AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226449153
224 pages
Albin Michel (05/01/2022)
2.81/5   31 notes
Résumé :
« Leni avait cessé de s'interroger sur le monde, préférant l'observer tel qu'il était et non pour ce qu'il pourrait devenir. »

Leni aime la vie qu'elle mène avec son mari Ivan, sans surprise et presque totalement silencieuse, dans le quartier de Steglitz à Berlin. Jusqu'au jour où un inconnu sonne à sa porte. Le lieutenant Ziegler mène une enquête de voisinage. Il parle de coups de feu... Brusquement, l'univers de Leni s'écroule. Mais est-ce un rêve o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
2,81

sur 31 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
6 avis
2
4 avis
1
1 avis

Ladybirdy
  13 janvier 2022
« Folie : la désertion à l'intérieur ».
Pierre Véron
J'ai refermé ce livre il y a quelques jours et malgré son côté énigmatique, je l'ai aimé. Inès Bayard décrit très bien l'antre d'un esprit confus, torturé aux confins de la folie. Elle met le doigt sur les traumatismes de l'enfance qui peuvent abimer à jamais un être de chair et de sang.
Leni, une jeune femme allemande est mariée à Ivan. C'est une femme que rien n'anime ni n'exalte. Elle existe et c'est tout. Elle passe des heures à errer dans les rues de Steglitz sans but. Elle aime la routine, la monotonie et un rien perturbe sa sérénité comme ce jour où le lieutenant Ziegler l'interroge pour une enquête de voisinage. On sent très vite que quelque chose ne tourne pas rond chez cette femme. Ses réactions sont interpellantes, avec son regard vide, ses mains sur ses oreilles, sa façon de parler aux gens comme s'ils étaient morts.
Peu après, Leni est abandonnée par son mari. Elle se retrouve prise en charge par son frère Émile et sa vie continue. Sans Ivan, sans exaltation, sans émotion, sans rien. Leni existe.
Inès Bayard remarquée par le sulfureux le malheur du bas signe ici un second roman des plus mystérieux, où les contours sont obscurs, presque ténébreux. L'histoire se passe en hiver, la neige s'immisce par les fenêtres, il fait si froid. On nage dans un brouillard latent ne sachant que penser de cette femme qui accepte tout sans se plaindre, qui semble avoir perdu la raison.
Leni passera un moment avec chaque membre de sa famille. Rosa sa mère, Christian son père puis Émile. Tous, ils semblent confus, irréels presque.
J'ai aimé cette écriture fine, ciselée, cotonneuse d'Ines Bayard. Cette ambiance obscure, irréelle qui frémit dans une semi folie, dans l'antre d'une femme qui s'est emmurée dans un entre deux monde pour se tenir debout. Il y a un malaise évident dans cette histoire. Qui est Leni? Quelle est son histoire pour que rien n'ait de sens si ce n'est celui d'exister sans savoir ni comment ni pourquoi.
Un livre troublant que j'ai aimé. Qui mériterait une seconde lecture pour en disséquer toute la profondeur. Ou de laisser passer quelques jours comme moi pour en comprendre toutes les clés.
La folie et les problèmes mentaux sont toujours des sujets qui m'attirent et Steglitz c'est ça, un aller sans retour en enfer, où la réalité devient trop lourde à gérer pour rester éveillé dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1035
Deslivresalire
  06 février 2022
Leni Müller habite Steglitz, un quartier de Berlin. Elle est mariée à Ivan et se laisse totalement porter par cette vie, plutôt aisée, sans surprise, rythmée par quelques taches ménagères et des sorties dans le quartier.
Elle y observe les gens, sans interagir, de loin, dans un brouillard.
Car Leni vit dans son monde, sans ambition ni grand bonheur, protégée par ce mari dont elle ignore le métier, dans lequel tout élément nouveau pourrait fracturer ce fragile équilibre.
Lorsque l'inspecteur Ziegler sonne à sa porte pour l'interroger sur des coups de feu tirés dans le quartier, la reliant ainsi à un épisode tragique de son enfance, la vie de Leni va en être totalement bouleversée.
A mon avis :
Bien difficile de relater l'histoire de ce livre, qui pose tant de questions.
Des questions sur cette femme d'abord : est-elle folle, rêveuse, simplement apathique ?
Des questions ensuite sur le récit lui-même : on ne sait s'il s'agit de la réalité ou du résultat de la folie de Leni.
Des questions enfin sur les personnages qui entourent cette femme : sont-ils vivants ? Morts ? Réels ? Imaginaires ?
Et toutes ces questions persistent au fil du récit. Alors on tente des interprétations, mais sans certitude et sans que l'on ait de réponse claire. En effet, le lecteur est maintenu dans un brouillard permanent, reflet sans doute de l'esprit de Leni, en retrait du monde et dans lequel, comme elle, il doit se laisser porter par les évènements, même s'il ne les comprend pas.
Si bien que l'on est parfois totalement perdu. Peut-être un peu trop à mon goût.
C'est un livre bien écrit, mais dans lequel on est constamment dans le doute, le questionnement. Cela m'a rappelé le film de Florian Zeller (The father), filmé comme si nous étions nous-même dans le cerveau du personnage principal (Anthony Hopkins) qui est atteint de démence. On ne sait donc jamais déterminer le vrai du faux, le réel de l'imaginaire. Si c'était plutôt très bien fait dans le film, c'est beaucoup plus difficile à entrevoir dans un livre.
Alors bien sûr on peut deviner certaines choses, mais globalement, on perd beaucoup d'énergie à s'y retrouver et finalement cela diminue l'intérêt de l'oeuvre.
Et si parfois, la fin vient éclaircir certaines zones d'ombres, ici, dans Steglitz, c'est tout le contraire. Elle vient ajouter des questionnements supplémentaires et franchement, je n'y ai rien compris...
Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures, sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
SophieWag
  08 janvier 2022
Leni vit à Berlin une existence très (trop?) tranquille et bien réglée avec son époux Ivan. Une rencontre avec un inspecteur qui semble la connaître, va faire basculer cet équilibre fragile. Inès Bayard (auteur de le malheur du bas publié en 2018) nous emporte dans les affres du subconscient d'une jeune femme qui semble traumatisée par un événement de son enfance. On en profite pour visiter le quartier commerçant de Steglitz que je connais bien pour y avoir travaillé il y a quelques années et dont la description est extrêmement fidèle. Un roman noir très bien écrit.
Commenter  J’apprécie          221
Matatoune
  10 janvier 2022
Après Les malheurs du bas, son premier roman, Inès Bayard propose Steglitz, un roman étrange autour d'un portrait de femme à la fois mystérieue et singulière dans un des quartier au sud-ouest de Berlin
Léni est satisfaite de sa vie solitaire, banale et rythmée d'activités routinières auprès de son mari, Ivan Müller, architecte qui travaille le plus souvent chez lui mais sans que sa femme sache quoique se soit sur ses activités. Sa vie est aisée, sans problème semble-t-il particulier. Elle ne s'intéresse à rien d'autre que ses tâches domestiques journalières et passe son temps à rêver. Répondre à un dialogue avec une personne rencontrée dans la rue la met dans un état proche d'une violence irraisonnée. Mais, elle aime particulièrement aussi se perdre sans but précis dans ce quartier tranquille.
Un jour, le lieutenant Ziegler entre dans son antre pour demander si personne n'aurait entendu des coups de feu. le mari ne souhaite pas qu'on interroge sa femme; Néanmoins, cet homme va prendre une certaine importance pour Léni et sera à la fois sa bouée de sauvetage et son persécuteur. La fin n'éclairera pas plus l'intrigue
Léni rencontre un jour sur le banc d'un parc une présence qu'elle assimile à son père, qui est mort. Une autre fois, elle assiste à un enterrement en tant que spectatrice.
Son mari va charger Émile, le frère de Léni, de lui trouver une autre maison où elle acquiert une certaine liberté de ton mais un emprisonnement physique.
Il ne semble pas avoir de sens à cette histoire de femme sauf à décrire un délire à la fois paranoïaque où plusieurs personnalités se succèdent : L'absente obéissante, l'employée échappant de justesse à l'esclavage mais attentive aux autres, celle spectatrice d'un incident traumatique, ou la femme qui se laisse aimer. Et, puis, il y a la voix qui hurle dans la nuit le nom de ce quartier…
Le quartier Steglitz est un personnage à part entière puisque le lecteur suit souvent Léni dans ses pérégrinations pédestres. Dans ce quartier qui semble tranquille, un bâtiment pourtant garde une histoire traumatique celle de la conférence de Wannsee, qui organisa la déportation des juifs d'Europe de l'Est. Mais, rien dans le roman n'indique un lien avec cette histoire sombre et la vie de Léni.
Le premier roman d‘Inès Bayard m'avait laissée abasourdie devant tant la violence qu'il contenait. Les codes littéraires avaient sauté rendant complétement inerte la lectrice que j'étais. Celui-ci est plus normalisé donc plus acceptable ! Néanmoins, l'impression de l'étrangeté de son personnage principal habite ce texte encore très. Je ne peux dire si j'ai aimé ! Il m'a encore déstabilisée et pourtant, je l'ai lu presque d'une traite, subjuguée devant les intentions de l'écrivaine que je n'ai pu découvrir.
Autant dire qu'Inès Bayard s'inscrit dans la littérature avec une écriture fouillée au service de portraits de femmes étranges et décalés qui met mal à l'aise puisque l'écrivaine ne se laisse aucunement dévoilée. Steglitz surprend par son intensité et sa capacité à habiter un espace littéraire étrange et mystérieux. de ce point de vue, c'est un excellent roman qui déstabilise encore profondément !
Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
julie_et_ses_lectures
  06 janvier 2022
Je retrouve la talentueuse Inès Bayard qui m'avait bouleversée avec son premier roman "Le malheur du bas".
 Steglitz est ma première lecture de l'année 2022.
Cette fois-ci, Inès Bayard nous emmène à Berlin. Leni Müller et son mari Ivan habitaient au dernier étage d'un immeuble dans le quartier Steglitz. Ils menaient une vie sans surprise et presque silencieuse.
Ivan est sur des gros chantiers, il est architecte et Leni vit une routine quotidienne, tout est réglé comme du papier à musique. 
Leni aime la vie qu'elle mène jusqu'au jour où un inconnu sonne à sa porte. Le lieutenant Ziegler mène une enquête de voisinage et vient les interroger à leur domicile.
 Le lieutenant parle de coups de feu…
Son mari Ivan, doit partir pour Rügen, car il est en charge d'un chantier durant ce temps Leni va mener sa routine quotidienne.
Pourquoi son univers va-t-il basculer, pourquoi son monde va-t-il s'écrouler ? Est-ce un rêve ou la réalité ?
 
