AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253237450
Éditeur : Le Livre de Poche (16/05/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir.
Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi.
Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro.
Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du Mal.
Sur les traces d'un tueur psychopathe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
jujuramp
  14 mai 2017
Je referme LE JOUR DU CHIEN.
Rythmé, un vrai page turner qui va de révélations en révélations.
Je n'ai pas détesté mais je n'ai pas adoré non plus. Construit comme un thriller à l'américaine, j'ai trouvé que les personnages manquaient un peu de consistance.
Ou alors, ayant lu beaucoup de thrillers, les intrigues "classiques" me laissent maintenant de marbre?
Une lecture pas désagréable qui peut faire son petit effet. A voir votre degré d'exigence ...
Commenter  J’apprécie          442
artemisia02
  05 octobre 2017
Pris par hasard à la mediatheque intriguée par le titre et la couverture et la 4eme de couverture.
Je dois dire que je n'ai pas été déçue, bien au contraire, je ne connaissais pas du tout cet auteur et je suis ravie de cette découverte.
L'histoire est prenante et tient en haleine. Les rebondissements arrivent au bon moment et relancent l'intérêt et le cours de l'histoire. le suspense m'a empêchée de lâcher le livre.
Je me suis doutée d'un ou deux trucs mais je n'ai pas vu arriver le final. Un bon roman avec lequel j'ai passé un super moment.
Je vais continuer la découverte de cet auteur avec j'espère autant de plaisir.
Commenter  J’apprécie          361
canel
  03 juin 2018
On prend les mêmes et on commence pour de bon (avec le 1e opus, donc) cette série qui met en scène le médecin urgentiste Chris Kovak et le commissaire Armando Batista.
On ne peut pas dire que ces deux-là collaborent main dans la main quand les disparitions et les cadavres se multiplient autour d'eux, mais ils font du bon boulot, mine de rien, chacun de leur côté. Et on avance - à défaut d'arriver complètement, car oui, il faut le savoir, même à l'issue du 2e tome, on ne saura toujours pas qui... *
Mêmes protagonistes, à quelques-uns près - il faut bien que certains meurent, sinon, où est le suspense ?
Et même cadre : Paris et son gigantesque sous-sol labyrinthique (égouts, catacombes, métro...).
Comme avec 'La nuit de l'Ogre', j'ai apprécié les anecdotes sur l'Histoire parisienne - fascinantes !
Bernard Werber apparaît en fin d'ouvrage dans les remerciements, et la façon dont Patrick Bauwen enrichit son récit de petites infos scientifiques, historiques, socio-politiques, rappelle en effet l'auteur des 'Fourmis'. Le style d'intrigue fait également penser à Harlan Coben.
J'ai aimé également le rythme pêchu et le côté page-turner entretenu par l'alternance de cadres et de personnages entre les chapitres, et par quelques rebondissements surprenants.
Mais là encore j'ai pu déplorer des scènes trop spectaculaires et des invraisemblances.
L'ensemble est très cinégénique, cela dit !
* Un an à attendre, j'imagine ? D'ici là, j'aurai beaucoup oublié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Tostaky61
  20 mars 2018
Recette du thriller à  la façon Patrick Bauwen
Prenez un toubib, tentez de l'assassiner dans le métro,  là même où trois ans plus tôt sa femme fut poussée sous une rame par un dangereux psychopathe qui croupit depuis en hôpital psychiatrique.
Pendant 400 pages prenez le lecteur par la main, faites le frémir, rougir, brûler presque parfois.
Promenez-le dans les profondeurs de la terre, faites lui découvrir les catacombes et sa population hétéroclite.
Parsemez de produits stupéfiants,  hachez un peu de viande, histoire de pimenter le plat.
Laissez transpirer ce cher lecteur.
Baladez-le encore en brouillant les pistes.
Ne vous inquiétez pas d'éventuelles angoisses. Surveillez le coeur quand même,  faudrait pas qu'on le perde en route.
Prenez dix pages pour saupoudrer d'explications. Laissez mijoter.
Puis voici les dix dernières pages, un peu moins peut-être,  bouquet final. Cerise sur le gâteau.
Servez froid, ou chaud, comme il vous convient.
Soulevez le couvercle...
Surprise !
Avouez que vous ne vous attendiez pas à ça....
Régalez-vous
Vous m'en direz des nouvelles.
Ça s'appelle le jour du chien.
Vous en reprendrez ?
Moi, oui, sans hésiter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
stokely
  27 mai 2018
Voila le genre de livre que j'aime énormément, commencé hier soir à 19 heures et j'ai terminé ma lecture le lendemain après-midi. Une lecture qui se lit tellement rapidement malgré ses 428 pages.
Tout commence lorsque le médecin Chris Novak est victime d'une agression dans le métro lors d'une panne dans celui-ci, lors de l'enquête il va retrouver la femme qui était présente dans la rame avec lui et celle-ci va nouer contact avec Chris Novak.
Chris va prendre une balle lors de cette agression et être soigner par son beau frère qui travaille dans le milieu médical, lorsque Chris va revoir les images de son agression il va avoir un choc car Djinn son ex-femme décédée depuis plusieurs années est présente sur la vidéo de cette nuit.
Une lecture rythmée qui nous entraine dans le métro parisien, les catacombes etc... Pas de temps mort, des rebondissement sans cesse présents, des chapitres courts, tout est fait pour rendre cette lecture addictive.
J'ai la suite La nuit de l'ogre dans ma pile à lire et je ne vais pas tarder à le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   31 juillet 2017
Le Français Patrick Bauwen a deux passions : pratiquer la médecine d’urgence et écrire des thrillers décapants. Ses lecteurs sont servis cet été avec la sortie d’un roman coup-de-poing qui expose sans détour les dérives des réseaux sociaux et les squats du sous-sol parisien.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   01 juillet 2017
Il y a des polars à connotations sociologiques, historiques ou géopolitiques qui incitent à la réflexion, d'autres sont de purs divertissements. Pour notre plus grand plaisir, ce récit haletant appartient à cette dernière catégorie.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel   01 juin 2018
Les années de formation en médecine ne sont pas faciles. On raconte que les étudiants sont cool, que tout le monde couche avec tout le monde, mais c'est faux. La coolitude s'arrête à l'entrée du service, quand le vieux patron fait sa visite et vous interroge. A l'entrée de la salle de staff, quand vingt chirurgiens attendent de savoir comment vous allez résoudre le prochain cas. A l'entrée de la salle de garde, quand il faut faire comme les autres internes : gentiment harceler les filles, rigoler des blagues graveleuses, et montrer son cul. Le monde médical est peut-être cool, mais la sexualité y est régie par des codes, comme partout, et l'homosexualité n'en fait pas partie. Sam ne compte plus le nombre de ses amis qui ont préféré se marier avec une femme pour vivre leur double vie tranquille.
(p. 146-147)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
canelcanel   02 juin 2018
- Fénétylline ? Qu'est-ce que c'est ?
- On l'appelle aussi Captagon. Certains terroristes en consomment avant de commettre leurs attentats, du coup on l'a surnommée 'drogue des djihadistes'. Sa production a explosé depuis le conflit en Syrie en 2011, mais elle n'est pas récente. C'est une drogue ancienne revenue à la mode.
[...]
- On en trouve en France ?
Le biologiste hausse les épaules.
- En principe, non. Mais le Captagon circule en Europe de l'Est et dans tout le Proche-Orient. Fabrication artisanale, pas cher à produire, ça ne doit pas être bien difficile d'en commander sur Internet.
- Quels sont les effets ?
- Un sentiment de puissance. Résistance à la fatigue, vigilance accrue, perte de jugement. Et agressivité aussi, si on en consomme en trop grande quantité. On a l'impression d'être le roi du Monde. A la base, il s'agit d'une drogue récréative, les footballeurs en prenaient régulièrement dans les années 80, tout le milieu artistique y a goûté.
(p. 283-284)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
canelcanel   06 juin 2018
Mmm. Il adore cette histoire. Il se la raconte souvent à lui-même, imaginant les scènes et une multitude de variantes. Au XVIe siècle, rue des Marmousets, Barnabé Cabard le barbier et son complice Pierre Miquelon le pâtissier travaillaient de concert. Le premier se chargeait de trancher la gorge de ses clients, de les démembrer et de leur ôter la peau, puis il faisait glisser les quartiers de viande dans la cave du second qui en travaillait longuement les meilleurs morceaux afin de confectionner ses célèbres pâtés en croûte. Le roi Charles VI, dit-on, s'en serait régalé plus d'une fois à son insu.
(p. 187-188)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
canelcanel   03 juin 2018
Peu de gens s'en rendent compte, mais Paris n'est que le couvercle d'une autre ville aussi vaste. Entre les réseaux des égouts, du métro, du téléphone, les galeries électriques, les parkings, les innombrables caves, les abris datant de la Deuxième Guerre mondiale et les Cata[combe]s, ce sont des milliers et des milliers de kilomètres qui grignotent le sous-sol.
Catacombes n'est pas le terme exact, d'ailleurs, puisqu'il s'agit des anciennes carrières de Paris. [Il] a lu quelque part que si elles existaient, c'était parce que l'homme les avait exploitées durant deux mille ans : gypse, calcaire pour les églises (comme Notre-Dame), craie, argile pour les tuiles (qui a donné le nom des 'Tuileries'), à ciel ouvert d'abord, enterrées par la suite. Elles sont devenues les Catacombes seulement au XVIIIe siècle, lorsque les cimetières surchargés de Paris vomissaient littéralement leurs morts à la figure des habitants.
A l'époque, les gaz de décomposition étaient tels qu'ils filtraient à travers les murs et éteignaient les chandelles de suif. Les parois des caves cédaient en déversant des tonnes de cadavres. Les autorités décidèrent de transférer les corps, ou plutôt leurs restes, dans les carrières inactives.
Ainsi naquirent les Catacombes. Un empire de ténèbres à l'odeur fade d'humidité, au sol parsemé de trous et de crevasses à température constante, été comme hiver, ni trop chaude, ni trop fraîche. Une cité des morts, vingt mètres sous les vivants, totalement coupée du monde des télécommunications.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   05 mars 2018
Les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas nombreux. Ils sont puissants et tentaculaires, leurs ramifications internationales vont bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Aujourd'hui, on lance une maladie, et le traitement qui va avec, comme on lance une marque de jeans. (...)
Mais ce serait complètement idiot de diaboliser les laboratoires. La vérité est que si vous voulez des médicaments performants, novateurs, qui vont vous soigner pour de bon, il faut investir, et donc gagner de l'argent et faire du commerce. C'est comme ça. Ou bien retourner à l'âge des cavernes et se soigner avec des feuilles d'ortie. Bienvenue au XXIe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Patrick Bauwen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bauwen
On vous présente aujourd'hui une série d'interviews pour la fête de la musique. Ils nous ouvrent leur bibliothèque musicale !
Rencontrer à l'occasion de la sortie de son nouveau roman "la nuit de l'ogre" aux éditions Albin Michel, Patrick Bauwen nous dévoile ses secrets d'écriture, de réflexion et de lecture.
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
autres livres classés : CatacombesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1368 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .