AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246450917
230 pages
Éditeur : Grasset (24/08/1994)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 39 notes)
Résumé :
L'apparition à Bombay d'une terrible épidémie, la surgrippe - nouvel avatar d'un virus à transformations perpétuelles - donne au biologiste Eric Alleaume l'occasion de reprendre d'urgence des recherches virologiques naguère interrompues, parce que jugées trop dangereuses. Sous les pressions contraires des autorités et de l'opinion, le voilà lancé dans une épuisante course contre la mort, cependant que chaque jour la liste mondiale des victimes s'allonge... Jusqu'au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ecureuilbleu
  28 avril 2020
Ce roman écrit par Hervé Bazin en 1994, rappelle étrangement la pandémie actuelle.
Dans ce court roman, il nous raconte comment une "sur-grippe" tueuse fond sur le monde et sème la mort sur son passage.
Le Docteur Alleaume est un grand biologiste. Il travaille dans un Centre Européen de virologie et a découvert un vaccin qui pourrait combattre les sur-grippes. Ses recherches ont été arrêtées car jugées trop dangereuses.
Alleaume vit avec sa fille Bérengère, son oncle Jé qui l'a élevé et Nadège, sa femme.
Une épidémie de grippe se déclare à Bombay et se propage très rapidement dans le monde.
Alleaume, dans son laboratoire ultrasécurisé, injecte son vaccin et le virus sur des souris, aidé par quelques collègues.
Le Dr Martin, son second et meilleur élément, dont il n'a plus de nouvelles depuis qu'il a pris une année sabbatique, lui manque...
Hervé Bazin s'interroge sur les manipulations génétiques, l'utilisation des animaux de laboratoire, le danger de la recherche, les conséquences économiques de la sur-grippe, les choix appliqués pour déterminer les bénéficiaires des vaccins, la concurrence entre les laboratoires de recherche...
C'est bien écrit et prenant, plus axé sur le Dr Alleaume et ses questionnements que sur la pandémie elle-même, à la fois inquiétant, mais aussi rassurant puisque des vaccins ont été mis au point...
Lien : http://www.unebonnenouvellep..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
BALABLABLA
  26 avril 2020
Le neuvième jour est le dernier roman d'Hervé BAZIN disparu en 1996. Président de l'académie Goncourt, et célèbre depuis la parution de Vipère au poing dans lequel il décrit de multiples facettes de la vie des familles bourgeoises avec des tempéraments monstrueux, l'auteur s'attache, ici, à mettre l'accent sur les dangers de la recherche et les risques de la génétique. En effet, sapiens ne se prendrait-il pas pour Dieu ? « Seigneur ! Tu as créé le monde en six jours ... le huitième, tu as chassé l'homme du paradis terrestre pour le punir d'avoir touché aux fruits de l'arbre de la Connaissance. Mais le neuvième jour, mis en goût, le sapiens s'est donné les moyens de détruire ou de transformer, tout seul, la création. Et il fait ce qu'il peut sans savoir forcément ce qu'il fait. »
Le neuvième jour paru en 1994 fait écho à notre époque qui vit sous la pandémie du Covid-19, un nouveau virus de la grippe apparu en Chine fin 2019. 26 ans plus tôt, la « surgrippe » appelée ainsi dans le roman, éclos à Bombay, en Inde et se répand à une vitesse fulgurante à travers le monde. On ne compte plus les morts, les foyers épidémiques. Les écoles sont fermées, les peuples confinés. La crise économique est là, comme les révoltes du peuple, affamé, paniqué, criant au droit à la vie. Les journalistes accentuent cette peur à coup de scoops, d'informations et de désinformations, d'émissions scientifiques appelant les recherchistes comme le professeur ALLEAUME, virologue, personnage principal du roman à parler, à raconter les avancées de la science (recherche, test, vaccin, génétique, manipulation). Chacun a son idée, chacun a ses prétentions. Les laboratoires scientifiques sont concurrents les uns des autres, des rivalités s'installent au prix des bénéfices. Hervé Bazin critique notre société : chacune des grappes la constituant dans un contexte particulier.
Et, l'humain en tant qu'individu dans tout ça ? Comment survivre à cette pandémie ? Comment vivre avec les sacrifices consentis bon gré, mal gré ? La science trouvera la réponse grâce à sapiens. Mais, sapiens a-t-il compris où se trouve sa place ? A-t-il compris qui est l'ennemi ? Où est la rédemption ?

Lien : https://www.grasset.fr/livre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
PATMOS
  14 mars 2020
A la lecture de cette fiction à sa sortie : effet d'étouffement dans l'intimité des non-dits qui finalement explosent à la tête du monde. On aurait dit un film de fiction des plus noirs. Cela ne ressemble pas au parcours du coronavirus, mais l'angoisse y est la même. Ce n'est pas vipères au poing, c'est froideur et cynisme à l'âme. le héros perd les siens et la planète se sent mal... Une histoire de Pandémie contée par Cassandre, un Hervé Bazin fort bien renseigné sur le futur. Morale de l'histoire : l'avidité alliée à la non responsabilité = la nature compte les points qui sont des morts...
Commenter  J’apprécie          40
luis1952
  19 juillet 2014
Troisième livre que je lis de Hervé Bazin. Histoire d'actualité, en regardant deux dizaines d'années dans le passé on se souviendra des crises de la peste porcine, la grippe H1n1,la grippe aviaire ,et j'en passe.
La surgrippe dans le roman apparait soudain, créant une pandémie. Des centres de recherche, partout, cherchent d'arrache-pied à créer un vaccin pour endiguer le mal. Suspense et histoire bien mise en scène.
Commenter  J’apprécie          50
Floccus
  14 septembre 2014
« de lui, de moi, le plus mortel est-il celui qu'on pense ? » (12)
Pour moi, née en 1974, Hervé Bazin était un auteur d'un autre temps. Je me rends compte avec stupéfaction que ce roman est paru en 1994 et que lui-même n'est mort qu'en 1996.
Ça parle de comète, ça tombe bien, Rosetta est d'actualité. Ça parle d'épidémie, Ebola grimace en écho. C'est un livre curieux, sobre dans le dramatique. On retrouve la langue bien particulière de l'auteur, râpeuse et fine et à la fois, ces phrases elliptiques qu'il faut parfois lire deux fois.
Ce polar biologique est trop orienté, trop intentionnel – dénoncer les risques liés aux manipulations sur le vivant – pour me plaire vraiment, mais il se lit simplement et avec un certain plaisir.
Lien : http://versautrechose.fr/blo..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   25 octobre 2014
Le huitième, tu (Dieu) as chassé l'homme du paradis terrestre pour le punir d'avoir touché aux fruits de l'arbre de la Connaissance. Mais le neuvième jour, mis en goût, le sapiens s'est donné les moyens de détruire ou de transformer, tout seul, la création. Et il fait ce qu'il peut sans savoir forcément ce qu'il fait.
Commenter  J’apprécie          50
PiertyMPiertyM   25 octobre 2014
On a toujours l'air idiot - ou abusif - quand on projette sur nos vies d'adultes, sur leurs aléas, sur leurs échecs, sur leurs succès, nos souvenirs d'enfance.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2014
Comme en temps de guerre, lorsque la vie se rebelle contre la mort, les gens bien portants se couchaient aussi beaucoup : deux par deux.
A noter encore : les rappels, voulus par le Seigneur, n'étaient pas tous unanimement déplorés. Tout de même, Il aurait pu choisir différemment : ceux qui ne s'en vont pas ne sont pas forcément ceux dont on aurait souhaité qu'ils restent.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2014
Seigneur ! Tu as créé le monde en six jours ... Le huitième, tu as chassé l'homme du paradis terrestre pour le punir d'avoir touché aux fruits de l'arbre de la Connaissance. Mais le neuvième jour, mis en goût, le sapiens s'est donné les moyens de détruire ou de transformer, tout seul, la création. Et il fait ce qu'il peut sans savoir forcément ce qu'il fait.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2014
Les médias disant un peu n'importe quoi, il s'en tient ici et là pour mettre les choses au point, alerter les inconscients et rassurer les affolés. Sans leur fournir trop d'illusions. Ne me dites pas que ce ne sera qu'une parlote. A défaut de pouvoir tout de suite contrer un mal, ce n'est pas indifférent de montrer qu'il vous mobilise.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Hervé Bazin (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bazin
Radioscopie inédite n°12 Hervé Bazin au micro de Jacques Chancel (1978).
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hervé Bazin

Né à Angers en ...

1901
1911
1921
1931

12 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Hervé BazinCréer un quiz sur ce livre