AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782369811350
232 pages
Éditeur : Rue de Sèvres (13/09/2017)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 100 notes)
Résumé :
Baptiste est interne dans un service d'urgence. Celle qu'il surnomme la femme oiseau de feu voit ses jours comptés alors que son fils est coincé en Islande par un volcan au nom imprononçable. Baptiste n'a plus qu'un but, aider sa protégée à tenir jusqu'au retour de son fils. Pendant 7 sept jours, les journées du jeune interne sont rythmées par les moments qu'il passe à son chevet, à lui raconter toutes les vies de l'hôpital : les joies et peines des patients, les fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  17 octobre 2017
Jour 1... Dans les couloirs de l'hôpital, à l'étage des urgences, Baptiste, interne, va rendre visite à quelques patients. Dans le box n°2, une jeune femme qui a tenté de se suicider et qui regrette de s'être loupée. Pour lui remonter un tant soit peu ce moral déjà bien bas, le jeune homme lui raconte une histoire incroyable. Celle de monsieur Lazare qui, après avoir raté son suicide, a plein de projets dans la tête. Et ce, malgré ses jambes rétractées, ses nombreuses cicatrices, son bras collé au thorax, ses multiples brûlures au 3ième degré ou encore son moignon. Une histoire qu'il raconte à chaque fois qu'il rencontre un prétendant au suicide. Puis, Baptiste s'en va, laissant la jeune femme à ses propres réflexions... dans le couloir, il croise Fabienne, une aide-soignante, qui semble s'inquiéter de la patiente de la chambre 7... Une patiente surnommée Oiseau-de-feu par le jeune interne qui s'est attachée à elle et qu'il visite tous les jours...
Adapté du roman (presque) éponyme de Baptiste Beaulieu, cet album nous fait déambuler d'un couloir à un autre de cet hôpital provincial, d'une chambre à une autre et d'une histoire à une autre. Et ce, pendant 7 jours au cours desquels l'on fait connaissance avec Baptiste Beaulieu, médecin interne aux urgences, Léa alias Frottis, elle aussi interne aux urgences, Amélie en consultation externe, Poussin, interne en chirurgie, Blanche, Chef Pocahontas ou Chef Viking. L'auteur décrit, avec empathie et une grande humanité, le personnel soignant mais aussi les patients. de par sa plume sensible, délicate et soignée, l'auteur croque, avec subtilité et justesse, ces tranches de vie qui regorgent d'émotions, qu'elles soient drôles, graves, touchantes ou émouvantes. Des émotions parfaitement retranscrites grâce au dessin aquarellé particulièrement réussi de Dominique Mermoux. Un trait délicat, une mise en page vaporeuse et des couleurs douces.
Un album empli de vie, abouti et émouvant qui peut nous aider à considérer autrement le personnel soignant... de là à nous faire aimer les hôpitaux....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          712
Ziliz
  25 mai 2019
Shéhérazade a convaincu son époux de ne pas la tuer après leur première nuit de noces en lui racontant des contes, soir après soir.
L'interne Baptiste, lui, tient la mort à l'écart de la 'femme Oiseau de Feu' en lui rapportant des anecdotes médicales (des urgences, en particulier), pour lui tenir compagnie, l'émouvoir, l'amuser, lui donner des raisons de tenir bon en attendant la visite de son fils.
L'auteur a fait un recueil de ces (presque) 1 001 histoires. Il a eu la bonne idée de l'adapter en BD avec Dominique Mermoux. Les phobiques de l'univers hospitalier devraient tenir le choc : le dessin est doux et le bicolore atténue la violence du sang, des perfusions, des seringues à tous les étages.
Le ton rappelle celui de Martin Winckler ('La maladie de Sachs', 'Le Chœur des femmes'...). Ces deux auteurs-médecins prônent l'écoute et le respect du patient et de ses proches. En nous montrant les coulisses du monde médical, ils nous aident à comprendre pourquoi les soignants semblent parfois désagréables, froids.
