AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756024615
285 pages
Éditeur : Delcourt (05/01/2011)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Entre Corrine et Louis, tout commence de façon très conventionnelle. Pourtant, très vite, Corrine prône l’amour libre. Louis, quant à lui, plonge en pleine crise existentielle. En parallèle, l’écrivain Martin G. soigne ses chagrins d’amour en se lançant dans l’écriture pornographique. Pour Corrine, Louis, Martin et les autres, la vie est un jeu mais derrière cette impression de légèreté chacun est en quête de sens.

Cette comédie entraîne ses personnag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Gregor
  19 août 2011
Comme dans A la faveur de la nuit, paru en début d'année, le Québécois Jimmy Beaulieu utilise dans Comédie sentimentale pornographique des personnages et situations déjà apparus dans quelques-unes de ses oeuvres antérieures. Un matériau qu'il retravaille pour élaborer un ambitieux et cohérent roman graphique de près de trois cents pages.
Louis, un jeune homme misanthrope, désire s'éloigner du monde et profiter de l'argent qu'il a gagné en réalisant un film commercial pour se consacrer à la bande dessinée. Il se retire dans un vieil hôtel décati qu'il a acheté sur la Côte-Nord, région quasi déserte du Québec, et y invite sa petite amie Corrine, bisexuelle et adepte de l'amour libre, et un couple d'amis, Léonce et Muriel.
La frontière entre fantasme et vie réelle s'estompe vaporeusement
Autour de ce quatuor, point d'ancrage du récit, un charmant ballet de personnages secondaires, dessinés d'un trait gracieux et virevoltant, qui brouillent les pistes. Des intrigues parallèles, des histoires dans l'histoire et des flash-backs complexifient la narration, aussi libre que la sensuelle Corrine.
On plonge dans les bandes dessinées de Louis, où il transforme Corrine et Muriel en superhéroïnes délurées. On assiste aux pièces de théâtre extravagantes que les jeunes femmes jouent pour passer le temps. On feuillette le roman de Martin, un écrivain en crise, amoureux transi de l'ex de Corrine. Les personnages côtoient leurs doubles de fiction et la frontière entre fantasme et vie réelle s'estompe vaporeusement...
Malgré son titre, Comédie sentimentale pornographique est plus un marivaudage existentiel qu'un porno hardcore. Jimmy Beaulieu aime dessiner les femmes nues. Il le montre - les garçons comme les filles ne pensent... qu'aux filles - et il y excelle, son trait sensuel sublimant les courbes de ses héroïnes.
Mais, derrière ce récit délicieusement érotique, Jimmy Beaulieu s'interroge aussi sur ce que signifie grandir, passer définitivement à l'âge adulte tout en conservant en soi une part d'enfance et de rêve.
Anne-Claire Norot
Les Inrocks
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
amadisdeGaule
  30 juin 2012
L'histoire est difficile à résumer : Louis est en couple avec Corrine, femme libertine et bisexuelle, achète un hôtel dans un coin perdu suite à un gros coup cinématographique, et entreprend de travailler à sa véritable ambition : devenir auteur de bande dessinée (haha !) Martin de son côté, écrivain à succès soigne ses chagrins amoureux causés par Annie, une ex de… Corrine. Voilà ; et puis l'histoire multiplie les entrelacs et comme si ce n'était pas assez simple comme ça, se mélange avec les pages que dessine Louis.
C'est un livre sur les jeux de l'amour avec un peu de hasard, mais Jimmy Beaulieu semble toujours retomber sur ses pattes, même dans les séquences oniriques (j'aime pas ça dans les livres d'habitude, j'ai l'impression de me faire arnaquer). Il y a de la pornographie mais surtout des sentiments, et s'ils sont traités avec légèreté, n'en demeurent pas moins complexes. es personnages se déguisent à l'envi dans le vrai petit théâtre de l'hôtel, tels les protagonistes de la règle du jeu de Renoir (une « fantaisie dramatique »), jouant au milieu de décors en carton pâte qui permettent à l'auteur de développer l'étendue de son savoir-faire en dessin, qui se révèle au final bien plus qu'un graphisme sous influence comme un rapide coup d'oeil pouvait le laisser supposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  20 avril 2011
« Entre Corrine et Louis, tout débute de façon conventionnelle. Pourtant, très vite, Corrine prône l'amour libre et Louis plonge en pleine crise existentielle. En parallèle, Martin G. soigne ses chagrins d'amour en se lançant dans l'écriture pornographique. Pour Corrine, Louis, Martin et les autres, la vie est un jeu. Mais derrière cette impression de légèreté, chacun est en quête de sens » (synopsis extrait du site de l'auteur).
-
Corrine, Louis, Annie, Sibone, Martin… ils se connaissent plus ou moins bien, ils se sont croisés ou fréquentés plus longuement, ils nous touchent rapidement (trop rapidement peut-être) puisque la lecture de cet album devient rapidement une évidence au lecteur. Jimmy Beaulieu y traite, avec beaucoup de délicatesse, des doutes, des ambitions et des sentiments.
Le trait de Beaulieu est agréable, pudique et osé à la fois. le traitement des couleurs est fait à l'aquarelle, il offre beaucoup de fraicheur à l'album et, en fonction des passages, un brin de canaillerie. Les quelques scènes érotiques disposent d'un panel de teintes acidulées allant du rose bonbon à la violine, en passant par des ocres rougeoyants… Une fraicheur chaleureuse nous accompagne pendant la lecture. Et si le thème de l'album peut paraitre osé voire vulgaire, rassurez vous, la lecture ne l'est pas. le scénario aborde avec beaucoup de réalisme et sans aucun tabou, la question des sentiments et du sexe. Homosexualité et hétérosexualité sont des sujets centraux de traités sans aucun voyeurisme. Les corps dégagent beaucoup de sensualité, les voir dénudés ne nous fait pas rougir.
Spontanéité dans les relations affectives et amicales, sexualités abouties et assumées, cet ouvrage fait un bien fou au coeur et à l'âme. Ne comptez pas sur lui pour compléter la liste salement remplie des albums pornographiques gores. D'ailleurs, de pornographie, il n'en est pas question ici, excepté dans le titre. Il est plutôt question d'érotisme comme le souligne si bien David dans son avis sur l'album.
Une lecture plus que recommandée à tout amoureux de la bande dessinée. Une très belle entrée en la matière pour la découverte de cet auteur que vous connaissez tous puisqu'il a réalisé l'adaptation des dialogues pour la série de Tripp & Loisel : le Magasin Général. Bonne lecture à vous les amis !
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dempiller
  22 février 2011
Cette bande dessinée québécoise a la particularité de se montrer dans un format roman. Je trouve que c'est du plus bel effet et que ça donne une vraie personnalité à l'oeuvre. D'une manière générale, l'ensemble du rendu visuel est très soigné. Les dessins aborde un style de traits « haut la main » et « crayonnés » plutôt réussi. C'est moins retouché que la plupart des BD que l'on à habitude de voir.
Pour en revenir aux dessins, l'auteur nous prouve qu'il peut travailler plusieurs style ce dans plusieurs tons. En effet, certains dessins semblent griffonnés simplement au bic, d'autre semble fait un marqueur ou encore à la pastelle tandis que d'autre, encore, mélangent le tout. En fonction des pages, on assiste donc à diverses ambiances et à des touches artistiques multiples et variées. Je n'avais encore jamais vu cela et j'apprécie le rendu que ça offre.

Du coté du scénario, nous sommes témoins de scènes plus ou moins intimes de la vie de tous les jours. Les personnages auront tous un rapport, si petit soit il, les uns avec les autres. Comme par exemple, la fréquentation d'un même lieu ou d'un même ami. le point commun de toutes les scène sera néanmoins l'amour, la passion, la sexualité décomplexée et assumée. J'ai trouvé le tout assez monotone par le coté anodin qui fait le commun des personnages. Mais c'est également cela qui donne son originalité et sa fraicheur à cette BD ; le coté très terre-à-terre du quotidien. On se sent donc parfois proche car cela pourrait être le quotidien de n'importe qui, ce qui rend l'oeuvre intéressante. Donc, rien de passionnant mais qui semble tellement véritable et fidèle à une certaine réalité. C'est pour moi un bon point.
La sexualité est donc fort présente mais exclusivement lesbienne. Lorsqu'elle est abordée du côté masculin, c'est généralement sous forme de fantasme et non activement. Qui a dit que les hommes étaient sexuellement plus actif ?
Le contenu est correct, nous proposant 286 pages au prix moyen de la plupart des BD moins généreuses...
Ce fut un défis agréable, voilà encore un bel ouvrage sur les planches de ma bibliothèque. En c'est encore une fois grâce au concours Masse Critique ! Merci à Babelio et aux éditeurs participants.
Vous pouvez retrouver cette critique sur mon blog :
Lien : http://lazonelibre.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Theoma
  09 février 2011
Louis Dubois décide de réaliser le genre de film qu'il déteste afin d'atteindre son rêve : faire de la BD. Son film est un succès et son rêve se réalise... pour notre plus grand plaisir.
Je m'en plaignais précédemment, la sexualité est tristement représentée dans la BD. Les bulles donnent souvent l'impression de sortir directement d'un film porno, c'est à se demander pourquoi l'imagination, dans ce domaine, est si limitée dans le 9ème art !
Jimmy Beaulieu l'a parfaitement compris. Enfin ! Un homme, un vrai, avec ses défauts, ses fantasmes, son torse poilu et son absence de tablettes de chocolat qui dessine des femmes, des vraies, avec leurs formes, leurs fantasmes (dingue ! Elles en ont aussi !), leurs poils et leurs délires !
Rien de vulgaire, de glauque et aucune position alambiquée. Des bulles aérées comme dans un rêve où tout le monde peut s'identifier. Une sexualité pleine de fantaisie, de douceur et de tendresse.

Et quelle palette ! Incroyable comme le crayon de l'artiste peut explorer des styles très vastes. J'ai parfois eu l'impression d'avoir affaire à plusieurs dessinateurs. Malgré un léger bémol (le parallèle, à mon sens, inutile avec le livre de son ami Martin), une très belle découverte.
Lien : http://www.audouchoc.com/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
TheomaTheoma   09 février 2011
- En faisant des scène de cul, comme ça, t'as pas peur de passer pour un obsédé ? Me semble que tu t'attires des bosses.

- Boaf. Les gens vont bien finir par se rendre compte que d'avilir systématiquement le désir masculin, c'est absurde... ça peut rien donner de bon... Et c'est pas parce que la bande dessinée a l'habitude d'aborder la chose sexuelle d'une manière un peu tarte que je vais m'empêcher de parler de ce qui occupe la majorité de mon activité cérébrale. C'est pas que je revendique un art amoral ou irresponsable, mais j'ai pas l'impression de mettre en scène des idiotes, et j'ai jamais vu le sexe comme quelque chose de « réducteur ». J'ai pas l'impression de dire à qui que ce soit ce qu'il ou elle devrait être, faire, ou penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
okkaokka   09 avril 2018
p.202-3.
Conformément au cliché, les villageois se targuaient d'être les champions du monde de la piété, et ils passaient leur temps à se juger les uns les autres... Le genre d'endroit où tu nais empêtré dans un filet d'hypocrisie et de culpabilité dont tu pourras jamais t'extirper... Un jour, une fillette a été retrouvée assassinée... Les villageois n'ont pas hésité à condamner la seule personne de la région qui n'était pas catholique : une Amérindienne de vingt ans qui était certainement innocente. Le coupable n'a jamais été retrouvé, mais déjà à l'époque (j'avais six ans), l'hypothèse que ça soit l'un de ces refoulés plutôt que cette Indienne qui s'était toujours mêlée de ses affaires m'apparaissait comme nettement plus plausible. Donc, tu peux comprendre que les positions COOL et empreintes de sagesse sur la religion, c'est un peu hors de ma portée. Je m'en fous d'avoir tort ou raison. Je veux pas de ça dans ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
LilizLiliz   15 juillet 2014
- Tirez-moi une balle dans'tête tout de suite, qu'on en finisse !!!
- Préparez vos billets, s.v.p.
- Bon allez... Pas le choix. Tactique du poisson. Toujours risqué, mais là... C'est un film de gros poisson, après tout... Mouais... bof... accompagné... Urgh ! Euh... Hmmm... Hm. ah ! Ah ! Chéri ! T'es là !
- Mh ?
- Madame ! En arrière de la file ! Franchement ! Vous pensez qu'on connaît pas la tactique du poisson ?
- Oh wow ! Un ado qui fait un power trip du haut de sa première Mc Job !
- Madame !
- Euh... Excusez-moi, le Prix Nobel, mais on est bel et bien ensemble...
- Ah non !!! Vous allez pas me faire ça ?! Monsieur ! Vous faites juste l'encourager à tricher de même ! Come on !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TheomaTheoma   09 février 2011
Dessiner une femme c’est déguster une crème brûlée. Dessiner un homme c’est remplir un formulaire.
Commenter  J’apprécie          80
lunchlunch   17 mai 2011
_ La lune est pleine, basse, énorme et magnifique. Il est question que je voie tous tes orifices à cette lumière.
_ Comme c'est bien dit...
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jimmy Beaulieu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jimmy Beaulieu
Entrevue par Fx (interprété par Jean-Dominic Leduc) avec Jimmy Beaulieu, auteur de bande dessinée.
autres livres classés : érotismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre