AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213720609
342 pages
Éditeur : Fayard (28/04/2021)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Eugénie D déborde d’imagination et de projets farfelus pour s’isoler d’un monde qui l’effraie. Elle sait les hommes prompts à arracher les ailes des femmes.
Joséphin, chauffeur de taxi mutique, est né dans un pays en guerre. Il charrie sa maigreur et sa méfiance des hommes. Pour oublier sa mélancolie, il tourne la terre sous ses mains à l’infini.
Leurs vies basculent quand ces deux empotés magnifiques se croisent sur un quai de gare.
Une rencon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  03 mai 2021
Joséphin et Eugénie se sont rencontrés un soir de pluie à la gare Montparnasse. Tellement troublés par le premier regard qu'ils se sont échangés, que Joséphin a oublié de conduire Eugénie vers la voiture qui devait l'acheminer jusqu'à son domicile et qu'Eugénie l'a suivi à pied sans mot dire. Il faut dire que le langage n'est pas un talent naturel pour eux. Joséphin ne peut s'exprimer qu'en modelant de la terre glaise, et Eugénie manque de mots. le passé qu'ils cachent douloureusement les condamne à la solitude .
Les premiers pas sont difficiles à franchir, pour Eugénie, la grosse que l'on regarde avec pitié ou dégout dans la rue, et pour Joséphin, si grand et si maigre et si muet.
C'est l'histoire de leur rencontre et de leurs confidences, du soin mutuel qu'ils s'apportent , du partage progressif de ce passé qui les mine..
L'empathie fonctionne, et on s'attache à ces deux blessés de la vie.
Mais la forme donnée au roman est surprenante. Il n'y a pas d'unité de style. Une grande partie est écrite comme un conte parlé, des poésies s'interposent, et d'autres passages sont plus classiques. de quoi y prendre un peu son latin.
Cela nuit au plaisir de la lecture. Et c'est dommage car les personnages sont
intéressants.
Merci à Netgalley et aux éditions Fayard.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Marie-Nel
  14 mai 2021
L'année dernière, je lisais pour la première fois un roman de Baptiste Beaulieu avec Toutes les histoires d'amour du monde, que j'avais beaucoup aimé. Je connaissais déjà l'auteur car je le suis sur Instagram, ses stories sont remplies d'anecdotes sur son métier, sur les gens qu'il rencontre. Il a par exemple été d'un grand soutien moral lors du premier confinement en mars 2020 où il expliquait clairement ce qu'était le coronavirus, ce que nous devions faire ou ne pas faire, et toujours le bon mot pour nous remonter le moral. Car Baptiste Beaulieu est médecin avant d'être écrivain, il a une grande sensibilité, il côtoie plein de monde chaque jour, il sait écouter, et il s'inspire des gens pour créer de beaux personnages.

Et les personnages de ce nouveau roman sont une fois de plus très beaux. Je ne vais pas revenir de trop sur le contenu de l'histoire, parce qu'il faut la découvrir comme l'a voulu l'auteur. On découvre les personnages petit à petit, au fil des pages. Ils sont deux et tout le roman va tourner autour d'eux. Eugénie D. est une femme célibataire, elle aime inventer des objets utilitaires, pour la vie de tous les jours. Elle est très renfermée sur elle-même, elle souffre de ses kilos en trop, elle souffre du regard des autres, de toutes ces phrases assassines qu'on lui a dit sur ses formes. Elle se sent très mal dans sa peau et ne côtoie personne.
Josephin est un homme aux épaules en guidon de vélo, célibataire lui aussi, il ne parle pas ou très peu. On sent chez lui un passé lourd et difficile à oublier, qui le marque encore. Il arrive à se délester de toutes ses émotions grâce à la poterie, il crée des céramiques, des pots, des vases. Les moments où il modèle la glaise sur son tour sont les seuls où il parle, où il raconte sa vie, il confie tout à ses pots. Pour lui, chaque vase, chaque pot qu'il fait détient son  histoire propre.
Ces deux personnages vont se rencontrer fortuitement sur un quai de gare. Ils ne le savent pas encore, mais ils sont voisins, ils habitent l'un en face de l'autre. Ils vont apprendre à se connaître, même si Eugénie parle plus que Josephin. Il va la faire entrer dans son monde, il va lui montrer la poterie et l'art de modeler un objet. Elle se rendra compte ainsi que Josephin parle quand il modèle, et c'est à ce moment là qu'elle en apprendra plus sur lui. Et sur nous aussi, lecteurs, on en apprendra plus sur lui, sur son passé, sur son pays de naissance, en guerre, et sur son enfance difficile. Et on n'est pas au bout de nos surprises avec ce couple.

Je me suis doutée que tout n'allait pas être si tranquille tout le long, j'avais une sensation de calme avant la tempête, et les événements qui vont arriver m'ont surprise, car je ne m'y attendais pas du tout. Et l'auteur nous annonce ça en une seule phrase, à la fin d'un chapitre, une date qui fait que l'on sait qu'un drame va arriver et que les personnages ne vont pas pouvoir en échapper. Bien sûr, je ne vous dirai rien, ce serait dommage de gâcher l'effet.
Je me suis très vite attachée à ce couple. Je me suis énormément reconnue en Eugénie. Comme elle, je suis grosse, en surpoids, comme elle, j'ai subi des remarques sur mon apparence, sur ce que je suis. Comme elle, je ne m'accepte pas et ne me regarde pas dans un miroir. Tour ce qu'elle vit, je le connais, et Baptiste Beaulieu décrit très bien ce mal-être. Et les mots sont magiques, Eugénie apprend, grâce à Josephin, à s'accepter. Les mots et paroles de Baptiste Beaulieu au travers de ses personnages, font du bien. À un moment Josephin explique que ce sont les autres qui pensent des choses pas sympa, ce n'est pas Eugénie, il ne faut pas qu'elle prenne pour argent comptant ce que pensent les autres. Et du coup, j'ai transposé ces paroles de Josephin sur mon cas, et oui, en effet, j'ai fait miennes des pensées que je n'avais pas sur moi. Il faut apprendre à s'accepter, à s'aimer comme on est et à être bienveillant envers soi. Car s'aimer permet de mieux aimer les autres.
J'ai ressenti le même attachement pour Josephin. Son histoire personnelle n'a pas autant résonné en moi, car je n'ai pas la même histoire, mais il est impossible de ne rien ressentir face à son passé, face au  souffrances qu'il a vécues. On a qu'une envie, c'est que ce couple vive heureux, qu'il s'épanouisse, que chacun se développe, comme des papillons qui sortent de leurs chrysalides et se transforment dans toute leur beauté.

Ce roman est pour moi comme un conte philosophique, je ne peux pas vous dire trop pourquoi car ça en dévoilerait trop, mais l'histoire prend une tournure à la fin qui relève pour moi du conte, avec des faits qui sortent de l'ordinaire, et qui ont des significations si fortes. L'histoire véhicule tellement de valeurs et de messages sur la confiance en soi, sur l'acceptation de soi, de l'amour de soi pour mieux aimer les autres. C'est aussi un formidable message d'espoir et de paix autour de soi, dans le monde. Et plein d'autres sur le couple, les relations au sein de ce couple, sur le passé qui influe toujours le présent. Bref, plein de messages sur la vie, qui sont universels et qui font que chaque lecteur pourra se reconnaître dans l'un ou l'autre.

La lecture a été excellente. J'ai été partagée entre deux sentiments, celui de me dépêcher de lire vite pour savoir, et en même temps de ralentir, de prendre mon temps, pour mieux déguster les mots, comme une douceur qu'on savoure. Je n'avais pas envie de quitter Eugénie et Josephin, je voulais rester avec eux encore un peu.
La lecture se faisait rapidement grâce aux faits mais aussi grâce à la construction du livre. J'ai tout de suite été surprise par les chapitres, très courts, de 2 ou 3 pages en numérique. Cela condense les faits. Les chapitres alternent entre chacun des personnages avec des chapitres avec les deux réunis. Cette alternance donne beaucoup de rythme à la lecture, quand on quitte un personnage, on a hâte de le retrouver dans un chapitre prochain. J'aime beaucoup ce genre de construction qui rend la lecture totalement addictive. Bien sûr, le style de Baptiste Beaulieu donne beaucoup de fluidité à la lecture, tout glisse tout seul, c'est beau, les phrases sont belles. Il pose des mots sur des maux…
La narration est à la troisième personne, ce n'est pas mon choix de prédilection, je suis plus sensible à un « je », qui me permet de mieux rentrer dans la peau du personnage. Mais là, je trouve ce choix de narration à la troisième personne très judicieux, car il permet de garder une certaine distance avec les personnages, et vu leur histoire, c'est appréciable de ne pas ressentir de plein fouet chaque émotion qui les traverse. L'auteur décrit tellement bien les sentiments, les sensations, que j'ai réussi à tout ressentir comme si la narration était à la première personne. Les sentiments sont exacerbés, j'ai réussi à me mettre à la place des personnages. Leur histoire est tellement forte, et l'auteur en parle tellement bien que l'on ressent tout. J'ai par exemple eu l'impression d'être à la place d'Eugénie quand elle commence à modeler la glaise, j'ai senti la terre sous mes doigts, j'ai vu le pot se former. Et cela donne envie de faire de même. La poterie fait partie de ces activités artistiques qui font que l'on oublie tout ses soucis, qui permettent de penser à autre chose. Cela peut être la poterie, la musique, le dessin, ou tout autre activité qui fait oublier le quotidien. Baptiste Beaulieu met beaucoup de poésie dans ses mots.

Je me suis régalée avec ce roman, et il m'a confirmé que c'est un auteur à continuer à suivre et à lire. J'ai bien envie de lire ses romans précédents, notamment La ballade de l'enfant gris. Les romans de Baptiste Beaulieu distraient et font réfléchir, sur nous-mêmes, sur les autres, sur la vie. On ne peut pas rester indifférent quand on lit un de ses romans. Je crois que je ne vais pas oublier de sitôt Eugénie et Josephin, j'ai d'ailleurs dû laisser reposer un peu ma lecture avant d'écrire cette chronique.
Si vous aimez les histoires denses, prenantes, touchantes, émouvantes, qui vous parlent de chacun de nous, de nos vies, ce livre est fait pour vous. Quand vous refermez ce roman, vous vous aimez plus et aimez plus les autres aussi.

Il ne me reste plus qu'à remercier Baptiste Beaulieu pour tout ce qu'il m'a fait vivre pendant ma lecture, pour ses mots qui ont pansé mes maux, je vais continuer à le suivre avec grand intérêt et plaisir.

Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sourisetdeslivres
  16 mai 2021
Il était une fois un homme aux épaules en guidon de vélo et une femme point d'interrogation
Les rues de Paris, les pigeons, les passants gardaient un oeil sur notre couple.
Paris, et son asphalte espiègle.
Paris l'entremetteuse.
Paris et sa vieille dame de fer en ont vu passer des amoureux en devenir.
Joséphin, il ne sait plus parler.
Il parle grâce aux céramiques qu'il crée.
Eugénie, elle, les mots brutaux qu'on lui a soufflés au visage ont fait s'envoler les mots doux.
Plus de soleil, envolées les couleurs.
Tous ses beaux mots, elle les a oubliés ou peut-être sont-ils là au fond de sa gorge ?
Eugénie traîne ses complexes et ses failles.
Joséphin promène ses angoisses et ses doutes dans les rues de Paris.
Eugénie porte en elle un reste de la poésie du monde. Joséphin possède de la magie, un fragment d'enfance.
Eugénie est excentrique. Joséphin dans la retenue
Elle est craintive avec ce qui ressemble de près ou de loin à un sentiment.
Eugénie a dans sa poitrine, un coffre fermé à clé, d'un coup, cette malle s'est ouverte.
« Il y a des traces qu'on ne peut jamais effacer »
Baptiste Beaulieu s'empare de sujets lourds tels que la guerre, la violence envers les femmes, la grossophobie, la haine du corps, les douleurs indicibles qui sont un secret entre les femmes
Il leur redonne couleur et honneur le tout avec délicatesse et pudeur.
Il redonne des ailes à celles qui les avaient perdus.
Ce livre est une caresse. Ce livre est une douceur.
Un instant suspendu dans le temps.
Un temps qui n'est jamais clairement défini entre aujourd'hui et hier.
Entre maintenant et demain.
Et après tout as-tu vraiment besoin d'un repère de temps ? Ne vaut-il pas mieux vivre intensément cet instant ?
L'auteur offre une place à tous les exclus de la société en leur chuchotant, je vous ai vus ; je vous donnerai une voix.
Je vous rendrai vos mots perdus pour que vous ne vous sentiez plus exclus.
Il gomme les différences.
Il dessine une fresque intemporelle grâce à ses 2 héros.
Joséphin au dessin tandis qu'Eugénie colorie.
Deux héros et leurs infirmités respectives.
Si je devais inventer un objet, j'inventerais… je n'ai rien à inventer. Baptiste Beaulieu l'a fait pour moi : un explorateur des émotions.
Quelques pages mon corps était là dans le salon, mon esprit était parti à Paris.
Baptiste Beaulieu est lui aussi un magicien des mots.
Lui aussi, car j'en ai déjà rencontré, mais ils ne sont pas nombreux. Ce sont souvent d'ailleurs, j'ai remarqué, ceux qui restent dans l'ombre.
Ils n'aiment ni être éclat, ni feu d'artifice, mais ils te les offrent tous dans le bouquet final qu'est leur roman.
C'est un Magicien des mots, car tu entres dans ce roman comme tu pousses la porte d'un monde jusque là inconnu, mais que tu voudras retrouver.
Tu virevoltes d'une page à l'autre.
Tu relis des passages pour voir les images qui y sont cachées.
Dans celle qu'il attendait, il y a des mots qui forment une phrase.
Une phrase puis 2, puis 3, qui forment un chapitre alchimique celui qui te restera marqué à vie dans ton coeur.
Voilà c'est ça, Baptiste Beaulieu est un tatoueur de mots prodigieux.
Un prestidigitateur du romanesque.
Un conteur d'humanité
C'est l'homme dans toute sa sensibilité, dans l'attention qu'il porte aux autres.
Donne-lui un mot, un seul ; tu verras ce qu'il en fera.
Baptiste Beaulieu habille les émotions, il transforme le réel.
Il passe l'ordinaire au tamis de l'imagination
Il te donne alors à lire quelque chose d'unique, de coloré, de féerique.
Un roman magnifique qui te parlera d'amour, d'estime et de confiance en soi.
Baptiste Beaulieu est sincère au monde qui l'entoure.
D'un objet aussi banal qu'un opercule de bouteille de lait, il t'offre de la réflexion.
Il exalte les fêlures, transforme les maladresses.
Ce livre parle de douceur et de fragilité, de fraternité et de sororité.
De bienveillance.
Tout en harmonie, chaque phrase, chaque chapitre sont agencés pour en écrire une mélodie inoubliable.
Finement et intelligemment jouée.
Poétique et philosophique, métaphorique et imagé, ce roman séduira tous les amoureux des mots.
Il plaira aux lecteurs qui aiment regarder avec attention le monde qui les entoure.
Aux lecteurs rêveurs, aux lecteurs sensibles à la prose, à l'agencement des mots, même quand il n'y en a qu'un seul sur la page.
Tendre, intime, et bouleversant, je ne peux que te le conseiller.
La beauté Baptiste, la beauté !
Il faut de toi pour faire un monde !
Entends-tu le son de la destinée ?
Acceptes-tu de faire quelques pages en leur compagnie ?
Dans celle qu'il attendait il y a :
Un parapluie-bulle et la Cour des Miracles des Miracles au Bon Dieu ; de l'espoir liquide et de l'amour en poudre ; Nougat le chat et Alphonse le papillon ; des femmes aux ailes coupées.
Il y a aussi un lac de larmes et une glace parfum chocolat-sanglots ; un petit bol aux irisations céladon, une noisette de douceur et du liquide amourisé ; la définition de s'entraimer et de s'enneiger, un soliflore noir et un cèdre scandant le chant des possibles.

Lien : https://unesourisetdeslivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sabrina_Chchch
  16 mai 2021
Lecteurs terre à terre, adeptes des possibles, amateurs de tangible, défenseurs du concret... Passez votre chemin.
Car ce roman, c'est de la fantaisie poétique. À moins que ce ne soit de la poésie fantastique ?
Imaginez qu'Amélie Poulain rencontre Edward aux mains d'argent. Imaginez que Mathias Malzieu pose ses textes sur la musique d'une pluie d'automne sur les toits de Paris et des feuilles mortes qui craquent sous les pas des amoureux.
Alors vous toucherez du bout de vos doigts l'ambiance de ce livre.
Imaginez une femme, inventrice de la poussette à pastèque et des pantoufles pelle-balayette, une femme qui répare les ailes des papillons mais dont les lèvres ne peuvent plus prononcer les mots heureux...Soleil, papillon, arc-en-ciel, amour...
Imaginez un homme mutique que seule la glaise qui tourne sous ses doigts libère du silence, et qui enferme dans ses céramiques ses pensées les plus intimes.
Imaginez qu'ils se rencontrent, se reconnaissent, se complètent et que leur amour répare leurs cicatrices.
Alors vous effleurerez l'histoire qui vous est contée dans ce roman.
Maintenant, imaginez que Baptiste Beaulieu touille cette potion magique avec tout ce qu'il est de bienveillance, d'humanité, d'empathie, avec tout ce qu'il répand d'acceptation des autres, de célébration des différences, d'apprentissage de l'amour de soi. Imaginez Baptiste le médecin qui, à chaque chapitre, à chaque trait de plume, soigne les blessures les plus intimes.
Alors vous aurez un livre empli d'une douce poésie et d'une grande humanité. Un livre qui invite à aimer les différences, les siennes et celles des autres. Une réflexion philosophique sur le temps : celui qui passe, celui qui n'est plus, celui qui nous a marqués à tout jamais, celui qui sera, celui qui nous conduit vers notre futur, celui qui nous rapproche de la fin...
Un roman qui m'a donné fort fort fort envie de m'aimer mieux et d'aimer mieux les autres.
Et aussi de me mettre à la poterie. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clemaufildespages
  05 mai 2021
UNE ENIVRANTE POÉSIE... Gros coup de coeur ❤
Il est né dans un pays en guerre...
Elle a grandi dans un monde où les hommes arrachent les ailes des femmes.
Il est incapable de regarder les gens dans les yeux,
Elle ne sait pas prononcer les mots joyeux: papillon, couleur, soleil...
Josephin et Eugènie,
Deux êtres dissemblables, deux âmes égarées...
Leur monde leur semblait à tous les deux sans espoir, jusqu'à qu'il se croisent sur un quai de gare.
Ah que j'ai aimé ce roman ! 😍 Vous n'imaginez pas à quel point j'ai pu en savourer chaque mot, chaque phrase. J'aurais voulu faire durer ce plaisir encore et encore et en même temps, il m'était si difficile de quitter Josephin et Eugènie, même quelques heures...
Des souvenirs marqués par la violence, par la détresse, par le rejet ou la discrimination. Ils n'attendaient plus grand chose de la vie, jusqu'à cette rencontre, comme un moment suspendu, hors du temps...
Ils vont chercher à s'entraimer, oui oui, s'entraimer. C'est comme s'entraider mais avec de l'amour dedans. ❤
Qu'on se le dise! Baptiste Beaulieu est un magicien des mots, sa plume est exeptionnelle. Chaque mot est parfaitement choisi et le tout est si beau et puissant.
Cette lecture m'a brisée en mille morceaux. Mais elle m'a fait du bien. Mes mots ne sont pas à la hauteur de ce que j'ai pu ressentir...
Ce roman c'était comme un moment suspendu, une bulle d'humanité en compagnie de deux êtres fragiles dont les fêlures se répondent parfaitement.
À n'en pas douter, il fera partie des rares romans que je relirais un jour...
Je vous le recommande puissance mille. 🙏💫
Je peux paraître dithyrambique, mais j'ai vraiment trouvé ce livre exceptionnel... hâte d'avoir vos retours !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
MelleFifiMelleFifi   17 mai 2021
Pourquoi avais-tu l’air si étonnée ce matin en me voyant ? – J’étais surprise de te voir à Bagdad, lui répondit la Mort, car je savais que nous avions rendez-vous ce soir tous les deux, à Samarra.” 
Commenter  J’apprécie          10
Sabrina_ChchchSabrina_Chchch   15 mai 2021
Elle devinait qu'avec le temps, à l'instar de Joséphin qui savait aimer celles de ses céramiques qui n'étaient pas parfaites, elle saurait regarder son corps autrement. Avec plus d'indulgence et, certains soirs de triomphe, avec amour. De brefs moments, elle se sentait réconciliée avec les formes. Toutes. Elle taillait dans le gâteau de l'existence de petites parts au goût exquis de légitimité.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina_ChchchSabrina_Chchch   15 mai 2021
Eugénie aimait ça, l'automne à Paris. Elle se sentait moins triste, comme s'il suffisait d'ouvrir ses volets, de laisser son regard courir sur les avenues pluvieuses et les squares jonchés de feuilles mortes. Elle se sentait autorisée à rire : le monde était mélancolique à sa place.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina_ChchchSabrina_Chchch   15 mai 2021
Deux mois qu'ils se fréquentaient à présent, et rien chez l'autre n'avait démenti leur première impression : ils étaient irrémédiablement conciliables en bizarrerie et compatibles en poésie.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina_ChchchSabrina_Chchch   13 mai 2021
L'élégance et la beauté sont affaire d'attitude, pas de bourrelets. Une manière de poser le corps quelque part, parfois une minute, parfois une fraction de seconde, là est le secret, et ce secret, Eugénie D. en était dépositaire sans le savoir.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Baptiste Beaulieu (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Baptiste Beaulieu
CULTURE ET SANTÉ : L'impact de la pandémie
Du 15 au 19 juin, en partenariat avec le Théâtre de la Ville, “Télérama” et ses invités, scientifiques, artistes, philosophes, anciens ministres, producteurs… réfléchissent à la culture post-Covid. Cinq jours de débats organisés à l'Espace Cardin, à Paris, et retransmis en direct sur Télérama.fr, dont sortiront vingt propositions pour refonder le service public de la culture.
Animation Valérie Lehoux
Avec - Barbara CARLOTTI, chanteuse - Emmanuel DEMARCY-MOTA, directeur du Théâtre de la Ville et du Festival d'Automne, metteur en scène - Carine KARACHI, neurochirurgienne, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Thierry LANGLOIS, producteur et programmateur des Festivals Garorock et du Printemps de Bourges - Thomas LILTI, médecin et réalisateur - Mathieu POTTE-BONNEVILLE, philosophe
Et
- Nathalie BONDIL, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts de Montréal. - Baptiste BEAULIEU, médecin, chroniqueur à France Inter
+ Lire la suite
autres livres classés : fablesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
930 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..