AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253004233
318 pages
Grasset (30/11/-1)
3.61/5   178 notes
Résumé :
" Toujours plus vive, la lueur tourne à l'orange, son centre devient éblouissant et, soudain, fuse, monte en torche, livre au vent de longs effilés rougeoyants... Le feu! Plus de doute. C'est le feu. La silhouette balance et frémit. Mais l'homme se redresse aussitôt, se carre sur ce plan de ciel embrasé, dans une espèce de gigue... on dirait qu'il brûle lui-même avec joie, ou, mieux, que la flamme se dégage de lui, qu'il la souffle, poitrine pressée à pleins bras. "... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 178 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
1 avis

Ptitgateau
  12 janvier 2021
Quel roman ! tour à tour curieux et fascinant, questionnant, violent avec un bouquet final que l'on ne risque pas d'oublier.
On y retrouve un thème cher à Hervé Bazin, qui est celui de la famille : dans ce roman une famille pas très équilibrée, une maison où ne règne pas le bonheur : une mère, Eva Colu, chez qui on retrouve la malice et la méchanceté de Folcoche, un père, Bertrand Colu, taiseux, gentil, complexé car dévisagé par le feu du lance- flamme dont il fut la victime en 1940, ne se déplaçant jamais sans un passe montagne qui permet d'épargner à son entourage, le spectacle de son physique dévasté, ce qui lui vaut le sobriquet de « tête de drap ».
Entre ces deux parents qui se déchirent, Céline, adolescente de 17 ans à l'intelligence déliée, qui décide de ne pas prendre partie pour l'un ou l'autre, aimant ses deux parents en dépit de leur comportement.

L'huile sur le feu, c'est le roman d'un couple déchiré, mais aussi un récit qui en ferait presque un roman terroir, dans cette campagne Craonnaise où plusieurs fermes brûlent successivement, ce qui génère, dans la communauté de Saint Leup, de grandes tensions : il faut trouver cet incendiaire qui sévit, on juge, on accuse, on se fâche, on sème la discorde, on se surveille, on a peur...

Discorde dans le village, discorde en famille... Hervé Bazin nous offre une analyse psychologique d'individus très intéressante : Eva, sa méchanceté et le génie dont elle use pour gâcher la vie de son conjoint, Bertrand et sa gentillesse, sa douceur et son indifférence apparente, Julienne, amie d'Eva et commère de service, Monsieur Delahaye, dit Héaumes, le chatelain oisif, maire du village, et qui ne semble pas vraiment assumer ses responsabilités.

Et Céline... Drôle de fille que cette jeune fille qui suit son père dans tous ses déplacements, y compris la nuit, qui n'a pas les préoccupations d'une adolescente de son âge, qui épie, devine, et montre la perspicacité d'une adulte...

Malgré quelques passages sybillin que j'ai parfois relu à plusieurs reprises sans vraiment réussir à en extraire le message, j'ai beaucoup apprécié ce roman aux descriptions poétiques de paysages campagnards dans lesquels j'ai souvent eu l'impression d'évoluer, sentant presque la froideur de la brume sur ma peau, paysages qui renferment une part de mystère.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
lecassin
  03 avril 2013
Saint-Leup du Craonnais : Un village apparemment tranquille jusqu'au jour où les fermes se mettent à brûler les unes après les autres avec une régularité qui exclut le hasard. Naissent le soupçon et la rumeur, ressurgissent les rancoeurs …
L'incendiaire ? car il y a bien un incendiaire, finira par se découvrir plus qu'il ne sera découvert , au milieu d'un microcosme campagnard saisissant : Monsieur Heaume, une espèce de châtelain ; Degoutte, le menuisier, et son fils demeuré ; Ralingue, l'épicier chef des pompiers ; Eva Colu qui fuit une vie devenue insupportable ; Bertrand, son mari, contraint par une abominable brûlure de guerre à vivre masqué et qui, depuis, combat le feu avec acharnement. Céline, la narratrice, fille unique d'Eva et de Bertrand...
En 1985, un sondage de l'IFOP classait Hervé Bazin en tête des « écrivains préférés » des Français. Rien de surprenant quand on lit « L'huile sur le feu » : son style facile permet un déroulement de l'intrigue à vive allure ; à la lueur des incendies, c'est tout un village qui apparaît dans sa complexité rurale peuplée de non-dits, de rancoeurs, de jalousies…
Le premier roman d'Hervé Bazin qui « sent vraiment la feuille morte après la pluie », il reste mon préféré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
leolechat
  06 février 2016
Années 1950 : Action ! le village de Saint-Leup du Craonnais est la proie d'incendies volontaires répétés. L'incendiaire profitant des moments de liesse et d'accalmie que sont les mariages pour pouvoir agir en toute tranquillité. Les feux se multiplient, et Bernard "Tête-de-drap", le Capitaine des pompiers, a bien du mal à éteindre la fureur des habitants du village et des fermiers dont les toits et le bétail sont menacés par les flammes de l'enfer.
Céline, la narratrice et fille d'Eva et de Bernard Colu (alias "Tête de drap"), raconte la fièvre qui embrase le village, avec l'innocence de ses seize ans. Une innocence qui va petit à petit partir en fumée, quand elle se trouvera confrontée à la réalité de l'Homme et des bassesses dont il peut se rendre coupable.
Coupable la mère ? Une mère qui ne peut marcher que deux mètres devant son homme, un mutilé de guerre. Un homme qu'elle a épousé fort et beau. Un homme que la guerre lui a rendu monstrueux par son apparence, et qu'elle traite pire qu'un animal où un paria.
Coupable le Père ? Un père qui fait profil bas et refuse la séparation avec cette femme qui ne le supporte plus tant sa difformité lui fait horreur. Un père qui préfère affronter les conflits au quotidien, plutôt que rendre la liberté à cette femme qui pourrait l'empêcher de voir sa fille qu'il aime plus que tout.
Coupable la fille ? Une fille qui ne peut pas plus renoncer à l'amour de sa mère qu'à celui de son père, et qui dit : "Ici, moi, je suis la seccotine qui, désespérément, cherche à tout recoller, même l'enfer."
Le feu va bientôt gagner toute la population du village de de Saint-Leup du Craonnais. Un feu qui va consumer le ménage Colu et les villageois dans un même brasier...

Hervé Bazin, qui fut père de sept enfants, est considéré comme un "romancier de la famille". "L"huile sur le feu" ne déroge pas à la règle. Avec les méfaits d'un vilain pyromane en toile de fond, l'auteur nous raconte les difficultés familiales d'un couple au bord de la rupture, nous renvoyant à une époque où le divorce était socialement inacceptable. Ce roman de moeurs nous plonge dans un passé où la mondialisation, l'économie de marché et l'omnipotence d'internet faisaient figure de science-fiction. Une époque où l'homme avait peu de contacts humains en dehors de son village, et où (hormis le curé), son environnement reposait essentiellement sur quatre membres indissolubles dont l'importance décroissante était la suivante : le châtelain, le notaire, le vétérinaire et le médecin...
Roman sorti de la bibliothèque d'une de mes aïeules et longtemps conservé dans la naphtaline, voilà un ouvrage que j'ai savouré de ses prémices à sa fin ultime. Une lecture appréciée tout autant pour sa trame que pour la richesse des mots et des expressions d'époque employées...
Voilà un vieux bouquin qui m'a ouvert l'appétit. Dorénavant, vous retrouverez sur ce blog quelques lectures sorties du grenier. Lectures qui viendront se mêler aux nouveautés !
Viva la diversité !

Lien : http://leslecturesdisabello...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
infosix
  17 février 2014
Je connaissais surtout d'Hervé Bazin son célébrissime "Vipère au poing" qui a non seulement connu un énorme succès de librairie mais qui a été tourné en film, je ne sais plus combien de fois,
Le propos de "L'huile sur le feu" ne porte plus sur la relation tordue entre une mère et son enfant mais plutôt sur les rapports tendus (c'est le moins que l'on puisse dire..) entre une femme et son conjoint.
Rarement un roman a-t-il si aussi bien porté son titre... de l'huile sur le feu des sentiments mais aussi des braises et du vrai feu qui menace de consumer chaque maison, chaque grange et qui alimente une peur collective qui devient démesurée.
J'ai adoré ce roman qui nous replonge dans l'atmosphère odorante, fumante, presque étouffante d'un tout petit village agricole où tout le monde se connait mais se déteste souverainement. L'histoire nous est narrée par la fille du personnage principal ce qui redonne à l'ensemble une légèreté que ce récit n'aurait certainement pas autrement.
"L'Huile sur le feu" est selon moi un très grand roman, à la fois beau et émouvant. Un roman comme je ne l'en avais pas lu depuis longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Chocolatiine
  21 septembre 2020
Ca brûle à Saint-Leup. Une ferme flambe, une deuxième puis une troisième. Ce qui pouvait sembler des accidents au début est clairement l'oeuvre d'un incendiaire. de qui s'agit-il? Qui donc donne tant de travaille à l'équipe de pompiers théoriquement dirigée par Ralingue mais en fait menée par le sergent Colu?
C'est Céline, la fille de ce dernier, qui nous raconte l'histoire. La pauvre jeune fille, prise entre les incessantes disputes de ses parents, n'a pas la vie facile. La mère n'a qu'une hâte : se débarrasser du père, défiguré à la guerre et qu'elle hait. Comment faire, sachant qu'il refuse obstinément le divorce et qu'elle n'a absolument aucun argument pour l'y contraindre? Car Bertrand, doux comme un agneau, supporte patiemment toutes les vexations causées par Eva. Et Céline est là, au milieu d'eux...
L'huile sur le feu est un roman bouleversant ! Je ne m'attendais certes pas à ça en le prenant dans ma bibliothèque, pas même après avoir lu l'interview d'Hervé Bazin en début d'ouvrage. La fin est terrible, j'en étais toute retournée. Je tire mon chapeau à l'auteur !
Il a mis brillamment en scène les querelles de couple, ainsi que l'existence tragique des enfants malmenés par les disputes de leurs parents.
S'attend-on à l'identité du coupable? Oui, car l'auteur en parle dans l'interview. Pourtant, cela ne gâche absolument pas la lecture, loin de là !
Challenge XXème siècle 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
PtitgateauPtitgateau   06 janvier 2021
Cet incendie-là, on l’avait vu de Segré. A trois kilomètres, il rivalisait de clarté avec un soleil couchant, il parsemait la nuit de millions d’étoiles filantes qui menaçaient tous les fenils du bourg.
Commenter  J’apprécie          270
genougenou   12 mai 2013
Toujours plus vive, la lueur tourne à l'orange, son centre devient éblouissant et, soudain, fuse, monte en torche, livre au vent de longs effilés rougeoyants... Le feu ! Plus de doute. C'est le feu. La silhouette balance et frémit. Mais l'homme se redresse aussitôt, se carre sur ce plan de ciel embrasé, dans une espèce de gigue... on dirait qu'il brûle lui-même avec joie, ou, mieux, que la flamme se dégage de lui, qu'il la souffle, poitrine pressée à pleins bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EmyBEmyB   25 décembre 2013
Laissez-moi pour ce soir. Pour ce soir seulement. Je n'ai pas le goût du malheur, ah! non. Mais, pour redevenir "la vraie Céline" celle que les gamins avaient surnommée "la Chouette" et qui sort de ce monde nocturne où ses prunelles se sont distendues, à encore des cris à oublier, des habitudes à perdre.
La vraie Céline! Je la souhaite autant que vous, mais complète et fidèle, plus vraie encore que l'adolescente aux coudes aigus, au soutien-gorge inutile, aux genoux impulsifs qui faisaient valser des tourbillons de jupe . La vraie Céline! Laissez-la guérir, La vie guérit toujours de la mort, quand elle s'aime. Et je l'aime ma vie! Mais je l'aimais aussi., et vous savez combien. Il y-a deux ans, ce soir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DarjeelingdoDarjeelingdo   17 février 2021
Les ifs obèses faisaient leurs bouddhas, assis dans l’impur gazon d’automne. Je donnai une tape amicale sur la fesse d’une nymphe qui se lavait les pieds depuis deux cents ans dans une vasque de marbre. Déjà nous grimpions les marches de l’escalier moussu, bordé d’un précieux mur de buis que Mme de la Haye était justement en train de rectifier, au millimètre près, avec ses ciseaux à dentelle. [•••] Rien qu’à la façon dont elle taillait ses buis, en croupionnant solennellement, il était facile d’interpréter sa pensée matinale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChocolatiineChocolatiine   13 septembre 2020
- Ah ! si j'avais quelque chose contre lui... Je ne resterais pas un jour de plus à lui repasser ses pantalons ! Mais qu'est-ce qu'il a, ce fer?
Le fer s'envole, vient renseigner la pommette de ma mère, qui le remet sur la cuisinière. Le suivant est trouvé trop chaud et refroidi sur la patte-mouille, arrosée de frais, qui fume de plus en plus belle. Ce pantalon n'est qu'un pantalon de papa. Les affaires de papa se repassent en dernier lieu, s'il reste du temps et du feu. Mais Mme Colu ne sabote jamais aucun travail, elle tient à sa réputation de ménagère de première classe, et n'importe quel pantalon, même celui du diable, même celui de son mari, a droit à un fer ni trop chaud ni trop froid. Lissant un pli parfait, avec un zèle sévère d'infirmière qui se force à soigner un blessé ennemi, elle continue, rageuse et, j'en jurerais, ravie de m'offenser.
- Mais rien, tu penses, rien ! Ce que je trouve le plus odieux, dans cet homme-là, c'est justement que je n'aie rien à lui reprocher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Hervé Bazin (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bazin
Savourez chaque semaine quelques pépites puisées dans les archives de l'INA qui illustrent avec humour les liens qu'entretiennent les français avec le livre ! Que provoque en nous la lecture ? Que lit-on et pourquoi ? Quand et où lisons-nous ? Le CNL a déniché dans les archives de l'INA un choix de pépites du petit écran pour découvrir ces mille et une façons de lire.
« Les trois quarts du temps, ce sont eux qui vous montrent le plus clairement là où l'on s'est trompé. »
Dans cette brève interview à l'occasion de la première Foire du Livre de poche, à Nogent-sur-Marne, en mai 1968, Hervé Bazin, le célèbre auteur de Vipère au poing, fait humblement l'éloge du lecteur.
Suivez le CNL sur toutes les plateformes sociales :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : pyromaneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Hervé Bazin

Né à Angers en ...

1901
1911
1921
1931

12 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Hervé BazinCréer un quiz sur ce livre