AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253000860
282 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.64/5   260 notes
Résumé :
Folcoche, l'héroïne de Vipère au poing, réapparaît chez son fils, après vingt ans de silence.
Appauvrie, dégoûtée de la solitude, Madame Rézeau mère sort de sa tanière en ruine, "La Belle Angerie."
C'est le choc avec la jeune génération ; les enfants de son fils et surtout la sensuelle Salomé lui révèlent un monde bien différent du sien, sans principes, sans préjugés, où le qu'en-dira-t-on ne fait plus la loi.
Mordant avec humour, attentif avec ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 260 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

sylvaine
  12 septembre 2021
Jean Rezeau n'en croit pas ses oreilles! Impossible ce n'est pas elle , non il hallucine pourtant cette voix ne peut appartenir qu'à Folcoche! Folcoche est de retour ...
Cri de la chouette parait en 1972 plus de 20 ans après Vipère au poing et la Mort du petit cheval. C'est aussi le laps de temps écoulé depuis la dernière fois où Jean Rezeau a vu sa mère.
Ecartelé entre l'envie de l'envoyer au bain et l'espoir de renouer pacifiquement avec sa mère, encouragé par le clan familial ,Jean cède ... le loup est dans la bergerie. Egale à elle-même , adepte du diviser pour mieux régner, Folcoche partira les pieds devant sans aucun doute le sourire aux lèvres, je t'ai bien roulé dans la farine Brasse-bouillon....
Ce roman autobiographique est absolument atroce. Comment autant de méchanceté peut elle s'être accumulée dans une seule femme. Acariâtre, avare, méchante je dirais même sadique, Madame Mère est ancrée dans ma mémoire sous les traits d'Alice Sapritch.
Commenter  J’apprécie          332
pyrouette
  14 décembre 2012
Folcoche fait irruption de nouveau dans la vie de son fils Brasse-Bouillon après un silence reposant pour ce dernier de plus de 20 ans. Il a aujourd'hui 48 ans et sa colère et son ressentiment sont apaisés. Il n'était pas pour faire rentrer de nouveau le loup dans la bergerie mais son épouse et ses enfants ne connaissant Folcoche que par ses récits, veulent l'accueillir.
Brasse-bouillon, avec son humour féroce, observe les efforts de sa mère qui va tenter de briser sa paisible vie familiale à travers un enfant et un secret de famille.
Brasse-Bouillon sera le seul au chevet de sa mère quand elle rendra son dernier soupir. L'histoire est finie et il fallait cette dernière expérience pour qu'il soit certain d'être libéré de l'emprise familiale. Au second plan de l'histoire nous assistons au déclin de la bourgeoisie. Je suis une inconditionnelle de Bazin mais je pense qu'il faut soit souffrir d'empathie, soit se sentir concerné par les rapports difficiles entre parents et enfants pour savourer cette histoire.

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Doubleplusgood
  15 janvier 2021
J'ai lu Vipère au poing au collège (les fameuses lectures obligatoires) et je n'avais aimé ni l 'histoire de cette Mme Rezeau qui maltraite mari et enfants, ni le style d'Hervé Bazin.
Cette fois-ci, avec la fin des aventures de Folcoche et son fils, ma lecture a été moins laborieuse, mais le ton de l'auteur me déplait toujours autant. Toujours aussi cynique et persifleur, le narrateur feint de mépriser ses origines et ses ancêtres, hobereaux désormais désargentés, mais s'arrange pour les rappeler à chaque chapitre. Souligne lourdement et sans finesse comment il est un bon père avec ses enfants. Cela a pesé sur mon plaisir de lecture.
Reste le style, impeccable, et la fin de cette relation mère-fils où le narrateur règle ses comptes avec cette femme qui l'aura jusqu'au bout trahi et mésestimé, le tout traité avec beaucoup de lucidité.
Challenge solidaire 2021
Commenter  J’apprécie          140
LaMoun
  28 juin 2013
Les valeurs prônées par Madame Mère n'ont pas lieu d'être chez son fils libertaire. L'époque a changé depuis Vipère au poing. Mais je suis restée tout de même sur mon mal être généré par les rapports parents-enfants sans amour .
Cette trilogie est un grand classique de notre littérature même si elle laisse un goût amer de tristesse dans le coeur.
Commenter  J’apprécie          170
Ecureuilbleu
  06 mai 2020
Ce roman écrit par Hervé Bazin en 1972 est la suite du célèbre "Vipère au poing" où Jean Rezeau surnommé "Brasse-Bouillon" s'est opposé à Folcoche, sa mère, et de "La mort du petit cheval" où Jean, marié avec Monique, et père de Jeannet, prend sa revanche.
Ce troisième volet, se déroule 25 ans plus tard. Jean, veuf, s'est remarié avec Bertille, la cousine de Monique, mère de Salomé.
Jean et Bertille, élèvent Jeannet, Salomé et leurs enfants : Blandine et Aubin, en leur inculquant leurs valeurs, à Gournay, dans une maison au bord de la Marne, en ayant coupé tout contact avec Folcoche et ses deux autres fils : Marcel dit "Cropette" et Fred dit "Chiffe".
L'équilibre familial bascule lorsque Folcoche surgit dans leur vie, sous prétexte de la mort imminente de sa mère. En fait, elle se sent seule à la Belle Angerie, immense maison tombant en ruines. Son fils préféré, Marcel, l'a flouée, et elle veut organiser son héritage. Elle, si dure, va tomber sous le charme de Salomé et la prendre sous son aile.
Folcoche aurait-elle changé ?
J'ai relu avec plaisir ce roman sur les relations familiales difficiles, les problèmes d'héritage, de familles recomposées, la décadence de la bourgeoisie terrienne.
C'est bien écrit, poétique, terriblement humain...
Lien : http://www.unebonnenouvellep..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   12 décembre 2012
Nous sommes acteurs, nous sommes auteurs, nous sommes spectateurs, tous : il n’y a pas de vraie différence, entre le drame vécu, lu, regardé, imaginé, raconté. Qu’il soit nôtre, qu’il soit celui d’autrui, c’est le même à des millions d’exemplaires répété, recommencé : il n’y a que les dates, les noms, les détails qui nous soient propres et, dans ce tragique privé, l’illusion de l’exceptionnel exaltée par l’intensité de l’instant comme les autres : qui ne m’aimait pas, que je rends, c’est l’exécrable banalité…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Cathy74Cathy74   21 janvier 2019
Ce qui m'aura le plus effrayé dans ma famille, c'est le ridicule. Se dire, dans la seconde moitié du XXe siècle, qu'on sort de ce mélange de hobereaux ultramontains, de soutanes de couleur, de bedonnants à panonceaux dorés et aux estimes fondées sur des estimations, qu'on est le petit-fils d'un député conservateur dont l'étiquette lors des scrutins s'abrégeait si dignement dans les journaux (Ferdinand Rezeau, con., 37 489 voix, élu), que somme toute, on est né à la traîne, dans une sorte d'enclave du siècle précédent... c'est décourageant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pyrouettepyrouette   11 décembre 2012
Il y a des jours où, de la famille on en a jusque-là. Il y a des jours où l'on sait que c'est une drogue, l'affection : ça vous tient, ça vous coûte, ça ne vous comble jamais et pourtant, dès que ça manque, vous voilà tortillé.
Commenter  J’apprécie          110
Cathy74Cathy74   23 janvier 2019
Des bistrots aux académies il est consternant d'écourter parler les gens dits sérieux devant un verre. Ce qu'ils vont dire peut d'avance se décliner ainsi ; je parle du temps, tu parles du fric, il parle de mangeaille, nous parlons de notre foie, vous parlez de bagnoles, ils parlent de cul. De ce dernier sujet il se peut que certains s'élancent, avec le fromage, vers les idées avancées.
Commenter  J’apprécie          40
pyrouettepyrouette   14 décembre 2012
Mieux vaut inspirer des regrets que des remords et, en tel cas, les laisser prospérer dans le dépaysement.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Hervé Bazin (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bazin
Savourez chaque semaine quelques pépites puisées dans les archives de l'INA qui illustrent avec humour les liens qu'entretiennent les français avec le livre ! Que provoque en nous la lecture ? Que lit-on et pourquoi ? Quand et où lisons-nous ? Le CNL a déniché dans les archives de l'INA un choix de pépites du petit écran pour découvrir ces mille et une façons de lire.
« Les trois quarts du temps, ce sont eux qui vous montrent le plus clairement là où l'on s'est trompé. »
Dans cette brève interview à l'occasion de la première Foire du Livre de poche, à Nogent-sur-Marne, en mai 1968, Hervé Bazin, le célèbre auteur de Vipère au poing, fait humblement l'éloge du lecteur.
Suivez le CNL sur toutes les plateformes sociales :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hervé Bazin

Né à Angers en ...

1901
1911
1921
1931

12 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Hervé BazinCréer un quiz sur ce livre

.. ..