AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2874262668
Éditeur : Alice (15/10/2015)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Un nouvel élève est arrivé dans la classe de Victoria ce matin. Surprise : il est espagnol ! Autre surprise : il ne parle pas car il est sourd. Enfin si, il parle, mais la langue des signes. II s’appelle Manolo et a de très beaux yeux. Victoria n’a qu’une envie : faire sa connaissance. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. La Grande Zaza et sa bande de chipies ont fait de Manolo la nouvelle cible de leurs moqueries. Et il n’y a pas que dans la cour de récré qu’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  06 mars 2016
Quelle surprise pour Victoria ! Ce matin, un nouvel élève arrive dans sa classe et elle tombe immédiatement sous son charme. Mais Manolo est sourd et communique avec la maitresse grâce à la langue des signes. Victoria décide de s'en faire un ami, ce qui n'est pas le cas de tous ses camarades et de certains de leurs parents...
J'ai beaucoup aimé ce roman jeunesse qui permet d'aborder le thème du handicap, de la tolérance, du respect et de l'intégration scolaire.
L'expérience que font vivre Victoria et Manolo à leurs camarades de classe est vraiment intéressante et permet de faire découvrir ce qu'est la surdité. J'ai trouvé que c'était une très bonne idée, tout comme la présentation de l'alphabet en LSF.
Un très chouette roman à lire dès 8 ans !
Commenter  J’apprécie          160
Cigale17
  20 janvier 2019
Victoria, dont les parents adorent l'Espagne, tombe raide dingue amoureuse de Manolo, nouvellement arrivé dans sa classe. C'est comme si son rêve venait de prendre forme juste devant elle. Manolo est espagnol, il a de magnifiques yeux noirs et… il est sourd. Dès l'annonce de cette particularité par l'enseignante, une moquerie fuse (la grande Zaza, la méchante de service), mais la maîtresse reprend le contrôle et, au grand plaisir de Manolo, commence à signer sous les yeux ébahis des enfants…
Ce roman jeunesse présente aux enfants de 7-10 ans un handicap particulier : la surdité. Manolo est différemment accueilli dans la classe, tant par les enfants que par les parents. Alors que certain enfants se moquent de lui, d'autres, plus tolérants et plus ouverts, vont l'aider à s'intégrer. Il en ira de même pour les parents. Quand certains d'entre eux considèrent que le petit garçon sourd est parfaitement à sa place dans la classe, d'autres vont demander qu'il soit placé dans une classe spécialisée sous prétexte qu'il retarde les autres enfants. J'ai trouvé intéressantes les réactions de certains des enfants : leurs parents ont signé la pétition et eux, qui connaissent Manolo, ne sont pas d'accord et le font savoir avec les moyens des enfants…
Bref, Sandrine Beau nous propose un petit roman bien sympathique qui est en même temps une sensibilisation à un handicap, un questionnement sur l'accueil et la tolérance, et une initiation à la langue des signes française. Les illustrations fraîches et naïves de Gwenaëlle Doumont ajoutent à son charme, particulièrement celles où apparaissent ensemble Manolo et Victoria. Une vraie réussite, je crois !
Challenge multi-défis 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Sayyadina
  05 novembre 2015
J'ai trouvé cette histoire relativement touchante, magnifique et les dessins bien faits, très clairs et très compréhensifs.

L'histoire est assez compréhensive, je l'ai bien aimée car j'ai un peu vécu cela avec une personne que je connaissais et qui est sourde. Je me suis toujours intéressée à leur langue (que j'essaye toujours de comprendre), d'ailleurs dans le livre, on a droit à l'alphabet, ce qui est bien pratique si on veut épeler son prénom. J'aurais aimé un peu plus de signe mais bien sûr, je peux les apprendre un peu partout via le net.

Comme c'est une histoire pour les enfants, je me demande si une personne peut être compréhensive car hélas on vit dans un monde où le fait de ne pas être comme tout le commun des mortels est limite une tare.

J'ai apprécié le fait qu'on essaye de mettre les enfants dans la peau de Manolo car c'est vraiment comme ça qu'on peut apprendre comment vit une personne avec un tel handicap (je l'ai déjà fait avec divers handicaps et c'est relativement "handicapant" quand on a toujours vécu en entendant).

C'est vraiment une histoire que je recommanderais à mes enfants pour qu'ils comprennent plus facilement la vie d'une autre personne, différente qu'eux et qu'il ne faut pas en avoir peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Laurany
  08 novembre 2015
Avant toute critique, je remercie vivement la dernière masse critique de m'avoir envoyé cet ouvrage. Ce fut un vrai plaisir d'enfant d'attendre l'arrivée de l'ouvrage et de le lire comme un cadeau :)
Que dire de cet ouvrage illustré? Que c'est un vrai bonbon, une petite douceur tant c'est agréable et léger à lire. L'intrigue met en avant l'histoire de Victoria, une jeune écolière, qui tombe sous le charme du petit nouveau de sa classe : Manolo. Ce dernier a deux particularités originales : il est d'origine espagnol mais aussi sourd. Victoria est donc particulièrement intriguée par ce jeune garçon qu'elle s'empresse de rejoindre à la première récréation. Aucun mot ne s'échange mais seulement des sourires et le plaisir d'être l'un à côté de l'autre. Bien sûr, ce court roman illustré ne fait pas seulement le récit d'une jolie amitié mais aussi de la difficulté de certains enfants voire de certains adultes, à accepter la différence. le lecteur assiste alors à des formes de discriminations, des moqueries voire même la rédaction de pétition pour faire en sorte que Manolo soit placé dans une école spécialisée. Victoria et ses parents sont indignés et Manolo est lasse de tous les regards qui lui rappelle qu'il est différent des autres.
Jusqu'au jour où Victoria trouve un moyen de changer les regards.
Cet ouvrage ouvre une porte vers le monde de la surdité de façon simple mais proche de la réalité. Les illustrations sont beaux, expressifs et prêtent à sourire. Ils donnent vie aux propos et aux signes dont il est question dans le récit, reflètent le besoin d'incarner les idées en langue des signes et sont comme des clins d'oeil. Les visages reflètent la tendresse, la méchanceté ou l'étonnement des personnages. Les couleurs sont captivantes et vraiment belles !
Pour ce qui est de l'intrigue, elle est simple et les péripéties se succèdent naturellement, les personnages principaux sont d'une grande sagesse comme la maitresse ou Victoria et les membres de sa famille.
Ce roman a toute sa place dans les écoles dès la classe de CE2 afin de parler de la différence, des discriminations et de la méchanceté gratuite.
Un court roman mais un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jangelis
  19 mars 2017
Un petit roman bien construit, intelligent, absolument superbe.
Manolo est espagnol, ce qui déjà, intéresse Victoria, Manolo est fascinant à ses yeux, dès son arrivée en cours d'année dans l'école. Mais Manolo est sourd.
Si pour Victoria, la communication arrive à se faire très vite, pour d'autres élèves, sourd semble encore synonyme de débile, même au 21e siècle.
Et quand certains parents s'en mêlent, souhaitant une pétition pour exclure cet élève, parce que « il ne faudrait pas que nos enfants prennent du retard » ça n'arrange rien.
J'ai trouvé tout très juste dans ce roman : les réactions variées des élèves, celles des parents (et de leurs enfants) face à la pétition proposée, les rapports dans la classe, une meneuse etc …
Et la « solution » proposée par Victoria (et Manolo), solution à la portée de tout élève, sans rien d'extraordinaire, va s'avérer géniale, et efficace.
On se prend à souhaiter que tous les élèves lisent ce roman, mais aussi tous les enseignants. Parce que si la classe n'est pas forcément confrontée à ce genre de problème, elle peut l'être à des tas d'autres variantes d'exclusion volontaire d'un groupe.
Avoir cela juste après Baby-Sittor interpelle sur les divers types d'enseignants !!
Lien : http://livresjeunessejangeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
Ricochet   14 avril 2016
Les illustrations de Gwenaëlle Doumont apportent fraîcheur et humour à ce texte qui provoquera réflexion et sera source de débats entre adultes et enfants.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JangelisJangelis   19 mars 2017
Le problème avec cette histoire de pétition, c'est que ça a commencé à diviser les parents.
Et du coup, à l'école, on a vu apparaître des clans
Pourtant, à part la Grande Zaza qui ne se privait pas d’une réflexion dès qu'elle le pouvait, tout le monde s'était habitué à Manolo et à ses dialogues silencieux avec la maîtresse.
[…]
Les parents de Loris avait signé et Loris pensait qu'ils avaient raison. Évidemment, la Grande Zaza applaudissait. Chez Nathan, par contre, tout le monde avait refusé de signer, et Nathan affirmait que c'était ses parents qui avait raison. Louis ne voulait pas prendre parti. Élise s'en moquait comme de son premier tube de colle à paillettes et Aurore refusait d'en parler. Le papa de Romane avait signé, mais sa maman avait refusé, et Romane, elle, continuer à se poser des questions. Matéo était très en colère parce que ses parents avaient signé et qu'il n'était pas du tout d'accord avec eux. Alors que Maélyne pensait que ses parents avaient tort d'avoir refusé de signer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cigale17Cigale17   20 janvier 2019
C’est à ce moment-là qu’il s’est passé quelque chose qui nous a tous épatés. La maîtresse a commencé à bouger ses mains, et aussi ses lèvres et son visage, mais sans rien dire du tout. Pourtant, c’était clair qu’elle parlait. Elle parlait, mais sans paroles. On ne l’avait jamais vue faire ça.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Sandrine Beau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sandrine Beau
Sur France Bleu Besançon, dans La Grande Librairie, Marie-Ange Pinelli reçoit Sandrine Beau pour son album jeunesse "La girafe en maillot de bain" (L'élan vert). Le 1er mai 2013.
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La porte de la salle de bain

Comment se nomme le beau-père de Mia ?

Lloyd
Loid
La moule

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : La porte de la salle de bain de Sandrine BeauCréer un quiz sur ce livre
.. ..