L'abondance de sentences et de bons sentiments rend le récit un peu mièvre. Mais Baptiste Beaulieu est drôle et touchant dans le rôle de « l'interne à la chemise à carreaux un peu merdeux et un peu menteur. Un peu merdeux avec les chirurgiens qui se prennent pour Dieu. Un peu menteur avec ses patients pour mieux les soigner. »
____
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=tETtqRM51oI
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
Bazart
  13 septembre 2017
Baptiste Beaulieu est un jeune interne en médecine d'une trentaine d'années en stage dans le sud-ouest de la France, qui a décidé en novembre 2012, pour pouvoir témoigner de la vie du quotidien d'un urgentiste avec humour et un certain détachement de créer le blog « Alors voilà ».
Son but : réconcilier les soignants et les soignés en racontant, avec dérision et sensibilité, l'incroyable réalité de l'hôpital.
le succès est immédiat et le blog compte plus de 3 millions de lecteurs. Ce blog est devenu un livre grand format puis en version poche, riche en anecdotes inédites qu'on avait beaucoup aimé il y a quelques années, puis ce roman graphique de Dominique Mermoux, réussite incontestable qui s'approprie avec beaucoup de bonheur et de talent le livre de Baptiste Beaulieu.

DOMINIQUE MERMOUX adapte avec beaucoup de sensibilité et de justesse, avec notamment une capacité à rendre compte de la profusion qui irrigue un service d'urgence les différentes histoires racontées par BAPTISTE BEAULIEU
Par ses histoires souvent amusantes, parfois plus tragiques, Beaulieu restitue en effet tout le théâtre de la Comédie humaine à travers ce miroir grossissant que sont les urgences d'un hôpital, un peu comme l'a fait il ya quelques années le cinéaste Thomas Lilti dans le génial Hippocrate.
Le livre dévoile une facette de l'hôpital qu'on préfère souvent cacher aux patients. L'humour est parfois un peu cynique, mais c'est manifestement un trait d'humour inhérent du milieu, car assez nécessaire pour supporter la souffrance et la mort au quotidien.

Se nourrissant de situations vécues par lui ou par ses collègues, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scalpel de son regard aussi tendre que lucide et Dominique Mermoux a pleinement réussi à sélectionner les passages les plus forts et les plus représentatifs de son livre dans une adaptation qui dépasse largement le coté catalogue des meilleurs cas que le livre de Beaulieu pouvait avoir de temps en temps.
Croqués par Mermoux, ces récits de vie sont remplis d'humanité et d'humour, deux caractéristiques qu'on ne peut raisonnablement pas bouder en ces temps actuels.
En suivant la relation qu'entretient avec la dame oiseau de feu, une quinqua en phase terminale qui attend son fils coincé dans un aéroport d'Islande pour lui dire au revoir, relation dans laquelle Baptiste s'investit beaucoup ( trop?), le quotidien des urgences pendant 7 jours nous est raconté au travers des yeux de Baptiste mais aussi des anecdotes de ses collègues, du pire au meilleur; le personnel le plus sympathique comme le plus odieux avec pas mal d'humour et aussi énormément d'émotion qui nous ceuille (encore plus que dans le livre original), à la faveur d'un trait de crayon particulièrement bien senti...
Pour bien saisir l'envers du décor. d'un hôpital et peut -être moins pester à chaque fois qu'on franchit le pas d'un service d'urgence, cet épatant roman graphique s'avère être absolument nécessaire..

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
yanndallex
  08 janvier 2018
Baptiste Beaulieu est un médecin écrivain bloggeur particulièrement réputé. Il est déjà suivi par près de 7 à 8 millions de lecteurs sur son blog "Alors Voilà" (blog ouvert en 2012).
Fort de ce succès il édite en 2013 un recueil d'anecdotes choisies intitulé "Alors voilà : les 1001 vies des urgences" aux éditions Fayard ! Résultat : un énorme carton, le livre se vend comme des petits pains, et s'exporte rapidement.
Depuis il enchaine les ouvrages, et c'est en 2017 qu'il en arrive à la BD. Il fait donc appel à l'excellent Dominique Mermoux pour illustrer une adaptation de son premier ouvrage.
Dominique Mermoux ne démérite pas non plus. On lui doit notamment "un jour il viendra frapper à ta porte", "Indochine. La BD", ou son dernier magistral succès avec Laurent Galandon "L'Appel".
Le dessin :
Le trait de Dominique Mermoux pour cette BD est fin, simple, sensible, délicat mais avec parfois des cotés anguleux et vif pour bien rappeler la dureté du quotidien des urgences.
Dominique Mermoux va à l'essentiel dans son dessin. Pas de fioritures, quelques détails pour poser une ambiance mais rien de superflu.
Et il le faut, car aux urgences, les médecins en font de même, ils doivent aller au plus "urgent" et ne s'embarrassent pas de superflu tant qu'ils le peuvent.
Ainsi le style de Dominique Mermoux est donc incroyablement adapté, voire fusionnel, au sujet traité.
Pour les couleurs, c'est le même combat. Chaque page à sa teinte, et la technique du lavis du dessinateur est juste exceptionnellement maîtrisée.
Elles donnent une petite touche de rêves et de poésie dans un "enfer" hospitalier.
Les mises en scène sont crues, pas de chichis il faut traiter le sujet ! Ce qui amène donc par moment des vignettes difficiles à supporter pour les âmes sensibles, d'autant que si vous avez bien compris, tout est réellement arrivé...
Ce dessin est donc idéal pour illustrer les aventures de nos médecins.
Le scénario :
Rien de bien compliqué pour l'histoire sauf que... Ba si finalement, tout est compliqué dans ce récit, mais l'auteur nous l'ingère avec tact, simplicité et efficacité.
Les anecdotes peuvent être tour à tour cruelles, cyniques, hilarantes, mignonnes, tristes, etc... Bref on passe par toutes les émotions et la fin du fil rouge de la femme-oiseau de feu ne manquera pas de vous surprendre.
Baptiste Beaulieu est une personne vraiment éprise d'une profonde humanité, qui vit, et a vécu, des histoires extraordinaires pleines de sensations, d'ébranlements, de désarrois, d'exaltations, d'inquiétudes, de larmes, de révoltes, d'amours etc...
Le besoin d'extérioriser tout ce trop-plein d'émotions en devient donc essentiel et évident !
Le travail de narration dans cette BD doit être subjugué. Et il l'est.
Sa plume et son verbe sont à la hauteur de l'homme : intelligent, délicat, souple, marrant, attentionné, soigné... Là encore nous sommes captivés en quelques mots.
Le découpage est original, simple avec 5-6 vignettes par page tout au plus et sans caniveau réellement marqué. Tout est encore dans la délicatesse, privilégiant l'union à la ségrégation.
En somme, cet ouvrage est pour moi un indispensable à toute bibliothèque.
C'est un récit profondément humain véhiculant ainsi des valeurs exemplaires (solidarité, compassion, cosmopolitisme etc...) que l'on souhaitera voir appliquées bien plus souvent.
Ce livre nous permet de grandement relativiser sur notre vie, et nous met en évidence l'extraordinaire travail des salariés des hôpitaux dans leur globalité. Celui-ci mérite le plus grand des respects.

Lien : http://www.7bd.fr/2018/01/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Harioutz
  12 avril 2018
Acheté ce soir, lors d'une rencontre avec (ce fabuleux) l'auteur, ce sera un album qui restera dans la bibliothèque pour longtemps (toujours) ; car j'y suis sentimentalement attachée. Baptiste Beaulieu est une très belle personne, un coeur pur, un esprit en perpétuel questionnement ... je suis fan de son blog, fan de ses romans, fan de ses témoignages !
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (4)
BoDoi   17 novembre 2017
Dynamique et expressif, varié dans son découpage, cet album donne très joliment vie à l’ouvrage de Baptiste Beaulieu, véritable condensé de vie humaine, tourbillon qui apporte le meilleur comme le pire de l’existence.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Actualitte   08 novembre 2017
Désormais, adapté par Dominique Mermoux, le livre de Baptiste Beaulieu nous reparle de la vie d’un interne.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bedeo   06 octobre 2017
Le dessin de D. Mermoux ne s’encombre pas d’une surabondance de détails : c’est clair, fin et ciselé au scalpel. Et ça fonctionne, bien, très bien même, sans misérabilisme jamais, avec recul souvent et humour toujours.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   12 septembre 2017
Le sentiment d’immersion fonctionne, l’empathie envers l’équipe progresse et l’envie de prendre les uns – hyperactifs et en blouse - et les autres – immobilisés dans ses bras pointe la prochaine fois qu’on croise un de leurs semblables.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   17 octobre 2017
On a beau la côtoyer tous les jours, la mort fait toujours aussi peur.
- Vous vous inquiétez pour rien. Mon état ne veut pas dire que je vais mourir, mais que je suis arrivée à la fin de ma vie.
Voilà : pas sa mort, non, mais la fin de sa vie. Tout simplement. Pour elle, la différence est abyssale. Réfléchit-on jamais assez au sens de certains mots ? Ils sont cuisants comme une brûlure de cigarette mais ils font sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ZilizZiliz   24 mai 2019
[ consultation ]
- A quand remonte votre dernier rapport sexuel ?
- A toutes les nuits depuis presque quarante ans...
- ... ?
- Mon dernier client est parti tout à l'heure, à 14h.
- Vous... Vous êtes un peu prostituée ?
- [ rire ] Ah non, non, pas un peu ! Carrément pute ! C'est à cause de l'âge. On n'imagine pas. Comme dit ma copine Claudia : 'Si pute est le plus vieux métier du monde, tu imagines VIEILLE pute ?'
Je lui donne son ordonnance en lui prodiguant des conseils sur les infections sexuellement transmissibles. Moi, 27 ans, je fais la leçon à une femme de 67 ans qui en connaît plus long sur le sujet qu'un colloque de vénérologues sous méthamphétamine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
marina53marina53   18 octobre 2017
Je n'aime pas le mot "mort". On ne meurt pas, on chevauche un étalon arc-en-ciel sur fond de "Lucy in the sky with Diamonds". Mais si on n'a pas été sage, quelqu'un nous ouvre la porte en fredonnant "Elles sont cuitas, les bananas..."
Commenter  J’apprécie          332
marina53marina53   17 octobre 2017
Soit la vie a un sens, et il est trop compliqué à déchiffrer... Soit elle n'en a aucun et alors il vaut mieux manger, boire, danser et faire l'amour le temps que ça dure.
Commenter  J’apprécie          292
marina53marina53   17 octobre 2017
Tout le monde lutte et traîne des casseroles, ici-bas. Peu importe de quoi elles sont remplies, le poids est le même. La vie est une aventure et le bagage est lourd.
Commenter  J’apprécie          280

Lire un extrait
Videos de Baptiste Beaulieu (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Baptiste Beaulieu
CULTURE ET SANTÉ : L'impact de la pandémie
Du 15 au 19 juin, en partenariat avec le Théâtre de la Ville, “Télérama” et ses invités, scientifiques, artistes, philosophes, anciens ministres, producteurs… réfléchissent à la culture post-Covid. Cinq jours de débats organisés à l'Espace Cardin, à Paris, et retransmis en direct sur Télérama.fr, dont sortiront vingt propositions pour refonder le service public de la culture.
Animation Valérie Lehoux
Avec - Barbara CARLOTTI, chanteuse - Emmanuel DEMARCY-MOTA, directeur du Théâtre de la Ville et du Festival d'Automne, metteur en scène - Carine KARACHI, neurochirurgienne, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Thierry LANGLOIS, producteur et programmateur des Festivals Garorock et du Printemps de Bourges - Thomas LILTI, médecin et réalisateur - Mathieu POTTE-BONNEVILLE, philosophe
Et
- Nathalie BONDIL, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts de Montréal. - Baptiste BEAULIEU, médecin, chroniqueur à France Inter
+ Lire la suite
autres livres classés : Urgences médicalesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre

.. ..