AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Martinache (Traducteur)
ISBN : 2258074479
Éditeur : Les Presses De La Cite (03/01/2008)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Sierra Leone, années 90. II s'appelle Ishmael Beah. Hier encore, c'était un enfant qui jouait à la guerre. Désormais, il la fait. Un jour de 1993. sa vie bascule brusquement dans le chaos. Ishmael a douze ans lorsqu'il quitte son village pour participer dans la ville voisine à un spectacle de jeunes talents. Il ne reverra jamais ses parents.
Après des mois d'errance dans un pays ravagé par la guerre, il tombe avec ses compagnons aux mains de l'armée. Faute de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
d1404
  22 février 2020
Ishmael a 12 ans, lui et sa bande de copains se passionnent pour le hip-hop américain. En Sierra Leone, la guerre fait rage, les premiers flux de réfugiés arrivent dans sa ville. Lui et ses copains se rendent à Mattru pour un concours de jeunes talents. de là, ils apprennent que la ville d'où ils arrivent a été attaquée par les rebelles. Ils décident de revenir sur leurs pas pour tenter de retrouver leurs familles.
Cet instant est le début d'une longue errance entre rencontres avec les rebelles, cadavres en décomposition et faim permanente. Il y a cet instinct de survie, forme de pilotage automatique qui le fait avancer.
Toujours regarder vers l'horizon, ne pas penser, marcher, s'adapter.
Certaines rencontres le marquent : un vieillard que l'on a abandonné faute de pouvoir le déplacer avant l'arrivée des rebelles, un pêcheur qui guérit leurs pieds meurtris. Dans les villages qu'il traverse avec ses compagnons d'infortune, les habitants ne font plus la différence entre les rebelles et les enfants...
Il est enrôlé par l'armée. Viennent les entraînements, tirs à balles réelles, tueries, la drogue. Son lieutenant accepte ensuite de le confier, avec un groupe de jeunes gens, à une antenne de l'UNICEF qui le fait intégrer un centre de réhabilitation dans la capitale du pays. Ce témoignage raconte le passage d'un jeune garçon par les enfers, une double mort suivie d'une résurrection. Certains passages sont crus, bruts. Un livre fort sur la résilience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Khalya
  07 février 2019
Ce livre a été une vraie claque. Il a été totalement impossible à lâcher, même si je n'ai pas pour autant atteint le coup de coeur.
L'histoire que nous raconte Ishmael ne décrit pas seulement la vie d'un enfant soldat, mais il nous raconte aussi sa vie quand la guerre lui est tombée dessus, son errance pour retrouver ses parents et tenter d'échapper à l'enrôlement de force par les rebelles, la traversée de village où les pré-ados et les ados sont regardés avec hostilité car les récit de villages pillés par les enfants soldats ont précédé Ishmael et ses camarades. Il nous parle du nombre de fois où il a frôlé la mort, que ce soit en tombant sur les rebelles ou aux mains de villageois terrorisés et donc insensibles.
Et quand ils croient être enfin en sécurité, c'est aux mains de l'armée régulière qu'ils tombent. Si celle-ci n'enrôle pas les gamins par la force brute, l'alternative qu'elle leur propose ne leur laisse, en réalité guère de choix.
On peut se rendre compte que, rebelles ou armée régulière, les deux exploitent sans scrupules les enfants, n'hésitant pas à les droguer pour les rendre plus insensibles à la peur, au danger, à la douleur, et aux abominations qu'on leur demande de commettre.
Quand enfin l'UNICEF arrive pour les tirer de là, j'ai trouvé ses membres très maladroits. Ils commencent par arriver en terrain conquis, agissant comme si les enfants soldats appelaient leur arrivée de leurs voeux. le moins qu'on puisse dire, c'est que la réaction des gosses va les surprendre. Ensuite, si je comprends la nécessité de les rééduquer, de contrevenir au lavage de cerveau qu'ils ont subis, j'ai trouvé qu'ils étaient mal préparés, qu'ils faisaient preuve d'arrogance et de condescendance, ce qui ne les a pas fait entrer dans les bonnes grâces des enfants. J'ai surtout trouvé qu'ils étaient mal préparés, même s'ils sont animés des meilleures intentions. Mais mettre dans la même pièce des enfants-soldats rebelles et des enfants-soldats armée, c'était presque comme leur donner des fusils et déclarer la chasse ouverte.
Cette guerre est partout et, quand elle s'arrête, il y a un autre coup d'état, et une autre guerre, avec d'autres alliances qui débute. On a l'impression qu'Ishmael ne peut pas y échapper. Car si les rapports entre les différentes factions ont changés, si les alliances se sont modifiées, les grands perdants restent les enfants-soldats, qu'on renvoie au front dans une guerre qui n'est pas de leur fait mais où ils se font allégrement massacrer.
J'ai trouvé qu'Ishmael avait un sang-froid et un courage exceptionnel, que ce soit dans les premières années, quand il fuit les rebelles, ou plus tard, quand il décide qu'il ne sera plus un enfant-soldat et qu'il est prêt à prendre le risque de tenter de quitter le pays pour se sortir de ce pays ravagé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LecturesdeVoyage
  13 septembre 2019
Si la paix et le calme sont bien et heureusement revenus dans le pays, les années de guerre civile n'en marquent pas moins les livres des écrivains sierraléonais. J'ai d'abord lu « A Long Way Gone. Memoirs of a Boy Soldier” d'Ishmael Beah. Ce récit, traduit en français sous le titre “Le Chemin Parcouru. Mémoires d'un Enfant Soldat », était inscrit au programme de lecture de mes enfants dans leur école américaine. Il m'avait toujours intrigué et je l'ai emporté avec moi lors de mon premier voyage au Sierra Leone. L'auteur raconte son itinéraire d'enfant-soldat : sa vie simple avant le conflit, les rumeurs de guerre qui se rapprochent, le jour où son village est attaqué par les forces rebelles et sa famille dispersée, son errance avec des amis de jeux avant d'être enrôlé de force dans l'armée officielle. le lieutenant qui les a recrutés leur explique qu'ils n'ont pas d'autre choix pour contribuer à l'effort de guerre et les exhorte à « venger leurs familles ». Ishmael devient un guerrier, on lui ordonne d'exécuter des prisonniers, et on lui refile de la came pour lui donner du coeur à l'ouvrage. Jusqu'à ce qu'un beau jour l'UNICEF débarque dans son camp pour rassembler les enfants-soldats et les emmener à Freetown dans un centre de rééducation. Celle-ci est longue, avec ses hauts et ses bas, mais finalement Ishmael est choisi pour témoigner de son expérience à New York.
Malgré une controverse un peu opaque sur la véracité de certains faits, c'est un livre fort bien écrit qui montre comment un enfant peut rapidement être entrainé dans la guerre et ses horreurs, que la ligne entre guerrier et victime est difficile à tracer et combien sortir de la spirale de la violence est un long chemin, pentu et ardu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SistaLor
  19 août 2011
Ce témoignage d'Ishmael Beah nous livre, à vif, les atrocités de la guerre et dénonce cette folie humaine. Quand les adultes peinent à comprendre comment un enfant peut déployer tant de férocité, son récit poignant et symbolique lui donne l'arme des mots. Lui donne une voix.
Ce que j'ai vécu avant, pendant et après la guerre a fait de moi ce que je suis maintenant.

Par son travail d'écriture, il redevient maître de sa vie. Il la recompose, mixant scènes d'aujourd'hui et cauchemars d'hier. Il pratique son exorcisme par le verbe. Et il n'est pas seul; par sa voix, nous entendons celle de tous les autres enfants-soldats, déchirés et déshumanisés, des enfants qui parfois auront la chance et le courage, comme Ishmael, de pouvoir vivre une seconde vie.
Il interpelle aussi la communauté internationale qui se doit de réagir, d'agir tout court, comme il l'a fait maintes fois auparavant… aux Nations Unies, à l'Unesco, au sein de conférences sur la condition des enfants dans le monde. Il sait qu'il n'est pas seul dans son combat pacifique puisque de nombreux témoignages nous parviennent.

Ishmael a 12 ans quand la guerre civile embrase la Sierra Leone, son pays. Tous les siens sont assassinés. Il s'enfuit alors au hasard dans la forêt, entre villages incendiés et monceaux de cadavres. Recruté de force par des “rebelles” dans une petite troupe affamée, droguée et hagarde, on le transforme en machine à tuer, en enfant-soldat.
Quinze ans plus tard, sauvé de cet enfer par une mission humanitaire, Ishmael se souvient et raconte cette inimaginable enfance, au-delà du bien et du mal, de la pitié et de l'horreur.

Lien : http://lorrecrietic.tumblr.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lirado
  16 juin 2019
Le chemin parcouru est un témoignage poignant, fort et violent d'une réalité que l'on préférerait ne pas connaître : les enfants soldats. A travers cette autobiographie, Ishmael Beah décrit avec le plus de justesse possible, chaque instant de son quotidien. Peu à peu il explique comment son adolescence a été brisée par la guerre et la mort, le transformant en une machine. L'écriture est simple et directe, allant dans le vif du sujet, retranscrivant chaque période de sa vie sans pathos et avec un regard critique.
On suit le héros dans chacune de ses expériences, dans sa folie meurtrière et on l'accompagne ensuite dans la deuxième partie du roman, où, tandis qu'il est devenu un animal assoiffé de vengeance, il est récupéré par l'Unicef et "ré-apprivoisé".
Déroutant, on ne peut pas passer à côté de ce livre qui met au jour un "passé qui dérange". le lecteur est pris à la gorge, marqué, ne pouvant plus ignorer ce qui se passe ailleurs dans le monde, que l'on a tendance à ne pas vouloir voir et oublier, car c'est "loin et ça ne nous concerne pas".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2012
 Chaque fois que des gens se ruent sur nous avec l’intention de nous tuer, je ferme les yeux et j’attends la mort. Même si je suis encore en vie, je sens qu’une partie de moi meurt chaque fois que j’accepte la mort.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   07 novembre 2012
 Ce fusil est la source de votre pouvoir. Il vous protégera et vous fournira tout ce dont vous avez besoin si vous savez bien vous en servir. 
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2012
Depuis que nous n’avions plus de mère à la maison, Junior et moi étions les marginaux de notre communauté. La séparation de nos parents avait laissé sur nous des marques que même les enfants les plus jeunes pouvaient voir. Le soir, nous faisions l’objet des commérages.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 novembre 2012
C’était exaspérant de recevoir des ordres des civils. Le son de leurs voix, même quand ils nous appelaient pour le petit déjeuner, provoquait en moi une telle fureur que je boxais le mur, mon casier, tout ce qui se trouvait à ma portée. Quelques jours plus tôt, c’est nous qui aurions décidé de leur vie ou de leur mort. Pour cette raison, nous refusions de faire tout ce qu’ils nous demandaient, à part manger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 novembre 2012
Les adolescents étaient immédiatement recrutés et marqués au fer des lettres RUF, là où cela chantait aux rebelles. Non seulement vous étiez marqué à vie, mais vous ne pouviez plus vous échapper parce que, lorsque les soldats tombaient sur un jeune garçon portant le sigle des rebelles sur le corps, ils l’abattaient sans même poser de questions, et les civils armés faisaient de même.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Ishmael Beah (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ishmael Beah
Ishmael Beah: 2014 National Book Festival
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Afrique>Histoire de 'Afrique occidentale (14)
autres livres classés : sierra leoneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ishmael Beah (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1889 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre