AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226190600
Éditeur : Albin Michel (07/01/2009)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.83/5 (sur 399 notes)
Résumé :
Mon nom est Paul Becker. Je suis médecin. Je vis dans une petite ville, en Floride. J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime. Une existence ordinaire. Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable.

L’un de mes patients l’a perdu dans mon cabinet. Un homme étrange. Dangereux. Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule. Complots. Meurtres. Disparitions. Toutes mes certitudes vont s’effondrer. Pourquoi je vous raconte tout ça? C’est très s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
Cette critique peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Hugo
  08 septembre 2016
Je vous ai raconté la dernière fois, et ce exceptionnellement une tranche de ma vie, chose complètement cheloue vous en conviendrez compte tenu de la teneur de ce site on ne peut plus littéraire, ou concrètement il est de bon aloi de rédiger une bonne vieille critique d'un bouquin que l'on vient de lire… p'tête bien que vous avez rien à branler hein, moi de même je vous dirais, donc continuons sur cette lancée masturbatoire pour rentrer dans le vif du sujet…
L'autre jour je vous faisais donc part d'une expression très bizarre que ma fille a inventé :
« La bête elle pique au mur papa ? »
Nous étions donc dans le salon bien affalés, moi très absorbé par une activité intellectuelle des plus téléphonique ou après une analyse on ne peut plus poussée de la situation, je dois mettre en oeuvre une stratégie des plus sophistiquée pour fumer mon adversaire… du coup J'utilise beaucoup les petits barbares, pas très efficace contre les dragons certes, mais la sorcière y passe à tous les coups, une aubaine pour mon géant qui terrasse ses tours de ses poings de géant, la belle affaire, en plus si je perds, il va se marrer le mec d'en face, et comme il n'y a pas le smiley « enculé », je suis obligé de rester digne et ça m'emmerde voyez-vous, un bon vieux « fils de pute » envoyé en guise de félicitations me semblerait plus en adéquation avec mon humeur de bon perdant… Donc bon je jouais tranquilou quand ma fille débarque en roulant du cul pour nous dire avec insistance :
- Gwenn elle a vu une mouche au mur
- Très bien soit mon bébé, mais les mouches ne font pas de mal
- Papa ya une mouche sur le mur
- Oui j'avais bien pigé la première fois doudounette, mais bon hein on s'en branle un peu
- Papa ya une mouche au mur
Devant son insistance qui te cogne un mal de crâne des plus audacieux, ni une ni deux, j'essaie de ma décoller de mon canap
- Papa ya une mouche au mur
- Oui oui j'arrive
Je m'approche tranquilou du fameux mur en question pour y jeter un coup d'oeil :
- Oh putain de sa raceeeeeeeee, oh putain de merde elle est énorme…
me voilà plein de courage debout sur la table basse à une distance raisonnable pour éviter tout sautage sournois à la gueule…
Ce n'est pas possible elle a fait de la muscu ou quoi ? Faut voir la bête de phobie que ce n'est pas, Là je vous parle de la mygale de France, huit énormes pattes, et un corps trop balaise pour ma témérité… du coup ma fille a flippé sa race devant le courage de son papa, en chouinant dans mes pattes…
- Allez un peu de courage mon ange, va la fumer pour papa tu veux…
Rien à faire c'est une peureuse… alors il fallait la jouer discret tu vois, pour chopper l'aspi à proximité de la bête, impossible d'envisager une collocation avec un truc comme ça planqué quelques part en attente de me sauter à la tronche…
- Merdeeeee elle bouge la salope
L'aspi est branché, la rallonge au max :
- Ahhhh l'attaquueee
Pff mais comment je l'ai fumé, elle n'a rien vu venir, j'ai laissé tourner le moteur un moment pour qu'elle est le tournis voir qu'elle crève rapidement… Alors soyons très clair je ne tu pas les insectes dans la mesure ou il ne représente pas un danger potentiel pour ma virilité mais là c'était elle ou moi…
Du coup le soir ma fille était en boucle :
- Elle est plus là la bête qui pique au mur ?
- Non papa était là et il lui a fait sa fête…
- Papa elle est plus là la bête qui pique au mur ?
- Ok bonne nuit mon coeur
Pour le bouquin, on dirait du "Harlan Coben" à la Française
Des chapitres courts et efficaces
Perso quand je lis le soir tard, je me fixe des objectifs :
allez encore un chapitre et au lit
allez je vais jusqu'à la page 200 et au lit
Mais avec "Monster" ça n'a pas marché, à chaque fois on a envie de continuer, il y a toujours un truc qui repousse l'échéance jusqu'à la dernière page...
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4428
SMadJ
  21 décembre 2014
Légère déception sur ce livre. Il est bon mais il n'est pas excellent. La faute à des personnages et des situations stéréotypés, ce qui n'est pas grave en soi, mais qui ne transcendent jamais leur modèles ni leurs acquis pour les emmener plus loin.
En effet, Bauwen, pour ce bouquin, s'abreuve énormément dans le lit de la littérature horrifique des années 80 où les tueurs étaient toujours assez exceptionnels physiquement et/ou mentalement (voir les King, les Koontz, les Masterton ou les Straub pour ne citer que ceux-là) en tentant de les remettre au goût du jour de notre XXIeme siècle via le thriller mais en perdant de leur superbe au passage, notamment sur le personnage de Kosh le magicien, hybride entre un Marilyn Manson et un clown contorsionniste.
Ce qui a superbement fonctionné sur "Seuls Les Vautours" de Nicolas Zeimet peine plus à convaincre ici.
Non pas que le bouquin soit mauvais, loin de là. Il est même difficile de le lâcher tant il remplit bien sa fonction de page-turner. C'est juste qu'on attend tellement plus d'un Bauwen.
L'auteur maitrise bien les ficelles et les rebondissements de son histoire, nous emmenant là où on ne l'attend pas. Mais il manque la petite flamme ou le twist qui font les grandes histoires. On voit trop vite et trop bien venir les emmerdes tomber sur le héros, Paul Becker. Sans réussir à se passionner ou s'inquiéter pour ce dernier.
La narration est alerte mais n'appuie pas assez sur l'empathie que l'on devrait ressentir au vu des pérégrinations de ce pauvre bougre.
3/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          446
Crossroads
  05 décembre 2010
Là je dis oui MONSIEUR!!!!!Le titre est a la hauteur du plaisir pris a devorer ce bouquin : monstrueux!!
Un style vif , incisif .Des chapitres nerveux , ecrits au scalpel (quoi de plus normal pour un medecin..).Tu crois deviner le pourquoi du comment et bam , nouveau rebondissement!!Cela faisait bien longtemps qu'un bouquin ne m'avait tenu en haleine (qui a dit de poney?!) comme celui-là!!Bowen a l'art de clore les chapitres en attisant la curiosité comme personne!!Impossible à lacher , on se dit qu'on arrete au prochain temps mort , qu'il va bien y avoir un moment de flottement mais que nenni , ce bouquin est une veritable avalanche detruisant tout sur son passage , y compris votre cycle de sommeil!!moi , si j'ai pas mes 12 h , j'suis qu'a 50% de mes capacités qui sont deja pas enormes...
Le petit plus de m'sieur Bowen , c'est d'offrir une fin qui tient la route et qui est loin d'etre baclée a l'instar de bon nombre d'auteurs , pas de nom , suivez mon regard dixit Dalida..
Bon , pour ceux qui en douteraient encore , j'ai adoré...si , si , a tel point que je redoute la lecture du prochain roman qui risque de me paraitre bien fade...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
manU17
  27 janvier 2015

Si c'est au fait de ne pas parvenir à le lâcher qu'on reconnait un bon thriller, Monster en est assurément un.
Patrick Bauwen m'a embarqué avec son héros dans un engrenage infernal dont je me demandais à chaque page comment il allait parvenir à s'en sortir.
Paul Becker, médecin, marié et père de famille, mène une petite vie tranquille dans une jolie banlieue de Floride. Un soir, un patient violent laisse tomber son portable. Pour Paul qui va le retrouver plus tard, le cauchemar ne fait que commencer.
Au péril de sa vie, il est aspiré dans une incroyable spirale d'emmerdements et de retournements de situations qui semble ne jamais avoir d'issue. Entre réseau pédophile, faux-semblants et fantômes du passé, Paul n'est pas au bout de ses surprises.
Patrick Bauwen prend un plaisir jubilatoire à ne pas ménager son héros pour la plus grande satisfaction de son lecteur. le genre de livre dont il faut dire le moins possible au risque de gâcher l'effet de surprise.
Monster, six cent pages qui défilent à cent à l'heure !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
canel
  27 janvier 2015
Médecin urgentiste, Paul Becker soigne un soir un drôle de type amené par son copain flic, Cameron Cole. le patient se rebiffe. le lendemain, Becker trouve un téléphone tombé dans la bagarre ; les photos qu'il contient laissent supposer que le gars trempe dans de sordides affaires de pédophilie. Et voilà notre médecin pris dans une avalanche de tuiles qui vont toucher son boulot, sa femme, leur fils, et même son père - le grand absent de ses jeunes années.
Français vivant aux Etats-Unis, Patrick Bauwen écrit des scénarios à l'américaine et n'hésite pas à donner dans la surenchère. Intrigues alambiquées avec action, baston, sauvetages miraculeux in extremis, situations improbables et rebondissements abracadabrants. L'avantage : 'Monster' est un bon page-turner que vous boulottez en deux jours même quand vous êtes censé avoir plein d'autres choses à faire. L'inconvénient : un sentiment d'agacement croissant à la lecture.
Je m'aperçois d'ailleurs que j'oublie très vite ce type de roman puisque je suis incapable, deux mois seulement après avoir lu 'Les fantômes d'Eden' (4e opus de la série), de me souvenir du sort De Claire et de Billy, forcément évoqué au moins en quelques lignes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations & extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   20 janvier 2015
Avant, on passait des heures en famille à classer nos clichés dans de grands albums en carton qui sentaient bon la colle Uhu. On les oubliait au fond d'un placard, puis on les rouvrait lors d'une fête ou d'un anniversaire, un verre à la main, en se remémorant des anecdotes débiles.
Aujourd'hui, chacun a la possibilité de faire défiler sa vie entière d'un simple clic, tout seul devant son moniteur.
Et on appelle ça le progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
verobleueverobleue   08 novembre 2010
Elever des gosses, poursuit Cameron, c'est comme de vouloir traverser l'autoroute à pied. Tôt ou tard, tu te fais aplatir comme une crêpe. Comme tu le sais, mes gamins vivent avec mon ex. Elle leur raconte constamment que je suis un looser. Quand je vais les voir, mon fils pique du fric dans mon portefeuille et ma fille m'ignore. L'autre jour, elle a râlé pour que je lui paye un téléphone portable. Je lui ai dit qu'elle était trop jeune. Tu sais ce qu'elle m'a répondu?
-Non.
- "Je suis bientôt une pré-ado, papa. Tu vas en chier."
Je souris le nez dans mon verre.
-Il n'y a pas de quoi rire, mon vieux. Lorsqu'ils sont bébés, tu les aimes comme un fou. Tu ferais n'importe quoi pour eux. Mais dès qu'ils grandissent, ils trouvent que ton affection devient lourdingue, que tu leur colles la honte devant leurs copains. Et tu te retrouves tout seul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
catscicatsci   29 juillet 2012
Je contemple à nouveau l'appareil. Il est allumé. J’envisage de téléphoner à Cameron pour le prévenir que Monsieur Tout-Nu a oublié son gadget chez moi. Mais je n'en ai pas le temps, parce que le cellulaire se met soudain à sonner dans ma main.
Je sursaute.
Une seconde s'écoule. La sonnerie, encore. La cadran affiche "numéro masqué".
Zut. Je fais quoi?
Nouvelle sonnerie. J'hésite, puis je la commets.
L'erreur la plus stupide, la plus imparable de toute ma vie.
Je décroche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
SiabelleSiabelle   30 octobre 2014
Cameron a songé que les mains de l’avocat ressemblaient à deux tarentules. S’il avait pu, il les aurait volontiers écrabouillées à coups de tiroir en fer. Bien entendu, a poursuivi Garner, j’ai libéré M. Smith.
Aucune charge n’a été retenue contre lui. Cameron n’était pas étonné outre mesure.
- Donc vous classez l’affaire ? a-t-il demandé.
- Oui.
- Alors qu’est-ce que je fais dans votre bureau ?
- Maître Barton Fuller, ici présent (le propriétaire des tarentules
a hoché gravement la tête en entendant prononcer son
nom), déclare que son client a subi des brutalités policières
injustifiées.
- C’est un pléonasme, a répondu Cameron.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cabocharde85cabocharde85   28 février 2011
A l'aéroport Charles de Gaulle, je me suis perdu. Il n'y avait pas de plan pour m'orienter et les indications affichées sur les panneaux étaient erronées. Dehors, j'ai vu un type enguirlander un policier en uniforme alors qu'il le verbalisait pour stationnement interdit.
J'ai compris que l'Amérique était loin.
Chez moi, personne n'aurait pris le risque de s'adresser ainsi à un représantant de l'ordre. Il y aurait eu des directives claires pour trouver son chemin. En me voyant perdu un plan à la main, quelqu'un se serait spontanément arrêté pour m'accompagner jusqu'à la station de taxi la plus proche.
J'étais en terre étrangère. Un pays où l'on pouvait passer trois heures à table (parfois plus, je l'avais lu dans mon guide) et prendre cinq semaines de congés par an (alors que l'Américain moyen n'a droit qu'à deux, et se contente souvent d'une).
J'étais largué, loin de mes habitudes culturelles et de ma famille.
J'ai adoré ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Patrick Bauwen (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Bauwen
Le jour du chien de Patrick Bauwen aux éditions Albin Michel
Les ténèbres sont mon domaine. le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal. Sur les traces d'un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l'Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L'Oeil de Caine.
http://www.lagriffenoire.com/75240-divers-polar-le-jour-du-chien.html
Vous pouvez commander le jour du chien sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .