AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754032353
320 pages
Éditeur : First (02/05/2013)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Quoi de commun entre le petit chapeau de Napoléon et le keffieh de Yasser Arafat, le rouet de Gandhi et l’étendard de Jeanne d’Arc, le couteau de Ravaillac et la baignoire de Marat… ? Ils sont tous liés à un personnage de l'histoire, si fortement que l'un ne va pas sans l'autre aux yeux du grand public !
Symboles de la personnalité de leur possesseur, ces objets sont l’emblème d’un idéal, d’une politique, d’un combat ainsi. (Le cigare de Churchill n’est-il pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MissSherlock
  30 juin 2013
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tenais à remercier Babelio et les Éditions First qui m'ont permis de découvrir Ces objets qui ont fait L Histoire grâce à l'opération Masse Critique.

Quoi de commun entre le chapeau de Napoléon, le sac de Margaret Thatcher, le béret de Che Guevara, le rouet de Ghandi, la baignoire de Marat et le cigare de Churchill ? Ces objets de la vie quotidienne sont indissociables de leur propriétaire et sont le symbole de leur personnalité, leur idéal, leur politique ou leur combat.
Marie-Hélène Baylac, agrégée d'histoire, retrace l'histoire de 25 objets dans ce livre ludique et bien écrit.
On découvre au fil des pages que ces objets sont devenus des symboles parfois par hasard mais le plus souvent de façon calculée par leur propriétaire.

Ces objets qui ont fait L Histoire est un livre qui se lit très vite car le style de Marie-Hélène Baylac est direct et limpide et car les anecdotes relatées sont très intéressantes.
Ce n'est pas un livre qui a pour vocation d'être exhaustif sur un personnage ou une période mais plutôt d'enrichir notre culture générale. L'angle choisie par l'historienne est attrayant et devrait ravir un large public.
Ces objets qui ont fait L Histoire fait partie de ces livres de vulgarisation qui, à l'instar de Secrets d'Histoire, donnent envie d'en savoir plus sur notre passé.

Lien : http://le-bric-a-brac-de-pot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Northanger
  05 juillet 2013
Savez-vous que la simple vue du sac à main de Margaret Thatcher faisait trembler ses adversaires ? Que Garibaldi a adopté une chemise rouge comme symbole de son action parce qu'une boutique de Montevideo cherchait à écouler son stock de tuniques invenues ? Que Stakhanov et son marteau piqueur ont rééllement existé ? Que Winston Churchill a donné son nom à des cigares ? Non, alors il faut découvrir ce livre de toute urgence !!
Marie-Hélène Baylac nous propose un parcours historique éclectique, pour réviser ou découvrir de grands épisodes historiques à travers un point de vue original : les objets emblématiques qui ont fait le succès de leurs propriétaires, véritables acteurs de l'histoire. L'auteur balaie les époques et les continents : Amérique des pionniers, France de Napoléon, Italie de Garibaldi, Angleterre de Thatcher... le zoom sur les objets est aussi l'occasion de présenter des portraits nuancés, qui tentent de démêler le vrai du légendaire en n'hésitant pas à cerner les parts d'ombre de chacun, ce qui me semble indispensable dans un ouvrage historique.
J'ai particulièrement apprécié le chapitre consacré à Vercingétorix, héros national depuis la période romantique : portait-il vraiment un casque ailé ? Et qu'en est-il de sa célèbre moustache ? Idem pour David Crockett, nom que j'avais surtout retenu pour la célèbre chanson et la coiffe pittoresque. J'avoue, j'ai aussi fait des découvertes : Patton et ses colts, Lawrence d'Arabie, que je ne connaissais pas du tout – je n'ai pas vu le film !! - et l'affaire du collier de Marie-Antoinette, épisode célèbre s'il en est, dont j'ignorais presque tout... le livre s'organise en 26 chapitres, eux-mêmes subdivisés en plusieurs parties au titre souvent humoristique ; le dernier chapitre propose une bibliographie très fournie des sources de l'auteur, gage de crédibilité. C'est donc un livre que je recommande à tous les férus d'histoire, qui se lit très facilement et avec grand plaisir.
Un grand merci à Babelio ainsi qu'aux éditions First pour l'envoi de cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
isatt
  01 juillet 2013
j'aime beaucoup découvrir l'histoire par des anecdotes. Aussi quand j'ai découvert ce livre grâce à "masse critique", je l'ai de suite sélectionné et j'ai eu la chance de le recevoir ! Et je ne le regrette pas !
Le principe est simple : l'auteur choisit un personnage historique et le relie à un objet significatif.
Le plus souvent il s'agit d'un couvre-chef : le bicorne de Napoléon bien sûr, le casque de Vercingétorix, le béret de Che Guevara, la toque en léopard de Mobutu... mais il y a aussi des accessoires indissociables de leurs propriétaires comme le sac à main de Margaret Thatcher, véritable arme politique ou le cigare de Churchill sans oublier des objets qui ont rendu célèbres leurs propriétaires au lieu du contraire, puisqu'il s'agit d'armes : le couteau de Ravaillac, ou celui de Brutus.
Dans chaque cas, l'auteur s'attache à parler de l'objet, comment son propriétaire l'obtient, pourquoi les deux sont liés. Elle ajoute des anecdotes : Bref, l'histoire racontée par un point de vu original. Pour les amoureux de l'histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   01 juillet 2013
En novembre 2011, le comité interprofessionnel du foie gras diffusait à la radio un curieux message : "Moi, le foie gras, c'est clair et net, à la saint-Martin, je lui fais sa fête." Explications : "Martin, un tout jeune soldat de 18 ans en ce début de IVème siècle, tranche sa cape en deux pour en donner la moitié à un miséreux transi de froid. [...] Pour son geste emblématique de partage, Saint Martin est choisi comme patron du foie gras, mets sublimé lorsqu'il est partagé."
On ne sait si les saints "se retournent dans leur tombe"... Ce détournement de l'Histoire laisse pantois. Comment a-t-on pu associer un mets de fête, emblématique de bonne chère et même de luxe, au nom d'un homme qui a voulu faire de sa vie une ascèse permanente ? Le foie gras de la Saint Martin supplantera-t-il le manteau de Saint Martin ? On ne veut y croire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissSherlockMissSherlock   30 juin 2013
"Atteint et convaincu de crime de lèse-majesté divine et humaine pour le très méchant, très abominable et très détestable parricide commis en la personne du feu roi Henri quatrième", Ravaillac est condamné à être supplicié et démembré avant que son corps ne soit réduit en cendres jetées au vent. Dans la description du supplice, il est précisé que "sa main droite, qui tenait le couteau avec lequel il a commis ledit parricide, sera brûlée de fleur de soufre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlockMissSherlock   01 juillet 2013
Combien de cigares Churchill a-t-il allumé au cours de sa vie ? 200 000 ? 250 000 ? 300 000 ? Une passion, au point que l'homme est devenu indissociable de son cigare. Bien plus, celui-ci s'est mué en symbole, celui de la volonté du "vieux lion" décidé à vaincre "l'odieuse domination nazie", quel qu'en soit le prix à payer.
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   30 juin 2013
Comment mieux signifier que Napoléon et son chapeau ne font qu'un ! Mais pas n'importe quel chapeau ! Le "petit chapeau", un sobre bicorne en feutre assez mou, sans bordure ni galon, orné simplement d'une cocarde tricolore tenue par une ganse de soie noire et un bouton. L’Empereur le porte "en bataille", c'està-dire les ailes parallèles aux épaules. ce chapeau, auquel il a lié pour toujours son image, ne doit rien au hasard, c'est le produit d'un art consommé de la communication, on dirait aujourd'hui le don de la publicité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissSherlockMissSherlock   30 juin 2013
Pas étonnant que ce sac à main en vienne à incarner la politique de Margaret Thatcher au point de se confondre avec elle ! "Pourquoi ne commence-t-on pas ? Son sac est là", s'exclame un jour l'un de ses ministres, Nicolas Ridley. Un autre raconte que, lors des réunions importantes, Margaret Thatcher "plaçait son sac en évidence pour montrer qu'elle ne plaisantait pas". De symbole de sa manière d'argumenter et de sa politique, son sac devient symbole de la terreur qu'elle exerce sur ses interlocuteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : objetsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ces objets qui ont fait l'Histoire

Napoléon Bonaparte est indissociable de son chapeau. Quel était son couvre-chef de prédilection ?

Une casquette de baseball
Un deerstalker
Un bob Ricard
Un borsalino
Un bicorne noir

10 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : Ces objets qui ont fait l'Histoire de Marie-Hélène BaylacCréer un quiz sur ce livre