J'ai lu ce roman d'une traite. L'auteure nous captive, nous décrit les moindres détails de la vie des Müller, la vie de Leni qui se met à l'écart du monde. Leni va faire des rencontres étranges et mystérieuses. On défile les pages et on a l'impression de vivre au côté de Leni. Les descriptions sont parfaitement détaillées. Rien n'échappe au lecteur.
La plume d'Inès Bayard est fine, délicate et poétique avec de belles thématiques.
 
« le monde t'attend, Leni. La liberté ne se gagne qu'au courage. »
 
Ce roman est rempli de mélancolie, de mystères et de suspense avec des personnages étranges, d'autres attachants.
Inès Bayard nous livre une plume complètement différente de son premier roman "Les malheurs du bas" et nous confirme son talent pour l'écriture ! Pour moi, ça fonctionne et ce roman est une jolie réussite. Mon année démarre bien 🤩
Et vous, avez-vous envie d'aller à Berlin et de rencontrer les Müller ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LeFigaro   04 mai 2022
Un deuxième roman magistral sur une femme en pleine quête existentielle.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
julie_et_ses_lecturesjulie_et_ses_lectures   06 janvier 2022
Leni aimait imaginer les visages des personnes disparues, leurs habitudes, la façon dont elles s'habillaient. Regardant autour d'elle les immeubles au crépi gris et beige usé par la pluie, mille questions l'assaillaient.
Sils étaient revenus, qu'auraient-ils pensé de Berlin ?
Commenter  J’apprécie          40
UntitledMagUntitledMag   27 janvier 2022
“Il existe cependant des gens pour qui la faiblesse fait office d’habitude, pensa-t-il. Et une fois pris au piège de leur condition précaire, ils ne souhaitaient jamais s’en détacher complètement. Ils s’en accommodent, avant d’en jouir, malgré les efforts désespérés de leur entourage. (…) Ivan Müller réalise qu’il ne se sentait pas suffisamment concerné par l’état de son épouse pour s’y intéresser davantage, du moins au prix de sa carrière”.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MatatouneMatatoune   07 janvier 2022
Il existe cependant des gens pour qui la faiblesse fait office d'habitude, pensa-t-il. Et une fois pris au piège de leur condition précaire, ils ne souhaitaient jamais s'en détacher complètement. Ils s'en accomodent, avant d'en jouir, malgré les efforts désespérés de leur entourage. (...) Ivan Müller réalisa qu'il ne se sentait pas suffisamment concerné par l'état de son épouse pour s'y intéresser davantage, du moins au prix de sa carrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MatatouneMatatoune   07 janvier 2022
Que le temps s'écoule sans confusion ni surprise, c'était précisément cela qui la rendait heureuse.
Commenter  J’apprécie          20
MatatouneMatatoune   07 janvier 2022
J'ouvrirai les yeux le matin et je les fermerai le soir avec le même sentiment d'accomplissement. . Entre temps , pourvu qu'il ne se passe rien.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Inès Bayard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Inès Bayard
Rentrée de janvier 2022 en grands formats
autres livres classés : allemagneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Inès Bayard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Le malheur du bas - Inès Bayard - moyen

Où travaille Marie ?

dans une banque
dans un super marché
dans une agence de voyages
dans une brasserie

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Le malheur du bas de Inès BayardCréer un quiz sur ce livre