AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La vérité sur dix petits nègres (31)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ptitgateau
  15 août 2019
Je commencerai cette chronique par une mise en garde : si vous n'avez pas lu "Dix petits nègres" et qu'il est dans votre pal, ou si vous désirez le relire un jour, passez votre chemin car Pierre Bayard, pour les besoins de son écrit, a été obligé de spoiler.

Cet essai est intelligent et bien argumenté ! L'auteur commence, après un exposé sur les personnages et les meurtres, par apporter une notion essentielle sans laquelle son écrit ne pourrait voir le jour tel qu'il nous est proposé, même si cette notion peut paraître délirante : les lecteurs se scindent en deux groupes :
le premier groupe ce sont les ségrégationnistes : lecteurs qui pensent que les personnages de la littérature romanesque n'ont pas d'existence propre ni d'autonomie, ils sont pure création de l'écrivain qui les a façonné, ils n'existent parce que le lecteur leur donnent vie et leur existence prend fin quand se referme le livre. Il n'ont comme liberté d'action que ce que l'auteur veut bien leur donner.
Le deuxième groupe, ce sont les intégrationnistes qui pensent au contraire, que les personnages ont une part de décision, une autonomie et peuvent agir suivant des plans élaborés par eux-même ils peuvent donc prendre des décisions différentes de celles de leur auteur... Bien-sûr, Pierre Bayard se réclame du second groupe puisque dès le début, il affirme être le véritable assassin des dix personnes qui séjourne sur l'île du nègre.

Il va donc affirmer qu'il est l'auteur de la sombre machination orchestrée sur cette île, sans se dévoiler, les adjectifs sont écrits avec les deux accords possibles, et pas une fois jusqu'au bout de sa démonstration, il ne laissera la possibilité au lecteur de faire des hypothèses.


Il commence donc par démonter l'histoire d'Agatha Christie, en montrant par quels stratagèmes le lecteur est bluffé : omissions volontaires et non-dits, mise en doute de la signature du criminel, mise en doute de certaines actions des personnages que je ne pourrais citer. Je reconnais que deux actions m'ont posé question lors de ma lecture de dix petits nègres : j'avais pourtant affirmé n'avoir rien vu lors de ma relecture, mais tout de même, deux questions m'ont effleurée durant quelques secondes, je suppose que je les ai chassées par respect pour cette oeuvre littéraire et son auteure.

Il insiste sur les illusions créées chez le lecteur en expliquant que celui-ci est éloigné de l'essentiel parce qu'il est capté par certains aspects de l'histoire et éloigné de ce qui pourrait l'amener à se poser les bonnes questions, et parce qu'il est victime d'un phénomène d'aveuglement tant optique que cognitif bien détaillé dans cet essai.

Puis il explique comment, en tant que criminel officiel, il a organisé ce piège : il crée alors un autre scénario tout à fait plausible quoique certainement discutable sur certains points.

Qu'en ai-je retiré ? Que si on avait confié l'organisation du meurtre de dix personnes sur une île à quinze écrivains, on aurait eu quinze scénarios différents et discutables car ce genre de scénario n'est pas facile a imaginer, Agatha Christie l'avait affirmé elle-même.
Que j'ai envie de laisser les incohérences du roman de côté parce qu'elles n'empêchent aucunement la lecture, personnellement ce qui compte pour moi en premier lieu, c'est l'ambiance créée par Agatha Christie.

J'ai beaucoup aimé cet essai de Pierre Bayard, et je ne manquerai pas de lire d'autres écrits émanant de sa plume raffinée, intelligente qui m'a beaucoup appris. J'ai beaucoup aimé cette histoire de ségrégationnistes et intégrationniste, j'ai d'ailleurs tendance à me rapprocher du second groupe, ce qui me permettrait d' accorder à Jeanne Eyre, à Winston Smith, à Esméralda la liberté qui leur permettrait de revisiter leur roman d'appartenance.
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          754
Afleurdelivres
  29 avril 2019
Bluffant!
Dix petits nègres, nouvelle version.
Fan inconditionnelle d'Agatha Christie dans ma jeunesse, c'est avec quelques préjugés que j'ai ouvert ce livre car on ne touche pas aux chefs- d'oeuvre.
Contredire Agatha Christie, décortiquer son célèbre roman afin d' en exposer les failles, démontrer que l'assassin de l'île du Nègre ne peut être celui désigné et en proposer un autre, il fallait oser!
Sauf que Pierre Bayard par son intelligence et sa perspicacité, son art de l'analyse et de la démonstration, son esprit critique et déductif aiguisé le fait fichtrement bien et convainc à la fois du bien-fondé de sa démarche et de la crédibilité de sa version plus cartésienne.
Le narrateur est le véritable assassin, astucieusement parvenu à brouiller les pistes et s'échapper de l'île en toute impunité.
Après avoir fait un captivant résumé de « dix petits nègres » il propose une contre-enquête minutieuse avant de dévoiler son identité et son ingénieuse façon de procéder.

Mais ce n'est pas qu'un roman policier, l'auteur étaye son propos par une évocation des techniques « d'aveuglement » du lecteur, analysant succinctement les mécanismes psychiques, cognitifs ou perceptifs en jeu, pouvant empêcher de discerner les invraisemblances.
Il ajoute une analyse comparative avec d'autres oeuvres du genre s'appuyant sur le rationalisme et fait réfléchir à la fois sur la genèse du genre policier et sur notre perception en tant que lecteur.
Il dissèque les énigmes d'espaces clos en relevant les types de procédés utilisés par certains maîtres du suspens (comme le génial John Dickson Carr) pour rendre possible un crime qui ne l'est pas.
Son écriture est fluide et claire, son récit efficace et captivant.
Bien sûr on a parfois envie de rappeler à Pierre Bayard que c'est une fiction, que toute oeuvre est critiquable (même la sienne) et que l'art d'Agatha Christie est justement de nous aveugler sans que l'on se focalise sur les incohérences même si certains détails peu crédibles nous interpellent.
Il n'en reste pas moins qu'on est tenu en haleine et très curieux de connaître l'identité de l'assassin et son modus operandi.
A lire !





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6315
andras
  21 juillet 2019
C'est toujours avec délectation que je me plonge dans un livre de Pierre Bayard. C'est la quatrième fois qu'il nous refait le coup de déconstruire une énigme célèbre de la littérature (après "Le chien des Baskerville", "Hamlet" et, déjà avec Agatha Christie, "Le meurtre de Roger Ackroyd") et de nous prouver par A+B que l'auteur, bien naïf ou bien pour le moins inattentif, s'est trompé de meurtrier, entrainant des millions de lecteurs dans le même aveuglement que lui. On n'imaginait pas que ce put être le cas pour ce monument incontesté de la littérature policière qu'est "Dix petits nègres". Et pourtant...

A chaque fois, P. Bayard en profite pour nous parler de littérature, et des mécanismes qui sont en jeu quand un lecteur entre en interaction avec une oeuvre littéraire, je veux dire quand il l'a lit, ou lorsqu'il en parle – sans forcément l'avoir lue, d'ailleurs. Dans ce nouvel opus, l'auteur nous parle des différents types d'illusion qui permettent à un lecteur de voir autre chose que ce qui est pourtant sous son nez. Bien-sûr la force de l'illusion est encore plus spectaculaire quand le romancier en est lui-même victime !

C'est donc la deuxième fois que Pierre Bayard nous démontre qu'Agatha Christie, dans deux de ses plus fameux romans qui plus est, est passée côté de l'identification du véritable meurtrier, désignant à sa place un autre personnage qui, selon tous les codes du roman policier, ne pouvait décemment pas être le coupable. Mieux encore, P. Bayard nous apprend que dans un autre roman, publié deux ans après "Dix petits nègres", A. Christie, en démasquant cette fois le véritable meurtrier, donnait toutes les clés qui aurait dû la conduire (ainsi que ses lecteurs) à découvrir le/la véritable meurtrier(ère) de l'île du Nègre.

Agatha Christie nous aurait-elle sciemment induits en erreur, riant sous cape de voir ses lecteurs gober comme un seul homme la désignation d'un faux coupable dans ses deux plus célèbres romans ? Je vous laisse découvrir, si le coeur vous en dit, ce qu'en pense le malicieux Pierre Bayard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
cathe
  03 juin 2019
Voilà longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi jubilatoire ! Pierre Bayard nous propose ici avec brio un décorticage en règle d'un des livres les plus connus de la littérature policière, « Dix petits nègres ».

On connait tous l'histoire de ces dix personnes bloquées sur une île et assassinées les unes après les autres. La confession finale de l'assassin, envoyée à la police, explique le déroulement de ces dix crimes en huis clos. Mais Pierre Bayard se sert de ce livre pour une démonstration brillante de notre crédulité en tant que lecteur. En effet dès le début le véritable assassin s'étonne que les lecteurs aient été assez naïfs pour croire sur parole Agatha Christie. Celle-ci aurait fait très fort en bernant tout le monde depuis tout ce temps !

Grâce à un raisonnement brillant, il mène une contre-enquête où se mêlent des références littéraires (les autres cas d'espaces clos dans les romans policiers de Poe ou Leroux)), les techniques d'aveuglement (on voit ce que l'on nous dit de regarder), les indices, les failles, les illusions, les raccourcis…

C'est drôle, brillant, haletant même, (bon, qui est le véritable assassin…) et c'est un bel hommage à Agatha Christie, car on ne peut pas imaginer Hercule Poirot berné par l'ultime confession de l'assassin. La reine du crime sème des indices qu'elle a déjà utilisés dans d'autres romans et c'est une vraie pirouette qu'elle nous proposerait en nous donnant sur un plateau un assassin…trop parfait pour être vrai ! le raisonnement de Pierre Bayard n'est pas forcément à prendre au pied de la lettre, mais que c'est brillant et bien mené !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
argali
  30 janvier 2019
Pierre Bayard est professeur de littérature française à l'Université de Paris 8 et psychanalyste. Dans la première partie de cet essai, il se met dans la peau du vrai coupable et reprend le déroulement des événements du récit en les résumant. Il mène ensuite sa contre-enquête rigoureuse afin de souligner les impossibilités et les invraisemblances qui selon lui rendent ce récit irrationnel.
Une troisième partie tente de nous expliquer ce qui a aveuglé les millions de lecteurs les empêchant d'accéder à la vérité.
Enfin, le dénouement nous expose ce qui s'est vraiment passé sur l'île.
J'ai lu le célèbre roman d'Agatha Christie à l'adolescence et ai été totalement bluffée par l'ingéniosité de l'auteure. Je l'ai relu deux fois ces dix dernières années pour des raisons professionnelles. Je pensais le connaitre mais Pierre Bayard parvient encore à attirer l'attention sur des détails non perçus à la lecture. Citant de nombreux extraits, il permet cependant au lecteur de suivre ses déductions sans avoir pour autant une connaissance pointue du roman. L'auteur est très fort pour recréer l'ambiance de l'île si particulière et il démonte magistralement la construction littéraire du récit. Il recrée une intrigue parallèle et parvient à garder notre attention jusqu'au bout.
Il y a beaucoup de dérision dans cet ouvrage et une parfaite maîtrise du sujet notamment dans ses comparaisons avec des récits de Poe, Leroux ou Kafka, qui ont, eux aussi mis en évidence les îles mystérieuses et leurs imaginaires. C'est brillant et ludique.
Mais personnellement, je ne vois pas bien l'utilité de tout ça.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NicolasFJ
  13 janvier 2019
Pierre Bayard nous retourne une fois de plus le cerveau en proposant une contre-enquête tellement claire et convaincante qu'on s'en veut d'avoir cru à la solution proposée par Agatha Christie.

L'autrice elle-même a-t-elle laissé volontairement des pistes pour que les lecteurs les plus attentifs comprennent la réponse cachée dans son roman ? On peut d'autant plus se poser la question que les indices paraissent maintenant énormes et qu'Hercule Poirot résout deux enquêtes aux mécanismes similaires, une juste avant, une autre juste après.
Pourquoi Agatha Christie n'a pas mis en scène son détective sur l'île des Dix Petits Nègres ? Alors même qu'elle enchaînait ses romans à cette époque ?
Sûrement parce que les petites cellules grises de Poirot auraient résolu le mystère immédiatement.
Lui interdire cette enquête aura permis de proposer une fausse révélation qui semble aujourd'hui presque bancale et maladroite.

Bref, Bayard est un génie. Et Agatha Christie apparaît comme un esprit encore plus malin qu'on ne le pensait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Matatoune
  17 septembre 2019
Avec « La vérité sur « Dix petits nègres », Pierre Bayard décortique la plus célèbre intrigue de la reine du roman policier, Madame Agatha Christie !
Pas besoin de le relire, Pierre Bayard en rappelle l'intrigue improbable : dix personnes sont convoqués sur une île par un hôte invisible. Chacun a tour de rôle sera tué. Lorsque la police arrive sur les lieux, elle ne peut qu'être impuissante à expliquer ses crimes en séries puisqu'une tempête a empêché la venue ou le départ de l'assassin !
Son narrateur, l'assassin lui-même, procède à une contre enquête. Il décortique la consistance des différents personnages, les procédés littéraires employés, les ressors utilisés pour que le suspens soit intense, les processus d'aveuglement du lecteur avec l'étude de l'aveu de culpabilité d'un des personnages souhaitant une reconnaissance en sa qualité de tueur en série. Tout est passé au crible de la perspicacité de cet érudit de littérature qu'est l'auteur !
Professeur de littérature au département de littérature française à Paris VIII et psychanalyste, Pierre Bayard adopte comme principe de reprendre l'intrigue policière en postulant qu'Agatha Christie s'est trompée sur l'identité de l'assassin.
Évidemment, l'auteur balade son lecteur jusqu'à la fin pour faire livrer le nom de l'assassin ! Pour les amateurs de romans policiers, ce livre, à la fois essai et roman, est une véritable mine d'or. Pierre Bayard détaille les dernières découvertes au niveau de l'aveuglement, les illusions d'optique appelés biais cognitifs. Il applique ses connaissances littéraires avec brio au polar. C'est un régal d'intelligence et de connaissances !
Avec humour, suspens et décalage, Pierre Bayard nous entraîne dans une contre-enquête extrêmement documentée sur le plus connu des romans policier de « type chambre close ». Un vrai régal !
Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
keisha
  08 juillet 2019
Oui, Pierre Bayard a encore frappé fort! Il ne recule devant rien, Parler des livres qu'on n'a pas lus, ou des lieux où on n'est pas allés, alors après avoir révélé qui a tué Roger Ackroyd, il dévoile comment cela s'est vraiment passé sur la célèbre île du Nègre. Agatha Christie a tout faux ou presque, et Pierre Bayard se fait fort d'utiliser les bons indices pour faire éclater la vérité. Son narrateur/narratrice n'est autre que le/la coupable, qui commence bien sûr par raconter l'histoire telle que narrée par Agatha Christie (note : lire ce roman avant), se lance dans un passage passionnant sur les illusions d'optique*, les biais cognitifs, puis enfin (tadam!) nous embarque dans son explication.

Bien évidemment je marche sur des oeufs, car pas question de trop en dire sur le roman originel, ni sur celui de Pierre Bayard! Lequel n'hésite pas à se citer, par exemple
'selon cet auteur, les personnages ne se contentent pas d'avoir une forme d'existence, ils bénéficient d'une marge de liberté qui les conduit à prendre des décisions différentes de celles que l'auteur avait prises à leur sujet et qu'il croyait sans appel. Cette autonomie d'action, qui implique un certain état de conscience, peut en particulier les inciter à commettre des meurtres à l'insu de leur créateur, alors même que celui-ci a accusé un autre personnage en toute bonne foi.'

*Amusez-vous!
Compter le nombre de passes que fait l'équipe habillée de blanc:
https://www.dailymotion.com/video/xnfymc
puis regardez à nouveau sans compter les passes.
Lien : https://enlisantenvoyageant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
vero95270
  16 juin 2019
J'ai d'abord inutilement relu le roman d'Agatha Christie. La déconstruction est intéressante, on veut savoir où Pierre Bayard nous emmène. Derrière l'énigme il nous entraîne dans une 3ème partie fabuleuse qu'il nomme « aveuglement » et qui nous fait entrer dans des études empiriques passionnantes.
Dans Ma bibliotheque : Vivement Que Je lise
Commenter  J’apprécie          70
barbaraW
  01 mars 2019
Curieuse démarche de Pierre Bayard. Quel intérêt de rechercher les invraisemblances du livre pour proposer finalement non pas une, mais LA solution à l'énigme selon lui, elle même peu vraisemblable ?
Si l'on prend un tant soit peu de recul vis à vis de ce roman, il est difficile de le trouver crédible. Peut-on vraiment imaginer ces dix criminels impunis réunis dans une île ? de telles personnes auraient accepté l'étrange invitation ? Et pourquoi avoir échafaudé un plan aussi machiavélique que, lui aussi, invraisemblable de la part du tueur en série?
Les énigmes d'Agatha Christie ne sont que des jeux cérébraux, sortes de parties de Cluedo, qu'il me semble déraisonnable (et vain) de prendre sous un angle réaliste et prétendûment logique.
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?

Un des chapitres débute avec la phrase : « L’idéal, pour séduire quelqu’un en parlant des livres qu’il aime, sans les avoir lus nous-mêmes, serait d’arrêter le temps ». Pierre Bayard étaie cette hypothèse en évoquant le film …

Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chain Saw Massacre)
Un jour sans fin (Groundhog Day)

7 questions
150 lecteurs ont répondu
Thème : Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? de Pierre BayardCréer un quiz sur ce livre