AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707321404
156 pages
Éditeur : Editions de Minuit (14/10/2010)
3.67/5   15 notes
Résumé :
Il est regrettable que les critiques ne recourent pas plus souvent aux changements d'auteur, qui permettent de découvrir les œuvres sous un angle inhabituel. Attribuée à un nouvel auteur, l’œuvre demeure certes matériellement identique à elle-même, mais elle en devient dans le même temps différente et prend des résonances inattendues qui enrichissent sa perception et stimulent la rêverie.
On imagine les effets positifs que pourrait avoir l'extension de cette ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Charybde2
  19 mars 2013
Une nouvelle facétie de méta-littérature par Pierre Bayard, particulièrement réussie !
Dernier livre en date de Pierre Bayard, qui poursuit sur la lancée du "Comment améliorer les oeuvres ratées" (2000) et du "Plagiat par anticipation" (2009) en se proposant cette fois, dans la tradition du Pierre Ménard de Borges, de "relire" certaines oeuvres en ayant changé leur auteur.
Après avoir "préparé le terrain" de son projet en nous entraînant à sa suite dans les auteurs inconnus (Homère était-il en fait une écrivaine, avec Samuel Butler ?, Edward de Vere était-il Shakespeare ?), dans les attributions spéculées (Dom Juan, de Pierre Corneille) ou dans les doubles littéraires (Gary / Ajar, Vian / Sullivan, ou le plagiat surréaliste par anticipation de Lewis Carroll), il nous conduit dans le vif du sujet... "L'Etranger" de Kafka ou "Autant en emporte le vent" de Tolstoï sont bons, mais à la limite un peu évidents. Les choses se corsent, et deviennent franchement hilarantes avec l'échange des deux Lawrence de "L'amant de Lady Chatterley" et des "Sept piliers de la sagesse", puis avec "L'éthique" de Freud et "Le cuirassé Potemkine" d'Hitchcock.
Parmi d'autres, deux exemples issus de ces analyses, toujours aussi sérieuses en apparence, et toujours aussi drôles :
"Aussi étrange que des textes comme "Totem et tabou" ou "Moïse et le monothéisme", l' "Ethique" nous révèle ainsi un autre Freud, plus secret, moins scientiste que le Freud officiel, contempteur de la religion, un Freud qui s'efforce de dépasser les contraintes de la science pour retrouver ses racines juives et tenter de réconcilier la psychanalyse avec une forme minimale de croyance."
Ou encore : "Il y a donc bien une veine historique d'une grande constance dans l'oeuvre de Hitchcock, même si elle n'est pas prédominante. Ne voir en lui, comme on le fait la plupart du temps, qu'un cinéaste désincarné et an-historique, préoccupé essentiellement de raconter habilement des histoires policières et de mettre en scène des blondes énigmatiques, relève donc d'une profonde méconnaissance de son oeuvre."
Un grand Bayard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gielair
  11 octobre 2019
Pierre Bayard, critique littéraire iconoclaste, marche dans les pas de Borges qui nous avait offert un surprenant Pierre Ménard, auteur du Quichotte. Portant plus loin son regard ludique sur la littérature, posture développée dans des ouvrages comme Comment améliorer les oeuvres ratées? ou Comment parler des livres que l'on a pas lus?, Bayard redonne encore ici au lecteur un pouvoir de création en libérant toute la potentialité que recèle la réattribution des oeuvres à de nouveaux auteurs.
Si l'essayiste nous amène dans cette analyse à revoir certaines manipulations biographiques ou créations de pseudonymes issues d'interventions de quelques écrivains sur eux-mêmes (Émile Ajar ou Vernon Sullivan, par exemple), il nous offre également une réflexion sur des théories concernant l'origine de certaines oeuvres comme L'Odyssée (récit écrit par une femme), les pièces attribuées à Shakespeare (ou à Édouard de Vere, un comte d'Oxford) ou celles signées Molière (qui auraient pu l'être par Corneille). Poussant encore plus loin la démarche révélée ici, il se permet d'explorer de nouvelles réattributions, comme L'étranger de Franz Kafka ou Autant en emporte le vent de Tolstoï, expliquant à chaque fois comment ce nouvel auteur vient teinter la lecture du texte original, comment on peut y reconnaître sa plume, sa façon de faire, l'univers de ses personnages comme ses thématiques récurrentes. Puis, dans un nouveau saut qualitatif, Bayard abat certaines frontières théoriques et envisage le Cuirassé Potemkine d'Alfred Hitchcock ou le Cri de Robert Schumann. Délectable.
On pourrait croire que Pierre Bayard a bien choisi ses pairages oeuvres-auteurs pour mieux illustrer ses thèses et dégager ainsi la puissance critique qui peut s'exprimer par le changement d'auteur. C'est probablement le cas, mais dans la mesure où à la fois l'oeuvre et l'auteur appartiennent à ce que lui-même appelle la bibliothèque collective (l'ensemble large de tous les livres déterminants sur lesquels repose une certaine culture à un moment donné) ou encore la bibliothèque virtuelle (un espace ludique de communication sur les livres dans lequel il est admis de parler de livres non lus ou seulement parcourus), on pourrait imaginer que tout pairage puisse révéler, par une nouvelle lecture, un potentiel critique novateur, un regard différent, un angle propre, venant encore confirmer que la lecture constitue un acte foncièrement créateur.
Bayard m'aura encore fasciné par ce curieux essai où la théorie érudite est poussée vers le jeu littéraire, où la thèse exprimée devient ludisme créateur.

Lien : http://rivesderives.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Liligoth
  28 avril 2011
Une écriture toujours aussi agréable et des références toujours aussi variées, mais le contenu est, ma foi, plus sujet à caution que son ouvrage "comment parler des livres que l'on a pas lu". le postulat est le suivant : à chaque chapitre Pierre Bayard imagine qu'une grande oeuvre littéraire, picturale ou cinématographique est réalisée par un autre auteur. de ce fait cela change complètement l'analyse de l'oeuvre en question et permet de mettre à distance une partie des aprioris qui l'accompagnent habituellement. En effet, on appréhende souvent une oeuvre en fonction de son auteur, imaginons qu'il change, cela bouleverse complètement notre rapport à cette oeuvre. Un point de vue tout à fait intéressant mais pas très accessible. de plus, si certains chapitres m'ont tout à fait convaincue, d'autres en revanche, par exemple celui sur Freud, m'ont laissée sceptiques. Il suffit que l'on n'ait pas lu ou vu une des oeuvres pour que les arguments deviennent totalement hermétiques. Point de vue enrichissant me direz-vous puisqu'il sert le propos, à savoir découvrir un artiste ou une oeuvre sous un jour complètement neuf. Effectivement, il n'empêche que quelques passages m'ont ennuyée. Un thème très intéressant pas toujours limpide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
meyeleb
  20 août 2011
et si on apprenait déjà à connaître les auteurs et leurs oeuvres avant de se mélanger les pinceaux ? Distrayant, sans plus.
Commenter  J’apprécie          50
TmbM
  12 décembre 2018
La démonstration développée dans cet ouvrage est particulièrement convaincante, en plus d'être originale, ludique et pleine d'humour.
L'article complet sur mon blog.
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gielairgielair   11 octobre 2019
Autrement dit, la part d’invention que comporte toute activité de lecture ne s’arrête pas à l’oeuvre, elle s’étend jusqu’à l’auteur, qui est lui-même pris dans ce mouvement de création. On pourrait de ce fait aller jusqu’à dire que, d’une certaine manière, l’auteur fait lui aussi partie de l’oeuvre et en constitue même un personnage, pour être comme elle soumis au travail de réécriture du lecteur.
Commenter  J’apprécie          11
gielairgielair   11 octobre 2019
Préserver le dynamisme du texte et l’intérêt de la lecture en prônant le recours systématique à l'attribution mobile, c’est donc prendre la mesure de tous les mondes possibles qui se rencontrent en chaque oeuvre et de tous les auteurs qui auraient pu l’écrire, et, loin de s’arrêter à telle filiation définitive, nouer sans cesse, entre les écrivains et les textes, de nouvelles unions.
Commenter  J’apprécie          10
kalessekalesse   15 mai 2014
Quels que soient les résultats auxquels elle conduit, l'erreur est en effet un moyen de sortir des sentiers battus. Elle offre en tout cas l'occasion - et pour cette seule raison mérite d'être louée - de voir les choses autrement et de faire apparaître les textes sous un jour différent de celui auquel nous sommes habitués.
Commenter  J’apprécie          10
gielairgielair   11 octobre 2019
[...] tout nom d’auteur est un roman. Loin d’être un simple mot, il attire autour de lui toute une série d’images ou de représentations, tant personnelles que collectives, qui viennent interférer avec le texte et en conditionnent la lecture.
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Pierre Bayard (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bayard
Pierre Bayard vous présente son ouvrage "Comment parler des faits qui ne se sont pas produits ?" aux éditions de Minuit.
2:05 En quoi le besoin de croire est-il indispensable à l'homme ? 3:56 Dans un monde marqué par les "fake news", pourquoi encourager la fiction ? 6:38 A quels menteurs célèbres avons-nous affaire dans votre livre ? 13:06 Quelle place à l'humour dans votre approche de la littérature et des sciences humaines ?
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2460370/pierre-bayard-comment-parler-des-faits-qui-ne-se-sont-pas-produits
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Biographie littéraireVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature : généralités>Biographie littéraire (440)
autres livres classés : littérature comparéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?

Un des chapitres débute avec la phrase : « L’idéal, pour séduire quelqu’un en parlant des livres qu’il aime, sans les avoir lus nous-mêmes, serait d’arrêter le temps ». Pierre Bayard étaie cette hypothèse en évoquant le film …

Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chain Saw Massacre)
Un jour sans fin (Groundhog Day)

7 questions
156 lecteurs ont répondu
Thème : Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? de Pierre BayardCréer un quiz sur ce livre