins la question pendant l'essentiel de ce livre passionnant mais que ceux qui ne s'intéressent pas à L Histoire trouveront bien ardu, finit par admettre à mots plus ou moins couverts, dans le dernier chapitre l'ambiguïté sexuelle, discrète certes mais certaine, de Fili. Avant que Harden ne s'en mêlât, il n'y avait jamais eu de scandale. Mais des rumeurs avaient couru, vite étouffées. Or, il faut savoir que les pratiques homosexuelles étaient prétexte à paraître devant un tribunal pour n'importe quel Allemand de base. Vous imaginez alors sans peine le scandale de voir compromis, dans un procès de ce genre, l'ami intime de l'Empereur ...
Guillaume II, qui ne pouvait, dit-on, souffrir les homosexuels (mais qui tolérait à certains festins "entre hommes" de voir ses amis se déguiser en ballerines pour l'"amuser" ), ne mit pas longtemps à "lâcher" son cher, si cher Fili. En aucun cas la majesté du trône ne devait se retrouver éclaboussée par pareille fange. Disons-le tout net : le Kaiser ne fit rien pour aider son ami le plus cher, pire : il ne chercha même pas à s'expliquer d'homme à homme avec lui, ce qui lui aurait pourtant été facile. Il l'abandonna dans l'arène où il subit, seul ou avec un co-accusé comme von Moltke par exemple, plusieurs procès qui tenaient plus de l'inquisition de sa vie privée que de savoir si, réellement, il avait failli au service de son Empereur. Aux derniers de ces procès, on menait le malheureux en civière ...
Dès lors que Fili ne fit plus parti du cercle des intimes, les bellicistes, politiciens et militaires, eurent beau jeu d'étendre leur influence sur l'esprit du Kaiser. Celui-ci, outre son goût pour les déclarations fracassantes faites au plus mauvais moment , semble avoir été, en tous cas à partir d'un certain âge, de l'avis du dernier qui avait parlé. Et comme ce dernier lui conseillait la guerre ... Et puis, il y avait le jeu des alliances et cette poudrière éternelle des Balkans d'où allait jaillir l'étincelle décisive qui détruirait à jamais le monde façonné par Metternich et Talleyrand en 1815 et, qui pis est, embourberait l'Allemagne dans une telle ornière qu'elle ne croirait trouver son salut que dans une autre guerre. L'amateur d'Histoire ajoutera que la société qui est en train de se déliter sous nos yeux est l'héritière directe de cette Seconde guerre et que, de fil en aiguille, on peut remonter ainsi jusqu'à la guerre franco-prussienne de 1870 : poursuivant sans trêve, à travers les siècles, ses rêves de puissance militaire, économique, etc ..., la "Grande Allemagne", réunifiée depuis peu, tient actuellement, au sein de cette mascarade qu'est l'Union européenne, un rôle qui doit faire se retourner dans leurs tombes non seulement le Chancelier de Fer mais encore Guillaume II, Walter Rathenau, Hilter lui-même ... et bien certainement le pauvre Fili comme le malheureux Maximilian Harden. Quant à l'avis de Frédéric II de Prusse - Frédéric le Grand - sur la question, soyons charitables et abstenons-nous de le demander à ses mânes ...
"L'Affaire Eulenburg" est un ouvrage foisonnant, un peu lent en ses débuts, que je réserverais de préférence à celles et ceux qui connaissent bien l'Histoire de la Prusse et de l'Allemagne d'avant la Grande guerre. Les détails y fourmillent mais le non-initié aura parfois du mal à s'y reconnaître - j'avoue sans honte avoir relu quelques passages pour ne pas m'égarer moi-même. Il n'en demeure pas moins très intéressant et, dans le contexte actuel, montre bien les origines - d'ailleurs stupides et ridicules de petitesse par rapport aux désastres obtenus au final - de l'obsession de grandeur qui a, par deux fois déjà, conduit l'Allemagne à sa perte et massacré l'Europe.
Bref, un livre qui parle d'un passé bien lointain mais qui ne peut nous faire songer qu'à un avenir très proche. A lire. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
WolandWoland   12 novembre 2015
[...] ... La mémoire de Philippe d'Eulenburg reste lourdement chargée d'une accusation qui a terni l'éclat de son fier blason, constantia et virtute [= constance et bravoure]. "Avec l'aide de Holstein, Harden m'a fait passer pour un être taré." De fait, pour beaucoup de contemporains, son nom ne subsiste que grâce à la réalité du vice qu'il semble symboliser ; il demeure frappé d'un discrédit moral où se mêlent honte et dérision.

"Au spectacle des angoisses du pauvre Phili," écrit Bülow, "on ne peut s'empêcher d'évoquer le sort d'Oscar Wilde. Le poète dut subir la dure peine qu'esquiva le prince. Mais comme artiste, l'Anglais est supérieur à l'Allemand ; Le Portrait de Dorian Gray, Salomé, De Profundis, La Ballade de la Geôle de Reading ont une plus haute valeur artistique que les Skaldengesaenge et les Rosenlieder."

Doit-on voir un malade en cet homme de moeurs décriées ? Sans vouloir s'égarer dans les fâcheux bas-fonds de vilaines histoires, il est impossible d'éluder certaines questions scabreuses. Male olet. Harden et son avocat Bernstein ont recueilli les discours empoisonnés de la médisance, toujours prête à déverser l'outrage en propageant des fables scandaleuses ; ils ont pu ainsi lancer contre Eulenburg cent-quarante-cinq accusations ; contre lui, ils ont colporté les ragots d'une vile curiosité, attisée par la haine, qui prétendait montrer à nu l'âme dont elle arrachait les voiles, et leur réquisitoire ne s'appuyait souvent que sur l'absurdité calomniatrice des cancans.

Certes, il n'est pas indispensable de signaler les erreurs qui fourmillent dans les volumineux dossiers de "l'affaire Eulenburg." Douze-cent-cinquante pages in-folio représentent la documentation d'un seul procès, qui a aligné un nombre prodigieux de détails superflus, grotesques ou répugnants. "En fait d'inutilités, il ne faut que le nécessaire." Devant cet amas d'accusations, il suffira d'établir ce qui peut en subsister dans le cadre des sentiments humains, et malgré les dénégations systématiques derrière lesquelles se retrancha le prince : maître de ses secrets, il nia tout." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WolandWoland   12 novembre 2015
[...] ... "Tout dépend de la manière dont on fait envisager les choses au roi," déclarait jadis un aventureux personnage de Mina Von Barnhelm. D'esprit aiguisé, Eulenburg ne craint pas de dépasser le ton de la contradiction courtoise et du badinage. Il reproche à Guillaume II un zèle excessif pour les voyages, qui le fait accuser d'insouciance et de légèreté ; il lui signale ses imprudences et le danger de certains discours. Il possède l'habileté de tout dire sous le couvert de la louange : "Le don oratoire de Votre Majesté recèle un danger : qu'Elle en use trop souvent. L'excellent effet d'une allocution peut être détruit par un seul mot d'une seconde harangue. En étant économe de ce don, Votre Majesté obtiendra un succès centuple." Parfois il s'exprime plus librement. Pourquoi avoir écrit sur le Livre d'Or de Munich : "Regis voluntas suprema lex [= la volonté du souverain constitue la loi suprême"] ? La ville a vu deux fous se succéder sur le trône royal ! Holstein affirme à ce sujet : "Votre lettre est héroïque, de l'avis de Marschall et du Chancelier. Votre Sermon sur la Montagne est imposant."

Eulenburg est consterné à la vue du discours que l'Empereur a prononcé à Brandebourg le 24 février 1892 : "Je vous mène vers des jours magnifiques." Il écrit à Guillaume II que cette harangue "a aggravé la situation", et s'efforce de donner un tour agréable à une vérité pénible : "Le grand talent oratoire de Votre Majesté et sa manière captivent les auditeurs présents. Mais une autre image apparaît aux yeux du professeur allemand, jugeant froidement du contenu. Les temps où l'on ne devait pas discuter ce que disait un empereur sont passés. Votre Majesté donne trop souvent trop de publicité aux mots impériaux."

Eulenburg a été accusé de soutenir Guillaume II par courtisanerie dans ses fantaisies d'autocrate. Cherchant en tout à plaire à son maître, à flatter et à devancer ces désirs, ce courtisan, "le moins sincère, le moins scrupuleux, le plus dangereux de l'Empire" se serait ingénié à l'exciter contre la social-démocratie. Cette accusation ne semble pas fondée. Il est vrai qu'un incendie ayant éclaté dans l'été de 1899 en son domaine de Liebenberg, Eulenburg avait écrit à l'empereur : "Je crois que les social-démocrates sont à l'oeuvre pour semer le désordre", et il avait confié à Bülow : "Sa Majesté prétend que l'incendie a été allumé par des social-démocrates qui voulaient atteindre en moi son ami." Mais la même année, il s'affecte du langage exalté que tient l'empereur à la suite de grèves. "Pas d'amélioration à espérer tant que les chefs socialistes n'auront pas été fusillés ! Il faudrait une loi permettant de déporter aux îles Carolines tout social-démocrate." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : calomniesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1439 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre