AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782211036399
168 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (17/08/1995)
3.5/5   7 notes
Résumé :
Be ne sait pas exactement quel âge elle a. Peut-être quatorze ans, peut-être seize. Sa mère, Aia, n'a jamais compté les années. Elle est membre du peuple des Bushmen et se souvient de son enfance, quand elle vivait parmi les siens et que, la nuit, elle pouvait regarder les étoiles avant de s'endormir.

Les choses ont beaucoup changé depuis ce temps-là. A la ferme de M. et Mme Coetzee, où Be et sa mère sont venue pour aider le grand-père, mi-employé, m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
dedanso
  26 août 2017
Avec le Chant de Be, Lesley Beake a souhaité rendre hommage au peuple des Bushmen de Namibie, qu'elle connaît bien puisqu'elle vit là-bas depuis ses seize ans.
C'est un pari réussi puisque, ce que je retiendrai surtout de ce récit, c'est tout ce qui a trait à ce peuple : sa façon de se nourrir, de vivre, son langage, ses espoirs et ses craintes. J'ai apprécié aussi le développement sur l'esclavage des Bushmen. Pour le reste, ce sera malheureusement assez vite oublié...
Le récit m'a paru insipide. La faute à un style répétitif ou à trop d'invraisemblances ?
Je ne dévoile rien en vous disant que Be, une Bushmen, va mourir puisque cet état de fait est dévoilé dès la 1ère ligne. L'enjeu est de savoir pourquoi. Et le gros souci vient de là : je ne comprends toujours pas pourquoi. Elle a eu une enfance assez protégée, de son aveu même. C'est la découverte du secret d'autres personnes de son entourage qui va la décider à se tuer. Be, qui n'est pas du tout dépressive, est en fait la personne la plus empathique qui existe sur Terre : elle se suicide à cause de la douleur des autres.
Ce qui est assez "drôle", c'est que l'auteur, dans son préambule, affirme que le peuple Bushmen a une grande faculté à être heureux. Je la crois d'autant plus facilement que je suis persuadée que pour vivre heureux, il faut se contenter de ce que l'on trouve autour de soi. Mais dois-je donc en conclure que Lesley Beake n'a pas su donner une vision réaliste de ce peuple à travers son récit ?
Je ne veux pas entendre que ce livre étant destiné à la jeunesse, ces invraisemblances et ce style assez pauvre peuvent être excusés. Au contraire, écrire pour la jeunesse devrait être encore plus exigeant. Donc, le moment venu, ce n'est pas ce livre-ci que je proposerai à mes enfants pour découvrir le peuple africain.
Mais ça se lit vite et bien...
Challenge Multi défis 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NATB
  06 février 2017
C'est un livre que j'ai acheté car le titre et la photographie de couverture ont attiré mon regard.L'auteur est écossaise et vit en Afrique du Sud.
"Le chant de Be" est un roman jeunesse paru à l'école des loisirs.
Be est une adolescente, une Ju/'hoansi peuple plus connu sous le nom de Bushmen,elle nous raconte son enfance heureuse au village parmi les siens et le choc lorsque avec sa mère il a fallu rejoindre son grand-père qui travaille pour un blanc dans une petite exploitation.
L'apartheid est bien présente, oppressante.
On apprend beaucoup sur la vie simple des Bushmen: "ce peuple, dont l'avenir en Afrique a été sérieusement menacé, a pu survivre en sauvegardant un grand nombre de traditions.Sa richesse ne s'évalue pas en biens mais en qualités qu'au XXe siècle nous pouvons lui envier : l'équilibre, l'humour et un instinct de la vie."
J'ai beaucoup aimé ce petit livre plein de poésie et de sagesse.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NATBNATB   28 janvier 2017
La fumée dans les flammes
des feux du Bushmanland.
Le miel doré de l'herbe
parcourue par le chant du vent.
Le parfum sucré qui rôde dans l'air
et la douce et grise poussière
- avant que nos pas
aient été effacés.
Commenter  J’apprécie          60
dedansodedanso   26 août 2017
Ce n'était pas comme ça du temps de mon père. Nous avions notre terre, notre n!ore, notre maison. Nous avions nos points d'eau et nos animaux. Nous savions comment chasser pour toujours laisser des animaux dans le veld. Nous savions vivre sans tout détruire et la plus petite des tortues n'avait rien à craindre dans notre veld. C'était ainsi.
Commenter  J’apprécie          30
NATBNATB   28 janvier 2017
Oh ! s'exclama-t-elle, et son regard n'avait jamais été aussi lumineux.Ton père était beau ! Sa peau lisse et pâle comme la tienne, son sourire comme le tien aussi. Et ses doigts, quand il me touchait, si frais, si secs. J'avais l'impression qu'ils me transmettaient son pouls, qu'à travers eux j'entendais battre son coeur. Il m'apporta du miel, je me rappelle son odeur, celle du veld où nous étions allongés. Je me souviens du son de la pluie qui tombait autour de nous et de son rire, profond et frais, comme la douce pluie. De son rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox