AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782914119238
116 pages
Éditeur : Editions du Huitième Jour (23/10/2003)
3/5   3 notes
Résumé :
Le labyrinthe ? Un étrange puzzle, un concentré de réflexions qui reflète les interrogations de l'homme inquiet. Au centre de ces tracés, la figure d'un héros légendaire : Thésée, ce mortel luttant contre un animal fabuleux, le Minotaure. Le livre évoque ce combat singulier où il faut se vaincre soi-même. Car ce thème est aussi celui de l'errance, avec la perte de l'homme dans les lacets de l'imaginaire, dont on retrouve des modèles dans les labyrinthes de jardin. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   13 octobre 2015
Le Cantique des cantiques célèbre le lieu de notre naissance, l'espace édénique où la connaissance nous a été donnée ; d'après la Genèse (II, 8), ce jardin est situé « vers l'est, où naît la lumière ». Toutes les quêtes s'organisent pour trouver le Paradis.

Pourtant des expéditions se dirigent vers l'ouest, lieu où se couche le soleil et qui devient la patrie des morts, le royaume de ceux qui nous ont quittés pour rejoindre un autre monde.

À la fin du Moyen Âge, le jardin sacré donne lieu à l'évocation du jardin d'amour courtois, lieu allégorique qui marque les tapisseries aux mille fleurs, comme celle de la Dame à la Licorne. Le Roman de la rose, le Décaméron évoquent ce lieu où s'épanouit un bonheur idéal.

L'Eden, d'après la kabbale hébraïque, surplombe la mer et se trouve sur une hauteur, sans doute une montagne puisque quatre fleuves y prennent naissance et qu'un axe vertical traverse ce plateau. Le jardin du Paradis perdu hante notre imaginaire. C'est le verger des Hespérides avec sa couleur de base, le vert de l'espérance, et où le pommier joue un rôle bien symbolique.

Après les pèlerinages aux Lieux saints, l'éclatement de la lumière, les parcs prennent de plus en plus d'importance. Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et de Jean de Meung donne lieu à de remarquables peintures sur parchemin tel Le Verger de Déduit (Bruges 1500).

Succédant au thème de l'arbre et de la forêt, les XVIII et XIXe siècles marquent parcs, jardins et folies d'une pensée symbolique. Avec le « Jardinier » on évoque un maître qui conduit vers la recherche intérieure, qui communique l'apaisement grâce à ses tracés directs ou aux courbes qui forment des entrelacs : l'esprit dépaysé peut vagabonder et trouver, dans la galanterie et l'amusement, des réflexions plus philosophiques.

Après la réserve d'Ermenonville célébrée par Gérard de Nerval, on songe au Désert de Retz dans la forêt de Marly à Chambourcy où les constructions sont établies selon un circuit ésotérique bien établi mais dont le fil reste invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : erranceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura