AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Matou (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
litolff
  14 octobre 2010
Curieux roman que ce Matou qui oscille entre le conte, le scénario de bande dessinée, l'aventure rocambolesque, un style somme toute assez inclassable dont l'histoire tourne autour d'un restaurant, un gamin et un matou.
D'abord il y a la langue, truculente et colorée qui donne un accent particulier aux péripéties de Florent, Elise et Monsieur Emile, car péripéties il y a !!! On n'a pas le temps de s'ennuyer au cours des 600 pages de ce roman où l'on rencontre des personnages aussi loufoques qu'attachants (un curé qui ne vit que pour lire, un cuisinier français volubile, un petit garçon délaissé par sa mère) et où les aventures s'enchaînent de façon rocambolesque.

Un livre qui parle de la vie et de la mort, de la chance et de la poisse, d'amour et d'amitié, de l'enfance en détresse, de cuisine et de littérature, du système médical canadien et surtout de Montréal dans les années 70.

Quelques longueurs et un mystère pas élucidé qui tempèrent mon enthousiasme, beaucoup de fantaisie et d'humour, de férocité, de tendresse, un zeste de fantastique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Er-et-cel
  15 octobre 2014
Un livre plein d'expressions québécoises et d'images "à la mode québécoise", donc très agréable à lire. La première moitié m'a paru plus inventive que la fin sur le plan du langage. L'intrigue est bien menée, avec des personnages à peu près crédibles, originaux et très divers.
Et pourtant, je n'ai pas été captivé par l'histoire: le héros ouvre un restaurant mais se fait berner par son associé de façon un peu trop simpliste, part en Floride où il se montre super homme d'action et d'affaires, revient au Québec, s'intéresse aux antiquités et gruge tous les paysans qui ont de vieux meubles de valeur, etc..Ça bouge, il y a du suspense, de l'humour mais je n'ai vraiment pas réussi à m'attacher à l'histoire et encore moins aux personnages. Quant au gamin dont la critique chante les louanges, je lui aurais plutôt botté les f... très souvent, malgré ses malheurs réels. Alors, un bon livre ? oui malgré tout mais je n'y reviendrai pas.
Commenter  J’apprécie          60
kesalul
  26 juin 2008
C'est, à mon sens, un roman incontournable pour qui souhaite découvrir la littérature québécoise… voire même, incontournable tout court!! Et je remercie ma petite maman de m'avoir mis ce livre entre les mains…

On découvre en effet un récit captivant qui s'équilibre entre conte et réalisme : d'un côté, de la fantaisie, un soupçon de fantastique, et quelques situations rocambolesques, et de l'autre, la description du Montréal d'il y a 30 ans, ses rues, ses habitants, son accent si charmant et son froid perçant et impitoyable…

Vous vous attacherez sans doute aux héros et à tous les personnages secondaires, dont vous deviendrez l'ami(e) au fur et à mesure du récit, et si vous êtes comme moi, vous aurez bien du souci à les quitter au moment de refermer le livre sur cette incroyable histoire.


Commenter  J’apprécie          60
keisha
  22 novembre 2009
Un mystérieux personnage, Egon Ratablavsky (qui est-il? est-ce son vrai nom?) propose à Florent et Elise,un jeune couple de Montréal, de les aider à ouvrir un restaurant. Grâce donc à son intervention, tout marche comme sur des roulettes, l'argent est prêté, le restaurant leur est vendu, les clients se pressent pour savourer la cuisine à prix légers du français Alexis Picquot.
Mais cette belle aventure ne durera pas... Florent et Elise découvrent que de pseudo amis sont des ennemis. le plus terrible, le plus puissant, celui qui sait tout d'eux et les poursuit avec acharnement, c'est Egon Ratablavasky. Ils vont lutter pour s'en tirer, avec le soutien de leurs fidèles amis, Alexis bien sûr, Ange-Marie, un cousin prêtre, les parents D Alexis. Un malheureux gamin nommé Monsieur Emile et son chat Déjeuner auront aussi leur rôle à jouer.

Yves Beauchemin entraîne son lecteur ravi sans lui laisser le temps de souffler ou de réfléchir et lui fait découvrir la ville de Montréal et ses environs, ceci à toutes saisons; ses expressions sont souvent amusantes et imagées, c'est vif, alerte, truculent. Une superbe galerie de nombreux personnages, qui vont et viennent sous nos yeux sans temps morts. Un peu rapidement sans doute car je ne me suis pas trop attachée à eux...

Une vraiment drôle d'histoire, qui ne tourne pas comme prévu. Tout va très vite, l'auteur ne s'appesantit pas sur la même scène. Un personnage peut apparaître, et deux pages plus loin se faire renverser par une voiture, et donc disparaître alors qu'il avait un bon potentiel romanesque. Des pistes qui pouvaient faire espérer un éclaircissement sur la personnalité d'Egon Ratablavsky se révèlent des culs de sac. En refermant le livre, j'avais encore beaucoup de questions sans réponse.
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable
  28 mars 2013
Un classique de la littérature québécoise. Je l'ai lu il y a longtemps, mais je me souviens encore des personnages marquants de ce roman: l'attachant Monsieur Émile, l'inquiétant Ratablavsky et le sympathique couple formé par Florent et Elise qui vivra beaucoup plus de difficultés qu'il n'en mérite.
Commenter  J’apprécie          30
Salix_alba
  28 août 2018
Prise en main de ce gros volume -670 pages, version définitive- intitulé « le Matou », d'un auteur québécois, Yves Beauchemin.

L'action se situe au Québec, et, nous allons partager, au fil des pages, le destin croisé de Florent Boissonneault, d'Elise sa femme, d'un vieux monsieur Egon Ratablavasky et de monsieur Emile –garçon de 6 ans- avec son « matou », dans les années 70.

Le rêve de Florent, devenir propriétaire d'un restaurant (La Binerie). le début m'a fortement accroché, pour ensuite, avec la verve québécoise de l'auteur, continuer par une fresque de l'univers humain quotidien de cette belle contrée. Se mêlent ainsi, l'humanité, la turpitude de certains, la lâcheté d'autres, la générosité ; bref, une tranche de vie avec tous ses aléas…
Je n'ai pas eu l'impression d'être dans les années 70 mais plutôt au XIX siècle. L'accent étant surtout mis, et avec bonheur, sur les personnages –truculents-, et non sur leur environnement.

Un sentiment de manque m'a gâché la fin, sans pour cela attendre une « happy end », j'eusse aimé avoir les motivations d'Egon Ratablavasky quant à son obsession à « traquer » Florent. Personnage énigmatique, qui pour moi a gardé tout son mystère !

D'agréable lecture, son style et ses personnages, nous permettent de le savourer avec délectation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
clairejeanne
  03 juin 2013
Formidable ! Un très beau conte que ce grand classique de la littérature québecoise; à découvrir et à apprécier. L'histoire est celle d'un jeune couple, Florent et Elise Boissonneault qui rèvent de posséder leur restaurant et de créer une belle famille, mais les choses ne vont pas être simples et les embûches nombreuses. Autour d'eux, un certain nombre de personnages attachants et étonnants, voire loufoques ou malfaisants gravitent: Picquot le cuisinier français fort en gueule et en amitié, monsieur Emile, jeune garçon de cinq - six ans, accompagné de son chat Déjeuner (le matou), et Egon Ratablasvasky, le méchant ... Impossible de raconter toutes les aventures et péripéties du couple Boissonneault ! L'ensemble est écrit dans un savoureux français du Québec. C'est prenant, original, drôle et triste par moments, réaliste et fantaisiste; une histoire bien québecoise, un grand bonheur de lecture, comme ce dût être, on le sent, un grand bonheur d'écriture.
Lien : http://www.les2bouquineuses...
Commenter  J’apprécie          20
xst
  18 septembre 2013
Florent avec l'aide d'Élise sa compagne et de Monsieur Émile un enfant de 6 ans maltraité qui rêve de se faire adopter avec son chat, achète un petit restaurant miteux: la Binerie Mont-Royal. Ils se font financer par Egon Ratablavasky un vieil homme ratoureux dont la générosité cache une nature diabolique et des désirs sordides fait de domination et de méchanceté gratuite. Ce vieux roublard "s'amuse" tout au long de l'histoire à manipuler ses "protégés" qui de le voir devenir si puissant et malin s'interrogent bientôt de savoir si il n'est pas le Diable. Heureusement, le chat de Monsieur Émile veille ....
Rocambolesque et ubuesque ce livre se lit d'une traite (600 pages quand même) comme un roman d'espionnage en nous tenant en haleine jusqu'à la dernière page.
Ce livre a été traduit en 17 langues et un film en a été tiré.
Commenter  J’apprécie          12
Cjanick
  27 mai 2012
Je suis en train de le relire, j'avais gardé un très bon souvenir de ce livre lu il y a ..........................très longtemps.
Commenter  J’apprécie          10
GB
  16 février 2018
Pleins de rebondissements dans ce roman, pleins de personnages truculents, on ne s'ennuie pas.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
143 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre