AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Josephine2


Josephine2
  12 mars 2015
On fait d'abord la connaissance de Charonne, petite fille de 6 ans, adoptée par un couple, Régis et Gladys, parents qui décident, au bout d'un an, de rendre leur fille à l'adoption, car ils ne la supportent pas et la négligent. En fait, au sein de cette famille, Charonne détonne complétement. Elle est noire, a les cheveux filandreux et surtout est très grosse. Elle est boulimique. Mais comment ne pas le devenir, lorsque l'on a des parents qui ne vous aiment pas, un grand-père, Charlie, qui vous emmène, lors de ses promenades, dans des cafés où le racisme y est légion et où elle est sans cesse critiquée ?

Charonne vit entourée de vieux, qui ne se gênent pas pour faire part, devant elle, de leurs états d'âme et de leurs problèmes intestinaux, de prostate, j'en passe et des meilleurs. Seule sa grand-mère, Nelly, fait exception. C'est la seule qui semble s'y intéresser un peu et l'aimer à sa façon.

On découvre également que Charonne a appris à lire très vite et ce, grâce à un fantôme qui vient lui rendre visite la nuit, dans le bureau et avec qui elle va lier une relation amicale. C'est l'exutoire qui lui faut pour ne pas sombrer dans la déprime. A travers ce portrait, on connaîtra les sentiments de Charonne qui n'est dupe de rien, qui est à bonne école pour se forger une carapace redoutable, lors de ses pérégrinations avec son grand-père, et de son évolution au sein de cette famille atypique.

C'est certain, elle ne manque de rien, elle n'est pas maltraitée, mais comment survivre à un deuxième abandon, et à un manque total d'amour ?

La deuxième voix est celle de la grand-mère, Nelly. Elle ne supporte pas de vieillir, elle qui était si belle, si adulée par les hommes, jalousée par les femmes. Elle porte un regard sans complaisance sur elle-même et sur le fait de vieillir, également en ce qui concerne Charlie. On connaîtra tout de sa sexualité, à travers ses deux maris. Rien ne nous est caché. Elle raconte également les rapports qu'elle a créés avec sa petite-fille, qu'elle apprend à aimer et qu'elle trouve très belle, malgré son obésité. Elle explique également les relations entre Régis et Gladys, enfants respectifs de la famille recomposée et qui se sont mariés entre eux. D'ailleurs, ceux-ci n'ont pas pardonné à leurs parents leur mariage, et ils font vivre à Nelly et Charlie un vrai calvaire. Ils ne sont satisfaits de rien, alors qu'ils n'ont jamais eu à se battre pour vivre, la famille ayant des biens leur permettant de ne pas travailler.

Le troisième portrait est celui de Gladys, fille de Nelly et du premier mari de celle-ci, Fernand. C'est une fille mal dans sa peau, qui ne trouve pas sa place dans ce monde. Tout est la faute des autres, si cela ne se passe pas bien avec Charonne, c'est elle qui fait tout pour que Gladys ne puisse l'aimer. Sa mère, son père et ensuite son beau-père sont responsables de son désamour d'elle-même, de la vie. Pourtant, elle a tout pour être heureuse. Elle ne manque pas d'argent, elle a un certain talent pour la décoration, mais cela ne suffit pas. Elle fait peser sur sa famille tout son venin. Elle est aigrie, déconfite. Elle ne ressent que du dégout et du mépris pour tout le monde. Elle seule est sincère. Elle part pour de longs voyages avec son mari, revient vivre chez ses parents, mais là non plus, elle n'est pas satisfaite. Tout ce qu'elle fait, elle le fait pour faire du mal à sa mère et à son beau-père, même si c'est à son détriment. Elle passe à côté du bonheur.


Ce roman est atypique, un langage corrosif et caustique, franc du collier, sans concession, aucune, lui donne toute sa force, le tout est très cohérant, on rit à certains passages, bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé !
Commenter  J’apprécie          220



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (20)voir plus