AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mathieu Ichou (Directeur de publication)
ISBN : 2811117334
Éditeur : Karthala (02/10/2016)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Qu’est-ce que la « crise des migrants » en Europe ? Cette expression simple, parée des attributs de l’évidence, s’est imposée dans le débat public depuis 2015. Parfois également nommée « crise des réfugiés », elle fait référence à l’augmentation récente et massive des entrées en Europe de populations en provenance notamment de pays déstabilisés, voire en guerre : Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.

L’objectif de cet ouvrage est de fournir des clés de c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ninosairosse
  22 février 2017
Ceux qui font pipi au lit, partiront pour l'Italie,
Si la grosse commission, s'en iront aussi mais pour le Chie-lit....
En fait, tout commence dans notre département des Landes,
Un émissaire venu des Flandres, débarqua ici pour repeupler son Etat qui était les Pays-Bas,
un comble me direz-vous, quand je vous apprendrais qu'il nous substitua nos bergers sur échasses pour peupler sa Haut-LANDE, nos maigrichons pâlots, nos anorexiques squelettiques pour la Fin-Lande, les Obèses pour le Gros-Land, enfin pour ceux qui le décodèrent, et les célibataires endurcis devinrent "Mec si qu'un". Du fait de cette mauvaise tournure, ils lui en voulurent, le dos ils lui tournèrent et plus jamais il ne se représenta du fait de son imposture, c'était en fait un Faux mage de Hollande .
Bien sûr, ceux qui restaient se révoltèrent, et vers un autre, venu de Baltique se réfugièrent, un mythe Errant ...c'est lui qui aurait réuni dans son exil, les Mi-GRANDS...
On aurait retrouvé dans un écrit Royal plus ancien, l'étymologie de "migrationner" :
le nez aquilin tu migrais chez les Egyptiens
le nez de Redon tu restais Breton,
le nénuphar tu allais nulle part !
je sais, c'est très complexe comme aurait dit Oedipe, un représentant aux pieds enflés qui nous annonçait la venue de ToutankHamon ...
Voilà, je remercie Masse Critique, pour mes insomnies, à force de chercher une critique sur un livre qui m'a endormi. Trop de chiffres, de statistiques sur des chiffres non validés, des fondements pas vraiment consolidés, des consolidations pas vraiment fondés....
Bien sûr avant d'apprécier cette lecture je vous remercie de lire la quatrième de couverture, pour ses propos certes plus intelligents et plus sérieux ; mais ma bienséance, mon art de ne point vouloir vous déplaire, exigeait de ma part d'être moins ennuyeux....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
maripole
  22 février 2017
« Au-delà de la ‘crise des migrants' : décentrer le regard ». Ce qui m'a attiré dans le titre de cet ouvrage est bien le concept de décentrement du regard sur un sujet controversé. 8 contributions, servies par 7 contributeurs, mettent en valeur le décentrement du regard sur les migrations. Une introduction et une conclusion résument bien les articles qui traitent de l'Europe et des migrations vers d'autres destinations. Elles sont principalement l'oeuvre de Cris Beauchemin, chercheur spécialisé, dont une biographie courte est à lire sur ce site : http://www.babelio.com/auteur/Cris-Beauchemin/403539 .
L'Europe a ré-découvert ‘la crise des migrants' en 2015 avec les files sans fin de réfugiés et/ou migrants qui ont traversé l'Europe et nos écrans, souvent à pied, depuis la Grèce jusqu'en Allemagne.
Depuis l'époque des ‘boat-peopl'e au début des années 1970, mais avant la fin des '30 Glorieuses', l'Europe semble vite oublier les épisodes des ‘panteras' qui échouent aux Canaries ou en mer, les bateaux d'Albanais d'autrefois, et surtout le flot continu au départ de la Libye, puis plus récemment les très nombreuses personnes qui fuient le chaos en Somalie, Érythrée, Afghanistan, Irak et Syrie. Mais l'Europe n'est pas près d'oublier l'été de 2015 et l'arrivée d'un million de personnes en Allemagne. Cela nous a marqué.
Dans ce contexte, certains en Europe veulent suivre l'exemple de la frontière entre le Mexique et les États-Unis. le durcissement des obstacles n'a pas eu l'effet dissuasif espéré, mais cela n'empêche pas les populistes de promettre une frontière toujours plus étanche. Les murs n'agissent pas sur les motifs de départ. Ils aggravent le sort des migrants qui doivent passer entre les mains des mafias, qui prennent de risques terribles et, une fois passés de l'autre côté, ne peuvent plus retourner au pays d'origine sans risquer de ne plus retrouver leur nouveau pays d'accueil.
Le livre démontre avec des faits historiques, et une perspective plus sereine, que les craintes ‘d'invasion' ne sont pas fondées par rapport aux capacités d'accueil de nos sociétés à présent et à d'autres moments de l'histoire. Les différents articles nous apprennent que l'Europe n'est pas d'ailleurs la destination unique pour les migrants des différentes zones de conflit ou de misère au monde. L'Europe connaît des arrivées importantes, mais il faut souligner que des européens quittent aussi le continent, depuis toujours, et des migrants d'antan retournent parfois s'installer dans leurs pays d'origine.
L'apport de ce texte est qu'il décentre donc notre regard par rapport aux idées reçues, aux préjugés et le focalise sur les faits, la réalité historique et géographique. Il nous fournit ‘des clés de compréhension de la ‘crise des migrants' actuelle en prenant de la distance par rapport aux représentations communes du phénomène.' Il aide à ‘dépasser les discours sensationnalistes qui fondent les peurs de l'invasion et les fantasmes de repli sur soi..'
Le décentrement se présente sur 3 plans ; statistique, historique et géographique. Les chiffres nous rappellent que nous sommes plus de 500 millions en Europe de l'ouest et que les flux récents ne vont pas nous submerger. Nous avons connu des mouvements importants de déplacés dans l'histoire. Nous y avons fait face et les nouveaux venus ont toujours contribué à la croissance et la prospérité. L'illusion ‘du jamais vu' ne résiste pas aux rappels de ce que nous avons connu par le passé et que d'autres pays et régions ont vécu. Les réfugies et migrants touchent bien d'autres régions telles le Maroc, le Moyen Orient et même le Mexique qui accueille des réfugiés de l'Amérique Centrale. L'Afrique subsaharienne en particulier nous interpelle. L'examen empirique ‘démontre qu'il faut adopter une vision multilatérale des migrations qui ne se contente pas de scruter les départs, mais qui s'intéresse aussi à la non-migration et aux retours'.
Grande contribution à un débat informé et, surtout, qui se veut informé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
gflorens84
  28 février 2017
Il est parfois des lectures qui sont nécessaires en ces temps de crise, de confusions et d'intoxications médiatiques plus ou moins conscientisées. Ce livre est un antidote assez efficace pour démystifier le phénomène actuel des migrations, en le plaçant dans une perspective historique (ce n'est pas nouveau), géographique (pas qu'en Europe), et sociologique (le niveau d'études des migrants, ou leur niveau de ressources, ne sont pas aussi faibles que ce que nous avons tendance à préjuger).
Une analyse pertinente donc, nécessaire probablement, et qui a eu un écho dans les médias (france Culture en a parlé il y a quelques jours).
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   23 février 2017
Appeler "réfugiés" les personnes qui se pressent aux portes de l'Europe en arrivant dans des conditions tragiques, c'est invoquer le droit humanitaire et d'emblée reconnaître la légitimité de leur présence et la nécessité de les accueillir. A contrario, les nommer "clandestins", c'est à la fois insister sur leur illégalité (supposée) et sur leur caractère indésirable. Cette opposition sémantique irrigue les discours publics et signale les positionnements politiques.

p16
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
ninosairosseninosairosse   22 février 2017
Ce chapitre propose d'interroger cette vision unilatérale de l'immigration qui ne pense les flux que de l'étranger vers la France. L'émigration, c'est à dire les sorties du territoire français pour l'ensemble des individus y résidant à un moment donné, qu'ils soient français de naissance, immigrés ou étrangers, est en effet mal connue en France.

p75
Commenter  J’apprécie          160
ninosairosseninosairosse   23 février 2017
Alors que les personnes nées à l'étranger représentent environ 10% de la population, l'enquête sociale européenne montre que les habitants de la métropole imaginent qu'ils sont près de 30%. Cet écart témoigne d'une formidable distorsion entre les phénomènes migratoires et leur perception. Il ne fait pas de doute que les images diffusées par les médias télévisés impriment dans les esprits un sentiment d'invasion.

p15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ninosairosseninosairosse   23 février 2017
On suppose implicitement que les immigrés viennent s'installer de façon définitive, comme si l'arrivée en France marquait l'achèvement de leur parcours migratoire. Pourtant, beaucoup d'entre eux repartent. De récentes estimations suggèrent que 20 à 50 % des immigrés présents dans les pays de l'OCDE repartiraient dans les cinq années suivant leur arrivée.

p74
Commenter  J’apprécie          90
ninosairosseninosairosse   22 février 2017
Si les migrations et les migrants n'étaient plus systématiquement synonymes de "misère du monde" mais reconnus comme une richesse, les positions dans le débat sur le degré d'ouverture des frontières s'en trouveraient sans doute profondément modifiées.

p72
Commenter  J’apprécie          132
Video de Cris Beauchemin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cris Beauchemin
La journée scientifique "Crise des migrants: décentrer le regard" du 18 mars 2016 était organisée par l'unité Migrations internationales et minorités et le pôle Perspectives internationales de l'Ined. Journée co-organisée par Jean-Luc Primon (Unice-Urmis, iPOPs) et Cris Beauchemin (Ined)
autres livres classés : démographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Cris Beauchemin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre