AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2924283841
Éditeur : Éditions Somme toute (27/04/2015)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le français québécois est souvent présenté comme du joual, comme du mauvais français, comme un simple registre populaire qui contrevient au contenu des sacro-saints ouvrages de référence. Cela entache l'identité québécoise d'une profonde insécurité. Mais si on le présente dans toute sa complexité, comme une variété de langue légitime et pour laquelle les locuteurs ont un droit de regard, on nettoie cette tache. On donne à l'identité québécoise tout le lustre dont el... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LucSeguin
  05 février 2017
Il y aura, pour moi, un avant, et un après La Langue rapaillée. Ce que j'aime de ce court essai de la linguiste Anne-Marie Beaudoin-Bégin, c'est qu'il s'attaque à ce qui menace le plus le français parlé au Québec : son statut, les préjugés dont il est l'objet, voire le mépris. Je pense, ici, à la remarque d'Eugénie Bouchard, il y a quelques années, ou celle de Thierry Ardisson, sur le plateau de Tout le monde en parle. Beaudoin-Bégin remonte plus loin, au frère Untel, pour qui le joual, c'est-à-dire le français québécois familier, est « une langue désossée », « un cas de notre inexistence ». L'auteure cite aussi cette blague qui circule encore sur Facebook, où, sur trois colonnes, des mots anglais sont comparés à leurs équivalents en français soigné, puis en « Québécois » familier : « right here », « ici même », « drette là »... Mais, aussi bien, le mépris se voit chez ceux qui trouve le français d'ici « pittoresque », « cute »…
Cette situation a des causes historiques, mais s'explique aussi par la prépondérance d'une certaine idée de la langue française, qui serait si « belle, esthétique, grande, prestigieuse ». Pour déconstruire ce mythe, Beaudoin-Bégin rappelle d'abord quelques évidences : toutes les langues évoluent, elles sont vivantes, hors de tout essentialisme, et toutes possèdent deux registres : le registre soigné, ou soutenu, et le registre familier, dont aucun n'est supérieur à l'autre, chacun ayant sa valeur, son utilité. le problème, c'est que les puristes comme Guy Bertrand, premier conseiller linguistique de Radio-Canada, appliquent au registre familier, celui de la langue parlée au quotidien, en situation informelle, les règles plus strictes du registre soigné, réservé aux situations « formelles ». Or, le registre familier se définit par sa liberté, le fait, précisément, que chacun peut utiliser la langue comme il veut, employer l'épenthèse, modifier des mots, en utiliser certains plutôt que d'autres, comme des anglicismes, des archaïsmes : « Lorsque les puristes viennent affirmer que tel ou tel mot est acceptable en registre familier, ils sortent de leur juridiction. Personne, sauf les locuteurs, ne peut gérer le registre familier ». Une seule contrainte : être compris de son interlocuteur.
Beaudoin-Bégin se montre particulièrement convaincante lorsqu'elle met en lumière, à partir de plusieurs exemples, l'incohérence des puristes dans leur critique des anglicismes, et le peu de valeur de leurs arguments, qu'ils tentent d'appuyer sur l'étymologie, sur la logique, alors que la langue est truffée d'illogismes. Si certaines formes ne sont pas acceptées, inutile de chercher « des explications plus approfondies que le fait que ces formes ne sont pas acceptées ». Point. « La norme prescriptive est un ensemble de règles auxquelles la société accorde une valeur ».
Si sa critique des puristes, aussi appelés « prescriptifs », est si sévère, c'est qu'ils « ont bel et bien réussi à profondément inculquer dans l'imaginaire linguistique des Québécois l'idée que la plupart des formes caractéristiques à cette communauté linguistique sont les symptômes de l'étiolement de la langue »
Cet essai réhabilite le français québécois, non pas comme langue distincte, comme le suggère le terme « joual », mais en tant que variation du français. Une variation parmi les autres variations, ni dégradée, ni étiolée. Car, en matière de langue, il ne peut y avoir rien d'autre que cela : des variations. Et aucune n'est supérieure à l'autre, pas même la variation française, élevée au statut de norme de référence au Québec depuis le rapport Durham, au XIXe siècle. Toutes ont leur registre soigné et leur familier, toutes sont composées de mots anciens et modernes, toutes évoluent, toutes expriment une identité. Les mépriser, c'est mépriser les gens qui en font usage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mamouska
  02 juillet 2015
Que nous avons besoin de ce type de livre pour nous faire comprendre que le français est vivant et qu'il évolue dans le temps, dans l'espace et surtout avec les gens qui le parlent et l'écrivent. Merci
Commenter  J’apprécie          40
dijoux974
  14 février 2016
excellent livre sur ce qu'est le français québécois, registre populaire, bel ouvrage
Commenter  J’apprécie          00
VerboMoteurs
  09 août 2019
Super analyse qui met en perspective beaucoup de comportements des Québécois par rapport à leur langue - et je suis certain que des Suisses, des Belges, des Francophones de partout au monde pourraient s'y reconnaître!
J'ai d'abord présenté mes Impressions de lecture de cet essai sur mon vidéo-blogue, qu'il me fait plaisir de partager ici (de manière plus détaillée que ce petit commentaire). Pour le consulter, cliquez ici bas:
Lien : https://youtu.be/sJG-TDKoNAY
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ieo9ieo9   30 avril 2016
Confondre la langue écrite et la langue elle-même, c'est confondre le symbole avec ce qu'il symbolise. Car l'écrit, ce n'est pas une langue. C'est un code utilisé pour préserver physiquement des idées. C'est une manière de rendre réel ce qui se trouve dans notre tête.
Commenter  J’apprécie          70
ieo9ieo9   30 avril 2016
Le problème avec cette confusion, c'est qu'elle donne l'impression à ceux qui ne maîtrisent pas les règles du français écrit qu'ils ne maîtrisent pas leur langue. Quand on pense à quel point la langue fait partie de l'identité, surtout dans le contexte québécois, on constate la gravité de ce raisonnement.
Commenter  J’apprécie          40
ieo9ieo9   30 avril 2016
Dépêchez-vous, amis Québécois, à écrire comme bon vous semble les mots qui ne sont pas encore relevés dans le Petit Robert! Dépêchez-vous à écrire tabarnak, tabarnac, tabarcack (sic) ou tabarnaque! Car s'il lui prend l'envie de relever les sacres, le Petit Robert vous en imposera l'orthographe!
Commenter  J’apprécie          00
ieo9ieo9   22 mai 2016
C'est que les Canadiens anglais peinent à faire reconnaître la particularité de leur culture. Ils peinent à bloquer l'envahissement de la culture de masse américaine. Le français, au Québec, sert de bouclier contre cet envahissement.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : langueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Anne-Marie Beaudoin-Bégin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre