AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749914329
Éditeur : Michel Lafon (19/05/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Regards accusateurs quand l'ascenseur refuse de décoller ou qu'on ose s'asseoir dans le métro, commentaires acides des vendeuses de prêt-à-porter ou gêne du recruteur qui n'ose pas vous dire pourquoi réellement vous n'avez pas le "profil" de l'emploi : être ronde n'est pas facile tous les jours. Plutôt que de se lamenter sur ses kilos en trop, Marie a décidé d'en rire. De la gaine miracle aux péripéties de la cyber-drague, des éternels régimes aux belles rencontres ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Sakalivres
  21 février 2016
J'ai adoré cette lecture!
Avec énormément d'humour et de lucidité, Marie B. dépeint avec beaucoup de véracité le quotidien d'une femme ronde, enrobée, grosse, obèse. Il ne s'agit pas d'une Scarlet Johansson aux seins et aux hanches généreuses, ou d'une Kim Kardashian au popotin pornographique, mais des femmes en réel surpoids, celles dont on se moque dans la rue, ou qu'on juge inexorablement en la voyant vider son caddy au supermarché, en traquant l'aliment gras sur le tapis roulant.
Dans son livre, Marie B. parle des blessures de l'enfance, des difficultés pour s'asseoir sur les sièges minuscules des bus, des métros, les ascenseurs parisiens ou l'on entre de profil, ceux plus larges qui ont pourtant du mal à décoller, des amoureux qui n'assument pas, des dragueurs de rue qui vous traitent de grosse moche si vous ne vous retournez pas, des nutritionnistes traumatiseurs d'enfants, des bonnes volontés parentales qui vous mettent au régime en vidant tous les placards, sans oublier le communautarisme virtuel.
Ce témoignage je l'ai aimé, parce que j'ai vécu chaque situation décrite dans ce livre au moins 1000 fois. Je pense d'ailleurs avoir rencontré le même médecin nutritionniste traumatiseur de petit gros, à l'Hôpital Trousseau.
Marie B. parle avant tout d'acceptation au sein de la société. Et ça, je suis pour à 200%.
L'obésité ne doit pas être encouragée, mais c'est un problème de société qu'il faut accepter. Oui, c'est une maladie. Non, ce n'est pas qu'une question de volonté. Pourquoi n'aurais-je pas le droit de m'habiller comme tout le monde? Pourquoi suis-je obligée de me cacher dans un minuscule rayon au fin fond du magasin, entre les chaussettes et les femmes enceintes? Pourquoi les tourniquets ridiculement étroits du métro m'obligent-ils à passer au portail "poussettes" et handicapés? Pourquoi les restaurants mettent-ils systématiquement des chaises à accoudoirs qui compriment mon derrière trop large, et encore quand il peut y entrer? Pourquoi les toilettes des TGV ont-elles été crées pour Kate Moss? Pourquoi ne puis-je pas attacher ma ceinture dans certaines voitures?
Alors, oui, je suis pour que la société reconnaisse les difficultés du quotidien pour plus d'un milliard et demi de personne dans le monde et qu'elle s'y adapte. Et oui les voir ainsi exposées dans un livre à la vue de tous ces gens qui ne réalisent pas, qui ne se posent même pas la question parce que ça ne les concerne pas, ça me fait plaisir.

Si vous êtes en surpoids, ou si vous connaissez quelqu'un qui l'est et que vous avez envie de mieux le comprendre, je vous conseille Ma vie est belle en XXL. Un livre très réaliste à la fois drôle, tendre et touchant.
Lien : http://www.sakalivres.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SakalivresSakalivres   21 février 2016
Au fil des années, une autre habitude m'est venue... À la rentrée des classes, tous les ans, mon premier réflexe était de "vérifier" le physique de mes camarades. En colonie de vacances, mon "scrutage intensif" commençait sur le quai de départ. Évidemment, j'étais systématiquement la plus dodue. Les filles in m'ignoraient totalement, les filles considérées un peu out étaient sympas avec moi. Quant aux garçons... j'étais invisible, juste la grosse dont on peut se moquer, celle à qui ils disaient : "Demande à Bidule si elle ne veut pas sortir avec moi." Au mieux j'étais la "copine" avec qui tout le monde se marre, au pire, j'étais la "cible", mais jamais celle qui intéressait les garçons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SakalivresSakalivres   21 février 2016
Ce qui m'énerve le plus, je crois, c'est de voir des gens loucher dans mon assiette, au boulot ou au restau. J'ai toujours l'impression qu'ils sont en train d'évaluer la quantité de nourriture que j'ingurgite en pensant : "Elle ne mange pas tant que ça, en fait, comment ça se fait qu'elle soit grosse?", ou : "Ça, ça et ça, il ne faut pas que j'en mange, sinon je vais finir comme elle." On devrait presque se cacher pour manger maintenant, on est sans arrêt obligé de se justifier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : surpoidsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre